Leonard Robinson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Leonard "Truck" Robinson en 1975

Leonard Eugene Robinson, né le 4 octobre 1951 à Jacksonville, Floride, est un joueur américain de basket-ball de NBA ayant évolué aux Bullets de Washington (1974-77), aux Hawks d'Atlanta (1977), aux Jazz de La Nouvelle-Orléans (1977-79), aux Suns de Phoenix (1979-82) et aux Knicks de New York (1982-85).

Biographie[modifier | modifier le code]

Connu sous le surnom de « Truck », Leonard Robinson utilisa sa force physique, son intelligence de jeu et son adresse au tir pour devenir l'un des meilleurs ailiers de la fin des années 1970 et du début des années 1980. Il possédait la force physique d'un ailier-fort et la mobilité d'un ailier. Robinson disputa onze saisons en NBA. Élu All-Star à deux reprises, il connut sa meilleure saison avec les Jazz de La Nouvelle-Orléans en 1977-1978, quand il inscrivit 22,7 points et fut meilleur rebondeur de la NBA avec 15,7 rebonds par match. Il fut nommé dans la All NBA First Team.

À sa sortie de l'université d'État du Tennessee, Robinson fut sélectionné par les Bullets de Washington au deuxième tour de la draft 1974. Lors de sa saison rookie en 1974-1975, Robinson dut attendre sur le banc derrière Elvin Hayes et Mike Riordan, inscrivant 5,8 points en 13,1 minutes par match. Il apporta une petite contribution à l'équipe des Bullets qui atteignit les Finales NBA, s'inclinant face aux Warriors de Golden State en quatre matchs.

Il doubla son temps de jeu lors de sa deuxième saison, améliorant considérablement ses statistiques. Mais ce ne fut que lors de la saison 1976-1977, quand les Bullets l'envoyèrent aux Hawks d'Atlanta contre Tom Henderson et un choix de draft, que Robinson devint un joueur majeur. Lors de cette saison partagée entre les Bullets et les Hawks, Robinson inscrivit 19,0 points et 10,8 rebonds.

Au début de la saison 1977-1978, Robinson signa en tant que free agent avec les Jazz de La Nouvelle-Orléans, ceux-ci envoyant Ron Behagen en compensation. Lors de sa seule saison complète avec les Jazz, Robinson produisit alors la meilleure saison de sa carrière. Il devint alors l'un des rares joueurs n'évoluant pas au poste de pivot à devenir meilleur rebondeur de la ligue, captant 15,7 rebonds par match. Il inscrivit aussi sa meilleure moyenne de points en carrière (22,7 points par match), participant à son premier All-Star Game et fut nommé dans la All-NBA First Team.

Les Jazz, entraînés par Elgin Baylor, réalisèrent un bilan de 39 victoires - 43 défaites, mais ratèrent les playoffs pour la quatrième fois dans leurs quatre ans d'existence. Robinson continua sur sa lancée lors de la saison 1978-1979, avec des moyennes de 24,2 points et 13,4 rebonds durant ses 43 premiers matchs. Mais le 12 janvier 1979, les Jazz transférèrent Robinson aux Suns de Phoenix. Les Suns renforcèrent leur banc de touche et, lors des 26 derniers matchs, Robinson inscrivit 16,0 points en 29,1 minutes par match. Phoenix remporta 50 matchs cette saison-là, atteignant la Finale de la Conférence Ouest avant de s'incliner face aux SuperSonics de Seattle en sept matchs.

Lors des trois saisons suivantes avec les Suns, Robinson compila au moins 17 points et 9 rebonds chaque année. À la suite de la saison 1981-1982, il fut transféré aux Knicks de New York contre Maurice Lucas. En 1982-1983, Robinson connut la pire saison de sa carrière, avec des moyennes de 9,5 points et 8,1 rebonds. Les fans commencèrent à se plaindre du « truck with four flat tires » (« camion avec quatre pneus gonflés »). Il disputa une dernière saison complète avec New York avec des résultats similaires en 1984-1985.

En 11 saisons NBA, Robinson compila 11 988 points, 7267 rebonds, 1348 passes décisives en 772 matchs.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]