Dino Grandi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grandi.
Dino Grandi (gauche) avec Luca Orsini Baroni (centre).

Dino Grandi (né le à Mordano, en Émilie-Romagne - mort le à Bologne, en Émilie-Romagne), comte de Mordano, était un homme politique italien de la première moitié du XXe siècle, qui fit sa carrière sous le régime fasciste de Benito Mussolini.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un propriétaire terrien, issu d'un milieu provincial et catholique, en 1914 alors qu'il fait son droit à Bologne se rapproche de Benito Mussolini. À l’époque ce dernier était en dissidence avec son parti de l'époque, le parti socialiste, pour s’être prononcé en faveur de l’entrée de l’Italie dans le conflit mondial.

En 1915 il est envoyé au front comme officier. Après sa licence en droit en 1919, il exerce la profession d'avocat à Imola. Toujours en 1919, à Milan il est l’un des fondateurs du parti fasciste, et devient le chef du mouvement dans sa région, l’Émilie-Romagne. Il est élu député en 1921, mais son élection est aussitôt annulée pour vice de forme. C'est pourquoi le il ne peut entrer dans le premier gouvernement de Mussolini, nommé président du conseil par le roi Victor-Emmanuel III après la « marche sur Rome ».

Réélu député en 1924, il devient sous-secrétaire à l’intérieur et puis aux affaires étrangères (1924 – 1929), ministre des affaires étrangères (), ambassadeur d’Italie à Londres (1932 – 1939), garde des Sceaux, ministre de justice (), président de la Chambre des fasci et des corporations (la chambre des députés pendant le fascisme) du au .

Il prononce à Londres en 1939 des discours très agressifs à l'encontre de la France. De retour en Italie après l'entrée de l'Italie dans la guerre aux côtés de l'Allemagne, il devient garde des Sceaux et songe à s'ouvrir une voie de sortie en cas d'échec de la politique mussolinienne. Il devient l’un des représentants de l’aile la plus modérée du fascisme, avec Italo Balbo et Giuseppe Bottai. Il confie à des juristes non inscrits au parti fasciste la tâche de rédiger le nouveau code civil et le nouveau code de procédure civile. L’un des rédacteurs de ce dernier est Piero Calamandrei, adversaire farouche du fascisme et futur homme politique de gauche de l’après-guerre.

Ses relations avec la Cour et notamment avec le roi Victor-Emmanuel III étant excellentes, il est anobli et nommé chevalier de l’ ordre de la Santissima Annunziata, une décoration fort convoitée qui donnait la dignité de « cousin du roi ».

Le 10 juillet 1943 les Anglo-américains débarquent en Sicile et le 19 il y a le premier bombardement de Rome. Il n'y a plus de doute que la guerre est perdue. Lors de la séance du Grand Conseil du fascisme du 25 juillet, il présente un ordre du jour qui propose de rendre tous les pouvoirs au roi et à l’armée (en pratique, dans le but de provoquer la destitution de Mussolini). L’ordre du jour est approuvé par la majorité des membres du Grand conseil, et le lendemain Mussolini est remercié par le roi, qui le fait mettre aux arrêts.

À partir du , bon gré mal gré Dino Grandi s’éloigne de la vie publique, et après quelques mois il quitte l’Italie pour le Portugal. Bête noire des nazis et des fascistes radicaux de la République de Salò, lors du procès de Vérone (1944 - 1945) lui et la plupart des membres du Grand conseil qui avaient voté pour son ordre du jour sont condamnés à mort (cinq condamnations seront exécutées, dont Galeazzo Ciano, gendre de Mussolini).

Après un long séjour en Amérique du Sud où il exerce la profession d'homme d'affaires, il rentre en Italie en 1965, où il n’a plus de comptes à rendre, le procès d’épuration à sa charge s’étant conclu en 1946 par un non-lieu.

Très respecté par les partis modérés, il deviendra une sorte d’éminence grise des années 1960 et 1970.

Il a écrit des mémoires à caractère auto-absolutoire.

Publication[modifier | modifier le code]

(it) Dino Grandi, Il mio paese, Bologne, Il Mulino,‎ 1985.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Giuseppe Alessandri, Il diplomatico. Dino Grandi, Florence, Zella Editore,‎ 2007.
  • (it) Renzo De Felice, Mussolini l'alleato, Einaudi,‎ 1990
  • (it) Pietro Ciabattini, Il Duce, il Re e il loro 25 luglio, Lo Scarabeo,‎ 2005

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]