Giovanni Nicotera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Giovanni Nicotera. Portrait d'Edoardo Matania.

Giovanni Nicòtera (né le à Sambiase - devenue de nos jours une frazione de Lamezia Terme - dans l'actuelle province de Catanzaro, en Calabre et mort à Vico Equense le ) était un homme politique italien du XIXe siècle et un patriote qui lutta pour l'indépendance et l'unité italiennes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giovanni Nicòtera adhère à Giovine Italia de Giuseppe Mazzini; il combat à Naples en mai 1848 avec Giuseppe Garibaldi pendant la République Romaine de 1849. Après la chute de Rome, il se réfugie dans le Piémont où il organise l'expédition de Sapri avec Carlo Pisacane en 1857 qui sera un échec.

Nicotera, gravement blessé et arrêté est emprisonné à Salerne où il est jugé et condamné à mort. La peine est transformée en travaux forcés à perpétuité suite à l'intervention du gouvernement anglais qui jugeait préoccupante la furie répressive de Ferdinand II. Emprisonné à Favignana, il est libéré en 1860 suite à l'intervention de Garibaldi.

Envoyé pour le compte de celui-ci en Toscane, il crée un corps de volontaires pour tenter d'envahir les États pontificaux, il est contraint par Bettino Ricasoli et Camillo Cavour de désarmer et de dissoudre ses troupes. En 1862, il est aux côtés de Garibaldi sur l'Aspromonte et en 1866, à la tête d'un corps de volontaires contre l'Autriche. L'année suivante il entre dans le territoire pontifical par le sud mais la défaite de Garibaldi à Mentana met fin à l'opération.

Depuis 1860 il mène une activité politique prenant, pendant dix ans, des positions d'une extrême opposition. À partir de 1870, il soutient les réformes militaires de Cesare Francesco Ricotti-Magnani.

Avec l'arrivée au gouvernement de la Gauche historique, en 1876, il devient ministre de l'intérieur du premier gouvernement Depretis, charge qu'il assume avec une grande fermeté. Il est obligé de démissionner en décembre 1877; il forme la « pentarchia », avec Francesco Crispi, Benedetto Cairoli, Giuseppe Zanardelli et Alfredo Baccarini, en opposition à Depretis.

En 1891, il revient au gouvernement toujours comme ministre de l'Intérieur, dans le premier gouvernement de Rudinì. Au cours de ce mandat, il réintroduit la circonscription uninominale, il s'oppose aux agitations socialistes et propose en vain l'adoption de sévères mesures répressives contre les fausses monnaies imprimées par la Banque Romaine. Sa présence se termine avec la chute de Rudinì, en mai 1892.

Bateau[modifier | modifier le code]

« Giovanni Nicotera » fut le nom d'un destroyer de la Marine Royale italienne, construit en 1926 et retiré du service en 1940.