Francesco Crispi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Francesco Crispi
Image illustrative de l'article Francesco Crispi
Fonctions
17e et 20e président du Conseil italien
Monarque Humbert Ier
Prédécesseur Agostino Depretis
Successeur Antonio di Rudinì
Monarque Humbert Ier
Prédécesseur Giovanni Giolitti
Successeur Antonio di Rudinì
Président de la Camera dei deputati
Monarque Humbert Ier
Prédécesseur Giuseppe Branchieri
Successeur Benedetto Cairoli
Ministre de l'Intérieur
Président du Conseil Agostino Depretis
Prédécesseur Giovanni Nicotera
Successeur Agostino Depretis
Président du Conseil lui-même
Prédécesseur Agostino Depretis
Successeur Giovanni Nicotera
Président du Conseil lui-même
Prédécesseur Giovanni Giolitti
Successeur Antonio di Rudinì
Ministre des Affaires étrangères
Président du Conseil lui-même
Prédécesseur Agostino Depretis
Successeur Antonio di Rudinì
Biographie
Nom de naissance Francesco Crispi
Date de naissance
Lieu de naissance Ribera (Royaume des Deux-Siciles)
Date de décès (à 81 ans)
Lieu de décès Naples
Nationalité italienne
Religion Catholique

Francesco Crispi
Présidents du Conseil italien

Francesco Crispi (né le à Ribera, près d'Agrigente, dans le royaume des Deux-Siciles et mort le à Naples) est un homme d'État italien du Royaume d'Italie, qui fut président du conseil du au , puis du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Le républicain[modifier | modifier le code]

Avocat à Naples, Francesco Crispi participe au soulèvement de 1848-1849 dans le royaume des Deux-Siciles. Après l'échec du soulèvement, il se réfugie dans le Piémont. Républicain mazzinien, il est expulsé du Piémont après la tentative de complot de ses amis en 1853. Il se réfugie à Malte, où il se marie, puis à Paris. De nouveau expulsé, il trouve asile à Londres, où il devient le collaborateur de Mazzini. Il rentre en Italie en juin 1859, au moment de la guerre austro-franco-sarde (la deuxième guerre d'indépendance). Il joue un rôle de premier plan dans la préparation et le déroulement de l'expédition des Mille de Garibaldi contre le royaume des Deux-Siciles. Il débarque à Marsala, en Sicile, en mai 1860, et après la conquête de l'île devient ministre de l'Intérieur et des Finances dans le nouveau gouvernement sicilien. Il refuse le rattachement de son pays natal au royaume de Sardaigne, c'est un échec.

La carrière politique[modifier | modifier le code]

Crispi est élu député républicain de Palerme en 1861, et siège à l'extrême gauche dans le premier parlement italien. Mais en 1864, il décide de rallier la monarchie. « La République nous divise, la Monarchie nous unit », écrit-il alors à Mazzini. En 1866, il refuse de participer au ministère Ricasoli. En 1867, il s'oppose à l'expédition militaire contre Rome que mène, sans succès, son ancien ami Garibaldi. En 1873, à la mort de Rattazzi, il soutient la candidature à la direction de la gauche de Depretis. En 1876, il est élu président de la Chambre des députés. En décembre 1877, Depretis l'appelle dans son ministère au poste de ministre de l'Intérieur. Il y reste jusqu'en mars 1878, date à laquelle il doit démissionner à la suite d'une grave affaire privée où il est accusé de bigamie. Il est aussi connu pour avoir fait usage de la politique du transformisme initié par Depretis et héritière du Connubio de Camille de Cavour.

Dans sa fonction, il a une action centralisatrice. Il suggère au nouveau roi Humbert de prendre le titre de Humbert Ier, roi d'Italie, et renonce à la continuation savoyarde (Humbert IV de Savoie). Il obtient que le roi Victor-Emmanuel II soit enterré à Rome et non pas en Savoie auprès de ses ancêtres. Le pape Pie IX étant décédé, Crispi convainc le cardinal Pecci, le futur pape Léon XIII, que le conclave pour l'élection du successeur, se tienne à Rome, bien que la position de la papauté soit de se considérer comme « prisonnière » au Vatican. Redevenu député, Crispi critique la politique de Depretis, lui reprochant son manque d'ambition pour redonner à l'Italie le prestige qu'elle avait connu. En 1887, Depretis doit le rappeler au ministère de l'Intérieur.

Le président du Conseil[modifier | modifier le code]

Caricature de 1895 montrant Francesco Crispi sous forme de ballon planant au-dessus de personnages qui représentent le pays, la majorité, la presse, l'opposition, le gouvernement et l'Église. Deux autres ballons, l'anarchisme et le socialisme, semblent le menacer.

En janvier 1887, Crispi est nommé président du Conseil des ministres. Il le restera jusqu'au 31 janvier 1891. Après l'intermède du gouvernement Giovanni Giolitti, il reprend le 15 décembre 1893 la direction du gouvernement, qu'il conserve jusqu'à sa démission le 4 mars 1896. Il est soutenu par le roi Humbert Ier, mais son autoritarisme lui aliène le soutien des Radicaux. Crispi change d'alliance et gouverne avec la droite. Bien souvent, il se passe du contrôle du parlement ou le dissout par commodité. En 1893, il met fin à la quasi insurrection provoquée par les fasci de paysans pauvres en Sicile. À l'extérieur, il vise à renforce le prestige de l'Italie, mais il ne tient pas assez compte de la pauvreté de son pays. Grand admirateur de Bismarck, Crispi renforce les liens d'alliance avec l'Autriche et l'Allemagne initiée par Depretis en 1882. Il est très hostile à la France, dont il supporte mal la tentation de dicter sa politique extérieure à l'Italie et qui, en plaçant la Tunisie sous son protectorat, prive la péninsule d'une colonie facile d'accès. Crispi rompt les négociations pour le traité de commerce ; il refuse d'ouvrir un pavillon italien à l'exposition universelle qui se tient à Paris en 1889. Mais surtout, Crispi accentue la politique coloniale de l'Italie en Afrique. Suite à la défaite des Italiens à Dogali en janvier 1887, il fait signer un traité dont la traduction est falsifiée au négus d'Abyssinie donnant à l'Italie un protectorat sur l'Érythrée. Suite à la dénonciation du traité par Ménélik II, il lance l'Italie dans une tentative de conquête militaire de l'Abyssinie. Celle-ci se termine par le désastre de la bataille d'Adoua le 3 mars 1896. Crispi est contraint de démissionner. L'essayiste Domenico Margiotta l'attaquera violemment dans un de ses pamphlets parus en 1896[1].

Après sa démission, il est inquiété par la justice pour d'éventuelles prévarications. Il démissionne de son poste de député, mais il est réélu à Palerme en 1898.

Crispi a dominé la dernière decennie du XIXe siècle en Italie. Surtout, nombre de ses idées ainsi que son style de gouvernement en font l'un des inspirateurs de Mussolini.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Domenico Margiotta, Francesco Crispi, son œuvre néfaste, Grenoble, H. Falque, 1896.

Sur les autres projets Wikimedia :