Nilde Iotti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nilde Iotti
Nilde Iotti, au bras du président Sandro Pertini.
Nilde Iotti, au bras du président Sandro Pertini.
Fonctions
6e président de la Chambre des députés
Législature VIIIe, IXe, Xe
Prédécesseur Pietro Ingrao
Successeur Oscar Luigi Scalfaro
Biographie
Nom de naissance Leonilde Jotti
Date de naissance
Lieu de naissance Reggio d'Émilie (Italie)
Date de décès (à 79 ans)
Lieu de décès Poli (Italie)
Parti politique PCI (1943-1991)
PDS (1991-1998)
DS (1998-1999)
Conjoint Palmiro Togliatti
Profession Enseignante

Leonilde « Nilde » Iotti, née le à Reggio d'Émilie et morte le à Poli, est une femme d'État italienne, membre du Parti communiste italien (PCI), présidente de la Chambre des députés de 1979 à 1992.

Première femme ayant présidé la chambre basse du Parlement italien, Nilde Iotti, n'est cependant pas parvenue à se faire élire à la présidence de la République en 1992.

Considérée comme étant l'une des personnalités politiques les plus influentes de son temps, en Italie, Nilde Iotti reste connue pour avoir été la première femme ayant assumé l'une des plus hautes charges de la République italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Membre du PCI[modifier | modifier le code]

Née à Reggio d'Émilie, Nilde Iotti prend part au mouvement de résistance contre les envahisseurs nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Après la fin de la guerre et le référendum mettant fin au règne de la maison de Savoie, en 1946, elle est membre de l'Assemblée constituante et l'un des 75 membres chargés de rédiger la Constitution républicaine de l'Italie.

En 1948, elle devient membre du Parti communiste italien (PCI) et députée à la Chambre des députés.

Présidente de la Chambre des députés[modifier | modifier le code]

Le , Nilde Iotti est élue présidente de la Chambre des députés, à l'issue du premier tour de scrutin, son nom ayant été soutenu par 423 membres de la chambre basse du Parlement italien. Première femme élue à la troisième charge de la République, elle est reconduite pour deux autres législatures, en 1983 et 1987.

Le , Nilde Iotti, en sa qualité de présidente de la Chambre des députés, a présidé la session conjointe des parlementaires et délégués régionaux convoqués pour l'élection du huitième président de la République italienne ; elle est ainsi la première femme chargée d'un tel office.

Chargée, en 1987, de former un gouvernement par le président de la République, Francesco Cossiga, elle échoue, manquant de peu de devenir présidente du Conseil des ministres, quand bien même elle était une femme et membre du PCI.

En , après les élections générales, elle ne brigue pas sa propre succession à la présidence de la Chambre ; l'ancien ministre démocrate-chrétien Oscar Luigi Scalfaro lui succède, à l'issue d'un scrutin particulièrement disputé.

Candidate à la présidence de la République[modifier | modifier le code]

Après avoir quitté la présidence de la Chambre, Nilde Iotti semble être considérée comme étant l'une des personnalités les plus aptes à briguer la succession de Francesco Cossiga à la présidence de la République italienne, au même titre que le président du Conseil sortant, Giulio Andreotti.

Soutenue par le Parti démocrate de la gauche (PDS), Nilde Iotti recueille suffisamment de suffrages lors des trois premiers tours de scrutin pour se présenter comme la prochaine occupante du Quirinal. Après le retrait de la candidature du vice-président du Sénat de la République, Giorgio De Giuseppe (it), soutenu par la Démocratie chrétienne (DC). Ayant recueilli 256 suffrages lors du 4e tour de scrutin, durant lequel elle finit première, elle ne parvient pas cependant à réunir les 508 suffrages nécessaires à l'élection du chef de l'État. La candidature de Iotti compromise, celle-ci ne semble plus favorite pour être élue présidente de la République. C'est finalement le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro, qui est élu par les parlementaires et délégués de régions.

Sa relation avec Palmiro Togliatti[modifier | modifier le code]

Elle a connu avec Palmiro Togliatti, secrétaire national du PCI, une longue liaison qui dura jusqu'à la mort de ce dernier en 1964 : cette relation est rendue publique en 1948, à l'occasion de la tentative d'assassinat de Togliatti, quelques jours après les élections générales italiennes. La nouvelle est fraîchement accueillie par l'opinion publique en Italie, de nombreux communistes compris, parce qu'à l'époque Togliatti était marié avec Rita Montagnana.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]