Joan Rivers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rivers.

Joan Rivers

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Joan Rivers en 2010.

Nom de naissance Joan Alexandra Molinsky
Naissance 8 juin 1933
New York, État de New York
États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 4 septembre 2014 (à 81 ans)
New York, État de New York
États-Unis
Profession Actrice, animatrice de télévision
Site internet joanrivers.com

Joan Alexandra Molinsky, plus connue sous le nom de Joan Rivers, est une actrice et animatrice de télévision américaine, née le 8 juin 1933 à New York et morte le 4 septembre 2014 dans la même ville.

Joan Rivers débute sa carrière d'actrice dans des productions Off-Broadway. Elle écrit un spectacle de stand-up qu'elle joue dans les clubs. À partir de 1965, elle est invitée régulièrement dans The Tonight Show de Johnny Carson, où elle se fait connaître du public. En 1986, elle présente son propre talk-show, The Late Show (en), rapidement retiré de l'antenne par Fox Network. En 1990, elle est récompensée aux Daytime Emmy Awards pour son émission The Joan Rivers Show. Elle se produit à plusieurs reprises à Broadway et tient quelques rôles au cinéma.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Joan Alexandra Molinsky naît dans l'arrondissement new-yorkais de Brooklyn. Ses parents s'installent ensuite à Larchmont. Elle intègre Connecticut College (en), une université d'arts libéraux, puis poursuit ses études au Barnard College. Membre du club estudiantin Phi Beta Kappa, elle obtient en 1954 un Bachelor of Arts en littérature anglaise[1]. Elle est employée au département publicité de la chaîne de grands magasins Lord & Taylor, puis travaille pour Bond Clothing Stores (en). Elle épouse James Sanger, le fils d'un collaborateur du fabricant de vêtements, mais le couple divorce six mois plus tard[1],[2].

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Le trio Jim, Jake and Joan, constitué de Jim Connell, Jake Holmes et Joan Rivers, vers 1960.

Contre l'avis de ses parents, elle décide d'entreprendre une carrière d'actrice. Elle tient de petits rôles dans des productions Off-Broadway[1]. Pour subvenir à ses besoins, elle travaille comme intérimaire et écrit un spectacle de stand-up, qu'elle joue dans les clubs du quartier de Greenwich Village à la fin des années 1950[1]. Un agent théâtral lui suggère d'adopter un nom de scène. Elle opte pour « Joan Rivers »[3]. Au début des années 1960, le propriétaire du club The Bitter End (en), qui doute de ses capacités à réussir en solo, lui présente Jim Connell et Jake Holmes et met sur pied un trio comique, baptisé Jim, Jake and Joan, sans rencontrer le succès[4]. En 1961, la jeune actrice rejoint la troupe The Second City, ce qui lui permet de travailler l'improvisation théâtrale[5],[6]. Elle signe un contrat avec l'agent artistique Roy Silver. Grâce lui, Rivers écrit pour l'émission Candid Camera (en), ainsi que pour les humoristes Bob Newhart et Phyllis Diller[7],[3].

Télévision[modifier | modifier le code]

En 1965, Joan Rivers est invitée à se produire dans The Tonight Show, le talk-show de fin de soirée animé par Johnny Carson et diffusé sur le réseau NBC. Elle se fait connaître du grand public grâce à l'émission, où elle retourne à plusieurs reprises[1]. Au cours des années 1980, elle remplace régulièrement l'animateur lorsque celui-ci s'absente de l'antenne[8]. En 1986, Rivers obtient son propre talk-show sur le nouveau réseau américain Fox Network. The Late Show (en) est diffusé au même horaire que The Tonight Show, ce qui irrite Johnny Carson. L'animateur coupe les ponts avec Joan Rivers, et ne la réinvitera jamais plus dans son émission[9]. L'audience de The Late Show diminue rapidement et Fox renvoie Edgar Rosenberg, producteur de l'émission et 2nd mari de Joan Rivers, puis se sépare de l'animatrice[3],[10]. Elle effectue son retour en 1989 avec The Joan Rivers Show, une émission diffusée en matinée par le réseau Fox jusqu'en 1993. En 1990, lors de la cérémonie des Daytime Emmy Awards, elle est récompensée dans la catégorie « Outstanding Talk Show Host »[11].

À partir de 1990, Joan Rivers apparaît sur QVC (en), une chaîne du câble spécialisée dans le télé-achat sur laquelle elle présente sa propre collection de bijoux[12]. En 1994, elle anime Can We Shop?, une émission de télé-achat diffusée en syndication[11]. Joan Rivers et sa fille Melissa (en) réalisent des interviews de célébrités lors des cérémonies de remise de prix, notamment les Emmy Awards. À partir de 1996, leur émission est diffusée par la chaîne Entertainment Television (E!), filiale de NBCUniversal. Elle rassemble 1,6 million de téléspectateurs lors de sa dernière diffusion en 2003. L'année suivante, Rivers et sa fille signent un contrat de 8 millions de dollars et sont recrutées par TV Guide Channel (en) pour animer une émission similaire. En 2006, Joan Rivers conduit sa 1 000e interview avant la 58e cérémonie des Primetime Emmy Awards (en)[13]. En 2009, elle participe à la 2de saison de The Celebrity Apprentice, l'émission de téléréalité de NBC animée par Donald Trump, et est déclarée vainqueur[9]. À partir de septembre 2010, elle coanime l'émission hebdomadaire Fashion Police (en) sur la chaîne E![14]. En compagnie de Giuliana Rancic, Kelly Osbourne et George Kotsiopoulos (en), elle critique les tenues vestimentaires des stars[15]. À partir de janvier 2011, la chaîne WE tv diffuse Joan & Melissa: Joan Knows Best?, une émission de téléréalité mettant en scène Joan et Melissa Rivers. La mère et la fille collaborent également sur la web-série In Bed With Joan, disponible sur YouTube depuis mars 2013[5],[16].

Scène[modifier | modifier le code]

Joan Rivers est l'auteur de la comédie Fun City, montée à Broadway en 1972. En 1988, elle remplace l'actrice Linda Lavin et reprend le rôle de Kate dans Broadway Bound (en), une pièce de Neil Simon. En 1994, Rivers est nommée aux Tony Awards pour son rôle dans Sally Marr… and her Escort. En 2008, elle joue dans Joan Rivers: A Work in Progress by a Life in Progress, dont elle est l'auteur[17].

La popularité de Joan Rivers culmine au milieu des années 1980, elle est alors la mieux payée parmi les personnalités du monde du spectacle se produisant dans les établissements du Las Vegas Strip[18].

Cinéma[modifier | modifier le code]

En 1968, Joan Rivers obtient un petit rôle dans le film Le Plongeon (The Swimmer) de Frank Perry et effectue ses débuts à l'écran. En 1978, elle écrit et réalise la comédie Rabbit Test (en), dans laquelle l'acteur Billy Crystal tient le premier rôle[5].

Autres activités[modifier | modifier le code]

En 2008, Ricki Stern et Annie Sundberg la suivent durant plusieurs mois afin de réaliser un film documentaire à son sujet. Intitulé Joan Rivers: A Piece of Work[19]. Le film, dont la première a lieu en 2010 au festival du film de Sundance, est bien accueilli par la critique[18].

Actions caritatives[modifier | modifier le code]

Pendant plus de vingt ans, Joan Rivers soutient l'organisation caritative God's Love We Deliver, qui fournit des repas gratuits aux résidents de New York atteints de maladies graves. Membre du conseil d'administration, elle a aidé à collecter les fonds nécessaires à la rénovation du siège de l'association. L'actrice distribue des repas avec des membres de sa famille, notamment à l'occasion de Thanksgiving[20].

Vie privée et famille[modifier | modifier le code]

Les grands-parents de Joan Rivers se sont installés aux États-Unis afin de fuir la révolution russe[2],[3]. En 1955, Rivers épouse James Sanger, dont elle a fait la connaissance alors qu'elle était employée par les magasins Bond Clothing Stores (en). Ils divorcent au bout de six mois[1]. Elle se remarie en 1965 avec Edgar Rosenberg, qui produit plusieurs de ses spectacles et show télévisés. Il est le père de Melissa Rivers (en), née en 1968. Rosenberg se suicide peu après son renvoi par NBC et est retrouvé mort dans un hôtel de Philadelphie en août 1987[3],[21].

L'actrice, qui déclare se trouver « laide », a fréquemment recourt à la chirurgie esthétique et aborde volontiers le sujet durant ses spectacles[22]. Dans son livre Men Are Stupid… And They Like Big Boobs: A Woman's Guide to Beauty Through Plastic Surgery, paru en 2009, elle énumère les parties de son corps ayant été « refaites », dont ses lèvres, son nez, ses yeux et sa poitrine, et déclare se faire injecter du botox[23]. Interrogée en 2012 par l'animateur Anderson Cooper, qui lui demande si le nombre d'interventions qu'elle a subies s'élève bien à 734, elle répond sur le ton de la plaisanterie : « Non, 739 ! »[22].

Le 28 août 2014, Joan Rivers est opérée des cordes vocales par un médecin de l'Upper East Side. Durant l'intervention, elle est victime d'un arrêt cardiaque. L'actrice est transportée au Mount Sinai Hospital, où les médecins la plongent dans un coma artificiel. Le State Health Department (en) lance une enquête à la suite de sa mort, déclarée le 4 septembre 2014[1],[9]. Le 7 septembre, un service commémoratif se déroule au temple de la Congrégation Emanu-El de New York, auquel sont invitées des personnalités du spectacle, de la mode et des médias, dont les acteurs Hugh Jackman et Alan Cumming, les actrices Sarah Jessica Parker et Whoopi Goldberg, l'humoriste Kathy Griffin, le styliste Michael Kors, les journalistes Barbara Walters et Diane Sawyer, ainsi que l'animateur Howard Stern, qui prononce l'éloge funèbre[24].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Joan Rivers est récompensée lors des Daytime Emmy Awards en 1990[11]. Une étoile lui est dédiée sur le Walk of Fame d'Hollywood[25].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Joan Rivers à l'hôtel The Pierre de New York, le 24 mai 2001.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Caméos[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1972 : Fun City
  • 1988 : Broadway Bound
  • 1994 : Sally Marr... and her Escort

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Ricki Stern et Annie Sundberg, Joan Rivers: A Piece of Work: A Year in the Life of a Semi Legend, IFC Films, 2010, 85 min (ISBN 978-0-7886-1341-8)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) Robert D. McFadden, « Joan Rivers, a Comedic Stiletto, Is Dead at 81 », The New York Times,‎ 4 septembre 2014
  2. a et b (en) Naomi Pfefferman, « Joan Rivers’ ‘Life’—audacious, as always », The Jewish Journal of Greater Los Angeles,‎ 27 décembre 2007
  3. a, b, c, d et e (en) « Obituary: Joan Rivers », BBC News,‎ 4 septembre 2014
  4. (en) Yael Kohen, « Who Is This Dame? How Joan Rivers Killed in the Clubs », Time,‎ 4 septembre 2014
  5. a, b et c (en) Stephen Miller, « Joan Rivers, Queen of Snark, Zinged Herself Too », Bloomberg,‎ 4 septembre 2014
  6. (en) Mike Thomas, « Joan Rivers spent early comedy years in Chicago », Chicago Sun-Times,‎ 4 septembre 2014
  7. (en) Emily Langer, « Joan Rivers, comedian who skewered everyone, including herself, dies », The Washington Post,‎ 4 septembre 2014
  8. (en) James Wolcott, « I Know Why the Caged Bird Kvetches », New York, vol. 16, no 4,‎ 24 janvier 1983, p. 51-53 (ISSN 0028-7369, lire en ligne)
  9. a, b et c (en) Todd Leopold, « Joan Rivers, pointed, pioneering comedian, dies at 81 », CNN,‎ 4 septembre 2014
  10. (en) Cheryl Lavin, « Rivers Says Goodbye Not A Minute Too Soon », Chicago Tribune,‎ 17 mai 1987
  11. a, b et c (en) Robin Manougian, « Rivers Runs Deep », Orange Coast Magazine, vol. 19, no 12,‎ décembre 1993, p. 42-48 (ISSN 0279-0483, lire en ligne)
  12. (en) Benjamin Snyder, « Joan Rivers and her $1 billion fashion business », Fortune,‎ 4 septembre 2014
  13. (en) Robin Givhan, « Rivers's Edge », The Washington Post,‎ 26 août 2006
  14. Renaud Machart, « Botox hilarant », Le Monde,‎ 17 juin 2013
  15. (en) Frazier Moore, « 'Fashion Police' fetes host Joan Rivers at age 80 », Associated Press,‎ 10 juin 2013
  16. (en) Michael Rothman, « Joan Rivers Dead at 81: Inside the Comedian's Close Relationship With Her Daughter Melissa Rivers », CBS News,‎ 4 septembre 2014
  17. (en) Greg Braxton, « Inflicting Herself With the Acid Test », Los Angeles Times,‎ 10 février 2008
  18. a et b (en) Jonathan Van Meter, « Joan Rivers Always Knew She Was Funny », New York,‎ 23 mai 2010
  19. (en) Ty Burr, « Joan Rivers: A Piece of Work », The Boston Globe,‎ 18 juin 2010
  20. (en) Melanie Grayce West, « Joan Rivers Delivers a 15 Millionth Meal, Laughs », The Wall Street Journal,‎ 2 mai 2014
  21. (en) « Edgar Rosenberg, Husband And Colleague of Joan Rivers », The New York Times,‎ 15 août 1987
  22. a et b (en) « Plastic Fantastic: Joan Rivers' passion for cosmetic surgery lives on », The Sydney Morning Herald,‎ 5 septembre 2014
  23. (en) John Cloud, « Joan Rivers' Cure: Will Plastic Surgery Make You Happier? », Time,‎ 30 janvier 2009
  24. (en) « Joan Rivers funeral: Stars mourn late comedian », BBC News,‎ 7 septembre 2014
  25. « L'actrice Joan Rivers est morte », AFP,‎ 4 septembre 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :