Marco Minghetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marco Minghetti
Image illustrative de l'article Marco Minghetti
Fonctions
5e et 11e président du Conseil italien
24 mars 186328 septembre 1864
Monarque Victor-Emmanuel II
Prédécesseur Luigi Carlo Farini
Successeur Alfonso La Marmora
10 juillet 187325 mars 1876
Monarque Victor-Emmanuel II
Prédécesseur Giovanni Lanza
Successeur Agostino Depretis
Biographie
Nom de naissance Marco Minghetti
Date de naissance 18 novembre 1818
Lieu de naissance Bologne (États pontificaux)
Date de décès 10 décembre 1886 (à 68 ans)
Lieu de décès Rome
Nationalité italienne
Religion Catholique

Marco Minghetti
Présidents du Conseil italien

Marco Minghetti (né à Bologne le 18 novembre 1818, mort à Rome le 10 décembre 1886) est un homme politique italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marco Minghetti nait dans une famille de propriétaires terriens et reçoit une éducation très profonde : il étudie la littérature, les sciences et l'économie alternant avec de longs voyages à l'étranger.

Il adhère au mouvement réformiste qui s'est diffusé dans les États pontificaux. Avec l'élection du pape Pie IX, il croit en la possibilité d'une alliance entre les libéraux et le pape.

Entre 1842 et 1847, il participe activement aux travaux de la société agraire bolognaise, collaborant au journal Il Felsineo dont il deviendra le directeur.

En novembre 1847, il devient membre de la Consulta di Stato et du premier gouvernement, il démissionne le 19 avril 1848.

Entre 1848 et 1849, au sein de l'armée piémontaise, il participe aux guerres d'indépendances. Il vit à Bologne pendant les années de la seconde restauration.

En 1849, il devient pour peu de temps ministre des travaux publics. En 1859, après les mouvements populaires et la guerre d'indépendance, il devient président de l'assemblée de Romagne.

Il est par la suite ministre de l'intérieur avec Cavour et Bettino Ricasoli, puis ministre des finances avec Luigi Carlo Farini.

En 1857, il crée la Banca delle quattro legazioni. En 1858, il collabore à l'activité du comité bolognais de la « Società nazionale. »

Entre le 24 mars 1863 et le 28 septembre 1864, il succède à Farini pour la charge de Premier ministre.

S'opposant à l'expédition de Garibaldi à Aspromonte, Minghetti réussit à négocier un accord avec la France, puissance protectrice des états pontificaux. Avec la convention franco-italienne du 15 septembre 1864, le royaume d'Italie s'engage à respecter l'indépendance du « patrimoine de Saint Pierre » et de la défendre, même par la force, de toute attaque extérieure (mais pas de l'intérieur), Napoléon III quant à lui, doit retirer ses troupes dans un délai de deux ans de façon à laisser le temps nécessaire à l'armée pontificale de s'organiser. Le transfert de la capitale à de Turin à Florence provoque une grande contestation à Turin ce qui pousse Victor-Emmanuel II à exiger la démission de Minghetti.

Il se retire provisoirement de la politique avant d'occuper le poste de ministre de l'agriculture en 1869 dans le cabinet de Luigi Federico Menabrea.

Il s'oppose à une alliance franco-italienne dans le cadre de la guerre franco-prussienne de 1870. Avec l'appui de Quintino Sella et de Ruggero Bonghi, il prend le portefeuille des finances et réforme l'académie des Lyncéens sur le modèle de l'institut de France.

Il est de nouveau Premier ministre entre le 10 juillet 1873 et le 25 mars 1876. Il inaugure le rapprochement entre l'Italie, l'Autriche et l'Allemagne et réforme la marine et l'administration militaire. Pendant cette législature, il est en désaccord avec la droite à laquelle il appartient, le motif du désaccord est la rigoureuse politique de qu'il mène pour assainir le déficit public, objectif qu'il atteint en 1876. Un vote parlementaire provoque la chute de son gouvernement et la prise de fonction du premier ministre Agostino Depretis, leader de la gauche historique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]