Godflesh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Godflesh

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Justin Broadrick avec Godflesh au Wetlands Preserve à New York le 11 novembre 1996

Informations générales
Surnom Fall of Because (1982–1988)
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Metal industriel[1], post-metal[2], industriel expérimental[3]
Années actives 1988 - 2002 puis 2009 à aujourd'hui
Labels Earache, Music for Nations, Koch, Relapse, Columbia, Swordfish Records
Composition du groupe
Membres Justin Broadrick
Ben "GC" Green
Anciens membres Ted Parsons
Paul Raven
Paul Neville
Robert Hampson
Steve Hough
Bryan "Brain" Mantia
Dermot Dalton
Logo

Godflesh est un groupe de metal industriel anglais fondé à Birmingham, au Royaume-Uni. Initialement connu sous le nom de Fall of Because, il a été formé en 1988 par Justin Broadrick (Guitare, chant, boite à rythme) et Ben « GC » Green (Basse) et dissout en 2002. La musique novatrice de Godflesh est largement reconnue comme une des influences fondamentales du metal industriel et du post-metal[1]. Broadrick et Green ont reformé Godflesh en 2009.

Histoire[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

En 1982, Green crée Fall of Because (nommé d'après une chanson de Killing Joke)[4] avec Paul Neville. Broadrick, qui avait joué en tant que guitariste dans le groupe Napalm Death, rejoint le groupe au milieu de l'année 1985 en tant que batteur et chanteur. Il quitte le groupe en 1987. Broadrick passa alors deux ans (1986-1988) en tant que membre de Head of David. En 1988, il contacte Green pour reformer Fall of Because. Justin décide de reprendre la guitare et ils choisissent d'utiliser une boîte à rythmes pour les accompagner. Ils décident également de changer de nom pour utiliser celui de Godflesh[4].

Carrière (1989-2001)[modifier | modifier le code]

Godflesh se propulse dans la musique underground avec des albums tels que Streetcleaner et Pure, qui démontrèrent l'efficacité de leur alliance de lo-fi et de musique lourde et pesante. Un bref contrat avec le label Columbia Records en 1994 pour Selfless et pour l' EP Merciless voit le duo adopter l'approche d'une production plus propre. En 1996, Godflesh sort Songs of Love and Hate, qui compte la présence du batteur Bryan Mantia (Guns N 'Roses, Primus, Praxis). A l'album suivant, Us and Them, le groupe expérimente en orientant sa musique vers une électronique de type drum and bass, dans laquelle le son de guitare joue un rôle moins central. En 2001, Godflesh publie un double album rétrospectif In All Languages. Cette même année, ils sortent l'album Hymns, enregistré avec le batteur Ted Parsons (ex-Swans et Prong) qui permet au groupe un retour à ses racines lentes et lourdes tout en conservant des éléments electronica et hip-hop.

Dissolution (2002)[modifier | modifier le code]

Green quitte le groupe fin 2001. Il est annoncé que Green serait remplacé par l'ancien bassiste de Killing Joke et Prong Paul Raven. Dans l'intervalle cependant, la relation de treize ans de Broadrick avec sa petite amie se termine et Broadrick souffre d'une dépression nerveuse peu avant son départ pour une tournée aux États-Unis[5].Broadrick déclara qu'il s'était "senti paralysé par le stress, qui avait évolué sur plusieurs mois, et [qu'il] ne pouvai[t] littéralement pas sortir du lit. [Il était] engourdi et ne pouvait plus bouger, donc quand la voiture est venue [l]e chercher pour [l]'emmener à l'aéroport, [il a] couru [s]e cacher dans la maison d'un autre ami à Birmingham en Angleterre".

La tournée annulée cause encore davantage de problèmes à Broadrick. Les compagnies de bus avaient été affrétées, les groupes High On Fire et Halo avaient été bookés comme support. Et tous ceux qui y perdirent de l'argent vinrent le réclamer auprès de Broadrick. «Je recevais des menaces de mort de la compagnie d'autobus à Los Angeles, " Broadrick dit. "J'ai perdu près de 35.000$ que je n'avais pas. J'étais fauché et j'ai dû vendre ma maison et payer toutes mes dettes par carte de crédit. Je n'ai à peu près plus rien fait pendant quatre mois à part beaucoup boire." Sur une affiche de promotion du premier EP de Jesu, Heart Ache, le sous-titre se lisait comme suit "Godflesh est mort, Jesu est vivant." Broadrick publia une déclaration sur la fin de Godflesh:

Le 10 avril 2002, j'ai dissous Godflesh. C'était quelque chose que j'avais douloureusement muri depuis le départ du groupe en octobre 2001 de GC Green. De manière regrettable, il m'a fallu attendre le jour du départ pour une longue tournée américaine pour que la réalisation [que le groupe était fini] se fasse en moi. Malheureusement, le côté définitif de cette décision, en être responsable, c'était trop pour moi qui étais à vif, et je me suis effondré sous le poids de la responsabilité. J'ai fini par comprendre que sans GC Green Godflesh n'existait pas, et son départ s'est avéré être un présage pour moi. Je pense aussi que tout ce nous avions initialement prévu ou même imaginé avec Godflesh nous l'avions fait. Mon seul regret a été de blesser à la fois les membres restants du groupe Ted Parsons et Paul Raven, et de décevoir ceux dans le monde entier qui croyaient en Godflesh… Dans un avenir proche, mon nouveau projet fondateur Jesu émergera. Dès lors ce n'est pas du tout la fin de l'écriture / de la guitare / du chant pour moi. Simplement la fin d'un chapitre. Je voue une gratitude infinie à tous ceux qui ont cru en et qui ont soutenu Godflesh tout au long de son histoire longue de 14 ans. Vous savez de qui je parle… Vive la nouvelle chair…

Reformation (2010–présent)[modifier | modifier le code]

En novembre 2009, un concert de retrouvailles avait officiellement été annoncé pour l'édition 2010 du Hellfest (Clisson, France).

Interrogé dans un interview de février 2010 à propos de l'avenir de Godflesh, Broadrick répondit: "Godflesh ne s'engagera pas sur quoi que ce soit en dehors du Hellfest pour le moment. Je suis pas sûr de là où nous allons à partir de là, si nous allons même quelque part." Il révéla également que le groupe n'exclurait pas exclu la possibilité de produire nouveaux enregistrements"[6].

Godflesh joue au Festival Supersonic à Birmingham, Royaume-Uni, le 23 octobre 2010, en tête d'affiche partagée avec les Swans[7]. Ils ont également été confirmés pour l'édition 2011 du Roadburn Festival à Tilburg, Pays-Bas, où ils ont joué leur premier album dans son intégralité[8].

En décembre 2010, Broadrick déclare à Decibel magazine que le groupe est en train de mettre en commun des idées pour un nouvel album studio. Il explique: "C'est quelque chose dont nous parlons tout le temps, et j'ai des bouts de matériau. Mais c'est quelque chose que nous aimerions vraiment développer. Il serait assez facile de tabler sur huit à dix titres paraphrasés et les enregistrer aussi vite que possible pour tabler sur la popularité du groupe, mais on ressentirait ça comme une imposture. S'il faut encore deux ans avant un autre enregistrement de Godflesh, ainsi soit-il. La chose la plus importante est de faire un enregistrement qui soit au niveau du reste de la discographie. Mais, oui, j'ai bien encore ça en moi."[9].

En avril 2012, Broadrick confirme dans l'édition avril/mai de Rock-A-Rolla magazine qu'un nouvel album est en préparation: "Nous avons l'intention de sortir un nouvel album, probablement en 2013, et de l'enregistrer à la fin de 2012. Un EP viendra probablement avant l'album. Nous allons prendre notre temps avec cet album, on ne prend pas ça à la légère."[10]. Godflesh a joué en tête d'affiche au Maryland Deathfest 2012 le 25 mai. C'était leur performance première nord-américaine depuis environ 17 ans.

Collaboration et projets parallèles[modifier | modifier le code]

Plusieurs autres musiciens ont enregistré et joué en live avec Godflesh. Paul Neville rejoignit Broadrick et Green pour Streetcleaner et Slavestate. Robert Hampson, ancien guitariste de Loop, est apparu sur Pure et Cold World.

Les membres de Godflesh ont été impliqués dans de nombreux projets parallèles, leur permettant d'exploiter leur intérêt pour d'autres genres musicaux, comme l'electronica, l'ambient, le dub, le hip-hop industriel et le digital hardcore. Broadrick a collaboré avec Kevin Martin et Alec Empire, entre autres[11]. Jesu et Final sont des projets de Broadrick encore actifs.

Style musical[modifier | modifier le code]

Les influences principales de Godflesh sont la musique bruitiste créée par Whitehouse[12], le noise rock de Swans[13], l'ambient créé par Brian Eno[14] et le metal de Black Sabbath[15]. Godflesh est parmi les pionniers majeurs du metal industriel[16],[17].

Godflesh est connu pour son mélange unique de beats venus de boîtes à rythmes, de drones, de guitares discordantes et puissantes, et de basse intermittente. Sur leurs albums précédents, les rythmes, les sons de synthèse et les échantillons sont crédités "Machine" ou "Machines". Plus tard, Godflesh fait usage de batteurs : Mantia Bryan et Ted Parsons. Leur style étrange, lent et répétitif est communément décrit comme «apocalyptique»[18]. Le son Godflesh a été décrit comme "le Pornography de The Cure sous Quaalude"[19].

Le chant de Broadrick est souvent guttural, faisant usage de quelque chose qui ressemble à la technique du death grunt, mais il a parfois fait montre d'une voix plus douce, aux côtés plus mélodiques, comme sur "I Wasn't Born to Follow" de l'album "Pure". Les paroles sont laconiques, énigmatiques et sombres, insistant souvent sur ​​les thèmes de la dualité ou l'opposition; la paranoïa et le martyr sont aussi des thèmes communs de la musique Godflesh et des artworks.

Influences[modifier | modifier le code]

Godflesh a été cité comme une influence par Korn[20], Metallica[21], Danzig[22], Faith No More[23], Fear Factory[20], Converge[24], Isis[1], Pitchshifter et Ministry parmi tant d'autres. Justin Broadrick a été invité à se joindre à Danzig et Faith No More en tant que membre à plein temps du groupe, mais Broadrick voulait se concentrer sur Godflesh[4].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Justin Broadrick - Guitare, chant, boite à rythme
  • Ben « GC » Green - Basse

Anciens membres[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Godflesh.
  • 1988: Godflesh (EP)
  • 1989: Street Cleaner (LP)
  • 1991: Split with Loop (Split avec Loop)
  • 1991: Slateman (EP)
  • 1991: Slavestate (EP)
  • 1991: Slavestate Remixes (EP)
  • 1992: Pure (LP)
  • 1991: Cold World (EP)
  • 1994: Merciless (EP)
  • 1994: Selfless (LP)
  • 1995: Crush My Soul (EP)
  • 1996: The Ten Commandments (Compilation)
  • 1996: Song Of Love And Hate (LP)
  • 1997: Love And Hate In Dub (LP)
  • 1999: Us And Them (LP)
  • 2000: Messiah (EP)
  • 1991: Cold World (EP)
  • 2001: In All Languages (Compilation)
  • 2001: In All Languages (DVD)
  • 2001: Hymns (LP)
  • 2014: A World Lit Only By Fire (LP)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jon Caramanica, "The alchemy of art-world heavy metal", International Herald Tribune, September 20, 2005. [1] Access date: July 25, 2008.
  2. (en) The Rough Guide to Rock, Buckley, Peter,‎ 2003, 908 p. (ISBN 1858284570)
  3. (en) Gardner, Noel, « Godflesh - Slavestate, Pure, Cold World Reissues », The Quietus,‎ August 21, 2009 (consulté le January 21, 2013)
  4. a, b et c (en) « The Godflesh FAQ »,‎ July 31, 2001
  5. [html] (en) Jon Wiederhorn, « Godflesh Singer Suffers Breakdown, Breaks Up Band », MTV,‎ 1 mai 2002
  6. (en) « Godflesh Mainman Doesn't Rule Out Possibility Of New Material », Blabbermouth.net,‎ 5 février 2010
  7. (en) « SWANS + GODFLESH HEADLINE SUPERSONIC FESTIVAL 2010 »
  8. (en) « BLABBERMOUTH.NET - GODFLESH To Perform Entire 'Streetcleaner' Album At ROADBURN Festival », Roadrunnerrecords.com
  9. (en) « BLABBERMOUTH.NET - Reunited GODFLESH Working On New Material », Roadrunnerrecords.com
  10. Rock-A-Rolla Issue 37, page 7.
  11. (en) « Godflesh A-Z », Godflesh.com
  12. Kaye 1992, page 16.
  13. (en) Ruffin, Josh, « Justin Broadrick: Existing through risk », Metro Spirit,‎ 23 octobre 2007
  14. (en) Bartkewicz, Anthony, « Justin Broadrick », Decibel Magazine,‎ mars 2007 (consulté le 19 juin 2008)
  15. Pettigrew 1991, page 22.
  16. Pettigrew, Jason. Godflesh: the Power of Positive Paradoxes. Alternative Press, 5(36), 1991, page 22.
  17. (en) Chick, Stevie, « Till deaf us do part », guardian.co.uk,‎ 18 juillet 2008
  18. (en) « Godflesh Interview », Godflesh.com
  19. Thompson 1994, page 44.
  20. a et b Yates, Catherine (2001). Souls of a New Machine. Kerrang! 871: page 19.
  21. Alexander, Phil (1995). Alien Soundtracks! Kerrang!, 528: page 52.
  22. (en) Blush, Steven, « DANZIG - Seconds Magazine No 44 »,‎ octobre 1997 Archived at www.The7thHouse.com.
  23. Mörat 1990, page 14.
  24. Converge FAQ [2] Access date: July 25, 2008.