Gennes (Maine-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gennes.
Gennes
Image illustrative de l'article Gennes (Maine-et-Loire)
Blason de Gennes
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Saumur
Canton Gennes
Intercommunalité C.C. du Gennois
Maire
Mandat
Jean-Yves Fulneau
2014-2020
Code postal 49350
Code commune 49149
Démographie
Gentilé Gennois, Gennoise
Population
municipale
2 148 hab. (2011)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 20′ 30″ N 0° 13′ 54″ O / 47.3416666667, -0.231666666667 ()47° 20′ 30″ Nord 0° 13′ 54″ Ouest / 47.3416666667, -0.231666666667 ()  
Altitude 29 m (min. : 22 m) (max. : 98 m)
Superficie 32,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Gennes

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Gennes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gennes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gennes

Gennes est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune du Nord Saumurois, Gennes est un village d’Anjou situé sur la rive gauche de la Loire, qui se trouve en face des Rosiers-sur-Loire, sur la route D751, Saint Georges des Sept Voies - Chênehutte Trèves Cunault[1], au cœur du parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine.

Aux alentours[modifier | modifier le code]

Les communes les plus proches sont Les Rosiers-sur-Loire (1 km), Saint-Clément-des-Levées (4 km), Le Thoureil (4 km), Saint-Georges-des-Sept-Voies (4 km), Saint-Martin-de-la-Place (7 km), Chênehutte-Trèves-Cunault (7 km), La Ménitré (7 km), Louerre (9 km), Saint-Rémy-la-Varenne (9 km) et Grézillé (9 km)[2].

Géolologie et relief[modifier | modifier le code]

Son territoire se situe sur les unités paysagères du Val d'Anjou et du Plateau du Saumurois[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Gennes a été le théâtre de combats acharnés les 18, 19 et 20 juin 1940 entre les troupes allemandes et les élèves officiers de l'école de cavalerie de Saumur, appuyés par des tirailleurs algériens. Des marques de combats sont encore visibles sur les murs de tuf des bâtiments les plus exposés de la ville, d'autant plus que certains d'entre eux servirent de retranchement aux troupes françaises.

La défense du pont étant sans espoir, décision fut prise de le faire sauter dès l'apparition des premières troupes allemandes aux Rosiers-sur-Loire, ce qui isola sur une île une partie des défenseurs. Le pont, qui ne fut reconstruit que plusieurs années après la fin du conflit, fut provisoirement remplacé par quelques bateaux. Un projet de téléphérique n'aboutit pas faute de moyens puis de temps.

Le clocher de l'église, sérieusement endommagé par les tirs de l'artillerie allemande basée sur la rive droite de la Loire, dut être reconstruit, semble-t-il de travers, après la bataille. La controverse perdit de son importance lors de la libération puisque le clocher fut endommagé plus gravement encore en 1944 et à nouveau restauré.

Parmi les pertes à déplorer lors de ce conflit se trouve trois civils gennois d'une même famille, déportés et tous tués après que l'un des leurs ait participé à un réseau de passeurs clandestins.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Jean-Yves Fulneau[4]    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Gennois[5], elle même membre du syndicat mixte Pays de Loire en Layon.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 148 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 800 1 455 1 524 1 581 1 619 1 727 1 688 1 622 1 564
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 777 1 713 1 758 1 688 1 705 1 613 1 652 1 694 1 566
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 516 1 486 1 435 1 312 1 235 1 362 1 285 1 432 1 476
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 457 1 447 1 592 1 734 1 867 1 946 1 952 2 148 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (29,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 47,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,1 %, 15 à 29 ans = 15 %, 30 à 44 ans = 18,6 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 26,3 %) ;
  • 52,2 % de femmes (0 à 14 ans = 18,9 %, 15 à 29 ans = 11,5 %, 30 à 44 ans = 17,1 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 31,6 %).
Pyramide des âges à Gennes en 2008 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,3 
90  ans ou +
3,1 
10,8 
75 à 89 ans
13,9 
14,2 
60 à 74 ans
14,6 
21,9 
45 à 59 ans
21,0 
18,6 
30 à 44 ans
17,1 
15,0 
15 à 29 ans
11,5 
18,1 
0 à 14 ans
18,9 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[9].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville de Gennes compte un collège. Remis à neuf et rouvert en 2006, le collège Paul-Éluard est le premier collège environnemental de Maine-et-Loire.[réf. nécessaire]

Santé[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 181 établissements présents sur la commune à fin 2010, 14 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 11 % du secteur de l'industrie, 11 % du secteur de la construction, 51 % de celui du commerce et des services et 14 % du secteur de l'administration et de la santé[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Dolmen de la Madeleine, un des dolmens se trouvant sur la commune

De nombreux dolmens et autres mégalithes sont présents dans la commune. On note de plus un amphithéâtre gallo-romain du premier siècle et une nymphée, temple des déesses aquatiques, Gennes étant situé sur un des points de franchissement de la Loire, à la jonction de plusieurs voies romaines.

Sur les hauteurs de la ville, au pied de l'église Saint-Eusèbe, se trouve le mémorial et les tombes des "cadets de Saumur" et de leurs camarades tirailleurs algériens, tués lors des combats de juin 1940.

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Milly-le-Meugon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Milly-le-Meugon.

Milly-le-Meugon, petit village rattaché administrativement à la commune de Gennes, appartint autrefois à la famille de Maillé-Brézé, alliée au Grand Condé et au cardinal de Richelieu.

Le château de Milly (XIXe siècle surtout - ISMH) tire son origine d'une tour de guet médiévale (XVe siècle), dont les ruines sont encore visibles. Certains communs, notamment les écuries, ainsi qu'une porte d'honneur remontent au XVIe siècle.

Lors de l'invasion allemande de 1940, l'église de Milly fut un bref moment le point de rassemblement des défenseurs de Gennes et de ses ponts.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : D-M, t. 2, Angers, H. Siraudeau et Cie,‎ 1978, 2e éd. (lien notice BnF?, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IGN et BRGM, Géoportail Gennes (49), consulté le 4 septembre 2012
  2. Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Gennes (49), consulté le 4 septembre 2012 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  3. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe, 2003, p. 57 - Données consultables sur WikiAnjou.
  4. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la Préfecture du département du Maine-et-Loire (consulté le 19 avril 2014).
  5. Insee, Composition de l'EPCI du Gennois (244900767), consulté le 7 septembre 2013
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  8. « Évolution et structure de la population à Gennes en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 mars 2012)
  9. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 mars 2012)
  10. Insee, Statistiques locales du territoire de Gennes (49), consultées le 7 avril 2013