La Chapelle-Saint-Mesmin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chapelle.
La Chapelle-Saint-Mesmin
L'hôtel de ville
L'hôtel de ville
Blason de La Chapelle-Saint-Mesmin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton Ingré
Intercommunalité Agglomération Orléans Val de Loire
Maire
Mandat
Nicolas Bonneau
2014-2020
Code postal 45380
Code commune 45075
Démographie
Gentilé Chapellois
Population
municipale
9 800 hab. (2011)
Densité 1 094 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 26″ N 1° 50′ 27″ E / 47.8905555556, 1.84083333333 ()47° 53′ 26″ Nord 1° 50′ 27″ Est / 47.8905555556, 1.84083333333 ()  
Altitude Min. 87 m – Max. 113 m
Superficie 8,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
La Chapelle-Saint-Mesmin

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
La Chapelle-Saint-Mesmin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Saint-Mesmin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Saint-Mesmin
Liens
Site web www.ville-lachapellesaintmesmin.fr

La Chapelle-Saint-Mesmin est une commune française, située dans le département du Loiret en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située dans la région naturelle du Val de Loire, elle-même inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO[1] depuis 2000, dans l'aire urbaine et l'unité urbaine d'Orléans, à 5,5 km à l'ouest d'Orléans sur la rive nord de la Loire et à 122 km au sud de Paris. Elle est l'une des 22 communes de l'Agglomération Orléans Val de Loire (AgglO)[2].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de La Chapelle-Saint-Mesmin et des communes limitrophes

Accès et transport[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Les autoroutes A10 et A71 traversent le territoire de la commune, la sortie no 1 de cette dernière permet d'y accéder directement.

La route nationale 152, qui relie Malesherbes à Beaugency, traverse La Chapelle Saint Mesmin d'est en ouest. La route départementale 2552 permet de rejoindre la tangentielle depuis l'est de la commune.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Le Tram B termine son parcours sur le territoire de la commune. Le terminus ouest nommé Georges Pompidou est la seule station présente sur la commune. Elle est située sur l'avenue du même nom, à la limite avec les villes de Ingré et Saint Jean de la Ruelle.

En tant que membre de la Communauté d'agglomération Orléans Val de Loire, La Chapelle Saint Mesmin est desservi par le réseau de bus et tram géré par l'AgglO, le réseau TAO :

  • 2 : LA CHAPELLE-SAINT-MESMIN Les Forges / Gustave Eiffel ↔ SAINT-JEAN-DE-BRAYE Sainte Marie
  • 3 : SAINT-JEAN-DE-LA-RUELLE Petite Espère ↔ FLEURY-LES-AUBRAIS Herveline
  • 17 : INGRE Maurice Genevoix ↔ OLIVET Zénith-Parc des Expositions
  • 40 : INGRE Maurice Genevoix ↔ LA CHAPELLE-SAINT-MESMIN L'Ardoise

Histoire[modifier | modifier le code]

Un site préhistorique a été trouvé au lieu-dit Monteloup (15 000 ans avant J.-C.)

L'aménagement d'un nouveau lotissement dans le quartier dit "les Chesnats" a permis la mise à jour, grâce aux fouilles archéologiques entre 2009 et 2012, d'un site historique retraçant ainsi 1000 ans d'histoire d'un village du haut Moyen Âge (du Ier au XIe siècle). Ce site archéologique est considéré actuellement comme l'une des plus important en France pour cette période [3]. Suite aux fouilles, une exposition a été mise en place, en octobre/novembre 2012, afin de présenter à ses habitants et à ceux de l'agglomération l'ampleur des découvertes réalisées[4].

La légende veut qu'aux environs du VIe siècle, Saint-Mesmin, qui établit un monastère à Micy, de l'autre côté de la Loire, y combattit un dragon à Béraire (premier nom de la ville), donnant son nom à ce lieu.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1947 Pierre Bergerard    
1947 1951 Maurice Lalière    
1954 1977 Aurélien Hatton    
1977 1989 Pierre Grard    
1989 1995 Jean-Marc Bernard PS  
1995 2008 Michel Tescher UMP Chirurgien
2008 2014 Nicolas Bonneau PS  
2014 en cours Nicolas Bonneau [5] PS  

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de la commune de La Chapelle-Saint-Mesmin sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Municipales La Chapelle-Saint-Mesmin Maire Nicolas Bonneau 2014 2020 [5]
Cantonales Ingré Conseiller général Michel Guerin 16 mars 2008 2015
Législatives 2e circonscription Député Serge Grouard 10 juin 2012 juin 2017
Régionales Centre Président du conseil régional François Bonneau 7 septembre 2007 2015
Présidentielles France Président de la République François Hollande 6 mai 2012 mai 2017

Économie[modifier | modifier le code]

Le marché de Béraire, créé en 2009, a lieu le samedi matin de 8h à 13h devant l’Espace Béraire. C'est un marché à dominante alimentaire qui compte 30 commerçants et producteurs[6].

Le siège social du Groupe Mr Bricolage est implanté sur la commune de La Chapelle-St-Mesmin depuis 2000. Il regroupe plus de 340 collaborateurs.

La verrerie Duralex, créée par Saint-Gobain en 1939, emploie environ 200 personnes. Une entreprise Michelin a aussi été ouverte sur la ville, aujourd'hui fermée.

Le Château des Hauts de La Chapelle-Saint-Mesmin a été vendu en 2012 par le conseil général du Loiret à la société d'informatique Pentalog (700 collaborateurs dans le monde) qui en a entrepris la rénovation[7] pour en en faire son siège[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 9 800 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 175 1 324 1 270 1 267 1 282 1 241 1 271 1 366 1 452
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 694 1 848 1 858 1 775 1 727 1 756 1 736 1 822 1 696
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 662 1 517 1 553 1 277 1 388 1 647 1 913 2 162 2 613
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
3 748 5 143 6 482 7 801 8 207 8 967 9 282 9 800 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Mesmin

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Le Château des Hauts de La Chapelle-Saint-Mesmin, loué en 1801 par Mademoiselle Raucourt, propriété ensuite de l'Evêché d'Orléans, puis du conseil général, a été racheté par une société d'informatique pour en faire son siège[7].
  • La Petit château abrite aujourd'hui la mairie. (Bâtiment du XVIIIe siècle, initialement appelé Petit Château propriété jusqu'en 1823 de Louis Ripault, savant orientaliste ayant participé à la Campagne d’Égypte sous Bonaparte, puis La Solitude lorsqu'il sert d'hospice tenu par une communauté religieuse à la fin du XIXe siècle, transformé en maison de retraite, puis en établissement de convalescence avant d'être racheté en 1996 par la municipalité[12]).
  • La gare de La Chapelle-Saint-Mesmin
  • Le pont de l'A71 sur la Loire, pont autoroutier en béton précontraint entre la commune et Saint-Pryvé-Saint-Mesmin.
  • L'Espace Béraire, complexe culturel et lieu de diffusion, a été édifié en 1986[13].
  • La salle du Plessis des Hauts, salle polyvalente réservée aux activités associative et municipales, a été construite en 2006[14].
  • La Maison de Beauvois salle pouvant accueillir 40 personnes pour des activités associatives et des expositions[15].
  • La Guinguette salle associative avec une capacité d’accueil de 90 personnes[16].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

  • La commune est bordée par la Loire sur plus de 5 km. Le sentier de grande randonnée GR3 emprunte l’ancien chemin de halage et permet de découvrir de beaux points de vue sur Orléans et la Sologne[17].
  • La grotte du dragon, située juste en-dessous de la Villa Béraire (Villa Berarius), en surplomb de la Loire, aurait été le repère d'un dragon (considéré comme le symbole du paganisme) tué par Saint Mesmin l'ancien. Ce dernier y fut enterré à sa mort en 520. Afin d'honorer sa mémoire, une chapelle fut construite juste au-dessus de la grotte à l'emplacement de la villa. Le village Béraire prit alors le nom de La Chapelle Saint-Mesmin. Pendant les guerres de religion, la grotte fut murée puis oubliée. Ce n'est qu'en 1856 que la grotte fut retrouvée par Ernest Pillon, archéologue[18];
  • La réserve naturelle nationale de Saint-Mesmin ; la commune est située dans la zone de protection spéciale vallée de la Loire du Loiret du réseau Natura 2000[19] et dans la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type 2 secteur embouchure du Loiret[20].

Culture et société[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

  • La commune dispose de 3 groupes scolaires (élémentaire, maternelle) Jean-Vilar (1952), Bel-Air (1971), Les Vallées (1981 et 1994) et d'un collège[21]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

La ville possède plusieurs équipements culturels[22] :

  • Bibliothèque Municipale Louis ROUILLY

Environ 30 000 documents sont mis à la disposition des lecteurs. Il est proposé un portage à domicile de livres destiné tout particulièrement aux personnes âgées, handicapées ou malades.

  • École Municipale de Musique, de Danse et de Théâtre

Disciplines : formation musicale, piano, violon, guitare, flûte traversière, clarinette, saxophone, trompette, cor d’harmonie, trombone, tuba, percussions, batterie, chorales, orchestres, danse classique, Modern’jazz et Théâtre

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

  • La fête du vin doux, fin septembre, depuis 1977.
  • Balade en musiques en juin depuis 2008
  • Les fêtes d'automne en octobre depuis 2008 appelé désormais "Festival E Chap & Vous!"
  • Les éditions du festival national d'opéras pour enfants se sont déroulées chaque année de 1990 à 2002[23].
  • Le festival "Geek Faëries" depuis 2008
  • La fête des Duits[24], depuis l'été 2014, permet de créer en bord de Loire et dans le Parc de la Solitude, un espace culturel original, voué à la légende du Dragon de St-Mesmin et à la création artistique[25].

Sports[modifier | modifier le code]

  • Les clubs sportifs de la ville sont regroupés au sein de l'Union sportive chapelloise.
  • La commune dispose de 2 gymnases: Jean-Sadoul et Aurélien Hatton et d'une piscine municipale construite en 1973 et réhabilitée en 2011[26]

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

La ville possède le label Ville fleurie, deux fleurs lui ont été attribuées par le conseil national des villes et villages fleuris de France au Concours des villes et villages fleuris[27].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville est officiellement jumelée avec celle de Newhaven (Sussex de l'Est) en Grande-Bretagne depuis le 13 novembre 2011 et le 28 janvier 2012[28], dates des signatures officielles de serment de jumelage qui se sont déroulées respectivement à Newhaven et à La Chapelle Saint-Mesmin en présence des Maires des 2 villes et des présidents du Comité de Jumelage Chapellois et du Newhaven Twinning Association

Personnages liés à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de La Chapelle-Saint-Mesmin

Les armes de La Chapelle-Saint-Mesmin se blasonnent ainsi :

D'azur à la croix componée d'argent et de gueules de neuf pièces, cantonnée de quatre fleurs de lys d'or[31].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Chapelle-Saint-Mesmin, des siècles d'histoire de Catherine Thion, Maury imprimeur, édité par la Ville de La Chapelle-Saint-Mesmin en 2007 ISBN 9782952901703
  • Histoire de l'Abbaye de Micy-Saint-Mesmin Lez-Orléans (502-1790), son influence religieuse et sociale par l'Abbé Eugène Jarossay, Edité par M. MARRON en 1902, Orléans, réédité en 2010 par Kessinger Publishing ISBN 9781167713569. Disponible sur le site de University of Toronto Libraries : https://archive.org/details/histoiredelabbay00jaro

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes », sur whc.unesco.org, Nations Unis,‎ 2000 (consulté le 13 février 2010) ; Mission Val de Loire, « Val de Loire - Périmètre du site inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO », sur www.valdeloire.org, Régions Centre et Pays de Loire,‎ 2006 (consulté le 13 février 2010)
  2. http://www.agglo-orleans.fr/la-chapelle-saint-mesmin-17.html
  3. Page 2 de l'ouvrage "Archéologie en Région Centre" 2013 no 2 publication de la DRAC Centre ISSN: 1243-8499 http://www.culturecommunication.gouv.fr/content/download/90480/676686/file/Arch%C3%A9ologie_en_r%C3%A9gion_Centre_2014_2.pdf
  4. http://www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/DRAC-Centre/Ressources-documentaires/Publications/Nos-collections/Archeologie-en-region-Centre
  5. a et b http://elections.interieur.gouv.fr/MN2014/045/045075.html
  6. http://www.agglo-orleans.fr/la-chapelle-saint-mesmin-17.html
  7. a et b http://www.youtube.com/watch?v=Z3ms-QMYhZA
  8. https://en.wikipedia.org/wiki/Pentalog
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  11. « L'église Saint-Mesmin », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. La Solitude, un hospice chapellois devenu hôtel de ville, La République du Centre, édition Orléans, 25 août 2008, p. 11
  13. http://www.ville-lachapellesaintmesmin.fr/dynamique/Ressource.aspx?idrubrique=50
  14. http://www.ville-lachapellesaintmesmin.fr/dynamique/Ressource.aspx?idrubrique=50
  15. http://www.ville-lachapellesaintmesmin.fr/dynamique/Ressource.aspx?idrubrique=76
  16. http://www.ville-lachapellesaintmesmin.fr/dynamique/Ressource.aspx?idrubrique=76
  17. http://www.ville-lachapellesaintmesmin.fr/dynamique/Ressource.aspx?idrubrique=49
  18. Histoire de l'Abbaye de Micy St-Mesmin
  19. « Natura 2000 : Fiche du site FR2410017 vallée de la Loire du Loiret », sur natura2000.environnement.gouv.fr, Ministère de l'écologie et du développement durable (consulté le 8 juin 2010)
  20. « Inventaire des ZNIEFF. Zone 6001. Secteur embouchure du Loiret », sur www.centre.ecologie.gouv.fr, Direction régionale de l'environnement Centre. Ministère français de l'écologie (consulté le 2 juillet 2010)
  21. http://www.ville-lachapellesaintmesmin.fr/dynamique/Ressource.aspx?idrubrique=50
  22. http://www.ville-lachapellesaintmesmin.fr/dynamique/Ressource.aspx?idrubrique=75
  23. Site Opéra pour enfants. Consultation : juillet 2008.
  24. http://www.fetedesduits.fr/programme
  25. http://www.ville-lachapellesaintmesmin.fr/Accueil.aspx
  26. http://www.ville-lachapellesaintmesmin.fr/dynamique/Ressource.aspx?idrubrique=50
  27. Palmarès des villes et villages fleuris dans le Loiret. Consultation : janvier 2009.
  28. https://sites.google.com/site/cjlcsm/home/association/statuts/serment-de-jumelage
  29. in La Chapelle-Saint-Mesmin des siècles d'histoire" par Catherine Thion Ville de La Chapelle Saint-Mesmin', 2007 ISBN 978-2-9529017-0-3 (page 59)
  30. Coquel R, « Je pensais que je ne réussirais jamais », interview paru dans La République du Centre, le 23 juillet 2011 Liste des conseillers municipaux 2014-2020
  31. Site Web de la commune et Gaso. Consultation : juillet 2008.