Urbano Rattazzi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Urbano Rattazzi
Illustration.
Fonctions
3e et 8e président du Conseil italien
Monarque Victor-Emmanuel II de Savoie
Prédécesseur Bettino Ricasoli
Successeur Luigi Carlo Farini
Monarque Victor-Emmanuel II de Savoie
Prédécesseur Bettino Ricasoli
Successeur Luigi Federico Menabrea
Ministère des Affaires étrangères
Président du Conseil Bettino Ricasoli
Prédécesseur Bettino Ricasoli
Successeur Giacomo Durando
Biographie
Nom de naissance Urbano Pio Francesco Rattazzi
Date de naissance
Lieu de naissance Alexandrie
(Département du Marengo)
Date de décès (à 64 ans)
Lieu de décès Frosinone
Nationalité piémontaise
italienne
Diplômé de Université de Turin

Signature

Urbano Rattazzi
Présidents du Conseil italien

Urbano Rattazzi, surnommé Urbanino, de son nom complet Urbano Pio Francesco Rattazzi, né le à Alexandrie dans le Piémont, mort le à Frosinone, est un homme politique du royaume de Sardaigne, appartenant à la gauche modérée de tendance anticléricale. Il est aussi un important artisan de l'unité italienne, et l'un des acteurs du Risorgimento, avec Giuseppe Mazzini, Giuseppe Garibaldi, Camillo Cavour et Victor-Emmanuel II de Savoie.

Au cours de sa carrière, il est ministre de l'intérieur, ministre des affaires étrangères et président du conseil. En 1862 et en 1867, président du conseil des ministres, mais en désaccord avec le roi Victor-Emmanuel II de Savoie, qui refuse de conquérir Rome, capitale du Saint-Siège, il démissionne par deux fois de son poste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maison natale d'Urbano Rattazzi
appelée également Villa Marina

Le comte Urbano Rattazzi [Note 1], descendant d'une famille bourgeoise et appartenant à la petite noblesse de la province de Masio, comté d'Alexandrie, fait ses études au Collegio delle Provincie (Collège des Provinces) de Turin alors capitale du royaume de Sardaigne, et en 1829, il obtient son doctorat de droit. Destiné à une carrière d'avocat, il obtient en 1836 une chaire de professeur à l'université royale de Turin[1],[Note 2]. Les jésuites, maitres de l'enseignement, s'opposent à sa pédagogie considérée trop libérale, ce qui renforce les opinions anti-cléricales d'Urbano. En 1838, il s'inscrit au barreau de la cour d'appel de Casale Monferrato, (ancienne capitale du Montferrat). En quelques années, grâce à son talent, son travail, ses positions politiques, sa virtuosité et son éloquence, Urbano se fait remarquer dans tout le royaume du Piémont. Une simple consultation signée par lui, fait autorité, même hors du royaume du Piémont.

Les électeurs du premier collège d'Alexandrie présentent Urbano Rattazzi, représentant du mouvement libéral, comme candidat à la députation. Élu au premier tour à la chambre des députés, appartenant à la gauche modérée à tendance anticléricale, grand orateur, il devient rapidement le chef de file des libéraux[2].

Après la bataille de Custoza, le , Urbano Rattazzi devient membre du ministère, formé à la hâte par Charles-Albert, qui ne dure que dix jours. Ses services écartés, il se rallie à l'opposition dans le nouveau ministère, et se range sous la bannière de Vincenzo Gioberti [3].

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Urbano Rattazzi

Urbano Rattazzi épouse le à Turin[4], Marie de Solms née Bonaparte-Wyse (1831-1902), petite-fille de Lucien Bonaparte, et sœur de Lucien Napoléon Bonaparte-Wyse, promoteur du canal de Panama. Âgée de 32 ans, la jeune épouse Marie-Letizia Wyse est déjà veuve de Frédéric-Joseph comte de Solms [5],[Note 3]. Le , Urbano fête de façon grandiose, au Grand Hôtel de Nice (devenue française), l'anniversaire de son mariage[6]. Urbano Rattazzi n'a eu aucun héritier de cette unique union.

Personnalité et caractère[modifier | modifier le code]

Urbano Rattazzi, décrit comme un homme travailleur, silencieux, infatigable et modeste, bienveillant à l'égard de tous, attaché au mérite chez ses égaux comme chez ses subalternes, plein de prudence, de retenue, habitué à s'effacer devant l'autorité royale [7], a fait inscrire dans les codes de l'État, plusieurs lois encore en vigueur en Italie. Personne n'était plus séduisant qu'Urbano Rattazzi, lorsqu'il voulait se donner la peine de l'être, personne n'avait des manières plus séduisantes, lorsqu'il avait besoin de charmer quelqu'un. On l'eut dit élevé à l'ancienne cour[8].

Le comte Camillo Cavour le décrit ainsi :

« Il a toujours été le membre le plus conservateur du cabinet, le partisan le plus décidé du principe d'autorité. Le roi, la monarchie, la cause de l'ordre, n'ont pas de partisan plus sincère, plus dévoué que lui. Il est libéral par conviction, il a l'intelligence de l'ordre le plus élevé, il a l'esprit juste et fin. Personne ne saisit plus vite ni mieux que lui une affaire, et il est difficile qu'il se trompe dans ses appréciations, soit des questions politiques, soit des questions administratives[9] »

.

Le sénateur Luigi Chiala, trace un portrait flatteur mais révélateur :

« ....... que, ce soit comme ministre, ou comme député, Urbano Rattazzi se signale surtout par des qualités oratoires. Il est un très habile avocat parlementaire, qui louvoie toujours dans le positif en pilote expérimenté, qui connaît bien les parages où il se trouve, et qui, s'il s'égare quelquefois, s'égare plutôt par artifice que par erreur. Sa parole est aussi rapide que spontanée, fluide, incisive, hardie et pénétrante. Contrairement à d'autres orateurs, il ne prend jamais de notes. Sa mémoire le sert merveilleusement lorsqu'il expose les arguments qu'il a à combattre. Personne, du reste, n'a plus que lui la facilité du développement des matières en discussion. Ses remarquables qualités d'orateur le rendent, membre du cabinet le mieux écouté après monsieur Camillo Cavour. Sa parole, vive et coulante, vibrante et aiguë, émeut et intéresse toujours[10]. »

Le parlement subalpin[modifier | modifier le code]

Portrait de Charles-Albert de Sardaigne

La religion[modifier | modifier le code]

L'arrivée aux affaires d'Urbano Rattazzi, ne se fait pas sans heurt, avec des projets de loi sur le mariage civil, des propositions de lois sur l'appropriation par l'État de biens appartenant à des communautés ecclésiastiques, la répression de certains ordres monastiques, et surtout l'éradication de  l'Académie  ecclésiastique située au palais de la royale académie de Turin, fondée par décision royale le (proche de la basilique de Superga) s'adressant aux prêtres méritants[11], met en émoi la population, et cause en 1858 une vive réaction de l'opinion, qui obligeront Rattazzi à démissionner du ministère de la justice.

Le journal d'Annecy, L'Écho du Mont-Blanc retrace le tableau dans ces termes :

« Les derniers plans du tableau révolutionnaire se dessinent en Piémont. Après l'enrôlement des frères de la Doctrine Chrétienne et de la Sainte Famille sous les drapeaux, pour saper ces instituts par la base; après l'organisation socialiste de l'économat, vient la destruction à peu près complète de l'Académie de la Superga, fondée par le religieux Charles-Albert, adviennent ensuite la présentation d'un nouveau projet de loi sur le concubinage légal, dit mariage civil, et la mise en scène d'un autre, qui doit couronner l'œuvre ministérielle par la spoliation du clergé ! Là sera la fin. Nous serons alors en plein socialisme. Les disciples de Guillaume Marr [12], de Proudhon et de Giuseppe Mazzini[Note 4],[13] trouveront la machine gouvernementale toute faite pour fonctionner dans leurs mains.[14] »

Un esprit détestable règne à Turin. Lors d'une réunion, dans une salle municipale, pour la nomination des membres d'un comité de bienfaisance, sont nommés un rabbin et un pasteur vaudois, mais pas de prêtre catholique. « Qui sera perdant, sinon... les pauvres auxquels les dons arrivent plus abondamment par les mains de nos prêtres. La religion dominante doit être accueillie aussi bien que les autres cultes. Le prêtre catholique doit aussi bien être traité que le pasteur vaudois et le rabbin turinois. »

Paroles de Pie IX[modifier | modifier le code]

Un journal dont les opinions catholiques sont sujettes à caution aurait rapporté de Florence : « Je ne sais, aurait dit Pie IX, si M. Ratazzi nous traitera mieux que M. Ricasoli, il s'appelle Urbano, et nous devons, par conséquent, supposer qu'il nous traitera avec « urbanité ». » [15]

Le nouveau gouvernement[modifier | modifier le code]

Le Statut albertin est adopté par le Royaume de Sardaigne le . Par résolution souveraine du , le roi Charles-Albert de Sardaigne constitue son nouveau ministère :

Cesare Balbo président du conseil des ministres en 1848

Le soulèvement national[modifier | modifier le code]

L'unité italienne[modifier | modifier le code]

En 1848, le projet de fusion des territoires de la Lombardie, la Vénétie, Parme et Modène, unis par une attache fédérative avec la Toscane, Rome et Naples, nait au sein du gouvernement de Charles-Albert de Sardaigne et du jeune Victor-Emmanuel II de Savoie[17]. Ce mouvement national italien unitaire, tout en gardant ses spécificités, imprègne Urbano Ratazzi. Ces idées politiques, sociales et culturelles, qui circulent en Europe, font craindre à l'Autriche-Hongrie, la perte de tout pouvoir en Italie et notamment sur la Lombardie et la Vénétie.

Les partis libéraux et républicains s'agitent, Giuseppe Mazzini accompagné de Carlo Cattaneo, Giulio Terzaghi et Enrico Cernuschi, se rendent à Milan, déjà insurgée, pour soulever la jeune bourgeoisie. L'action des libéraux n'a d'autre but que d'engager le Piémont et le roi Charles-Albert dans une guerre contre l'Autriche, de conquérir la Lombardie, de légitimer le mécontentement du pays, et d'armer le peuple en révolution[18].

Le , les registres sont ouverts dans les paroisses de la Lombardie, et dès début juin, le rattachement est proclamé par une majorité écrasante de 561 000 voix. Les duchés de Parme et de Modène obtiennent également leur rattachement, et peu de jours avant la chute de Vicence, 140 000 votants de Vénétie complètent la fusion de l'État italien par 123 voix sur 135[19].

Les républicains de la Jeune-Italie et les libéraux piémontais, face à la coalition des nouveaux états annexés, se trouvent en minorité. Le parti démocratique accepte l'annexion à n'importe quel prix, ce qui entraîne une crise ministérielle dans le Piémont constitutionnel (Cesare Balbo est remplacé par un ministère du royaume de la Haute-Italie. Gabrio Casati et le comte Giuseppe Durini représentent la Lombardie, l'avocat Pietro Gioia représente le duché de Plaisance, et Lorenzo Pareto représente Gênes). Les républicains et les libéraux obtiennent, que le statut piémontais soit révisé par une assemblée constituante[20].

Alors que le roi Charles-Albert combat devant Vérone, la majorité gouvernementale qui ne peut se substituer à l'autorité royale, ne peut pas voter pour la fusion des nouvelles provinces. La question est donc déférée. Urbano Rattazzi nommé membre de la commission d'examen et rapporteur, approuve les demandes lombardes, rangeant Lorenzo Pareto, ministre des affaires étrangères à ses côtés. La chambre, ayant décrété l'union des États, le ministère, présidé par le comte Cesare Balbo se retire le , et oblige le roi à constituer un nouveau gouvernement. Il charge Gabrio Casati de former un nouveau ministère, dit royaume de Haute-Italie. Urbano Rattazzi, dévoué à la cause sarde, devenu une personnalité politique très influente, reçoit le portefeuille de l'instruction publique.
À peine constitué, le nouveau conseil des ministres de Gabrio Casati apprend que l'armée piémontaise s'est repliée derrière le Tessin. À cause de cette situation délicate, Charles-Albert confie le pouvoir à un ministère de droite, moins radical envers l'ennemi. Le ministère, présidé par Gabrio Casati ( au ), n'aura duré qu'une vingtaine de jours.

Le gouvernement Gioberti[modifier | modifier le code]

Le , le roi Charles-Albert de Sardaigne en collaboration avec Urbano Rattazzi, appelle Vincenzo Gioberti pour former un ministère libéral et démocratique composé de députés de gauche.

Par une résolution souveraine du , le roi Charles-Albert de Sardaigne constitue avec Agostino Chiodo son nouveau ministère à Turin :

Le budget de l'état est déficitaire et les coffres sont vides. Le gouvernement de Vincenzo Gioberti tient à mettre en œuvre une politique nationale engagée vers l'unification. Le parti démocrate sort vainqueur des élections du . Urbano Rattazzi perd son ministère et reprend sa place sur le banc des députés. Allié au président de la chambre Vincenzo Gioberti, il réussit à écarter le très influent marquis Carlo Alfieri di Sostegno et ses colistiers. Le roi, se croyant entouré par une majorité politique solide et sûr de ses appuis étrangers, réorganise ses troupes. Un conseil officieux lui fait savoir qu'il lui est dévoué, mais qu'il refusera de le suivre sur une voie belliqueuse contre l'Autriche. Le , Urbano Rattazzi annonce la reprise des hostilités à la chambre des députés de Turin, en dénonçant la violation de l'armistice Austro-Sarde, lors de la retraite de l'armée piémontaise. Cet proposition suscite des applaudissements passionnés à la chambre des députés[22]. Vincenzo Gioberti, réservé sur l'engagement d'une guerre contre l'Autriche, et dépassé par les positions de l'aile gauche (comprenant le parti d'Urbano), démissionne le . Le nouveau cabinet se sépare de son président et Urbano Rattazzi reprend sa place de ministres.

Urbano Rattazzi, qui dirige la fraction modérée du parti, se range dans la gauche constitutionnelle. Il est en relation avec Charles-Albert qui se félicite de son soutien à sa politique belliqueuse et le recommande à son fils Victor-Emmanuel II de Savoie comme un des libéraux les plus fidèles. Charles-Albert de Sardaigne cédant aux exigences des libéraux, républicains et autres démocrates, recommence imprudemment la guerre[23].

Charles-Albert de Sardaigne malgré sa défiance, place au commandement de ses troupe, le général Wojciech Chrzanowski, officier polonais, major-général de l'armée piémontaise. On cherche un officier convenant mieux, mais sans grand succès. Gerolamo Ramorino se présente au roi qui, bien que réticent, l'engage. La mauvaise connaissance des tactiques militaires, les désaccords au plus haut niveau du commandement, l'impopularité de Chrzanowski dans l'état-major (il ne parle, ni ne comprend l'italien), la trahison attribuée à Gerolamo Ramorino, entrainent la défaite de l'armée piémontaise à la Novare, le . Urbano Ratazzi soutenu par le parti gouvernemental libéral, reconnait qu'il a eu tort d'écouter de généreuses mais imprudentes incitations à la revanche et ainsi exposer la couronne royale. Ses adversaires politiques le surnomme alors «l'homme de Novare».

Exil de Charles-Albert de Sardaigne[modifier | modifier le code]

Malgré des prodiges de bravoure, le , Charles-Albert de Sardaigne perd donc la bataille de Novare. Le il abdique en faveur de son fils Victor-Emmanuel II, qui signe le l'armistice de Vignale. Charles-Albert s'expatrie et s'exile à Porto au Portugal. Urbano Rattazzi signe une pétition où il écrit :

« ...oui, nous en avons la noble certitude, nous vengerons les douleurs de la patrie, nous affranchirons toute la partie de l'Italie qui porte le cruel joug de l'étranger, nous délivrerons l'héroïque Venise, nous assurerons enfin l'indépendance italienne[24] »

.

Le parlement apprend que le roi Charles-Albert de Sardaigne est malade et affaibli, et veut donner un dernier hommage au roi, dernier représentant de l'indépendance italienne. La Chambre des députés signe une "lettre missive", et désigne des commissaires pour la lui porter. Urbano Rattazzi accompagné de deux sénateurs, Luigi Cibrario et Giacinto di Collegno, sont chargés de la porter. Après un long voyage, jusqu'à Porto, ceux-ci trouvent le roi très fatigué moralement et physiquement. Urbano Rattazzi lit la missive au souverain, qui, très affecté répond :

« Je ne sais trouver d'expressions suffisantes pour remercier la Chambre. Elle ne pouvait rien faire qui me fût plus doux. Sa démonstration me sera d'une consolation éternelle pour ce qui me restait de temps à vivre. J'ai toujours et par-dessus tout, désiré l'estime et l'affection du pays. J'ai fait tout ce qui était en moi pour le triomphe de la cause italienne, et en cela je n'ai été conduit par aucune considération d'intérêt personnel. Pendant mes dix-huit années de règne, j'ai eu constamment en vue le plus grand bien de mes peuples. J'ai essayé d'en améliorer le régime et les institutions, mais j'ai toujours eu mes pensées tournées vers la nationalité et l'indépendance de l'Italie[25]. »

Le roi meurt le , à la suite d'une longue maladie. Urbano Rattazzi, de retour à Turin lira aux députés, la réponse du souverain, en soulignant que si les soldats de certains corps avaient combattu avec plus de conviction, les armées piémontaises auraient certainement remporté la victoire.

Le nouveau roi Victor-Emmanuel II[modifier | modifier le code]

Portrait de Victor-Emmanuel II

Le le nouveau roi se présente devant le Parlement pour jurer fidélité et le jour suivant, il dissout ce même Parlement provoquant des élections. Le , le roi Victor-Emmanuel II, nomme Massimo d'Azeglio premier ministre et ministre des affaires étrangères.

Urbano Rattazzi, chef du centre gauche, dans son discours du , sollicite un ministère. Partisan de l'action et de la fermeté, il déclare « lever haut ce drapeau sous lequel seul il peut espérer un vrai et sincère appui ». Le comte de Cavour, dans la séance du , arbore le drapeau nommé par Urbano Rattazzi, en déclarant que lui et ses collègues sont prêts à se retirer pour éviter le statu quo.

Camillo Cavour propose à Urbano Rattazzi une coalition politique et forme un nouveau parti gouvernemental libéral plus entreprenant. Cet accord permet à Rattazzi d'entrer au ministère de l'intérieur. Le nouveau ministre de l'intérieur, lassé des conditions du pouvoir, modifie ses vues politiques en se situant dès 1850 au centre gauche. Lors de la session de 1851 à 1852, son nouveau programme très national et dynastique aboutit, par une large majorité ministérielle, à sa nomination à la vice-présidence du Conseil des ministres. Lassé de la timidité de la droite et trouvant le parti du centre gauche à la hauteur de la situation, Cavour accepte une fusion avec le parti de Rattazzi. Cavour nomme Urbano Rattazzi au fauteuil de président de la Chambre du Conseil des députés au Palais Carignan, présidence devenue vacante par la mort de Pier Dionigi Pinelli le [26].

Principales lois Rattazzi[modifier | modifier le code]

Principales lois votées par le Parlement, inscrites dans le code italien sur proposition d'Urbano Rattazzi, garde des sceaux ou ministre de l'intérieur, de 1851 à 1856.

  •  : Loi sur l'incarcération et la séparation des détenus.
  •  : Fixation du recensement décennal de la population.
  •  : Réorganisation administrative du culte israélite.
  •  : Modifications pénales au sujet de la détention préventive (La Revue critique de législation et de jurisprudence, publiée à Paris, a cité cette loi comme une des plus libérales d'Europe en matière d'arrestation préventive).
  •  : Loi pénale contre les délits,
  •  : Loi générale sur la sûreté publique.
  •  : Code de procédure civile.
  •  : Loi dite « d'incamération »[Note 5] contre les ordres religieux.
  •  : Réorganisation des tribunaux de commerce.
  •  : Suppression des ordres religieux et dispositions diverses.
  •  : Loi électorale.
  •  : Loi no 3781, sur l'organisation judiciaire, abolissant l'inamovibilité des juges, et accordant au ministère de la justice plus de pouvoir de contrôle sur la magistrature[27]. Cette loi est restée en vigueur jusqu'en 1946 en Italie.

Le gouvernement en 1854[modifier | modifier le code]

Portrait de Camillo Cavour

Par résolution souveraine du , le roi Victor-Emmanuel II constitue son nouveau ministère :

La loi Rattazzi et les corporations religieuses[modifier | modifier le code]

Urbano Rattazzi ministre de l'intérieur, donne son nom à une loi présentée à la chambre en , relative aux corporations religieuses et à la saisie des biens ecclésiastiques. Cette saisie est un énorme soulagement pour le budget de l'État. La loi est saluée par tous, sauf par les religieux. Rattazzi durcit cette loi par une nouvelle loi qui interdit au clergé tout acte contraire aux institutions et aux intérêts de l'État. Il réussit à faire voter cette loi dite « d'incamération » du [Note 6],[30], des biens ecclésiastiques, applicable au royaume d'Italie et aux provinces annexées. Cette loi touche très peu la Savoie, car la plupart des domaines appartenant aux couvents savoyards étaient déjà vendus sous la Révolution française.

La réponse ne se fait pas attendre, sous la forme d'une longue lettre du , signée par Alexis, archevêque de Chambéry, André, évêque d'Aoste, Jean-François-Marcellin, évêque de Tarentaise, François-Marie, évêque de Maurienne, Louis, évêque d'Annecy, envoyée en copie conforme à « Urbano Rattazzi et Cavour ». Cette protestation ferme et digne des évêques de Savoie est dirigée contre les circulaires émises par Urbano Rattazzi et Gianni De Foresta. Voici un passage éloquent : « personne ne désire plus ardemment que les Évêques voir la paix se rétablir entre le clergé et le gouvernement, entre l'Église et l'État; mais, malheureusement, lorsque nous voyons que les journaux, même ceux qui paraissent être d'une manière particulière les organes du ministère, continuent de proférer impunément de grossières injures contre le Saint-Siège, lorsqu'on répand dans toutes les communes du royaume des circulaires ministérielles qui font de tout le clergé une classe de suspects, qui soumettent partout les prêtres et les évêques à la surveillance d'administrateurs souvent irréligieux et tracassiers, comme si l'on avait à cœur de les humilier de plus en plus, de les avilir, de leur enlever toute considération auprès des fidèles; oui, lorsque nous sommes obligés de supporter en silence tous les procédés désobligeants et hostiles, nous reconnaissons avec affliction que nous ne pouvons pas espérer encore prochainement cette paix que nous demandons à Dieu chaque jour »[31],[Note 7].

Le gouvernement en 1857[modifier | modifier le code]

Pie IX bénissant les combattants pour l'indépendance italienne

Par résolution souveraine de 1857, le roi Victor-Emmanuel II constitue son nouveau ministère : le ministère piémontais en 1857

Les « cris de douleur »[modifier | modifier le code]

Napoléon III ne fait pas grand secret de ses intentions après la rencontre de Plombières, il s'adresse en ces termes à l'ambassadeur autrichien : « Je suis désolé que nos rapports ne soient pas aussi bons que par le passé, je vous prie de communiquer à l'Empereur que mes sentiments personnels à son égard sont inchangés ». Le , Victor-Emmanuel II s'adresse au parlement du royaume de Sardaigne avec la célèbre phrase des « cris de douleur », dont le texte original est conservé au château de Sommariva Perno[Note 8].

Des volontaires arrivent dans le Piémont convaincus que la guerre est imminente. Le roi commence à rassembler des troupes sur la frontière lombarde, vers le Tessin, pour amener l'Autriche à déclarer la guerre et obtenir ainsi l'aide française. L'Autriche envoie à Victor-Emmanuel II un ultimatum qui est repoussé. Le , la guerre éclate entre le Piémont et l'Autriche. Victor-Emmanuel prend le commandement de l'armée et laisse à son cousin Eugène de Savoie-Carignan, la protection de la ville et le contrôle de la citadelle de Turin.

L'armistice de Villafranca[modifier | modifier le code]

L'armistice et les préliminaires de Villafranca, signés le à Villafranca di Verona, en Vénétie perturbent Cavour qui, à cause de cet échec, donne sa démission. Le , Urbano Rattazzi, avec l'aide du ministre Alfonso Ferrero della Marmora, du comte Gabrio Casati, du chevalier Luigi des Ambrois de Névache et de Giuseppe Dabormida, prend les affaires politiques en main. Le roi écrit : « J'accepte pour ce qui me concerne ». Cette réserve sera la naissance et la force de la nouvelle politique du cabinet de Rattazzi qui réussit à conserver la souveraineté du Piémont. L'Italie reconnaissante pour son tact et son patriotisme expérimenté, lui reconnaitra une souplesse et une patience dans ces circonstances décisives et critiques de la négociation. Urbano Rattazzi est réélu président de la Chambre. Cavour ayant démissionné, Victor Emmanuel II demande à Alfonso La Marmora et Rattazzi de former un nouveau gouvernement le . Le cabinet d'Urbano Rattazzi, le , écrit un mémorandum aux grandes puissances européennes, exposant les difficultés que présente une unification de l'Italie centrale. Il explique en ces termes [33] :

« ….. En présence d'événements aussi graves que ceux dont l'Italie centrale vient d'être le théâtre, le gouvernement du roi a le devoir de s'expliquer nettement sur la situation, et d'appeler l'attention la plus sérieuse des cabinets des grandes puissances sur des faits qui n'ont peut-être pas de précédents dans l'Histoire. Lorsque l'Autriche, au mois d'avril dernier, mettant fin tout à coup aux débats diplomatiques et, se dégageant des promesses formelles données à l'Europe, envahit le Piémont, l'Italie tout entière comprit qu'il ne s'agissait pas d'une question isolée et particulière au royaume sarde, mais que le son des armes allait décider de l'indépendance nationale et des destinées de la Péninsule.... »

Rattazzi leader du parti, dispose des pleins pouvoirs pour redessiner les frontières administratives du Royaume de Sardaigne, sans qu'il soit nécessaire de passer par la Chambre (décret royal 3702 du , décret Rattazzi) [34].

Le gouvernement du [modifier | modifier le code]

Alfonso Ferrero, marquis de La Marmora
  • Le général Alfonso La Marmora occupe la Présidence du conseil des ministres, tout en restant au département de la Guerre et de la Marine.
  • Urbano Rattazzi : reprend le ministère de l'Intérieur, et occupe la Présidence de la chambre des députés.
  • Le député Giovanni Battista Oytana : ministre de l'Économie et des Finances.
  • le député Vincenzo Maria Miglietti : ministre de la Justice, des Grâces, et du Culte
  • Le général Giuseppe Dabormida : ministre des Affaires étrangères;
  • Le député Marquis Pietro Monticelli : ministre des Travaux publics;
  • M. Gasati, Lombard qui avait présidé le conseil en 1848, à l'époque de la première annexion, devient ministre de l'Instruction publique.

Le choix de ce ministère, est un acte d'opposition à l'empereur Napoléon III. Il fallait rapidement retirer les commissaires que Camillo Cavour avait envoyés et aussitôt préparer des lois pour assimiler les nouvelles provinces. Les indemnités demandées par l'Autriche pour frais de guerre, étaient inacceptables par le royaume piémontais. Le pays est ruiné, ses voies de communication, ses ponts, ses viaducs, ses chemins de fer sont détruits. L'Autriche prétend obtenir 600 millions de Lires, somme considérable[Note 9], pour la Sardaigne. Celle-ci propose soit de céder la Lombardie comme indemnité de frais de guerre et d'indemniser la France, soit de supporter seule la dette lombarde. En échange l'Autriche céderait les forteresses de Peschiera, de Mantoue et ce qui a été retenu du territoire lombard [35]

Annexion de la Savoie et du comté de Nice[modifier | modifier le code]

En août 1859 la Savoie incertaine de son avenir, se partage entre partisans de l'attachement à la Maison de Savoie et annexionnistes pro-français. Le gouvernement d'Urbano Rattazzi tente d'éviter les violences en suspendant la parution du Courrier des Alpes le [36] (reprise des parutions le 1er décembre).

Urbano Ratazzi, opposé à la cession de la Savoie et de Nice, représentant du parti de l'action et adversaire de l'action extra-légale, rejette cette proposition et obtient un vote parlementaire négatif. Camillo Cavour désavoué, démissionne. Pour justifier cette cession, Cavour déclare à la chambre des députés : « La Savoie, berceau de la dynastie sarde depuis plus de huit siècles, demeure attachée au roi Victor-Emmanuel II. L'agrandissement du Piémont au côté de l'Italie centrale sans la Savoie, serait un affaiblissement militaire pour le royaume. La Savoie assure la dernière ligne de défense des Alpes, le Piémont ne peut tenir tête à l'Autriche, et encore moins résister à la France. Tant que l'Autriche demeure en possession d'une partie de la vallée du , le Piémont considère comme nécessaire à sa sûreté la possession d'une partie de la vallée du Rhône. » [37]

Rattazzi est forcé de dire qu'il n'avait pas conçu d'autre plan, et quelles que soient les différences d'esprit, qu'il n'a qu'un seul but politique, le même que Cavour, l'unification du royaume italien[38]. À la séance de la Chambre des députés du , le parti de gauche soutenu par Urbano Rattazzi, soulève la question de la nécessité d'une rectification des frontières. Une commission mixte menée par un député déterminera, dans un esprit d'équité, les frontières des deux États, en tenant compte de la configuration des montagnes.

Le royaume d'Italie[modifier | modifier le code]

Le , le nouveau royaume d'Italie est proclamé[Note 10]. Le , le premier ministre Camillo Cavour meurt, Victor-Emmanuel II demande au baron Bettino Ricasoli de former un nouveau ministère le . Le , Bettino Ricasoli méprisant les intrigues de son rival Urbano Rattazzi et à cause de ses penchants pour les comités de provvedimento (procédure, disposition)[Note 11], démissionne. Le roi charge Urbano Rattazzi de former une nouvelle équipe gouvernementale, le [39].

Le gouvernement du [modifier | modifier le code]

Bettino Ricasoli président de la Chambre des députés en 1862

Le , un décret dissout l'ancienne armée méridionale pour la rattacher à l'armée régulière. Le , Urbano Ratazzi annonce à la chambre la démission de trois ministres, Filippo Cordova, Pasquale Stanislao Mancini et Enrico Poggi (ministre chargé des affaires ecclésiastiques[40]). Urbano garde la présidence du conseil et le ministère de l'intérieur, et nomme le général Giacomo Durando ministre des affaires étrangères et Carlo Matteucci ministre de l'instruction publique[41].

Les instances concertées du roi étant favorables, et l'activité économique d'Urbano Rattazzi avant la mort de Camillo Cavour permettent de reconstruire l'Italie. En 1862, à cause de la « question romaine » où le gouvernement italien semble s'accommoder de l'accord avec Napoléon III, Garibaldi tente à nouveau d'arriver à Rome avec 3 000 volontaires (Rattazzi laisse les recruteurs Garibaldiens enrôler publiquement ces volontaires)[42]. La réaction des Français oblige le gouvernement d'Urbano Rattazzi à intervenir et à envoyer Enrico Cialdini pour arrêter Garibaldi. Les combats ont lieu près de Gambarie le . Garibaldi est blessé et fait prisonnier ainsi que ses partisans (Bataille de l'Aspromonte) dont certains seront fusillés. Après sa guérison, Garibaldi est assigné à résidence dans sa villa de Caprera [43].

Urbano Ratazzi pour détourner l'attention du peuple d'une politique confuse, et éviter les obstacles diplomatiques, prépare, au conseil d'État, une loi règlementant les associations et réorganisant l'administration italienne : création d'une école normale de formation des professeurs à Pise, abaissement et unification du tarif postal, etc. Urbano Ratazzi annonce officiellement, le , les fiançailles de la princesse Maria Pia de Savoie avec le roi Louis Ier de Portugal [44]. Urbano rattazzi démissionne le , prétextant que pour gouverner, il faut un appui majoritaire des partis. Les quotidiens rapportent que : « Monsieur Rattazzi, n'aura été ministre que juste le temps de faire tirer sur ses propres troupes »[45].

Le gouvernement du [modifier | modifier le code]

Luigi Carlo Farini président de la Chambre des députés fin 1862

Le nouveau ministère formé le est composé de :

Ce nouveau gouvernement proposé par Luigi Carlo Farini rassemble tous les courants politiques. Il est le résultat de l'insuccès et de l'échec de la politique romaine d'Urbano Rattazzi. Dans son discours, Luigi Carlo Farini ne parle ni de Venise ni de Rome, mais du respect de la loi, dans les mêmes termes que l'aurait fait Urbano Rattazzi. La majorité de la Chambre, satisfaite d'avoir écouté ses rancunes, vote pour trois mois la levée des « douzièmes provisoires » [48],[Note 13]. Le gouvernement de Luigi Carlo Farini ne siège que jusqu'au .

Trois gouvernements se succèdent Marco Minghetti, Alfonso La Marmora, et Alfonso Ferrero en cinq années. L'Italie est fatiguée, chancelante, au bord de la banqueroute, mais indépendante. Les hommes politiques traités d'assassins, ou de parricides à cause de la catastrophe d'Aspromonte, sont laminés. À la suite du départ à la retraite d'Antonio Scialoja, Bettino Ricasoli se retire avec son parti et cède sa place de président du conseil, pour la troisième fois, et le portefeuille de ministre de l'intérieur à Urbano Rattazzi en avril 1867. En raison de la démission du ministre des finances Francesco Ferrara, à la suite du rejet du projet de loi sur la séparation de l'Église et de l'État, Urbano Rattazzi, est contraint d'assurer le portefeuille des finances, laissé vacant. En accord avec la Chambre et la commission qui proposent l'incamération[Note 14], au profit de l'État[49], Urbano Rattazzi, auteur de la loi de 1855, vote ardemment la loi de 1866 dont les débats auront duré plus d'un mois[50].

Urbano Rattazzi demandait 600 millions pour combler le déficit et mettre fin au cours forcé, la commission n'offre que 400 millions. Le ministère Rattazzi, pris entre la droite et la gauche, use d'un stratagème parlementaire pour faire adopter la loi, devenue « Loi Rattazzi » grâce à ses discours enflammés, et à cause des modifications apportées. Cette loi qui impliquait un vote de confiance, est votée par 251 voix contre 40, et pour la seconde fois le mot connubio (mariage / union) est prononcé[51],[Note 15]. Urbano Rattazzi libre de disposer d'une somme de 400 millions, en émettant des obligations en paiement de biens ecclésiastiques, en économisant 50 millions et en créant des impôts nouveaux, réussit à éviter la banqueroute de l'État italien [52].

Voyage du roi Victor-Emmanuel à Naples[modifier | modifier le code]

Urbano Rattazzi soutient que la construction de routes, de voies de chemin de fer, de voies à travers les monts les plus isolés, est le meilleur moyen de pacifier, de civiliser et d'éviter le brigandage dans les nouvelles provinces. Le , sur ses conseils, le roi Victor-Emmanuel entreprend une visite à Naples pour annexer cette région, et entamer de nouvelles actions. Le , le roi est reçu avec enthousiasme par les napolitains et la garde nationale. Après quelques discours et parades, le souverain décrète une amnistie de la presse écrite et la restitution des gages du mont-de-piété. Il pose la première pierre d'un pont qui facilitera la communication entre la région sud et la région nord italienne, et inaugure la gare de chemin de fer de Naples. Urbano Rattazzi fait voter un enrôlement supplémentaire de 45 000 hommes, destinés à renforcer l'armée de 380 000 hommes, pour sécuriser les nouveaux territoires, ainsi qu'une loi contre la désertion [53].

Urbano Ratazzi le , fait appel au jugement de Dieu en se battant en duel pour injures[54] avec Marco Minghetti, député et ministre de droite. Il reçoit, lors de ce combat, deux légers coups de sabre qui lui laisseront à vie deux cicatrices apparentes.

Le gouvernement du [modifier | modifier le code]

Urbano Rattazzi rappelé à la tête du gouvernement, reprend son programme de lutte contre l'église et entreprend une conciliation secrète avec Giuseppe Garibaldi. Le nouveau ministère formé le est composé de[55]:

L'échec à Rome[modifier | modifier le code]

En 1867, Garibaldi candidat de gauche anticlérical aux législatives, est arrêté, assigné à résidence sur son île de Caprera ; il s'évade en octobre pour reprendre son combat contre les troupes françaises et pontificales. Il organise une troisième expédition sur Rome, capitale des États pontificaux, dont le pape est le souverain.

À la fin de l'année 1867, la question de l'indépendance papale inquiète le monde entier, en particulier les pays catholiques d'Europe et l'Amérique du Sud. Le gouvernement romain recrute des soldats et accueille des volontaires venus de tous les états catholiques. Urbano Rattazzi affirme que, pour protéger la sécurité du Saint-Siège, il est indispensable que les troupes italiennes occupent Rome et les états pontificaux [56], [Note 16]. Le gouvernement français répond que cette situation se trouve déjà réglée par la convention italienne du qui garantit la sécurité du territoire pontifical.

Lettre envoyée le , du chargé d'affaires de France à Florence, au Ministre des Affaires étrangères de l'Empire Français publiée par La Dépêche télégraphique :

« Je viens de voir M. Rattazzi ; il m'affirme qu'aucune agression sérieuse ne peut être tentée sur les frontières pontificales ; qu'il renforce l'armée d'observation de toutes les troupes appelées à Florence pour réprimer les derniers désordres et qu'il renouvelle tous les jours ses ordres de surveillance active et de répression sévère. »

Peu après, le , Urbano Rattazzi, appuyé par le roi, démissionne et se retire définitivement du gouvernement. Le général Luigi Federico Menabrea devient président du conseil et reconstitue, en 1869, un nouveau cabinet plus en harmonie avec les vœux du peuple [57].

Lors d'une visite à Paris, le , Hélène Ramorino fille du général Gerolamo Ramorino fusillé pour trahison [Note 17], tente de rencontrer Urbano Rattazzi pour réhabiliter la mémoire de son père. Rattazzi n'a pas le courage de la recevoir et fait dire, par sa femme de chambre, qu'il « était parti... et que ce nom lui était inconnu » [58].

Urbano Rattazzi, oublié de tous, meurt à l'âge de 65 ans, dans sa villa de Frosinone le .

Décorations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Marie Letizia Bonaparte-Wyse, Rattazzi et son temps : Documents inédits, correspondance, souvenirs intimes, E. Dentu,‎ 1881
  • (fr) Giuseppe Montanelli, traduit par Frédéric Arnaud, Mémoires sur l'Italie, Volume 1 et 2, F. Chamerot,‎ 1857
  • (fr) Paul Collet, Urbain Rattazzi : Silhouettes contemporaines; Risorgimento, Gianini et Fiore,‎ 1855
  • (it) Franco Mistrali, Morte e testamento politico del commendatore avvocato Urbano Rattazzi, Legros e Marazzani,‎ 1863
  • (it) Cesare Perocco, Vita di Urbano Rattazzi, Stabilimento Tipografico de'fratelli De Angelis,‎ 1867

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 1821, le médecin Urbano Rattazzi, un des oncles d'Urbano Rattazzi, était un chef du mouvement subversif italien, qui sera forcé de s'expatrier en Espagne où il finira ses jours.
  2. Emmanuel-Philibert de Savoie dès son retour en Piémont, rénove l'université royale de Turin et fonde plusieurs collèges. Ces établissements se voulant les meilleurs, les professeurs sont sous la direction des jésuites, comme le père Louis Codret de Faucigny, religieux chargé de l'organisation et de la direction à Chambéry, Mondovi et Turin
  3. L'hôtel particulier de Louis de Bourbon, comte d'Aquila, un des plus fastueux hôtels particuliers de l'avenue du Bois de Boulogne (Paris), était la résidence parisienne de Mme Rattazzi
  4. Guillaume Marr avait dit : je veux de grands vices, des crimes sanglants, colossaux. Quand ne verrai-je plus cette morale triviale et cette vertu qui m'ennuie ?
  5. « Appropriation à l'État de biens appartenant à des communautés, à des corporations. » Dictionnaire Sensagent
  6. Le , Urbano Ratazzi félicite les Chartreux de Collegno pour avoir, avec une charité toute chrétienne, installé des aliénés sur la partie disponible et vacante de leur maison : le , le ministre les expulse sans ménagement en application de la loi.
  7. Cette lettre commence ainsi : Excellence, les circulaires qui ont été adressées dernièrement à MM. les intendants par M. le ministre des affaires internes, et à MM. les avocats fiscaux généraux par M. le garde des sceaux, sont devenues du domaine public par l'insertion qui en a été faite dans tous les journaux et par les instructions envoyées depuis lors à toutes les autorités administratives et judiciaires. À la vue des accusations qui y sont articulées et des dispositions menaçantes qu'elles renferment, les évêques de cette province se font un devoir d'adresser à Votre Excellence une protestation collective.
    Ces circulaires affirment que le clergé est divisé en deux partis, et que, de ces deux partis, il en est un qui est hostile à toutes les lois qui sont la conséquence nécessaire du Statut. Or, cette prétendue division n'existe pas; tout le clergé de cette province est parfaitement uni; sa règle constante est de suivre les lois de l'Église dans l'exercice de son ministère avec prudence et modération, mais en même temps avec toute la fermeté qui convient à sa mission. Ce qui prouve que l'accusation d'hostilité au Statut n'est pas fondée non plus, c'est que, depuis deux ans les rigueurs de la loi du 5 juillet 1854 n'ont encore pu recevoir dans cette province aucune application....
  8. Le texte fut rédigé par Cavour qui en envoie une copie à Napoléon III. Celui-ci, le trouvant peu énergique, remplace le dernier paragraphe par « nous ne pouvons rester insensibles aux cris de douleur qui viennent à nous de toutes les parties de l'Italie. Confiant dans notre union et notre bon droit comme dans le jugement impartial des peuples, nous saurons attendre avec calme et avec fermeté les décrets de la Providence »
  9. Les journaux officiels de Vienne (Autriche) plus raisonnables, titrèrent qu'il serait cohérent de réclamer 200 ou 250 millions de Lires comme indemnité de frais de guerre.
  10. Le pouvoir exécutif appartient au roi, qui l'exerce entouré de dix ministres responsables : Le président du conseil des ministres - Le ministre des affaires étrangères - Le ministre de l'intérieur - Le ministre des finances - Le ministre de la grâce, de la justice et des cultes - Le ministre de l'instruction publique - Le ministre de la guerre - Le ministre de la marine - Le ministre des travaux publics - Le ministre de l'agriculture, de l'industrie et du commerce. L'attribution de chaque ministère est déterminée par la loi. Le pouvoir exécutif s'appuie sur le conseil d'État, qui a voix consultative.
  11. Ce sont en général des mesures administratives d'assujettissement
  12. Un prodictateur (titre venu de l'antiquité romaine) est un magistrat responsable du gouvernement en l'absence du magistrat suprême.
  13. Douzièmes provisoires : Douzièmes de contributions, d'impôts et de revenus que le Gouvernement peut être autorisé à lever provisoirement pour assurer le fonctionnement des services publics lorsque la loi des finances n'a pas été promulguée à la date nécessaire pour la mise en activité du budget.
  14. On appelle incamération en termes de la chancellerie apostolique, l'union de quelque terre, droit ou revenu, au domaine du pape. Ainsi incamérer, c'est unir au domaine ecclésiastique quelque terre, droit ou revenu. Ce mot vient du latin incame ratio, "incamerare"
  15. Ce fut "Ottavio Thaon comte de Revel" qui utilisa ironiquement le mot connubio, expression de divorce et de mariage. Monsieur Cavour le relève, et depuis, le mot connubio est resté dans le vocabulaire politique piémontais.
  16. Lettres de M. de Cavour à M. Ratazzi, publiées par M. Charles de Varanne, sur les entreprises de Garibaldi le  : « Dans le rapport présenté au roi Victor-Emmanuel sur cette Convention par ses ministres, il fut dit que le gouvernement italien s'engageait « non seulement à ne pas attaquer le territoire pontifical, mais de plus à empêcher que des bandes venues du territoire du royaume n'attaquassent ce même territoire pontifical ». Voilà vos obligations, comment les remplissez-vous ? »
  17. Le général Ramorino, est condamné à mort pour non obéissance aux ordres, et fusillé le '

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Joseph Costa, Mémoires historiques sur la maison royale de Savoie, et sur les pays soumis à sa domination depuis le commencement du XIe siècle jusqu'à l'année 1796,‎ 1816, chap. 79-83
  2. Pierre Charles Mathon de La Varenne, Lettres italiennes : Victor-Emmanuel II et le Piémont en 1856,‎ 1859, chap. 79
  3. George Henry Townsend, Men of the time : a dictionary of contemporaries, containing biographical notices of eminent characters of both sexes, G. Routledge and sons,‎ 1868, p. 671-675
  4. Johann Christian Ferdinand Hoefer, Nouvelle biographie universelle générale, Johann Christian Ferdinand Hoefer,‎ 1863, p. 114
  5. Honoré de Balzac, Lettres à Madame Hanska : Tome 1, Œuvres complètes, Éditions du Delta,‎ 1971, chap. 1, p. 729
  6. Ste Beuve (M.), Jacob Paul Lacroix (M.), Les matinées italiennes: revue anecdotique, artistique et littéraire par Mr. le baron Stock [i.e. M.L.B.-W. Rattazzi], avec la collaboration de MM. Ste Beuve, Jacob (Paul Lacroix), Vapereau [and others], Marie Letizia Bonaparte-Wyse Rattazzi, Baron Stock,‎ 1869, p. 189
  7. Extrait du journal "Diritto" (Le Droit), de Turin,‎
  8. Alessandro Luzio, Volume 12 de Studi e documenti di storia del Risorgimento - Volume 639, F. Le Monnier,‎ 1935, p. 88
  9. Bureaux de la Revue contemporaine, Revue contemporaine, Bureaux de la Revue contemporaine,‎ 1862, p. 171
  10. Camillo Benso comte de Cavour, Lettres inédites au Commandeur Urbain Rattazzi, E. Dentu,‎ 1862, p. 127-128
  11. Edouard Terwecoren, Collection de précis historiques, littéraires, scientifiques, Vandereydt,‎ 1855 (lire en ligne), chap. 6, p. 343
  12. Jacques Crétineau-Joly, Histoire du Sonderbund, Volume 1, Plon frères,‎ 1850, p. 151
  13. Académie nationale de Reims, Travaux de l'Académie nationale de Reims, Volumes 13-14, F. Michaud,‎ 1851, p. 113
  14. George Woodcock, Pierre-Joseph Proudbon: a biography, Routledge & Paul,‎ 1956, p. 32
  15. Jean-Joseph Huguet, Les gloires de Pie IX et les grandes fêtes de Rome en 1867, Librairie catholique de Perisse frères, Régis Ruffet & Ce, successeurs,‎ 1867, p. 104
  16. Journal ecclésiastique, L'Ami de la religion, Volume 136, Librairie Ecclésiastique d'Adrien le Clere et cie,‎ 1848, p. 707-708
  17. Rodolphe Rey, Histoire de la renaissance politique de l'Italie, 1814-1861, M. Lévy,‎ 1864, p. 407
  18. Carlo Cattaneo, L'insurrection de Milan en 1848 : Volume 21 de Miscellanies, William Michael Rossetti, Amyot,‎ 1848, p. 18 à 22
  19. Rodolphe Rey, Histoire de la renaissance politique de l'Italie, 1814-1861, M. Lévy,‎ 1864, p. 400 à 404
  20. Bureau de La revue, La revue des deux mondes – Tome 7, Paris, Imprimerie J. Clay,‎ 1854, p. 15
  21. Königl. Hof- und Staatsdruckerei, Österreichische militärische Zeitschrift, Volume 1, Kaiserl,‎ 1864, p. 5
  22. Edouard Ferdinand de la Bonninière Beaumont-Vassy, Histoire des états italiens depuis le Congrès de Vienne, Meline, Cans et cie,‎ 1851, p. 265
  23. François Buloz, Annuaire des deux mondes : histoire générale des divers états, Volume 5, Bureau de la Revue des deux mondes,‎ 1855
  24. Jean-Maximilien Lamarque, François-Nicolas Fririon, Le spectateur militaire : Recueil de science, d'art et d'histoire militaires - 1852-1853, Bureau de Spectateur militaire,‎ 1852, p. 683
  25. Ernest Rasetti, Pierre Charles Mathon de La Varenne, Histoire de l'Italie nouvelle et du roi Victor Emmanuel: annales du mouvement Italien depuis 1815, Amyot,‎ 1861, p. 323 – 327
  26. Revue lyonnaise: littérature, philosophie, histoire, géographie, beaux-arts, sciences, archéologie, philologie, voyages, bibliographie, éphémérides lyonnaises, Volumes 5-6,‎ 1883, p. 33
  27. Xavier Rousseaux, René Lévy, Le pénal dans tous ses états: justice, Etats et Sociétés en Europe (XIIe-XXe siècles), Publications des Fac. St Louis,‎ 1997 (ISBN 2802801155), p. 428
  28. Louis Joseph Delphin Féraud-Giraud, Droit international: France & Sardaigne. Exposé des lois et traités, A. Durand,‎ 1859, p. 360
  29. Charles de La Varenne, Victor-Emmanuel II et le Piémont en 1858 - Lettres italiennes, Librairie nouvelle,‎ 1859, p. 162
  30. Félix Dupanloup, La souveraineté pontificale selon le droit catholique et le droit européen, J. Lecoffre et cie,‎ 1860, p. 314
  31. Luigi Chiala, Une page d'histoire du gouvernement représentatif en Piémont, Héritiers Botta,‎ 1858, p. 50-60
  32. Luigi Chiala, Almanach impérial national, Guyot et scribe,‎ 1857, p. 48
  33. Pierre Charles Mathon de La Varenne, L'Italie centrale: la Toscane et la maison de Lorraine, Modène et les archiducs, Parme depuis 1814, les légations et le pouvoir temporel, Typ. de Guiraudet,‎ 1859, p. 384 – 388
  34. Carlo Pischedda, Problemi dell' unificazione italiana, Modenese, Società Tipografica,‎ 1963, p. 126
  35. François Buloz, Annuaire des deux mondes : histoire générale des divers états - Volume 9, Paris, Revue des Deux Mondes,‎ 1860, p. 203-207
  36. Henri Menabrea, Histoire de la Savoie, Éd. Bernard Grasset,‎ 1933? 1958, p. 340.
  37. Périodique, Revue contemporaine - Tome 62, Paris, Bureaux de la revue contemporaine,‎ 1868, p. 53
  38. Daniel Stern, Florence et Turin: études d'art et de politique 1857-1861, Paris, Michel Lévy,‎ 1862, p. 135
  39. Maurice Block, Dictionnaire général de la politique, Lorenz,‎ 1867 ([125-129 lire en ligne]), chap. 2
  40. Edmund Burke, Annual register, Londres, J et F.H Rivington,‎ 1860, p. 227
  41. mile de Girardin, L' ami de la religion: journal ecclesiastique, politique et litteraire, H. Plon,‎ 1862, p. 21
  42. J. C. P., Les Pontificaux et les garibaldiens ou Histoire anecdotique de l'invasion des États-Pontificaux,d'après les documents officiels et les correspondances, Nouvelle lib.catholique,‎ 1868, p. 218
  43. Auguste Avril, Revue britannique : Choix d'articles traduits des meilleurs écrits périodiques de la Grande-Bretagne, Dondey-Dupré père et fils,‎ 1867 ([Tome 4 : lire en ligne]), p. 496
  44. Jules Zeller, L'Année historique : ou revue annuelle des questions et des évènements politiques en France, en Europe et dans les principaux États du monde, Hachette,‎ 1863 ([Tome 4 : lire en ligne]), chap. 496
  45. Emile de Girardin, Paix et liberté: questions de l'année 1863, H. Plon,‎ 1864, p. 10
  46. Camillo Cavour, Nouvelles lettres inédites, L. Roux et cie,‎ 1889, p. 404
  47. Giacomo Margotti, Memorie per la storia de' nostri tempi dal Congresso di Parigi nel 1856 ai primi giorni del 1863, Volume 3, Stamperia dell'Unione tipografico-editrice,‎ 1865, p. 368
  48. Marie Nicolas Bouillet, Atlas universel d'histoire et de géographie, Paris, L. Hachette,‎ 1865, p. 306
  49. Jean Baptiste Denisart, Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence actuelle, La Veuve Desaint,‎ 1877, chap. 539
  50. Auguste Avril, Revue britannique : Choix d'articles traduits des meilleurs écrits périodiques de la Grande-Bretagne - Tome 4, Dondey-Dupré père et fils,‎ 1867, p. 497
  51. Revue nationale et étrangère, politique, scientifique et littéraire, Méline,‎ 1861 ([Tome 7 : lire en ligne]), chap. 366
  52. Auguste Avril, Revue britannique: Choix d'articles traduits des meilleurs écrits périodiques de la Grande-Bretagne - Tome 4, Dondey-Dupré père et fils,‎ 1867, p. 500
  53. Bureaux de la Revue contemporaine, Revue contemporaine - Tome 62, Paris, Imprimerie Dubuisson,‎ 1868, p. 220
  54. Le journal « Il Diritto » Giornale della democrazia italiana, de Turin,
  55. Gustavo Frigyesi, L'Italia nel 1867: storia politica e militare corredata di molti documenti editi ed inediti e di notize speciali, Volume 1,‎ 1868, p. 198-202
  56. Le Correspondant, Paris, Charles Douniol,‎ 1867, chap. 72, p. 203
  57. Annuaire des deux mondes: histoire générale des divers états, Revue des deux mondes,‎ 1868, chap. 20
  58. Ermenegildo Simoni, Mazzini: histoire des conspirations Mazziniennes, Décembre-Alonnier,,‎ 1869, p. 420-424

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Précédé par Urbano Rattazzi Suivi par
Bettino Ricasoli
Italie
Ministre de l'intérieur
du
3 mars 1862 au 8 décembre 1862
Ubaldino Peruzzi
Italie'
Bettino Ricasoli
Italie
Ministre de l'intérieur
du
10 avril 1867 au 27 octobre 1867
Filippo Antonio Gualterio
Italie