Ambient

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ambient

Origines stylistiques Musique électronique, musique classique minimaliste, Musique planante
Origines culturelles Drapeau du Royaume-Uni, Royaume-Uni
dans les années 1970
Instruments typiques Synthétiseur, Boîte à rythmes, Séquenceur, Clavier

Genres dérivés

ambient house, ambient techno, ambient minimaliste, heavenly voices, illbient, tribal ambient, trip hop, dub, psybient, psychill

L'ambient est un genre de musique électronique dont les limites sont difficiles à définir.

Le terme, inventé par Brian Eno, faisait au départ référence à la vocation du genre à constituer une musique d'ambiance ou, plus précisément, une musique "de fond" (Eno avait justement composé un premier album d'ambient intitulé Music For Airports). Par la suite, c'est plus la prédominance des nappes et l'absence de beat qui ont servi à définir le genre et son succès lors des années 1990. Le journaliste spécialisé Jon Savage va même jusqu'à qualifier l'ambient de « don de Dieu à l'industrie musicale »[1].

Le terme reste cependant profondément ancré dans le contexte de la musique planante des années 1970 qui ne correspond pas forcément à la notion d'ambient, puisque pas forcément électronique et pas forcément purement instrumental : Tangerine Dream, Klaus Schulze, Ash Ra Tempel, Heldon, Brian Eno, Harold Budd, Pink Floyd, mais aussi de la musique classique minimaliste (Steve Reich et Philip Glass notamment, voire Erik Satie).

On peut citer quelques autres musiciens ayant fait de l'ambient, sans être cantonnés au genre : Biosphere, Thomas Köner, Aphex Twin ainsi que Darshan Ambient.

Psybient[modifier | modifier le code]

Psybient est un style de musique électronique qui contient les éléments de trance psychédélique, ambient, downtempo, dub, musique ethnique, de la musique " new age ". Autres noms: psytrance ambiant, goa ambiant, psychil, psydub . Généralement psybient est un nom court d’ambient psychédélique.

Pour caractériser l'un des aspects du style, on peut dire que il est 2-3 fois plus lent que psytrance, généralement avec rythme moins défini. Cependant, il faut beaucoup plus à dire sur cette section. Souvent, une base rythmique lente ( pas nécessairement avec le battement, le clavier et les échantillons en direct avec "plongée" son pertinente peut être souvent utilisé ) peut être couvert par des éléments ambiante, filtrée et retravaillée avec de nombreux effets, pour obtenir un son psychédélique particulier.

Psybient peut inclure des morceaux tout simplement électroniques, ainsi que live, ceux avec des instruments traditionnels, des techniques vocales archaïques et des éléments de chant méditatif. Souvent l’électronique est combiné avec des instruments modernes et ethniques, y compris les rituels archaïques et motifs, les sons de claviers cosmiques et de la musique harmonique. Psybient est habituellement joué dans la zone du chill out à des festivals de musique, car il est moins redondant que la musique méditative ou de détente. Parfois, il se distingue par rythmique et les éléments les plus profondes et méditatives ethniques, avec une utilisation minimale electronique. Ce type de musique psybient est utilisé pour des méditations collectives et pratiques rituelles, ainsi que l'arrière-plan pour le yoga et les pratiques de Qigong.

Les représentants les plus connus et décrits de ce style sont le projet de Simon Posford Shpongle ( qui va souvent au-delà du style), Ott, projet israélien Shulman, anglais Entheogenic, russe Koan, Chronos et Astropilot, Astronaute Ape. Informations sur psychill, psybient, événements de musique downtempo, ainsi que les derniers albums, les projets, les EP des artistes, des entrevues avec eux, etc peuvent être trouvés sur le site Web du projet www.psybient.org internationale, créée sur les principes de " Vivre Aimer Créer et Partager " .

Représentants du psychill[modifier | modifier le code]

Labels[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • David Toop, traduit par Arnaud Révillon. Ocean of sound : Ambient music, mondes imaginaires et voix de l'éther. L'Éclat, 2000 (318 p.), réédité en 2008 (382 p. mais dans un format plus petit) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • BERNARD Olivier, Anthologie de l'ambient - D'Erik Satie à Moby : nappes, aéroports et paysages sonores, Rosières-en-Haye, Camion Blanc, 2013, 812 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jon Savage (trad. Étienne Menu), Machine Soul : une histoire de la techno [« Machine Soul: a history of techno »], Éditions Allia,‎ février 2011, 90 mm × 140 mm, 58 p. (ISBN 978-2-84485-381-3), p. 52-56
    Le texte constituant cet ouvrage est la traduction de l'article initial suivant : (en) Jon Savage, « Machine Soul: a history of techno », The Village Voice,‎ 1993 (ISSN 0042-6180)