Chanteau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chanteau
L'église Saint-Remi
L'église Saint-Remi
Blason de Chanteau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton Fleury-les-Aubrais
Intercommunalité Agglomération Orléans Val de Loire
Maire
Mandat
Jean-Pierre Leizour
2008-2014
Code postal 45400
Code commune 45072
Démographie
Gentilé Chanteausiens
Population
municipale
1 331 hab. (2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 57′ 56″ N 1° 58′ 09″ E / 47.9655555556, 1.96916666667 ()47° 57′ 56″ Nord 1° 58′ 09″ Est / 47.9655555556, 1.96916666667 ()  
Altitude Min. 109 m – Max. 138 m
Superficie 28,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Chanteau

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Chanteau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chanteau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chanteau

Chanteau est une commune française située dans le département du Loiret en Région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 10 km au nord d'Orléans, en lisière de la forêt d'Orléans dans l'aire urbaine d'Orléans.

Dans sa périphérie existent des gouffres dont le plus important est celui des Sans-Ronce, découvert en 1952 et mesurant près de 100 m de long pour 25 m de profondeur[1].

Le cours d'eau le Ruet se forme sur le territoire de la commune.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rose des vents
N
O    CHANTEAU    E
S
Carte de la commune de Chanteau et des communes limitrophes

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Chanteau est membre depuis 2000 de la Communauté d'agglomération Orléans Val de Loire. Elle est donc desservie par le réseau TAO :

  • 33 : FLEURY-LES-AUBRAIS Bustière ↔ SAINT-JEAN-DE-BRAYE Léon-Blum

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce nom est cité pour la première fois au VIe siècle[réf. nécessaire] et le terme "Chanteau" apparaît au XIe siècle.

Saint Remi, évêque de Reims s'y serait arrêté au VIe siècle. Robert II, fils d'Hugues Capet, y fit construire un prieuré en 1029.

Le Turco était un tirailleur algérien qui, lors de la guerre franco-prussienne de 1870, a réussi à arrêter pendant quelques heures une colonne de Prussiens qui se dirigeaient vers Orléans. Après avoir tué plusieurs ennemis, il tomba à son tour. Deux monuments rappellent son action héroïque : l'un, récemment aménagé, se trouve à l'angle de la rue des Hauts-Bois, l'autre plus imposant, dans le cimetière de Chanteau. Chaque année, en décembre, a lieu une commémoration en son souvenir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chanteau

Les armes de Chanteau se blasonnent ainsi :

De tanné à la barre de sable chargée de trois feuilles de chêne de sinople pétiolées et nervurées d'argent, deux cordelières du même brochant sur les traits de la barre, celle du chef nouée de deux pièces et celle de la pointe de trois, le tout accompagné, en chef, d'une demi-ramure aussi d'argent, en pointe, de trois épis de blé du même liés aussi de sable[2].

Économie[modifier | modifier le code]

Chanteau est le siège d'un camp militaire du Service de santé des armées qui regroupe l'Etablissement Central des Matériels du Service de Santé des Armées (ECMSSA) et la Pharmacie centrale des Armées. Cette dernière, fondée en 1792 a été complètement rénovée en 2003 ; elle a été chargée de la production de médicaments spécifiques aux besoins militaires ou nécessaires dans le cadre de la pandémie grippale[3]. La maintenance des antennes chirurgicales est également assurée sur ce site. Le tout emploie près de 400 personnes[4].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Chanteau
Période Identité Étiquette Qualité
1900 1919 Charles Paulmier    
1919 1945 Henry de Bellaigue   Vicomte
1945 1950 Marcel Gondard    
1950 1975 Clément Risset    
1975 1983 Pierre Legrand    
1983 1989 Pierre Thibault    
1989 2001 Denise Zermati   Enseignante
2001 2004 Jean-Pierre Leizour   Agent SNCF
2004 2008 Denis Rouet   Agent immobilier
2008 en cours Jean-Pierre Leizour    

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Chanteau.

En 2011, la commune comptait 1 331 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
263 304 288 291 344 330 348 339 366
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
369 362 368 325 319 302 297 294 275
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
287 270 269 248 277 241 242 209 212
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
195 186 316 899 993 1 136 1 239 1 244 1 331
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6])
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Remi du XVIe siècle ;
  • Château de la Brossette, du début du XXe siècle, occupé actuellement par un centre de loisirs.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gouffre des Sans-Ronce », sur www.balado.fr, Éditions Mondéos (consulté le 11 novembre 2010)
  2. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : février 2009.
  3. http://www.defense.gouv.fr/defense/breves/lutte_contre_la_pandemie_herve_morin_visite_la_pharmacie_centrale_des_armees
  4. La République du Centre, 18 janvier 2008, p. 4, édition Loiret.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]