Hardstyle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hardstyle

Origines stylistiques Hard house, nu style gabber, hard trance, acid techno, musique industrielle
Origines culturelles Fin des années 1990, début des années 2000
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de l'Italie Italie
Instruments typiques Boîte à rythmes, clavier, séquenceur, synthétiseur, sampler
Popularité De faible à répandue

Genres dérivés

Early hardstyle, nu hardstyle, rawstyle, euphoric hardstyle

Le hardstyle est un style de musique électronique influencé par la hardtechno, la hard house, la hard trance, et hardcore. Il est caractérisé par un kick lourd et un tempo généralement basé à 150 BPM. Le style émerge au début des années 2000, principalement aux Pays-Bas et en Belgique, et se développe par la suite dans certains pays d'Europe tels que l'Italie et l'Allemagne. Prenant une part de mélodie à la hard trance (pouvant aller de sombres et sinistres à joyeuses et festives), tout en reprenant un rythme plus rapide et des basses plus agressives (distordues, mais dans une moindre mesure que le gabber).

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

The Prophet, considéré comme le pionnier du genre hardstyle[1].

Des premières sonorités d'une musique électronique, plus tard connue sous le nom de « hardstyle », peuvent être entendues à la fin des années 1990, période durant laquelle parallèlement la scène musicale gabber néerlandaise régresse en popularité suite à de nombreuses controverses[2]. En 1998, depuis la scission entre hardcore et happy hardcore, certains artistes tels que The Prophet, le désormais pionnier reconnu du genre[1], DJ Zany, Showtek et Dana van Dreven, expérimentent de nouvelles sonorités accessible en y mélangeant musique gabber à d'autres styles musicaux comme la hard trance, la house et le hardcore et en y ralentissant le tempo[1],[3],[4] aux environs de 150 BPM[5], mais oscillant plus précisément entre 130 et 160 BPM (anciens et nouveaux genres confondus)[6].

Le hardstyle émerge au plus tôt des années 2000 aux Pays-Bas, en Angleterre, et en Allemagne[6],[7]. Durant son émergence, Qlimax est le premier festival majeur à diffuser ce type de musique[4]. En 2002, de nombreux labels discographiques émergent dont majoritairement ceux de Fusion et Scantraxx. Des chansons et albums hardstyle commencent en ce temps à atteindre les classements musicaux européens. En 2004, l'album Hardstyle Night atteint la 11e place des classements musicaux suisses pendant cinq semaines[8].

Depuis 2005, le hardstyle original, désormais connu sous le terme de « early hardstyle » ou « oldschool hardstyle », est petit-à-petit remplacé par un autre genre nommé « euphoric hardstyle » basé sur 150 BPM.

Émergences nouvelles[modifier | modifier le code]

De nombreux autres types de musiques liées au hardstyle ont originellement émergées en Europe, spécifiquement aux Pays-Bas. Dans certains pays d'Europe de l'Ouest, ces types de musiques se sont largement popularisées[6]. En 2007, le hardstyle se popularise massivement dans des pays tels que la Belgique, la Pologne, l'Estonie, le Danemark, la Malaisie, et l'Australie[3],[9]. Le hardstyle se rapporterait également populaire en Amérique du Sud et sur le continent africain[6]. Depuis 2005, de nombreux albums ont atteint les classements musicaux principalement suisses et autrichiens. Depuis la parution de son septième volume, la série des compilations Hardbass atteint les classements musicaux suisses et autrichiens[10]. En 2010, l'album Hardstyle Vol.21, mixé par Dutch Masterz et Wildstylez, atteint pendant une semaine les classements musicaux suisses et autrichiens à la 12e et 8e place, respectivement[11]. Un nouveau style de hardstyle, nommé « hardstyle nu-style », apparait peu à peu sur la scène. Depuis la fin de l'année 2008, certains DJ, comme Headhunterz, D-Block & S-te-Fan, Frontliner, Scope DJ et autres, s'en rapprochent fortement en utilisant des kicks subissant une distorsion plus puissante, et des basses beaucoup plus lourdes, avec des mélodies plus enjouées qu'à l'accoutumée, mais ce style donne un côté plus commercial à la musique, ce qui rebute beaucoup de fans de longue date du hardstyle[réf. nécessaire], qui eux sont plus attachés aux mélodies simples et aux fameuses « reverses basses » chères au « early hardstyle »[réf. nécessaire].

Sous-genres[modifier | modifier le code]

Le dubstyle désigne une nouvelle variation, ou sous-genre, du hardstyle, ayant émergé au début des années 2010. Le dubstyle[12] est le nom attribué à la fusion des genres hardstyle et dubstep. Le dubstyle utilise des wobble basslines accompagnés d'un kick distordu typique au hardstyle, les mélangeant au rythme, au groove, et au tempo du dubstep[13],[14]. Le genre est produit par des artistes tels que Zatox[15]. Aux alentours de 2011, de plus en plus de termes émergent identifiant le développement du hardstyle. Le rawstyle[12] est un type de hardstyle influencé par du gabber hardcore ou du early hardstyle[16].

Production[modifier | modifier le code]

La totalité des musiques hardstyle sont composées par un (voire plusieurs) logiciels audio-numériques spécialisés dans la création musicale par ordinateur. De tels logiciels peuvent inclure Cubase, FL Studio, Ableton Live, Logic, Nuendo, ou Reason. Le hardstyle se caractérise par un kick distordu, de nombreuses lignes de percussions courtes[6], et partage une sonorité similaire à celle du gabber et de la hard trance[7]. Il se caractérise également de sons synthétisés[6] avec un tempo oscillant entre 130 et 160 BPM[6].

Il existe trois variétés différentiables dans le hardstyle  : le hardstyle néerlandais et belge comprenant Headhunterz, DJ Coone, The Prophet, Zany, le hardstyle italien avec notamment Technoboy, Tatanka, Zatox, Activator, DJ Stephanie et Tuneboy, et le hardstyle australien représenté par Toneshifterz, Audiofreq et Code Black.

Festivals[modifier | modifier le code]

Qlimax, l'un des plus importants festivals de la scène hardstyle[4].

Les soirées hardstyles les plus importantes sont organisées par deux grands organismes que sont Q-dance[17] et B2S : Qlimax, Defqon.1, Q-Base, In Qontrol, Iqon, Qountdown et X-Qlusive pour Q-dance ; Decibel, Hard Bass et Thrillogy pour B2S. La plupart de ces événements ont un concept évolutif permettant lors de la même soirée d'écouter du jumpstyle ou de la hard trance au début, du hardstyle principalement et du hardcore pour la fin de soirée. Certains festivals comme Q-Base ou Defqon.1 de Q-dance réunissent beaucoup de styles différents, répartis dans différentes zones, dans lesquels le visiteur est libre d'aller selon ses envies. Les festivals en Belgique sont organisés par Bass Events : Reverze, Bassleader, Adrenaline, Summer Festival, Syndrome Festival, etc. ainsi que The Qontinent, en collaboration avec Q-dance.

ID&T possède également un pied dans le marché avec Black (précédemment appelé Sensation)[18]. Ils organisent également le festival Tomorrowland en Belgique, où Q-dance possède sa propre scène hardstyle. Ces événements sont animés pour la plupart par des maîtres de cérémonie reconnus dans le monde du hardstyle, comme MC Ruffian, MC Villain, DV8 et Chucky.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « What is hardstyle? », sur Las Vegas City Life,‎ 6 juillet 2012 (consulté le 11 juin 2013)
  2. (en) « 01.04.2000: Thunderdome 2000 (cancelled) », sur www.thunderdome.com (consulté le 2 janvier 2013)
  3. a et b (en) « Hardcore History. Powerd by Hard Music Romania Hardstyle », sur Corehistory (consulté le 1er janvier 2013)
  4. a, b et c (en) « Hardstyle Music History », sur Hardstyle Samples (consulté le 11 juin 2013)
  5. (en) « hardstyle », sur Urban-dictionnary (consulté le 8 juillet 2011)
  6. a, b, c, d, e, f et g (en) « What Is Hardstyle? », sur Wisegeek (consulté le 11 juin 2013)
  7. a et b (en) essiheart, « What is Hardstyle Music? », sur essiheart,‎ 2 avril 2011 (consulté le 11 juin 2013)
  8. (fr) « Hardstyle Night », sur Ultratop (consulté le 11 juin 2013)
  9. (en) « Hardstyle Music », sur Fantazia (consulté le 11 juin 2013)
  10. (fr) « HARDBASS CHAPTER 7.SEVEN (ALBUM) », sur lescharts.com (consulté le 11 juin 2013)
  11. (en) « HARDSTYLE VOL. 21 (ALBUM) », sur australian-charts.com (consulté le 11 juin 2013)
  12. a et b (en) « Q-Dance », sur Q-dance (consulté le 13 août 2014).
  13. (en) « Dubstep Basics »,‎ 1er juillet 2010 (consulté le 13 août 2014).
  14. (en) « Dubstyle », sur Urban Dictionnary (consulté le 11 juin 2013).
  15. (en) « Action Zatox & Villain United », sur DJ Mag (consulté le 13 août 2014).
  16. (en) « Article on the split between rawstyle and euphoric hardstyle », sur Fear.FM (consulté le 13 août 2014).
  17. (en) « Q-dance: A ten-year retrospective », sur Q-Dance,‎ 5 août 2010 (consulté le 11 juin 2013)
  18. (en) Tiki Travel, Netherlands Travel Guide - Tiki Travel (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]