Ferruccio Parri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferruccio Parri
Ferruccio Parri sur un timbre du Kyrgyzstan (2005)
Ferruccio Parri sur un timbre du Kyrgyzstan (2005)
Fonctions
Sénateur à vie de la République italienne
2 mars 19638 décembre 1981
43e président du Conseil italien
21 juin8 décembre 1945
Monarque Victor-Emmanuel III
Prédécesseur Ivanoe Bonomi
Successeur Alcide De Gasperi
Biographie
Nom de naissance Ferruccio Parri
Date de naissance 19 janvier 1890
Lieu de naissance Pignerol (Royaume d'Italie)
Date de décès 8 décembre 1981 (à 91 ans)
Lieu de décès Rome
Nationalité italienne
Parti politique Parti d'action

Ferruccio Parri
Présidents du Conseil italien

Ferruccio Parri, né le 19 janvier 1890 à Pignerol et mort le 8 décembre 1981 à Rome, est un homme politique italien et un antifasciste, président du Conseil en 1945.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé en lettres, Ferruccio Parri enseigne au lycée Parini de Milan, avant de devenir rédacteur du Corriere della sera. Il participe à la Première Guerre mondiale.

Arrêté pour avoir facilité l'exil de Filippo Turati, Parri est condamné à plusieurs années de prison, puis en sa qualité de membre antifasciste, il participe à l'activité du mouvement libéral-socialiste « Giustizia e Libertà », organisation inspirée par les frères Carlo et Nello Roselli. Pendant la guerre de libération, il prend le pseudonyme de « Maurizio » (qui proviendrait de la colline de San Maurizio, dans sa commune natale de Pignerol) et il devient un des chefs de la résistance au sein du Parti d'action qu'il avait contribué à créer.

Pendant les phases les plus critiques de la résistance, il dirige le Comité italien de libération nationale (CLNAI) pour l'Italie du Nord et il coordonne le commandement unifié de résistance ou Corps des volontaires de la liberté.

Après la libération, Parri devient président du Conseil des ministres le 21 juin 1945, à la tête d'un gouvernement d'unité nationale composé d'actionnistes, de communistes, de démocrates-chrétiens, de socialistes et de libéraux. Après six mois au pouvoir, ces derniers lui retirent leur appui politique et Parri démissionne de ses fonctions.

Il devient secrétaire du Parti d'action, mais après la déroute de celui-ci aux élections de juin 1946 au cours desquelles il recueille moins de 1,5 % des voix, Parri préfère dissoudre le parti pour créer avec Ugo La Malfa le mouvement Concentration démocratique en 1948 qui fusionnera avec le Parti républicain (PRI).

En 1953, en désaccord avec la loi électorale, il quitte le PRI et donne naissance avec Piero Calamandrei à l'Unité populaire.

Antonio Segni, président de la République, le nomme sénateur à vie en 1963. Dans la Haute Assemblée, il fait partie du groupe de la gauche indépendante dont il est le président pendant de nombreuses années.

Considéré comme un des pères de la patrie, il est enterré dans le cimetière monumental de Staglieno de Gênes.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il a été décoré de la médaille de la "Bronze Star Medal" (médaille de l'Étoile de bronze américaine).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]