Kuduro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le projet de logiciel libre, voir Rich AJAX Platform.

Kuduro

Origines stylistiques Semba, Break dance, Coupé Décalé, techno
Origines culturelles Angola
Popularité En croissance depuis 2009
Scènes régionales Drapeau de l’Angola Angola
Drapeau du Portugal Portugal
Drapeau du Cap-Vert Cap-Vert
Drapeau du Brésil Brésil
Mozambique Mozambique
Voir aussi Kizomba

Genres dérivés

Kuduro progressif

Le Kuduro (graphie alternative de Ku duro, littéralement « cul dur » en portugais) est un genre de musique originaire de l'Angola. Développé au Portugal par le groupe Buraka Som Sistema, le genre a gagné en popularité internationale.

Inventée par Tony Amado, en Angola en 1996, le Kuduro est populaire en Angola, au Cap-Vert, au Portugal, au Brésil, au Mozambique, en Guinée-Bissau, à Sao Tomé et Principe, en Guyane française et aux Antilles françaises.

D'un point de vue musical, c'est un mélange de Break dance, de semba (danse angolaise) mais aussi d'electro et d'instruments africains.

Diffusé tout d'abord via les radios des transports en commun, il est considéré comme l'un des sous-genres de la musique électronique africaine, comme le Kwaito d'Afrique du Sud. Tout comme le baile funk brésilien dont il est proche, il dérive du son Miami Bass californien. Les paroles sont engagées et chantées en portugais.

La danse Kuduro, a été inventée par le même Tony Amado, s'inspirant d'une attitude de Jean-Claude Van Damme et aussi d'une danse de Malanje province d'Angola ! Tony Amado raconte : {"Un jour j’ai vu un film où Jean-Claude Van Damme dansait en étant saoul (Kickboxer). Il était tellement raide, (kuduro). J’ai repris ses pas, accéléré un peu la cadence, et c’est ainsi qu’est née la danse. D’abord boycotté par les médias, le kuduro n’était diffusé que par les candongueiros, petits taxis collectifs de Luanda, et les discothèques populaires de la ville."}

Comme pour le coupé-décalé, le kuduro peut se danser en ligne avec une chorégraphie similaire au madison.

Le groupe portugais Buraka Som Sistema sort en 2008 un disque, Black diamond, sur lequel on retrouve une collaboration avec M.I.A., la référence Anglo-Sri Lankaise de baile funk electroclash. Ce disque apparaît comme le premier à être à même de favoriser la reconnaissance et diffusion de ce style musical en dehors des pays lusophones. Le titre de leur album est une référence à l'émergence d'une classe moyenne noire, surnommée Black Diamond, en Afrique du Sud.

On peut apparenter d'une manière générale le Kuduro à ces différents courants de musiques électroniques crues, issues des quartiers très défavorisés "Musseke" et échappant globalement à l'industrie musicale en dehors des très grandes stars : Ghettotech, Booty Bass, Bmore Breaks, Grime, Funk Carioca, Electroclash.[réf. nécessaire]

Artistes et titres célèbres[modifier | modifier le code]

  • Don Omar feat Lucenzo : Danza Kuduro
  • Lucenzo feat. Big Ali : Vem Dançar Kuduro
  • Costuleta - Tchiriri, Açucar
  • Buraka Som Sistema : Kalemba (Wegue Wegue) (feat. Pongolove)
  • King Kuduro : Il faut danser, Le son qu'il te faut, ...
  • Papa London : Dansa Kuduro
  • Sissi K (Logobi GT): Gâter le Koin
  • Antonio de carglouche feat R'nestinho : C ça ksé bon
  • Elizio : Sabi di mas
  • G-nose et Nélinho feat Papi Sanchez : Pop Pop Kuduro
  • Taïnos : Bailemos Kuduro
  • Puto Prata e Bruno M : Cara Podre
  • Nakobeta e Puto Português : Baba Baba
  • Luky Gomes : Twiasee, We Gonna Have it, Jenjena
  • Guillaume Epps : Kuduro Style
  • Titica Kuduro Dance Queen
  • Fofando & Saborosa
  • Noite e dia
  • Propria Lixa
  • Gata Agressiva

Références[modifier | modifier le code]

Liens Externes[modifier | modifier le code]