Candé-sur-Beuvron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Candé-sur-Beuvron
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Blois
Canton Contres
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Blois
Maire
Mandat
Stéphane Ledoux
2008-2014
Code postal 41120
Code commune 41029
Démographie
Population
municipale
1 497 hab. (2011)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 29′ 45″ N 1° 15′ 40″ E / 47.4958333333, 1.26111111111 ()47° 29′ 45″ Nord 1° 15′ 40″ Est / 47.4958333333, 1.26111111111 ()  
Altitude Min. 62 m – Max. 111 m
Superficie 15,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Candé-sur-Beuvron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Candé-sur-Beuvron

Candé-sur-Beuvron est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La confluence du Beuvron et de la Loire.
Le Cosson à Candé-sur-Beuvron.

Commune située au double confluent de la Loire avec le Beuvron et le Cosson.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, le curé a fait transférer l'église paroissiale (au titre de saint Bienheuré) depuis le bord du Beuvron à flanc de coteau. Il reste une élégante demeure en son lieu et place.

Entre le 29 janvier 1939 et le 8 février, plus de 3 100 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant Franco, arrivent dans le Loir-et-Cher. Devant l'insuffisance des structures d'accueil (les haras de Selles-sur-Cher sont notamment utilisés), 47 villages sont mis à contribution[1], dont Candé-sur-Beuvron, au lieu-dit Les Montils[2]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants, sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[3]. Au printemps et à l'été, les réfugiés sont regroupés à Bois-Brûlé (commune de Boisseau)[4].

Articles détaillés : Retirada et Histoire du Loir-et-Cher.

Le château, sis dans le bourg, à l'extrémité nord, a été donné par la famille de La Ville-Baugé au diocèse d'Orléans. Pendant la Seconde Guerre mondiale, des jeunes y ont été dissimulés aux autorités d'occupation. Ce château de La Ville Baugé est, depuis 1993, la maison-mère et le séminaire de la communauté Saint-Martin, société de prêtres fondée à Gênes en 1976 par Mgr Jean-François Guérin.

Le 19 mars 2006, un référendum communal a été organisé autour de l'adhésion de la commune à Agglopolys, structure intercommunale de l'agglomération blésoise élargie. Le résultat en a été favorable à une courte majorité.

Des lotissements changent largement la disposition du bourg de Candé, qui a tendance à se déplacer du long de la vallée du Beuvron vers le plateau de Villebazin et de Frileuse.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1983 Serge Morin    
1983 1989 Pierre Métivier    
1989 2001 Lucien Briziou sans étiquette  
mars 2001 en cours Stéphane Ledoux sans étiquette  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 497 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
492 569 535 563 589 600 579 600 635
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
667 677 710 688 730 696 682 692 664
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
627 590 527 431 467 444 440 463 528
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
501 508 540 916 1 134 1 208 1 408 1 437 1 497
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,9 % contre 48,4 % au niveau national et 48,6 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,1 %, 15 à 29 ans = 17,9 %, 30 à 44 ans = 22,8 %, 45 à 59 ans = 24,7 %, plus de 60 ans = 12,5 %) ;
  • 49,1 % de femmes (0 à 14 ans = 19,9 %, 15 à 29 ans = 17,7 %, 30 à 44 ans = 22,1 %, 45 à 59 ans = 24 %, plus de 60 ans = 16,3 %).
Pyramide des âges à Candé-sur-Beuvron en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,5 
75 à 89 ans
6,5 
7,7 
60 à 74 ans
8,9 
24,7 
45 à 59 ans
24,0 
22,8 
30 à 44 ans
22,1 
17,9 
15 à 29 ans
17,7 
22,1 
0 à 14 ans
19,9 
Pyramide des âges du département du Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église avec ses vitraux, dont quelques-uns sont signés par le maître-verrier Lobin
  • Le vieux pont sur le Beuvron
  • Une ou deux maisons de belles pierres dans la partie du bourg qui longe le Beuvron.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  2. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  3. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  4. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 46.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  7. « Évolution et structure de la population à Candé-sur-Beuvron en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  9. « Notice no PA00098402 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Notice no PA00098403 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]