Breakbeat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Breakbeat (homonymie).

Breakbeat

Origines stylistiques Hip-hop, freestyle, Miami bass, electro, funk, turntablism
Origines culturelles Années 1970, États-Unis ; Fin des années 1980, Royaume-Uni
Instruments typiques Boîte à rythmes, clavier, synthétiseur, séquenceur, sampler
Popularité Répandue durant les années 1990 ; modérée actuellement

Genres dérivés

Jungle ou drum and bass, 2-step garage, 4-beat, dubstep

Genres associés

Acid breaks, big beat, breakcore, broken beat, nu-funk, nu skool breaks, progressive breaks

Le breakbeat désigne un courant de musique électronique caractérisé par la présence de rythmes binaires très syncopés et l'utilisation intense de polyrythmes (en anglais breakbeat signifie littéralement « rythme cassé »)[1]. Le breakbeat s'oppose ainsi à d'autres genres de musique électronique au rythme plus régulier et stable telle que la house.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce modèle rythmique est inspiré notamment initialement de la musique funk. Des exemples précurseurs du breakbeat dans les accompagnements musicaux d'artistes funk et soul incluent James Brown, Herbie Hancock ou Lyn Collins. Le breakbeat est créé aux États-Unis par le DJ de hip-hop DJ Kool Herc qui passe en boucle un même extrait de chanson sur lequel ne sont présentes que la basse et les percussions. Il a en effet remarqué que le public réagit mieux aux passages instrumentaux rythmiques. Les danseurs de Hip-Hop se nomment breakers à cause du rythme utilisé. Il est toujours joué dans les battles de breakdance.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Par extension, le terme breakbeat peut être employé de façon générique pour désigner la famille de genres musicaux qui font usage de ce type de rythmique, par exemple le hip-hop, le drum and bass ou encore le trip hop. On désignera aussi naturellement par ce terme la musique faisant appel à des rythmes breakbeat mais ne pouvant être classée dans un genre musical plus spécifique. Techniquement, la séquence breakbeat est réalisée à partir d'échantillons de batterie issus d'enregistrements existants ou alors construits de manière originale à l'aide d'une boîte à rythmes ou d'une batterie acoustique. Par extension, les compilations d'échantillons de batterie (ou de boucles de rythme) et les disques-outils (tools) spécialisées pour les DJ sont nommés breakbeat.

Le terme breakbeat est utilisé pour l'électro ; il désigne un type de musique utilisant beaucoup de basses sur des rythmes très entraînants. Ce dérivé du genre s'est essentiellement développé en Angleterre. On en distingue plusieurs variations, telles que le big beat, le nu skool breaks ou le breakbeat progressif. Il est représenté par des groupes ou DJ's comme les Stanton Warriors, Cut & Run, Adam Freeland ou encore les Plump DJ's.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Définition », sur oxforddictionaries.com.