Vittorio Emanuele Orlando

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orlando.
Vittorio Emanuele Orlando
Un portrait de Vittorio Emanuele Orlando.
Un portrait de Vittorio Emanuele Orlando.
Fonctions
35e président du Conseil du Royaume d'Italie
Monarque Victor-Emmanuel III d'Italie
Prédécesseur Paolo Boselli
Successeur Francesco Saverio Nitti
Président de la Chambre des députés
Prédécesseur Giuseppe Marcora
Successeur Enrico De Nicola
Prédécesseur Dino Grandi
Successeur Carlo Sforza
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Palerme
Date de décès (à 92 ans)
Lieu de décès Rome
Nationalité italienne
Parti politique Libéral

Vittorio Emanuele Orlando
Président du Conseil du Royaume d'Italie

Vittorio Emanuele Orlando, né à Palerme le , et décédé à Rome le , fut un homme d'État italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Juriste et homme d'État italien, Vittorio Emanuele Orlando acquiert, dès 1885, une grande renommée par ses publications scientifiques. Député libéral modéré de 1897 à 1924, il occupe une position de premier plan à la Chambre et collabore avec Giolitti, qui en fait son ministre de l'Instruction publique (de 1903 à 1905) puis de la Justice (de 1907 à 1909).

Il détient également ce dernier portefeuille dans le gouvernement Salandra (de 1914 à 1916). Son rôle historique commence en 1917, au lendemain de la défaite de Caporetto : Orlando devient président du Conseil, à la tête d'une formation d'union nationale, dont le mot d'ordre est « Résister, résister, résister ! » Avec beaucoup d'énergie, il s'emploie à rétablir les forces militaires et morales du pays, à développer l'économie de guerre et à conduire sa nation à la victoire.

Vittorio Emanuele Orlando est nommé Président du Conseil le , après l'humiliante défaite de Caporetto.

Au congrès de Versailles, il représente l'Italie. Il demande aux Alliés d'honorer les accords de Londres (1915), pour que l'Italie récupère les terres irrédentes. Devant le refus de Wilson de céder ces territoires à l'Italie, il quitte la conférence. Sa position s'en trouvera fragilisée et l'après-guerre sera marquée en Italie par l'agitation nationaliste.