Metallica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le groupe de heavy metal. Pour l'album éponyme, voir Metallica (album).

Metallica

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Metallica à l'O2 Arena de Londres en 2008. De gauche à droite : Kirk Hammett, Lars Ulrich, James Hetfield et Robert Trujillo.

Informations générales
Pays d'origine Los Angeles, Californie,
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Heavy metal, thrash metal, speed metal, power ballad
Années actives Depuis 1981
Labels Blackened, Rhino, Universal Music, Vertigo, Warner Bros., Elektra, Megaforce
Site officiel Metallica.com
Composition du groupe
Membres James Hetfield
Lars Ulrich
Kirk Hammett
Robert Trujillo
Anciens membres Ron McGovney
Dave Mustaine
Cliff Burton
Jason Newsted
Lloyd Grant
Logo

Metallica est un groupe de musique Trash metal américain originaire de Los Angeles, Californie, fondé en 1981. Ils font partis des "Big 4" du Trash, avec Megadeth, Slayer et Anthrax.

La formation actuelle du groupe se compose des membres fondateurs, James Hetfield (chant, guitare rythmique), Lars Ulrich (batterie) et le guitariste Kirk Hammett, en plus du bassiste Robert Trujillo qui rejoint le groupe en 2003. Les précédents membres du groupe incluent Dave Mustaine (le membre fondateur de Megadeth), les bassistes Ron McGovney (uniquement pour les démos), Cliff Burton (pour les trois premiers albums ; décédé en 1986) et Jason Newsted. Le groupe a longtemps collaboré avec le producteur Bob Rock, qui a produit tous leurs albums de 1990 à 2003 et est devenu temporairement le bassiste du groupe, entre le départ de Newsted et l'arrivée de Trujillo. Le groupe se forme en 1981, lorsque James Hetfield se rend à une annonce postée dans un journal local par le batteur Lars Ulrich.

Metallica est renommé entre-autres pour sa musique instrumentale, rapide et nerveuse, qui le place comme l'un des « big four » (l'un des quatre plus grands groupes de thrash metal) avec Slayer, Megadeth, et Anthrax. Le groupe s'est forgé une réputation chez les fans de musique underground et chez les critiques de la presse spécialisée grâce à leurs quatre premiers albums, dont le troisième, Master of Puppets (1986), est décrit comme l'un des albums les plus influent de la scène « heavy » thrash metal. En 1991, le groupe accède a une plus grande popularité grâce au succès commercial de leur cinquième album éponyme, Metallica — surnommé The Black Album — qui arrive à la première place du classement Billboard 200 dès sa sortie. Dans cet album, le groupe explore diverses voies musicales, ayant pour effet d'attirer l'attention d'une audience plus large.

En 2000, Metallica, avec de nombreux autres groupes et musiciens, entame une procédure judiciaire contre le site de partage de musique Napster pour avoir partagé illégalement leurs morceaux musicaux gratuitement sans le consentement du groupe. Un accord est finalement trouvé et Napster devient un service payant. Durant cette même période, un film documentaire, intitulé Some Kind of Monster, raconte l'enregistrement de leur album St. Anger et des tensions au sein du groupe. En 2009, le groupe est présenté au Rock and Roll Hall of Fame.

Depuis sa création, Metallica a produit neuf albums studio, quatre albums live, cinq extended plays (EP), 25 vidéoclips et 37 singles. Le groupe a remporté neuf Grammy Awards et a classé cinq albums consécutifs directement à la première place du Billboard 200. L'album éponyme du groupe, Metallica, s'est vendu à 16 millions d'exemplaires aux États-Unis et 35 millions dans le monde ce qui en fait l'album le mieux vendu pendant l'ère Nielsen SoundScan. Le groupe se classe comme un des groupes les plus rentables de tous les temps, avec plus de 200 millions d'exemplaires vendus dans le monde[1],[2]. Metallica a également été classé comme l'un des meilleurs groupes musicaux dans un bon nombre de magazines spécialisés, dont Rolling Stone qui le classe 61e dans son Top 100 des meilleurs groupes de tous les temps[1]. En décembre 2012, Metallica est le quatrième groupe le plus rentable depuis le début des ventes musicales durant l'ère Soundscan, débutée le 25 mai 1991, avec un total de 53 642 000 albums vendus rien qu'aux États-Unis.

En 2012, Metallica fonde son propre label discographique indépendant, Blackened Recordings, et acquiert tous les droits de ses albums studio. Selon Billboard, Metallica est le 3e plus gros vendeurs de disques au États-Unis avec 54,26 millions écoulé depuis 1991. Le groupe se retrouve ainsi derrière la star de la country Garth Brooks (69,52 millions) et les Beatles (65,55 millions). Metallica surpasse Mariah Carey (54,24 millions), Céline Dion (52,21 millions) et Eminem (45 millions). Ce classement se base sur le système Nielsen Soundscan qui comptabilise les ventes avec précision depuis 1991[3].

En 2014, le Nielsen Soundscan annonce que le Black Album vient d'établir un nouveau record. L'album est devenu le premier dans l'histoire Soundscan à dépasser les 16 millions d'exemplaires vendus. Selon le service, le Black Album est l’œuvre musicale la plus achetée des treize années passées, tous genres confondus[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (1981–1983)[modifier | modifier le code]

Metallica est formé à Los Angeles, en Californie, fin 1981. Tout commence lorsque le batteur Lars Ulrich poste une annonce dans un journal local de Los Angeles — The Recycler — disant : « batteur recherchant d'autres musiciens de metal pour une jam session avec Tygers of Pan Tang, Diamond Head et Iron Maiden »[5]. Intéressés, les guitaristes James Hetfield et Hugh Tanner, du groupe Leather Charm (en), répondent à cette annonce. Bien qu'il n'ait à cette période formé aucun groupe, Ulrich demande au fondateur du label Metal Blade Records, Brian Slagel, s'il peut enregistrer une chanson à inclure dans la première compilation musicale de la série Metal Massacre. Slagel accepte, et Ulrich recrute Hetfield au chant et à la guitare rythmique[5]. Le groupe se forme en octobre 1981, cinq mois après la première rencontre d'Ulrich avec Hetfield[6].

Ulrich demande alors à son ami Ron Quintana (en) de lui trouver un nom pour son groupe. Quintana lui propose « MetalMania » et « Metallica » ; Ulrich choisit Metallica. Une seconde annonce est ensuite envoyée au journal The Recycler pour le recrutement d'un guitariste. Dave Mustaine y répond ; après avoir acheté du matériel musical hors de prix, Ulrich et Hetfield le recrutent. Début 1982, Metallica enregistre sa première chanson, Hit the Lights, pour la compilation Metal Massacre I. Hetfield y joue de la basse ; Lloyd Grant y est crédité pour les morceaux de guitare solo[5]. La compilation Metal Massacre I sort le 4 juin 1982 ; les premiers articles de presse listent incorrectement le nom du groupe, le nommant « Mettallica » (avec deux « t »)[7]. Agacés par cette erreur, les membres du groupe réussissent à créer assez de « bouche-à-oreille » avec leur chanson et leur performance sur scène le 14 mars 1982, au Radio City d'Anaheim, en compagnie de leur nouveau bassiste Ron McGovney, pour corriger cette erreur de frappe[8]. Metallica enregistre ensuite sa première démo, Power Metal.

Le terme « thrash metal » est utilisé pour décrire leur musique pour la première fois le 23 février 1984 dans un article du magazine Kerrang! par Malcolm Dome (en), alors qu'il faisait allusion à la musique Metal Thrashing Mad d'Anthrax[9]. Avant cela, Hetfield décrit leur musique comme du « power metal ». Au printemps 1982, Ulrich et Hetfield participent à une soirée à Hollywood dans la boite de nuit le Whisky a Go Go, en compagnie du bassiste Cliff Burton, membre d'un groupe appelé Trauma. Les deux compères sont impressionnés par Burton et sa technique à la pédale wah-wah ; ils lui demandent alors de rejoindre Metallica[10]. Burton, ayant à au début décliné l'offre, accepte finalement en fin d'année, à la condition que le groupe se déplace à El Cerrito dans la région de la baie de San Francisco. La première performance sur scène de Metallica avec Burton se déroule en mars 1983 au nightclub The Stone ; leur premier enregistrement avec Burton prend pour nom Megaforce (1983)[10].

Kill 'Em All et Ride the Lightning (1983–1984)[modifier | modifier le code]

En mai 1983, Metallica se rend à Rochester, dans l'État de New York, pour enregistrer avec le producteur Paul Curcio son premier album, Metal Up Your Ass[11]. C'est à cette époque, avant le début des sessions d'enregistrement du 11 avril 1983, que le groupe décide d'écarter Dave Mustaine de la formation, du fait de ses problèmes liés à l'alcool, aux drogues et à son comportement violent[12]. Le guitariste d'Exodus, Kirk Hammett, vient dans l'après-midi au sein du groupe pour remplacer Mustaine.

Dave Mustaine, qui conçoit l'idée de fonder le groupe Megadeth, exprime son mécontentement envers Hammett lors de plusieurs entrevues. Il explique s'être « fait voler son boulot »[13]. Il explique « en avoir plein le cul », croyant que la popularité d'Hammett à la guitare lead est due aux morceaux que Mustaine avait lui-même écrit[14]. Dans une entrevue avec Metal Forces en 1985, Mustaine explique : « c'est vraiment marrant de voir comment Kirk Hammett a imité chaque break solo que j'ai fait dans No Life 'til Leather, et qu'il ait été classé meilleur guitariste dans notre magazine[15]. » Sur le premier album de Megadeth, Killing Is My Business... and Business Is Good! (1985), Mustaine inclut la chanson Mechanix, sur laquelle Metallica avait travaillé, la renommant The Four Horsemen sur l'album Kill 'Em All. Mustaine explique qu'il a fait ça pour « renforcer Metallica », car Metallica le considérait alcoolique et incapable de jouer de la guitare[15]. La première performance sur scène du groupe avec Hammett se déroule le 16 avril 1983 au nightclub The Showplace de Dover, dans le New Jersey[10], en compagnie de la formation originale d'Anthrax, qui inclut Dan Lilker (en) et Neil Turbin comme groupe de soutien[16]. C'est la première fois que les deux groupes jouent ensemble sur scène[10].

Le premier album studio du groupe devait initialement être intitulé Metal Up Your Ass, mais à la suite de conflits avec leur label et le refus des distributeurs de commercialiser l'album sous ce titre, celui-ci est renommé Kill 'Em All. Commercialisé sous le label Megaforce Records aux États-Unis et Music for Nations (en) en Europe, l'album atteint la 120e place du Billboard 200 en 1986[17] et, bien que l'album ne soit financièrement pas aussi rentable que prévu, certaines chansons comme Whiplash, Seek and Destroy, Hit The Lights et The Four Horseman permettent à Metallica de se forger une réputation sur la scène metal underground[18]. Le groupe participe à une tournée promotionnelle nommée Kill 'Em All for One avec le groupe Raven, à l'occasion de la parution de leur album[19]. En février 1984, Metallica soutient le groupe Venom à la tournée Seven Dates of Hell, où le groupe joue devant 7 000 spectateurs au Aardschok Festival (nl) de Zwolle, aux Pays-Bas[20].

Metallica enregistre son second album studio, Ride the Lightning, aux Sweet Silence Studios de Copenhague, au Danemark. Commercialisé en août 1984, l'album atteint la 100e place du Billboard 200[17]. À cette occasion, une presse française[Qui ?] a imprimé par erreur une couverture verte de l'album[réf. souhaitée]. D'autres chansons de l'album atteignent également le haut des classements, dont For Whom the Bell Tolls, Fade to Black, Creeping Death et la version instrumentale de The Call of Ktulu. Dave Mustaine est crédité pour Ride the Lightning et The Call of Ktulu[20].

Décès de Burton et Garage Days Re-Revisited (1986–1987)[modifier | modifier le code]

Pierre commémorative de Cliff Burton, près de l'endroit de son décès lors d'un accident d'autocar en Suède.

Le 27 septembre 1986, lors de la tournée européenne Damage, Inc., les membres tirent au sort leurs dortoirs dans leur bus de la tournée. Burton gagne et choisi de dormir dans le dortoir de Hammett. Durant l'aube à Dörarp (en), en Suède, le conducteur perd le contrôle de l'autobus qui glisse sur la chaussée, ce qui mène à plusieurs tonneaux. Ulrich, Hammett et Hetfield ne sont que légèrement blessés ; en revanche, le bassiste Burton, coincé sous le bus, ne survit pas. Hetfield explique : « J'ai vu le bus couché sur lui, seules ses jambes dépassaient, j'ai paniqué… Le conducteur, d'après ce dont je me souviens, voulait aller chercher une couverture, j'ai voulu le [le conducteur du bus] tuer. Je ne sais pas s'il était bourré où si le bus a heurté une plaque de glace, mais tout ce que je sais c'est qu'il conduisait et que maintenant Cliff est mort[21]. » Le décès de Burton laisse un avenir incertain pour Metallica. Les trois membres restants décident pourtant de continuer, pensant que c'est ce qu'aurait voulu Burton ; ils envoient leurs condoléances à sa famille, qui les pousse à ne pas abandonner et recherchent un nouveau bassiste[22],[23].

Lors des auditions, plus de 40 personnes se sont présentées, dont l'ami d'enfance de Kirk Hammett, Les Claypool du groupe Primus, Troy Gregory du groupe Prong, et Jason Newsted, ex membre du groupe Flotsam and Jetsam. Newsted apprend les titres de Metallica, et est, après les auditions, invité à les rejoindre à San Francisco. Hetfield, Ulrich, et Hammett décident de remplacer Burton par Newsted, et leur première performance sur scène ensemble se déroule au Country Club de Reseda (en), en Californie. Les membres décident alors d'« initier » Newsted, en lui faisant manger du wasabi[22]. Après son arrivée au sein de Metallica, le groupe quitte son espace d'entraînement à El Cerrito (surnommé « The Metalli-mansion », une maison de banlieue louée par l'ingénieur du son Mark Whitaker) pour se relocaliser dans les villes voisines de Berkeley[24] et d'Albany[25], avant de s'installer définitivement à San Rafael, au nord de San Francisco[26].

Metallica achève sa tournée les premiers mois de 1987. En mars 1987, Hetfield se brise une seconde fois le poignet, alors qu'il faisait du skateboard, forçant le groupe à annuler leur apparition au Saturday Night Live. En août 1987, un extended play (EP) intitulé The $5.98 E.P.: Garage Days Re-Revisited est commercialisé. L'EP, enregistré dans le nouveau studio du groupe, exprime le talent de Newsted et les tensions liées au décès de Cliff Burton. Une vidéo intitulée Cliff 'Em All est présentée en 1987, à la mémoire des trois années passées par Burton au sein de Metallica. Les scènes présentent des morceaux de basse solo, des vidéos amateurs et des photos[27].

...And Justice for All (1988–1990)[modifier | modifier le code]

Metallica lors de la tournée promotionnelle pour l'album ...And Justice for All, renommée Damage Justice Tour, avec le bassiste Jason Newsted.

En 1988, ...And Justice for All, le premier album de Metallica depuis le décès de Cliff Burton, est commercialisé. L'album est un succès commercial, atteignant la sixième place du Billboard 200, la première fois pour le groupe[17]. L'album est certifié disque de platine neuf semaines après sa parution[28]. La guitare basse de Newsted est délibérément baissée sur l'album, faisant partie du bizutage continu qu'il a reçu ; ses idées musicales ont été aussi ignorées (cependant, il a été crédité sur le morceau Blackened)[29]. Un certain nombre de fans ont été déçu au niveau de la production, notamment sur les morceaux de batterie effectués par Ulrich (concernant son type de caisse claire)[30]. La tournée promotionnelle de l'album, nommée « Damaged Justice », suit[31].

En 1989, Metallica est pour la première fois nommé aux Grammy Awards pour ...And Justice for All (album), dans la nouvelle catégorie « meilleure performance vocale ou instrumentale de hard rock/metal ». Le groupe est le favori pour remporter ce prix ; cependant, celui-ci est décerné à Jethro Tull pour l'album Crest of a Knave[32]. Ce résultat donne lieu à une controverse parmi les fans et la presse spécialisée, du fait que Metallica s'attendait à recevoir son prix après avoir joué sa chanson One. Jethro Tull, conseillé par son manager, n'assistait pas à la cérémonie, du fait que Metallica semblait avoir été désigné par avance comme le vainqueur[32]. Cette mésaventure a été classé dans le « Top 10 des plus grands revirements des Grammys » par le magazine Entertainment Weekly[33].

À la suite de la parution de ...And Justice for All (album), Metallica fait paraître son premier vidéoclip, celui du single One. Dans le clip, le groupe joue cette chanson dans un entrepôt abandonné, intercalé à l'image avec quelques scènes du film Johnny s'en va-t-en guerre, dont ils ont acquis les droits. Le groupe soumet deux versions du vidéoclip à la chaîne MTV, une normale et une remixée, dans le cas où la version remixée serait refusée, mais cette dernière est acceptée ; cette vidéo devient la première de Metallica à arriver aux yeux du grand public. Elle est classée en 1999 38e dans le Top 100 Videos of All Time sur MTV[34] et présentée au 25e anniversaire de ADD Video, qui montre toutes les vidéos à succès diffusées sur cette chaîne ces 25 dernières années[35].

Metallica (1990–1993)[modifier | modifier le code]

En octobre 1990, Metallica entre au studio One on One au nord d'Hollywood pour y enregistrer son album à venir. Le producteur Bob Rock, qui a auparavant travaillé avec des groupes tels qu'Aerosmith, The Cult, Bon Jovi, et Mötley Crüe, est engagé à la production. L'album éponyme Metallica (également connu sous le titre de The Black Album) est remixé trois fois, pour un coût d'1 million de dollars[36]. L'album débute à la première place au top des classements de dix pays, avec 650 000 exemplaires vendus aux États-Unis une semaine après parution[37].

Metallica attire une audience plus large, et est récompensé à 16 reprises comme disque de platine aux États-Unis, ce qui en fait le 25e album le plus rentable dans l'histoire du disque américain[38]. La production de Metallica et sa tournée promotionnelle sont présentées dans un documentaire intitulé A Year and a Half in the Life of Metallica. Le groupe part en tournée lors du Wherever We May Roam Tour (en) pendant 14 mois, avec des dates de tournées prévues aux États-Unis, au Japon et au Royaume-Uni[36]. En avril 1992, Metallica participe au Freddie Mercury Tribute Concert, et y joue seuls trois chansons. James Hetfield joue ensuite Stone Cold Crazy aux côtés des membres restants de Queen et Tony Iommi[39].

Le 8 août 1992, lors du Guns N' Roses/Metallica Stadium Tour, James Hetfield est atteint de brûlures aux second et troisième degrés sur ses bras, son visage, ses mains et ses jambes, causées par des problèmes pyrotechnique au Stade olympique de Montréal. Newsted explique avec ses propres termes que la peau d'Hetfield « bouillonnait comme dans The Toxic Avenger »[40]. Le guitariste John Marshall, qui était à la guitare rythmique (désormais membre du groupe Metal Church), remplace Hetfield pour le reste de la tournée, car celui-ci, même s'il était capable de chanter, était incapable de jouer de la guitare. Plus tard en 1993, Metallica participe au Nowhere Else to Roam Tour, incluant cinq soirée à Mexico. Le premier coffret du groupe, Live Shit: Binge and Purge, est commercialisé en 1993. Ce coffret contient trois CD live, trois cassettes vidéo, et un ouvrage rempli de lettres[40].

Load, Reload, Garage Inc., et S&M (1994–1999)[modifier | modifier le code]

En 1994, presque trois ans après leur tournée promotionnelle pour l'album Metallica, dont une performance au Woodstock '94, le groupe revient en studio pour écrire et enregistrer son sixième album. Le groupe fait une courte pause à l'été 1994 et joue trois shows au Donington Park au Royaume-Uni, avec le soutien de Slayer, Skid Row, Slash's Snakepit, Therapy?, et Corrosion of Conformity. Cette courte tournée est appelée Escape from the Studio '95. Le groupe passe pratiquement un an à écrire et enregistrer son nouvel album, Load, paru en 1996, qui a débuté à la première place du Billboard 200 et des ARIA Charts. Il devient le second album du groupe à atteindre cette place[17]. La pochette de Load est créée par Andres Serrano et est nommée Blood and Semen III[41]. L'album marque un tournant musical du groupe et offre une nouvelle image des membres. Metallica participe ensuite au festival rock Lollapalooza à l'été 1996[29],[42].

Lors de la production de l'album, le groupe écrit assez de chansons pour faire un double album. Il est alors décidé que la moitié des chansons soient commercialisées pendant que le groupe peaufine la seconde moitié, dans un album qui paraît l'année suivante. Cet album s'intitule ReLoad. La pochette est également créée par Serrano, sur laquelle du sang et de l'urine y sont mélangés[41]. ReLoad arrive à la première place du Billboard 200 et atteint la seconde place des charts canadiens[17]. Hetfield explique dans le documentaire Some Kind of Monster que certaines des chansons de ces albums étaient à la base de qualité plutôt médiocres, mais qu'elles ont été retravaillées jusqu'à ce qu'elles soient jugées commercialisables par le groupe[43]. Pour la promotion de ReLoad, Metallica joue au Saturday Night Live de NBC en décembre 1997, avec leurs morceaux Fuel et The Memory Remains, aux côtés de Marianne Faithfull[44].

En 1998, Metallica fait paraître un autre double album composé de reprises et intitulé Garage Inc.. Le premier disque contient de nouvelles reprises des chansons de groupes comme Diamond Head, Killing Joke, Misfits, Thin Lizzy, Mercyful Fate et Black Sabbath. Le second disque présente le The $5.98 E.P.: Garage Days Re-Revisited original, devenu collector. L'album arrive à la seconde place du Billboard 200[44],[45].

Les 21 et 22 avril 1999, Metallica joue deux fois avec l'orchestre de la San Francisco Symphony, dirigé par Michael Kamen. Kamen, qui a précédemment travaillé sur le titre Nothing Else Matters, a proposé au groupe en 1991 l'idée d'un orchestre symphonique au sein de Metallica. Kamen et son équipe de plus de 100 musiciens composent alors pour le groupe. À cette occasion, Metallica compose deux nouvelles chansons avec Kamen, No Leaf Clover et -Human. Les enregistrements audio et vidéo paraissent en 1999 sous le titre de S&M, abréaviation de Symphony & Metallica. Il arrive à la seconde place du Billboard 200, et à la première place des ARIA Charts et des Top Internet Albums[17].

Affaire Napster (2000)[modifier | modifier le code]

Lars Ulrich a dirigé la poursuite judiciaire contre Napster.

En 2000, Metallica découvre la diffusion radiophonique de leur morceau I Disappear, qui était supposée paraître prochainement dans la bande originale du film Mission: Impossible II. En retraçant les sources, le groupe découvre que ce fichier a été partagé sur la plateforme Napster, en plus de leur catalogue musical entier, mis gratuitement à disposition des utilisateurs[46]. Une action en justice est alors engagée par le groupe contre Napster devant les Cours de district des États-Unis (USC) de Californie, accusant Napster, notamment, d'atteinte aux droits d'auteur du groupe et d'utilisation d'une interface audio illégale[29],[47]

Ce procès met en cause trois universités pour atteinte aux droits d'auteur : l'Université de Californie du Sud, l'Université Yale, et l'Université de l'Indiana ; aucune d'entre elle ne s'est prononcée. Yale et Indiana bloquent le service de leurs campus, Metallica retirant alors sa plainte contre ces deux universités[48]. L'USC, cependant, réfléchit sur le sort qu'il compte réserver à Napster. Les administrateurs de l'établissement veulent bannir cette plateforme, du fait qu'elle utilise 40 % de la bande passante, qui pourrait servir à des buts éducatifs[49].

Metallica engage des membres de NetPD, une agence de consulting en ligne, pour surveiller le service Napster pendant un week-end. Une liste de 335 435 utilisateurs de Napster, qui auraient pu potentiellement partager les musiques de Metallica, est établie et un document de 60 000 pages est envoyé aux bureaux de Napster, Metallica souhaitant leur bannissement[50]. Les utilisateurs sont bannis, le rappeur Dr. Dre se joint au groupe contre Napster, ce qui cause le bannissement de 230 142 utilisateurs[51].

Le 11 juillet 2000, Lars Ulrich soumet une réclamation auprès du Comité judiciaire du Sénat des États-Unis en regard aux droits d'auteur[46]. Le juge fédéral Marilyn Hall Patel (en) ordonne le blocage d'accès au site pendant 72 heures ou sa fermeture immédiate[52]. Un accord est conclu entre Metallica et Napster, lorsque le conglomérat de médias allemand Bertelsmann BMG décide d'acquérir les droits de Napster pour 94 millions de dollars. Selon les termes de cet accord, Napster accepte de bloquer tout utilisateur partageant de la musique sans le consentement de ses auteurs[53].

Départ de Newsted et St. Anger (2001–2005)[modifier | modifier le code]

Jason Newsted en 2013.

Le 17 janvier 2001, alors que Metallica prévoit de revenir en studio, le bassiste Jason Newsted quitte le groupe. Il révèle que son départ est lié à « des raisons personnelles et privées, et aux dégâts physiques qu'[il s'est] infligés en jouant la musique qu'[il] aime[54]. » Dans une entrevue avec le magazine Playboy, Newsted révèle son intention d'enregistrer un album avec son projet parallèle, Echobrain (en). James Hetfield est contre, et explique que « quand quelqu'un fait un projet parallèle, ça va à l'encontre de Metallica » et qu’un projet parallèle « c'est comme tromper sa femme[29]. » Newsted contre l'argument d'Hetfield en lui rappelant que ce premier avait prêté sa voix pour le film South Park, le film, et qu'il était apparu dans deux albums de Corrosion of Conformity. Hetfield rétorque : « Mon nom n'a pas été crédité. Et je n'essaye pas de me vendre », et finit par poser la question : « Jusqu'où ça finirait ? Est-ce qu'il va partir en tournée ? Est-ce qu'il va vendre des t-shirts ? Est-ce que ça sera son groupe [29]? »

Robert Trujillo, le nouveau bassiste de Metallica depuis le 24 février 2003.

En avril 2001, les réalisateurs Joe Berlinger (en) et Bruce Sinofsky (en) suivent Metallica lors de l'enregistrement de leur album à venir. Pendant deux ans, plus de 1 000 heures de tournage sont effectuées. Le 19 juillet 2001, avant la session d'enregistrement, Hetfield débute une cure de désintoxication contre l'« alcool et d'autres addictions. » Les enregistrements prévus sont mis au point mort, et l'avenir du groupe est incertain[55]. Hetfield termine sa cure le 4 décembre 2001[55] et le groupe revient en studio le 12 avril 2002, bien que Hetfield doive se limiter à quatre heures de travail par jour, de midi à 16 h, et passer le reste de son temps aux côtés de sa famille[43].

Les scènes tournées par Berlinger et Sinofsky sont incluses dans un documentaire intitulé Some Kind of Monster, diffusé en avant-première au Sundance Film Festival en janvier 2004. Dans ce documentaire, Jason Newsted explique la décision prise par ses anciens compagnons d'engager un psychiatre pour les aider à résoudre leurs problèmes ; Newsted considère qu'ils auraient pu les résoudre tout seuls, mais qu'ils sont « vraiment faibles et pathétiques »[43]. Pendant le processus d'enregistrement, le producteur Bob Rock joue de la basse, à la fois dans l'album et durant les quelques soirées jouées par Metallica durant cette période[43]. Une fois l'enregistrement accompli, début 2003, le groupe commence ses auditions pour le remplacement de Newsted. Les bassistes auditionnés incluent Pepper Keenan, Jeordie White, Scott Reeder (en), Eric Avery, Danny Lohner, et Chris Wyse (en). Lors des trois mois qui suivent les auditions, Robert Trujillo, l'ancien membre des groupes Suicidal Tendencies et Ozzy Osbourne, est sélectionné[43]. Tandis que Metallica avance, de son côté Newsted rejoint en 2002 le groupe canadien de thrash metal Voivod, et remplace Trujillo dans le groupe d'Osbourne pendant l'Ozzfest de 2003[56].

En juin 2003, le huitième album studio de Metallica, St. Anger arrive à la première place du Billboard 200, mais est accueilli de manière mitigée[57]. Les morceaux de batterie d'Ulrich et l'absence de guitare solo ont particulièrement été critiqués[57]. Kevin Forest Moreau, du site Shakingthrough.net[58] et Brent DiCrescenzo du site Pitchfork Media[59] accueillent peu favorablement l'album, contrairement aux magazines Blender et le New York Magazine[57]. Le titre principal, St. Anger, remporte en 2004 un Grammy Award dans la catégorie « meilleure performance de musique metal », et est utilisé au SummerSlam 2003 de la fédération américaine de catch, la WWE[60].

Avant leur apparition au Download Festival de 2004 en Angleterre, Lars Ulrich est conduit d'urgence à l'hôpital à la suite d'une importante crise d'angoisse[61] et se retrouve dans l'incapacité de jouer[62]. Hetfield cherche alors des volontaires pour remplacer Ulrich à la dernière minute. Le batteur de Slayer, Dave Lombardo et le batteur de Slipknot, Joey Jordison, se portent volontaires. Lombardo joue les chansons Battery et The Four Horsemen, notamment[62]. Après deux ans de tournée promotionnelle pour St. Anger au Summer Sanitarium Tour 2003 et au Madly in Anger with the World Tour en compagnie de Godsmack, les membres de Metallica font une pause et passent la majeure partie de l'année 2005 auprès de leurs familles. Cependant, pour deux soirées les 13 et 15 novembre 2005, Metallica joue avec The Rolling Stones au AT&T Park de San Francisco[63].

Death Magnetic (2006–2011)[modifier | modifier le code]

Kirk Hammett sur scène en 2007.

En décembre 2006, Metallica fait paraître un DVD intitulé The Videos 1989–2004, vendu à 28 000 exemplaires en une semaine, paraissant au Billboard Top Videos à la troisième place[64]. Le groupe compose une reprise du titre The Ecstasy of Gold d'Ennio Morricone pour un album, We All Love Ennio Morricone, par la suite commercialisé en février 2007. Cette reprise est nominée pour un Grammy à la 50e édition des Grammy Awards dans la catégorie « meilleure performance instrumentale de musique rock »[65]. The Ecstasy of Gold était la musique d'introduction de Metallica pendant leurs performances des années 1980. Cependant, c'est le groupe lui-même qui joue ce morceau, avec une nouvelle interprétation de la guitare[66]. En 2006, Metallica annonce sur son site Internet officiel, après 15 ans de collaboration, que le producteur Bob Rock ne produira pas l'album à venir du groupe. Celui-ci choisit alors de travailler avec Rick Rubin[67]. Metallica prévoit la date de parution du nouvel album, intitulé Death Magnetic pour le 12 septembre 2008, en plus d'un vidéoclip tiré d'un titre de l'album, The Day That Never Comes.

Le 2 septembre 2008, une boutique française[Laquelle ?] débute la vente de Death Magnetic, soit deux semaines avant la date officielle de sortie prévue dans le monde entier[68] ; résultat, l'album est mis gratuitement à disposition sur les plateformes de partage de fichiers. De ce fait, le label britannique Vertigo Records, chargé de la distribution de l'album, fait paraître l'album le 10 septembre 2008, soit deux jours avant sa date prévue. Des rumeurs non-confirmées circulent, selon lesquelles Metallica ou Warner Bros. avaient engagé des poursuites judiciaires contre la boutique, malgré quelques notes du batteur Lars Ulrich sur le partage Internet[69],[70]. Death Magnetic arrive à la première place aux États-Unis avec 490 000 exemplaires vendus. Metallica devient le premier groupe à atteindre cinq fois de manière consécutive le Billboard 200[71]. Une semaine après sa parution, Death Magnetic reste à la première place du Billboard 200, ainsi qu'à la première place des classements européens, et devient l'un des albums les plus rentables du marché australien de l'année 2008[72].

Kirk Hammett et James Hetfield, sur scène à Londres, en 2008.

Death Magnetic est, pour la troisième semaine consécutive, classé en tête du Billboard 200. Metallica est le premier groupe, entre autres avec l'artiste Jack Johnson et la sortie de son album Sleep Through the Static, à rester en tête du Billboard 200 pendant trois semaines consécutives en 2008. Death Magnetic reste également en tête des charts Hard Rock, Modern Rock/Alternative and Rock de Billboard pendant cinq semaines consécutives. À l'international, l'album atteint la première place dans les classements de 32 pays dont le Royaume-Uni, le Canada, et l'Australie[73],[74],[75],[76]. En novembre 2008, le contrat entre Metallica et Warner Bros. arrive à échéance et le groupe prévoit de diffuser son album à venir sur Internet[77],[78]. Le 14 janvier 2009, Metallica est annoncé au Rock and Roll Hall of Fame pour le 4 avril 2009[79] et l'ancien bassiste Jason Newsted (qui avait quitté le groupe en 2001) est prévu pour jouer avec le groupe à la cérémonie[80]. À la base, le groupe s'était concerté, le bassiste Robert Trujillo étant d'accord pour ne pas jouer, car il « voulait voir jouer le groupe du Black Album[81]. » Cependant, pendant qu'ils jouaient les titres Master of Puppets (chanson) et Enter Sandman, Trujillo et Newsted étaient tous les deux sur scène[82]. Metallica invite également Dave Mustaine à la cérémonie, mais ce dernier décline cependant, à cause des tournées qu'ils doit faire en Europe[83].

Le 16 juin 2010 Metallica, Slayer, Megadeth, et Anthrax jouent ensemble pour la première fois durant la soirée à l'aéroport de Bemowo à Varsovie (Pologne). Une autre soirée se déroule le 22 juin 2010 à Sofia, en Bulgarie, et est retransmise par satellite[84]. Les groupes participent à d'autres dates de tournées, le 26 juin à Bucarest, en Roumanie, et le 27 juin à Istanbul, en Turquie. Le 28 juin 2010, Death Magnetic est certifié deux fois disque de platine par la RIAA[85]. Le World Magnetic Tour du groupe s'achève le 21 novembre 2010 à Melbourne, en Australie. Metallica participe à une tournée promotionnelle pour leur album Death Magnetic pendant deux ans. Pour terminer en beauté leurs dates de tournées australiennes et néo-zélandaises, un EP en édition limitée, intitulé Six Feet Down Under, est commercialisé[86]. L'EP est suivi de Six Feet Down Under (Part II), commercialisé le 12 novembre 2010[87]. Le 26 novembre 2010, Metallica fait paraître un autre EP live, intitulé Live at Grimey's, enregistré en juin 2008 au Grimey's Record Store de Nashville, juste avant leur apparition au Bonnaroo Music Festival (en) cette même année[88].

Dans une entrevue en juin 2009, avec la chaîne télévisée italienne Rock TV (en), Lars Ulrich explique l'intention de Metallica de participer à une tournée en août 2010, sans particulièrement prévoir un dixième album, bien qu'une nouvelle collaboration avec Rick Rubin soit envisagée[89]. Selon le site Blabbermouth, le groupe débuterait l'enregistrement d'un dixième album d'ici mai 2011[90]. Dans une entrevue en novembre 2010 avec The Pulse of Radio[Quoi ?], Ulrich explique l'intention de Metallica d'écrire de nouvelles chansons en 2011[91]. Dans une entrevue au concert Big Four en avril 2011, le bassiste Robert Trujillo explique que Metallica travaillera de nouveau aux côtés du producteur Rick Rubin pour l'album à venir[92]. En juin 2011, Rubin annonce le début de l'écriture du nouvel album de Metallica[93].

Le 9 novembre 2010, Metallica annonce sa participation au Rock in Rio Festival, à Rio de Janeiro, pour le 25 septembre 2011[94],[95]. Le 13 décembre 2010, le groupe annonce encore une fois sa participation au Sonisphere Festival britannique, pour le 8 juillet 2011. C'est la première fois que les « big four » se réunissent dans la même soirée au Royaume-Uni. Le concert se déroule au Knebworth House (en), à Hertfordshire[96]. Le 17 décembre 2010, une autre performance du « big four » se déroule au Sonisphere en France le 9 juillet[97]. Le 25 janvier 2011, une autre performance des « big four » est annoncé aux États-Unis. Elle se déroule le 23 avril 2011 à Indio, en Californie, dans l'Empire Polo Club. C'est la première fois que le « big four » se retrouvent ensemble dans la même soirée aux États-Unis[98]. Le 17 février 2011, une autre soirée est annoncée en Europe, la performance se déroule à Gelsenkirchen, en Allemagne, le 2 juillet 2011[99]. Le 22 février 2011, le « big four » est annoncé pour une soirée à Milan, en Italie, le 6 juillet 2011[100]. Le 2 mars 2011, un autre concert des est annoncé à Göteborg, en Suède, le 3 juillet 2011 à l'Ullevi Stadion[101].

Lulu, Through the Never et dixième album (depuis 2011)[modifier | modifier le code]

Le 15 juin 2011, Metallica annonce une session d'enregistrement aux côtés de l'auteur-compositeur Lou Reed. L'album, intitulé Lulu, est enregistré pendant des mois, et se compose en définitive de dix chansons[102] inspirées des pièces de théâtre de Frank Wedekind : Earth Spirit et Pandora's Box[103]. L'album est commercialisé le 31 octobre 2011. L'enregistrement a été problématique, du fait que Lars Ulrich a été défié par Lou Reed à un « combat de rue »[104]. Le 16 octobre 2011, Robert Trujillo confirme le retour du groupe en studio pour un nouvel album[105].

Metallica devait faire son apparition en Inde pendant le concert India Rocks, pour la promotion du Grand Prix automobile d'Inde 2011[106]. Cependant, le concert est annulé à cause de problèmes de sécurité[107]. Des fans sont montés sur scène pendant l'événement et les organisateurs ont été arrêtés pour fraude[108]. Metallica apparaît pour la première fois en Inde, à Bangalore le 30 octobre 2011[109],[110]. Le 10 novembre 2011, le groupe est annoncé au Download Festival de Donington Park, en Angleterre pour le 6 juin 2012, afin d'y jouer The Black Album dans son intégralité[111]. En décembre 2011, Metallica fait paraître des chansons exclusives, composées mais non incluses sur l'album Death Magnetic[112]. Le 13 décembre 2011, ils font paraître Beyond Magnetic, un EP mis en ligne sur iTunes[113]. Il est ensuite enregistré sous format CD en 2012[114]. Également en décembre 2011, Metallica fête son 30e anniversaire en jouant quatre shows à Fillmore, San Francisco. Ces shows sont uniquement réservés aux membres du Met Club et les tickets sont vendus à $ 6 (ou $ 19.81 pour les quatre nuits). Ces shows se composent de toutes les chansons jouées depuis la création de Metallica, en compagnie de nombreux artistes invités, et sont notables grâce à la présence de Dave Mustaine, Jason Newsted, Glenn Danzig, Ozzy Osbourne, Jerry Cantrell, Apocalyptica, les membres de Diamond Head, et King Diamond[115],[116].

Le 7 février 2012, Metallica annonce son intention de participer à un nouveau festival, l'Orion Music + More (en), qui se déroule les 23 et 24 juin 2012 à Atlantic City (New Jersey)[117]. Dans une entrevue effectuée en juin 2012 avec la station de radio canadienne 99.3 The Fox, Lars Ulrich révèle que le groupe ne commercialisera pas leur nouvel album avant 2014[118]. En novembre 2012, Metallica quitte Warner Bros. Records et lance son propre label discographique indépendant, Blackened Recordings, dans lequel leurs futurs albums seront commercialisés[119]. Ils acquièrent tous les droits de leurs précédents albums, qui seront de nouveau commercialisés par ce label. Les albums de Blackened seront distribués via Rhino Records aux États-Unis, et Universal Music à l'international[120],[121]. Le 20 septembre 2012, Metallica annonce, sur son site Internet, la parution prochaine d'un DVD, composé de concerts tournés au Québec en 2009, pour décembre 2012[122]. Le film musical, intitulé Quebec Magnetic, est commercialisé aux États-Unis en 2012[123]. Concernant leur album à venir, Lars Ulrich explique au magazine Classic Rock : « Ce qu'on est en train de faire ressemble à une suite (de Death Magnetic) »[124]. Comme annoncé en 2013, le groupe lance son premier film concert en 3D, intitulé Through the Never, réalisé par Antal Nimród et paru dans les cinémas IMAX le 27 septembre 2013[125].

Lars Ulrich explique dans une entrevue que « 2014 sera l'année d'un nouvel album de Metallica », et que ce dernier devrait paraître en 2015[126]. Kirk Hammett et Robert Trujillo confirment l'intention du groupe de retourner en studio[127]. Au second concert d'Orion Music + More qui se déroule à Détroit, le groupe joue sous le faux-nom de « Dehaan ». « Dehaan » est un nom inspiré de Dane DeHaan, qui a joué dans Through the Never (2013)[128]. Ils jouent leur premier album Kill 'Em All dans son intégralité, pour célébrer le 30e anniversaire de l'album[129]. Le 8 décembre 2013, le groupe joue en Antarctique dans un show qu'ils nomment Antarctica: Freeze 'Em All ; le groupe devient ainsi le premier au monde à avoir joué sur les sept continents[130]. La performance est filmée puis commercialisée dans un album live le même mois[131] et est reconnue en septembre 2014 par le Guinness World Record[132]. En 2014, Metallica organise une tournée mondiale, appelée Metallica by request, dans laquelle le groupe demande via les réseaux sociaux à ses fans les musiques qu'ils aimeraient entendre.

Style musical et textes[modifier | modifier le code]

Metallica est influencé par les premiers groupes et musiciens de heavy metal et de hard rock comme Black Sabbath, Deep Purple, Led Zeppelin, Queen, Ted Nugent, AC/DC, Rush, Aerosmith, et Scorpions[133], des groupes du New Wave of British Heavy Metal comme Venom, Motörhead, Diamond Head, Judas Priest, et Iron Maiden, et des groupes punk rock comme Ramones, Sex Pistols, et Misfits ainsi que les Stranglers.

Metallica utilise la chanson The Ecstasy of Gold d'Ennio Morricone comme introduction à ses concerts[réf. souhaitée]. Cette musique est présente dans la scène mythique du film Le Bon, la Brute et le Truand, lors de la course du cimetière.

Les premières chansons de Metallica contiennent un tempo rapide, des solos harmoniques et des instrumentaux de 9 minutes. Steve Huey, du site Allmusic, explique que la chanson Ride the Lightning met en valeur « l'étendue, les épopées progressives[134]. » Huey estime que Metallica a élargi sa composition technique, avec des gammes prenant une approche plus agressive, en suivant les rejets et les paroles de façon plus personnelle et socialement consciente[Quoi ?][style à revoir][134]. Les thèmes lyriques explorés sur Master of Puppets (album) incluent les leaders religieux et militaires, la rage, la folie, les monstres, et les drogues[135].

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • American Music Awards :
    • 1996 : groupe préféré : Heavy Metal/Hard Rock: Metallica – Load
    • 1996 : Chanson de metal/hard rock – Until It Sleeps
  • Billboard Music Awards :
    • 1997 : Billboard Rock and Roll Artist of the Year – Metallica (RIAA Diamond Award)
    • 1999 : Catalogue musical de l'année – Metallica
    • 1999 : Catalogue musical de l'année – Metallica
  • Kerrang! Awards :
    • 2003 : Hall of Fame – Metallica
    • 2003 : Meilleur groupe international – Metallica
    • 2004 : Meilleur groupe de la planète – Metallica
    • 2008 : Inspiration Award Winner – Metallica
    • 2009 : Meilleur album – Death Magnetic

Formation[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

Évolution des membres du groupe[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Metallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « 100 Greatest Artists: Metallica », Rolling Stone (consulté le 5 septembre 2013).
  2. http://www.rockandroll.fr/musique/info/metallica-062
  3. http://musique.jeuxactu.com/news-metallica-est-le-3e-plus-gros-vendeur-de-disques-aux-us-16499.htm
  4. http://loudwire.com/metallica-black-album-new-sales-record-frayed-ends-of-sanity-live-first-time/
  5. a, b et c (en) « Metallica Timeline Early 1981 – Early 1982 », MTV,‎ 28 mai 2009 (consulté le 28 mai 2009).
  6. (en) « 1981: Events », Timeline, Metallica,‎ 23 juin 2009 (consulté le 26 décembre 2009).
  7. (en) Jason Saulnier, « Lloyd Grant Interview », Music Legends,‎ 4 janvier 2012 (consulté le 6 mai 2013).
  8. (en) « Metallica Timeline March 14, 1982 – July 6, 1982 », MTV,‎ 28 mai 2009 (consulté le 28 mai 2009).
  9. (en) Malcolm Dome, Kerrang!, vol. 62, Londres, R.U, Spotlight Publications Ltd.,‎ 23 février 1984, « Anthrax 'Fistful of Metal' », p. 8
  10. a, b, c et d (en) « Metallica Timeline Fall 1982 – April 16, 1983 », MTV,‎ 31 mai 2009 (consulté le 31 mai 2009).
  11. Christe 2003, p. 86
  12. (en) Vinny Cecolini, « Foreclosure of a Team », Metal Hammer,‎ Novembre 1998
  13. (en) « Dave Mustaine: James Hetfield Is Jealous of Me », Blabbermouth.net,‎ 21 septembre 2004 (consulté le 31 mai 2009).
  14. (en) AskMen.com Editors, « Interview: Dave Mustaine news », AskMen.com, IGN Entertainment,‎ 31 mai 2009 (consulté le 31 mai 2009).
  15. a et b (en) Bernard Doe, « Love it to Death – Bernard Doe speaks to Dave Mustaine about life after Metallica », Metal Forces (consulté le 16 juin 2012).
  16. (en) « Anthrax; », Metallipromo.com,‎ 24 décembre 2010 (consulté le 18 mars 2013).
  17. a, b, c, d, e et f (en) « Metallica Chart Positions », Allmusic (consulté le 3 décembre 2007).
  18. (en) Mark Lepage, « Metal metamorphosis », James Orban,‎ 31 octobre 2009 (consulté le 12 juin 2013)
  19. (en) « Metallica Timeline May 10–27, 1983 – July 27 – Sept 3, 1983 », MTV,‎ 30 mai 2009 (consulté le 30 mai 2009).
  20. a et b (en) « Metallica Timeline October–December 1983 – August 1984 », MTV,‎ 30 mai 2009 (consulté le 30 mai 2009).
  21. (en) « Metallica timeline June 26, 1986 – September 27, 1986 », MTV (consulté le 16 novembre 2007).
  22. a et b (en) « Metallica timeline October 1986 – March 1987 », MTV (consulté le 30 novembre 2007).
  23. (en) « Jason Newsted Interview », Music Legends (consulté le 6 mai 2013).
  24. (en) K.J. Doughton, Metallica Unbound, Grand Central Publishing,‎ 1er août 1993 (ISBN 0-446-39486-6) :

    « ...the drummer had cozily established himself in a new house up in the hills of Berkeley. »

  25. (en) (en) Joel McIver, Justice for All: The Truth About Metallica, Omnibus Press,‎ 2004 (ISBN 1-84772-797-2), p. 85.
  26. (en) « MercuryNews.com – Listening to Death Magnetic at Metallica HQ », Blogs.mercurynews.com,‎ 29 août 2008 (consulté le 7 novembre 2010).
  27. (en) « Metallica timeline August 21, 1987 – December 4, 1987 », MTV (consulté le 1er décembre 2007).
  28. Christe 2003, p. 196
  29. a, b, c, d et e (en) « The Playboy Interview – Metallica », Playboy (consulté le 3 décembre 2007).
  30. (en) Huey, Steve, « ...And Justice for All – Review », Allmusic (consulté le 23 décembre 2006)
  31. (en) « Damaged Justice World Tour », metworld.co.uk (consulté le 9 décembre 2007).
  32. a et b (en) "Rockin' on an Island". Kerrang! 258. 30 septembre 1989.
  33. (en) Endelman, Michael, « Grammy's 10 Biggest Upsets », Entertainment Weekly (consulté le 3 décembre 2007).
  34. (en) « MTV: 100 Greatest Music Videos Ever Made », Rockonthenet.com (consulté le 8 décembre 2007).
  35. « A.D.D. Videos: 25 Years of MTV », MTV (consulté le 12 mars 2006).
  36. a et b (en) « Metallica timeline February 1990 – August 13, 1991 », MTV (consulté le 2 décembre 2007).
  37. (en) Garcia, Guy, « Heavy Metal Goes Platinum », TIME,‎ 14 octobre 1991 (consulté le 12 décembre 2007).
  38. (en) « Top 100 Albums », RIAA.com (consulté le 2 décembre 2007).
  39. (en) McIver, Joel (2004). Justice for All: The Truth About Metallica.
  40. a et b (en) « Metallica timeline August 9, 1992 – November 23, 1993 », MTV (consulté le 1er décembre 2007).
  41. a et b (en) « Metallica timeline December 1995 – June 27, 1996 », MTV (consulté le 5 décembre 2007).
  42. (en) Fricke, David, « Load Rolling Stone review », Rolling Stone,‎ 4 décembre 1996 (consulté le 7 décembre 2007).
  43. a, b, c, d et e (en) Some Kind of Monster feature film, Metallica, janvier 2004, Paramount Pictures.
  44. a et b (en) « Metallica timeline November 18, 1997 – December 8, 1998 », MTV (consulté le 5 décembre 2007).
  45. (en) « Metallica timeline February 24, 1999 – February 23, 2000 », MTV (consulté le 5 décembre 2007).
  46. a et b (en) « Testimony of Mr. Lars Ulrich », judiciary.senate.gov,‎ 11 juillet 2000 (consulté le 5 décembre 2007)
  47. (en) Jones, Christopher, « Metallica Rips Napster », Wired,‎ 13 avril 2000 (consulté le 5 décembre 2007).
  48. (en) « 2 Universities Block Internet Music Service », The New York Times,‎ 21 avril 2000 (consulté le 5 décembre 2007).
  49. (en) Oakes, Chris, « Time for a Napster Rest? », Wired,‎ 10 février 2000 (consulté le 5 décembre 2007).
  50. (en) Borland, John, « Metallica fingers 335,435 Napster users », CNET.com,‎ 1er mai 2000 (consulté le 5 décembre 2007).
  51. (en) Borland, John, « Napster boots Dr. Dre fans from service », CNET.COM,‎ 26 mai 2000 (consulté le 5 décembre 2007).
  52. (en) Pellegrini, Frank, « The End of the Line for Royalties? », TIME,‎ 6 mars 2001 (consulté le 12 décembre 2007).
  53. (en) « Napster settles suits », CNN,‎ 21 juillet 2001 (consulté le 5 décembre 2007).
  54. (en) Basham, David, « Bassist Jason Newsted Leaves Metallica », MTV,‎ 17 janvier 2001 (consulté le 3 décembre 2007).
  55. a et b (en) « Metallica timeline April 2001 – December 4, 2001 », MTV (consulté le 5 décembre 2007).
  56. (en) « Metallica timeline January 3, 2002 – March 19, 2003 », MTV (consulté le 5 décembre 2007).
  57. a, b et c (en) « St. Anger by Metallica », Metacritic.com (consulté le 5 décembre 2007).
  58. (en) Moreau, Kevin, « Rattle and Ho-Hum », Shakingthrough.net,‎ 23 juin 2003 (consulté le 5 décembre 2007).
  59. (en) DiCrescenzo, Brent, « Metallica St. Anger », Pitchfork Media,‎ 16 juin 200 (consulté le 5 décembre 2007).
  60. (en) « Grammy Award winners – Metallica », Grammy.com,‎ 9 décembre 2007 (consulté le 5 décembre 2007).
  61. (en) Tonie Yde Mørch, « Lars Ulrich – fra 'total ass' til familiefar », Berlingske Media, FRI.DK,‎ 27 juin 2009 (consulté le 7 juin 2011).
  62. a et b (en) « Metallica's Lars Ulrich Hospitalized in Switzerland, Misses Show », Yahoo Music,‎ 7 juin 2004 (consulté le 9 décembre 2006).
  63. (en) (en) Kaufman, Gil, « Metallica Opening for Rolling Stones in San Francisco », MTV,‎ 3 avril 2005 (consulté le 5 décembre 2007).
  64. (en) « Metallica's 'Videos' beats Slipknot's Voliminal' on Music Video Chart », Blabbermouth.net,‎ 15 décembre 2006 (consulté le 5 décembre 2007).
  65. (en) « Best Metal Performance », Grammy.com,‎ 8 décembre 2007 (consulté le 7 décembre 2007)
  66. (en) « We All Love Ennio Morricone », Metallica.com,‎ 20 février 2007 (consulté le 20 février 2007).
  67. (en) « Metallica Studio Update », Metallica,‎ 16 février 2006 (consulté le 23 décembre 2006).
  68. (en) « METALLICA's 'Death Magnetic' Sold Two Weeks Early at French Record Store? », Blabbermouth.net, Roadrunner Records (consulté le 7 novembre 2010).
  69. (en) « Kerrang! Metallica album leak... », kerrang.com (consulté le 17 septembre 2008).
  70. (en) Edna Gundersen, « Metallica remains calm over 'Magnetic' leaks », USA TODAY.com,‎ 11 septembre 2008 (consulté le 17 septembre 2008).
  71. (en) « Metallica's Death Magnetic Reigns on European Album Chart », sur Blabbermouth.net,‎ 25 septembre 2008 (consulté le 29 septembre 2008).
  72. (en) « Metallica's Death Magnetic Is Fastest-Selling Album of the Year in Australia », Blabbermouth.net,‎ 21 septembre 2008 (consulté le 29 septembre 2008).
  73. (en) « Metallica's Death Magnetic Tops Album Chart for Third Week in a Row », EuroInvester,‎ 1 octobre 2008.
  74. (en) « Death Magnetic : Metallica : Review : Rolling Stone ».
  75. (en) « Indie Review – Metallica, Death Magnetic », BBC Music.
  76. (en) « Metallica nominated in the EMA's and playing live at the VMA's in Latin America », Alternativeware,‎ 8 octobre 2008 (consulté le 8 octobre 2008).
  77. (en) « Metallica Consider Releasing Next Album Online | News @ », Ultimate-guitar.com (consulté le 1er octobre 2009).
  78. (en) « Jimmy Page, Jimi Hendrix, Eddie Van Halen, Steve Vai Among 'Chop ShopS Top Guitarists », sur Blabbermouth.net (consulté le 1er octobre 2009).
  79. (en) « Metallica, Run D.M.C. Lead Rock Hall Inductees », Billboard (consulté le 14 janvier 2009).
  80. (en) « Jason Newsted to rejoin Metallica », Metal-Injection,‎ 30 mars 2009 (consulté le 30 mars 2009).
  81. (en) « Jason Newsted: Trujillo won't play with Metallica during Rock Hall induction », idiomag,‎ 1er avril 2009 (consulté le 1er avril 2009).
  82. (en) « Metallica rocks Hall of Fame with other new members »,‎ 5 avril 2009 (consulté le 5 avril 2009).
  83. « DAVE MUSTAINE to METALLICA: 'I Am So Very Proud of All You Have Accomplished' », Blabbermouth.net, Roadrunner Records,‎ 27 février 2009 (consulté le 2 octobre 2009).
  84. (en) Metallica, « Metallica Heading to Cinemas », Billboard,‎ 14 septembre 2009 (consulté le 7 novembre 2010).
  85. (en) « Gold and Platinum » (consulté le 24 juillet 2010).
  86. (en) « Heading Down Under », Metallica,‎ 16 septembre 2010 (consulté le 12 octobre 2010).
  87. (en) « Final Release for 2010 », Metallica,‎ 25 octobre 2010 (consulté le 15 novembre 2010).
  88. (en) « Metallica: 'Live at Grimey's' EP Due in November », Blabbermouth.net, Roadrunner Records,‎ 6 octobre 2010 (consulté le 12 octobre 2010).
  89. (en) « Metallica's Lars Ulrich: I Would Like to Make Another Album with Rick Rubin », Blabbermouth.net,‎ 11 juillet 2009 (consulté le 11 juillet 2009).
  90. (en) « Metallica Is Open to Performing Full Albums in Concert Again », Blabbermouth.net,‎ 15 octobre 2009 (consulté le 5 novembre 2009).
  91. (en) « Metallica to Begin Work on New Album », Ultimate-Guitar,‎ 11 novembre 2010 (consulté le 11 novembre 2010).
  92. (en) « Metallica to Re-Team with Producer Rick Rubin for Next Album, Says Bassist », Blabbermouth.net,‎ 24 avril 2011 (consulté le 24 avril 2011).
  93. (en) « METALLICA 'About to Start Writing' New Album, Says Producer RICK RUBIN », Blabbermouth.net,‎ 20 juin 2011 (consulté le 21 juin 2011).
  94. (en) « METALLICA Confirmed for Brazil's ROCK IN RIO Festival », Blabbermouth.net, Roadrunner Records,‎ 9 novembre 2010 (consulté le 9 novembre 2010)
  95. (en) « Shows in 2011?!?!?! », Metallica,‎ 9 novembre 2010 (consulté le 8 juin 2011).
  96. « 'Tallica at Sonisphere U.K. », Metallica.com,‎ 13 décembre 2010 (consulté le 13 décembre 2010).
  97. (en) « MORE Big 4! », Metallica.com,‎ 17 décembre 2010 (consulté le 8 juin 2011).
  98. (en) « The Big Four Coming to the States », Metallica.com,‎ 25 janvier 2011 (consulté le 8 juillet 2011).
  99. (en) « The Big 4...European Edition Continued », Metallica.com,‎ 17 février 2011 (consulté le 8 juin 2011).
  100. (en) « Big 4 Again! », Metallica.com,‎ 22 février 2011 (consulté le 8 juin 2011)
  101. « Big 4 to Sweden! », Metallica.com,‎ 2 mars 2011 (consulté le 8 juin 2011)
  102. (en) « Secret Recording Project? », Metallica.com,‎ 15 juin 2011 (consulté le 16 juin 2011)
  103. Brock Thiessen, « Metallica and Lou Reed Set Release Date for Collaborative Album », Exclaim!,‎ 19 août 2011 (consulté le 21 août 2011)
  104. (en) « Lou Reed challenged Lars Ulrich to street fight », 3 News NZ,‎ 7 mai 2012
  105. (en) Brett Warner, « Metallica Begin Work on Their Next Studio Album », Ology,‎ 26 octobre 2011 (consulté le 30 octobre 2011).
  106. (en) « Metallica in India », Withjim.Com (consulté le 15 février 2012).
  107. (en) « Delhi Show Update », Metallica.com (consulté le 30 octobre 2011).
  108. (en) « Metallica: India gig organisers arrested », BBC,‎ 30 octobre 2011 (consulté le 4 novembre 2011).
  109. (en) « Delhi Show Update », IBN.
  110. (en) « Heavy metal heaven as heads bang in Bangalore », DNA,‎ 31 octobre 2011.
  111. (en) "Metallica to headline Download Festival at Donington". BBC. 15 novembre 2011.
  112. (en) « Metallica post two previously unreleased tracks online – listen », NME,‎ 8 décembre 2011 (consulté le 10 décembre 2011).
  113. (en) « ''Beyond Magnetic'' on iTunes », Itunes.apple.com (consulté le 15 juillet 2013).
  114. (en) « Beyond Magnetic EP », Amazon.com (consulté le 29 octobre 2012).
  115. (en) Metallica, « Metallica Celebrate 30-Year Anniversary at the Fillmore in San Francisco with Special Guests, New Beyond Magnetic EP », The Audio Perv,‎ 22 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012).
  116. (en) « News | Thirty Years... A Week Long Celebration in San Francisco », Metallica.com (consulté le 26 mars 2012).
  117. (en) By Stacey Anderson, « Metallica Announce Orion Music Festival | Music News », Rolling Stone,‎ 7 février 2012 (consulté le 26 mars 2012).
  118. (en) « No New METALLICA Album Before 2014 at the Earliest, Says LARS ULRICH », Blabbermouth.net,‎ 27 juillet 2012 (consulté le 27 juillet 2012).
  119. (en) « Metallica forms Blackened Recordings », 3 News NZ,‎ 3 décembre 2012.
  120. (en) Randall Roberts, « Metallica leaves Warner Music with its masters, forms Blackened Records », latimes.com,‎ 30 novembre 2012 (consulté le 17 décembre 2012)
  121. (en) Marc Hogan, « Metallica Name Their New Label: Blackened Recordings | SPIN | Newswire », SPIN,‎ 30 novembre 2012 (consulté le 17 décembre 2012).
  122. (en) « News | More Magnetic... on DVD! », Metallica.com (consulté le 18 novembre 2012).
  123. (en) « METALLICA: 'Quebec Magnetic' DVD, Blu-Ray Artwork Unveiled », Blabbermouth.net,‎ 22 octobre 2012 (consulté le 22 novembre 2012).
  124. (en) Geoff Barton, « Ulrich: Metallica 3D movie project influenced by Zeppelin », Classic Rock Magazine (consulté le 19 janvier 2013).
  125. (en) By RJ Cubarrubia, « Metallica's 3D Movie Headed to IMAX », Rollingstone.com,‎ 24 avril 2013 (consulté le 15 juillet 2013).
  126. (en) « Metallica to Hit the Studio in 2014: 'We'll Run Out of Excuses for Not Doing It by Then' », Ultimate-Guitar.
  127. (en) Jon Dekel, « Metallica to record new album in 2014 », Postmedia News,‎ 9 septembre 2013 (consulté le 26 décembre 2013).
  128. (en) Noisecreep Staff, « Metallica Surprise by Playing ‘Kill ‘Em All’ Set Under Fake Name Dehaan », Noisecreep,‎ 9 juin 2013 (consulté le 21 décembre 2013).
  129. (en) Gary Graff, « Who Is Dehaan? It's Metallica, Playing 'Kill 'Em All' at Orion Music Festival », Billboard,‎ 8 juin 2013 (consulté le 21 décembre 2013).
  130. (en) Miriam Coleman, « Metallica Play a Dome in Antarctica », Rolling Stone,‎ 9 décembre 2013 (consulté le 11 décembre 2013).
  131. (en) Gregory Adams, « Metallica Release 'Freeze 'Em All' Live Album », Exclaim!,‎ 19 décembre 2013 (consulté le 21 décembre 2013).
  132. (en) « Metallica become the first band to play on seven continents with Antarctica gig », sur www.guinnessworldrecords.com
  133. (en) « 30 on 30: The Greatest Guitarists Picked by the Greatest Guitarists », http://hairbangersradio.ning.com,‎ 3 décembre 2011 (consulté le 28 avril 2010).
  134. a et b (en) Huey, Steve, « Ride the Lightning – Metallica », Allmusic (consulté le 8 décembre 2007).
  135. (en) Huey, Steve, « Master of Puppets – Metallica », Allmusic (consulté le 8 décembre 2007).
  136. « Grammy Award winners – Metallica » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Mis en ligne le 9 décembre 2007, consulté le 5 décembre 2007.

Annexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Metallica.

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Alberola (2009), Anthologie du hard rock, De Bruit, de fureur et de larmes, Camion Blanc (ISBN 978 -2- 35-779-000-1) ;
  • (en) Steffan Chirazi et Metallica, So What! : The Good, The Mad, and The Ugly, Broadway,‎ 2004 (ISBN 0-7679-1881-9) ;
  • (en) Ian Christe, Sound of the Beast: The Complete Headbanging History of Heavy Metal, HarperCollins,‎ 2003 (ISBN 0-380-81127-8) ;
  • (en) Glenn Pillsbury, Damage Incorporated: Metallica and the Production of Musical Identity, Routledge,‎ 2006 (ISBN 978-0-415-97374-8).

Liens externes[modifier | modifier le code]