Chécy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chécy (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Chessy.
Chécy
Le canal d'Orléans à Chécy
Le canal d'Orléans à Chécy
Blason de Chécy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton Chécy
Intercommunalité Agglomération Orléans Val de Loire
Maire
Mandat
Jean-Vincent Vallies
2014-2020
Code postal 45430
Code commune 45089
Démographie
Gentilé Caciens
Population
municipale
8 415 hab. (2011)
Densité 544 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 39″ N 2° 01′ 39″ E / 47.8942, 2.0275 ()47° 53′ 39″ Nord 2° 01′ 39″ Est / 47.8942, 2.0275 ()  
Altitude Min. 95 m – Max. 116 m
Superficie 15,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Chécy

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Chécy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chécy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chécy
Liens
Site web www.checy.fr

Chécy est une commune française située dans le département du Loiret en Région Centre.

La commune, située dans le périmètre inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, possède des paysages et des milieux écologiques remarquables, ainsi qu'un certain cachet patrimonial autour du canal et du vieux bourg. Si elle s'est développée autour de son activité commerciale, elle devient au début du XXIe siècle de plus en plus résidentielle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La ville est située dans l'aire urbaine et l'unité urbaine d'Orléans à 10 km à l'est d'Orléans et 117 km au sud de Paris sur la rive droite de la Loire. Les deux ponts les plus proches sont, en aval, le pont René Thinat à Orléans (à 9,5 km) et, en amont, le pont de Jargeau9 km).

Occupation du sol[modifier | modifier le code]

Différents bois occupent les parties périphériques de la commune : la Guignardière, le bois de l'Ormeteau, la Bretoche, les berges de la Bionne. À ces portions forestières, il faut ajouter le parc du Château du Croc, ainsi que différents boisements ligériens. La pointe au sud du canal est en partie inondable : elle n'est urbanisée que le long d'une rue, le reste de ce territoire étant consacré à des vergers, des pâtures et au camping municipal. Le Parc d'activité se situe à l'ouest de la commune. L'urbanisation ancienne est concentrée au nord du canal, hormis quelques bâtisses plus anciennes dispersées dans la commune. L'urbanisation récente est située au centre de la commune, à proximité du collège et de la piscine, ainsi que dans les lotissements des huttes et de la Malécotière au nord de la tangentielle. En dehors de la nationale et de la voie de chemin de fer, des grands champs ainsi que de petites routes de campagne occupent la partie est.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

un canal au pied d'un village
Le canal d'Orléans

La Loire fait un coude au niveau de Chécy. Elle arrive du sud et va vers l'ouest. Le canal d'Orléans arrive dans la commune par l'est (Mardié) et rejoint la Loire au niveau de Combleux à l'ouest. Par ailleurs, la rivière de la Bionne longe la commune à l'ouest. Son affluent, le ruisseau l'Ivoirie, coupe la commune du nord-est au sud-ouest. Quelques mares sont également présentes.

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par les routes départementales 8 (qui va vers Vennecy, et Rebréchien au nord) et 960 (vers Orléans à l'ouest et Saint-Denis-de-l'Hôtel à l'est), par la route nationale 60 ou tangentielle d'Orléans (Orléans à l'ouest, Châteauneuf-sur-Loire à l'est) ainsi que par la ligne ferroviaire Orléans - Gien.

La commune est desservie par les autocars du réseau Ulys, ainsi que par le réseau TAO :

  • 8 : MARDIE Le Merisier ↔ SAINT-JEAN-DE-BRAYE Léon Blum
  • 19 : CHECY Herpinière ↔ SAINT-JEAN-DE-BRAYE Léon Blum

Elles desservent toutes deux la plupart des quartiers résidentiels de Chécy, ainsi que le centre commercial Chécy Belles Rives. Le terminus ouest des deux lignes est le pôle d'échange Léon Blum à Saint Jean de Braye : il permet une correspondance avec la ligne B du tramway.

Chécy est traversée par le canal d'Orléans emprunté pour un tourisme fluvial. La Loire, autrefois navigable, n'est plus empruntée que pour des occupations sportives (kayak de bon niveau) ou de loisirs (bateaux à voile à fond plat traditionnels).

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Les Sablons

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Chécy et des communes limitrophes

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géologie du Bassin parisien.

Chécy se situe dans la moitié sud du Bassin parisien. La topographie est globalement plane. Elle varie de 122 mètres, en limite est au niveau de la tangentielle, à 97 mètres au niveau du lit de la Loire au sud. Les zones boisées sont situées sur les hauteurs. Le lit majeur de la Loire est particulièrement important à cet endroit, d'ailleurs le fleuve a changé de lit mineur : il s'écoulait autrefois plus au nord. De larges bandes sableuses occupent de fait la rive nord de la Loire, et sont recouvertes en période de crue. On note la présence de deux sablières dans cette zone.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : climat du Loiret.

Chécy possède un climat tempéré de type océanique dégradé se caractérisant par des hivers doux (3 à 4 °C) et pluvieux, et des étés frais (16 à 18 °C) et relativement humides. La température moyenne est de 10 à 11 °C sur l'année.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

L’habitation de la région orléanaise commence dès l’époque gallo-romaine. La région constitue un lieu de passage le long de la Loire. À Chécy, on a retrouvé les traces d’un carrefour de voies romaines, reliant Orléans (en passant par Saint-Jean-de-Braye), Paris, Gien et Sens. De plus, les Romains plantent les premières vignes, à proximité de la Loire, et cette activité perdurera jusqu’au XXe siècle[1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, l’agriculture progresse aux dépens de la forêt, laissant des résidus forestiers sur les hauteurs tandis que les terres limoneuses, riches, sont cultivées. La vigne se développe et l’Orléanais est au cœur du domaine royal. La navigation sur le fleuve prend de l'ampleur en lien avec cette production commerciale, et le port de Chécy est le lieu d'une importante activité. Entre 950 et 1100, Chécy perd de son territoire au profit de Combleux au sud-ouest et de Mardié (lieu-dit de Pont-aux-Moines au nord-ouest). Une léproserie est en activité sur la commune, sur une période allant au moins du XIIe au XVe siècles. Jeanne d'Arc s'arrête à Chécy le 29 avril 1429 avant de partir reconquérir Orléans. Au début du XVIe siècle, le fleuve change de cours. Le port de Chécy, à sec, est abandonné[2].

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les vignerons représentent les deux tiers des métiers exercés. Au XVIIe siècle également, le canal d’Orléans est construit. Sous la Révolution française et le Premier Empire, le canal est la voie la plus fréquentée de France, et il résulte des embouteillages aux écluses une vie foisonnante à Chécy et Combleux[1].

XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

En 1829, les bancs de sables accessibles depuis la rive sud mais liés administrativement à la rive nord du fait des droits paroissiaux sont rattachés aux communes de Sandillon et Saint-Denis-en-Val. Chécy perd ainsi 320 nouveaux hectares, pour obtenir sa forme actuelle. En 1912, l'épidémie du phylloxéra détruit une partie des vignes. C'est le début d'une période de crise (guerres mondiales, crise économique). Le développement des machines agricoles conduit à réaliser des cultures de plein-champ plutôt que de replanter les vignes.

D'ancienne commune rurale basée sur l'économie fluviale, Chécy est devenue depuis la fin du XXe siècle une commune périurbaine et tertiaire où les lotissements se multiplient. Il ne reste que quelques hectares de vigne, par contre l'agriculture de pleins champs et les vergers sont encore présents sur le territoire.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chécy

Les armes de Chécy se blasonnent ainsi :

D'azur à une nef à la voile gonflée d'argent voguant sur une mer du même, au chef cousu de gueules chargé d'une tour d'or maçonnée de sable, l'écu surmonté d'une couronne murale d'argent maçonnée de sable doublée de gueules, entouré de deux branches de chêne de sinople fruitées d'or[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Chécy
La mairie de Chécy

En 2008, la commune a reçu le label « Ville Internet »[4].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Jean-Vincent Valliès PS Responsable service protection de l'enfance, Conseiller régional
mars 2001 2008 Francis Duché UMP Cadre d'exploitation
1995 2001 Daniel Coulaud PS  
1983 1995 Gérard Lambert RPR Médecin

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le schéma de cohérence territorial (SCOT) de l'agglomération orléanaise, approuvé en décembre 2008, s'applique à la commune de Chécy. Par ailleurs, la commune a réalisé (par révision de son ancien Plan d'occupation des sols ou POS) un Plan local de l'urbanisme (PLU) exemplaire d'un point de vue environnemental, et s'est associé à l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) pour réaliser une analyse environnementale de l'urbanisme (AEU) préalable au PLU, de 2005 à 2006[5]. Cette démarche est assez novatrice dans la région Centre pour une commune inférieure à 10 000 habitants. Le PLU a été approuvé en décembre 2007.

Finances de la commune[modifier | modifier le code]

La commune est depuis 2007 en situation de surendettement[6].

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Jumelage
Partenariat

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Chécy.

En 2011, la commune comptait 8 415 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 400 1 533 1 636 1 808 1 945 1 964 2 018 1 996 2 103
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 009 2 011 1 804 1 978 1 838 1 836 1 982 1 851 1 812
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 778 1 811 1 734 1 578 1 587 1 591 1 537 1 623 1 858
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
2 010 2 283 3 986 6 299 7 177 7 221 7 863 8 044 8 415
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune a toujours eu une tradition commerciale. Aujourd'hui, le tertiaire reste l'activité dominante : zone commerciale (39 boutiques), commerces de proximité, services (36 entreprises en centre-bourg) mais aussi un peu de tourisme (camping,...). Le parc d'activité possède une superficie de 66 hectares et regroupe 51 entreprises ; 46 entreprises se trouvent par ailleurs le long de la route nationale[12]. L'agriculture est néanmoins encore présente.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Chécy est situé dans l'académie d'Orléans-Tours et dans la circonscription d'Orléans-Est. La commune possède deux écoles maternelles, trois écoles primaires et un collège[13].

  • Groupe scolaire Albert Camus, une école maternelle et une école primaire ;
  • Groupe scolaire Jean Baudoin, une école maternelle et une école primaire ;
  • École privée Notre-Dame de la Bretauche, école primaire ;
  • Collège Pierre Mendès France.

Écologie[modifier | modifier le code]

uncanal bordé de platanes
Le canal d'Orléans

Le canal d'Orléans et la Loire constituent les deux zones privilégiées de promenade des habitants de l'agglomération, pour ses paysages et sa faune.

La Loire est protégée ou inscrite dans différents classements et règlementations à Chécy. Le site fait partie du site du « Val de Loire de Chalonnes à Sully-sur-Loire » (85 394 ha), classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO en 2000[14]. Il est doublement classé au niveau européen, d'une part, et depuis 2002, il appartient à la zone spéciale de conservation « vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire », d'une surface de 7 120 hectares, dans la directive Habitat de Natura 2000, pour les espèces et milieux liés à la dynamique du fleuve[15] ; d'autre part, il est classé zone de protection spéciale en directive oiseaux de Natura 2000 depuis 2003 au sein d'une zone géographique assez similaire. Cette zone, de 7 684 hectares, s'intitule « Vallée de la Loire et du Loiret »[16] ; enfin, le site est classé au niveau national par un arrêté de 1988 au titre de la loi du 2 mai 1930 au sein du « site de Combleux », d'une superficie de 285 hectares, pour la qualité de ses paysages[17].

Sports[modifier | modifier le code]

  • Centre aquatique : l'aquacienne ;
  • Stade communal et gymnase ;
  • Association Sportive de Chécy (ASC).

Culture[modifier | modifier le code]

L'espace George Sand est un centre culturel. La commune possède également une salle des fêtes et deux salles communales.

Au niveau gastronomique, on peut signaler le fromage orléannais Chécy qui porte le nom de la commune.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre

Par ailleurs, il existe des associations pour la préservation du patrimoine : les amis du vieux Chécy (AVC)[23] et l'association pour la navigation du canal d'Orléans (ANCO)[24].

La commune est située dans la zone de protection spéciale vallée de la Loire du Loiret du réseau Natura 2000[25].

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Fête de la Saint-Vincent en janvier organisée par l'association des amis du vieux Chécy ;
  • Fête johannique, le dernier week-end d'avril ;
  • Marché le samedi.

Anecdote[modifier | modifier le code]

Le 11 septembre 2005, une salade de fruits de 5 185 kg y fut préparée, permettant à la ville d'entrer dans le livre des records.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michel Marinier, Monique Borrat et al., 2000, Chécy, ville de Loire.
  2. Histoire de Chécy sur le site web de Michel Marinier, historien, 2005
  3. Site officiel de la ville de Chécy. Ville, Histoire, Blason. Article du 12 avril 2005. Consultation : mars 2008.
  4. « LES VILLES \ INITIATIVES PAR RÉGIONS \ CENTRE », sur www.villes-internet.net (consulté le 8 octobre 2009)
  5. Approche environnementale de l'urbanisme en Région Centre, bonnes pratiques : PLU de Chécy
  6. État des finances de Chécy sur le site officiel de la commune
  7. Site du comité de jumelage Chécy-Ilvesheim
  8. Comité cantonal solidarité Roumanie Chécy-Hodod
  9. Communiqué de presse de la municipalité sur le projet de coopération avec Bangui
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  12. L'économie de Chécy sur le site officiel de la commune
  13. Éducation : liste des écoles de la circonscription dOrléans-Est, liste des collèges du Loiret et liste des lycées du Loiret sur le site de l'inspection académique d'Orléans.
  14. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes », sur whc.unesco.org, Nations Unis,‎ 2000 (consulté le 15 décembre 2009) ; Mission Val de Loire, « Val de Loire - Périmètre du site inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO », sur www.valdeloire.org, Régions Centre et Pays de Loire,‎ 2006 (consulté le 15 décembre 2009)
  15. Fiche de la direction régionale de l'environnement sur la zone spéciale de conservation "vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire, 2007
  16. Fiche de la vallée de la Loire et du Loiret, site du ministère de l'écologie, 2006
  17. Fiche de la direction régionale de l'environnement sur le site classé de Combleux, 2000
  18. « Église Saint-Pierre », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Château de la Prêche », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Musée de la tonnellerie de Chécy sur le site officiel de la commune
  21. « Bassin de radoub dit cale à Giraud », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Pont », base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. L'association des amis du vieux Chécy sur le site de la commune
  24. La canal d'Orléans sur le dictionnaire des canaux et rivière de France. Le travail de l'ANCO y est souligné
  25. « Natura 2000 : Fiche du site FR2410017 vallée de la Loire du Loiret », sur natura2000.environnement.gouv.fr, Ministère de l'écologie et du développement durable (consulté le 8 juin 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Duchateau, Souvenirs de Chécy, Le livre d'histoire, coll. « Monographies des villes et villages de France »,‎ 1914 (réimpr. 1992), 184 p.
  • Marinier Michel, Chécy, 10 siècle d'une histoire redécouverte,‎ 2005, 300 p. (lire en ligne)
  • Chécy, ville de Loire, Mairie de Chécy,‎ 2000

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]