Pocé-sur-Cisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pocé.
Pocé-sur-Cisse
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Amboise
Intercommunalité Communauté de communes Val d'Amboise
Maire
Mandat
Claude Courgeau
2008-2014
Code postal 37530
Code commune 37185
Démographie
Gentilé Pocéens
Population
municipale
1 638 hab. (2011)
Densité 154 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 26′ 43″ N 0° 59′ 30″ E / 47.4452777778, 0.991666666667 ()47° 26′ 43″ Nord 0° 59′ 30″ Est / 47.4452777778, 0.991666666667 ()  
Altitude Min. 52 m – Max. 114 m
Superficie 10,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pocé-sur-Cisse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pocé-sur-Cisse

Pocé-sur-Cisse est une commune française du département d'Indre-et-Loire, dans la région Centre.

C'est l'une des dix communes viticoles de l'aire d'appellation d'origine contrôlée (AOC) « Touraine-amboise ».

Géographie[modifier | modifier le code]

La Cisse est une rivière qui prend sa source dans la Forêt de Marchenoir à Blois, parallèle à la Loire. Cette rivière traverse, entre autres, les communes du Loir-et-Cher de Chouzy-sur-Cisse, Onzain, Monteaux, puis en Indre-et-Loire, Cangey, Limeray, Pocé-sur-Cisse, Nazelles-Négron, Noizay, Vernou-sur-Brenne et Vouvray où elle est jette dans la Loire. L'autre cours d'eau traversant le bourg de Pocé est la Remberge ou Ramberge, qui prend sa source à Autrèche (37) et qui traverse Saint-Ouen-les-Vignes avant de se jeter dans la Cisse à Pocé. La Remberge actionnait par le passé une fonderie établie dans le parc du château de Pocé. Sans oublier la Loire qui baigne le sud de la commune en face d'Amboise. Des hauteurs de Pocé, on peut se régaler du magnifique panorama sur Amboise et la vallée de la Loire. Pocé est dans le périmètre du Patrimoine mondial de L'UNESCO qui couvre une partie du Val de Loire et Amboise.

Transport[modifier | modifier le code]

  • La gare SNCF qui dessert Pocé est à la limite de Pocé, d'Amboise et de Nazelles. Il faut compter 20 minutes pour se rendre à Tours (25 km) ou 15 minutes pour rejoindre la gare TGV de Saint-Pierre-des-Corps (arrivée à Paris-Montparnasse 50 minutes après) et Blois (25 km), 1 h pour Orléans (90 km) ; entre 1h 45 et 2h15 pour Paris-Austerlitz (210 km).
  • Autocars : la ligne Amboise / Château-Renault, qui marque un arrêt à la gare d'Amboise et son terminus, passe par le bourg de Pocé. La ligne est renforcée pour le ramassage scolaire (environ 15–20 minutes de la cité scolaire d'Amboise).
  • Autoroute A10 à Autrèche, la sortie de l'autoroute est à 15 minutes de Pocé, ainsi que l'Autoroute A81 à Bléré.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention du lieu figure dans une charte de l'évêque de Tours Joscion, datant de 1157, sous l'appellation de Poceium de spinetis sanctæ mariæ[1]. On retrouve le seul Poceium dans des chartes de 1210 et 1240, puis au XVe siècle Pocé, transformé en Possé aux XVIIe et XVIIIe siècles, avant de redevenir Pocé dans le cadastre de 1809 et d'être définitivement fixé en Pocé-sur-Cisse[2], par un décret en date du 13 août 1920, signé par le président Paul Deschanel. Le nom original de Poceium viendrait d'un supposé Domaine de Poccius[3]. Pour sa part, le père Garnier propose un dérivé du latin Paucus signifiant « petit », sous entendu « petit fief ou domaine », ce qui donnerai « Petit (domaine du) buisson de la Sainte Vierge »[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Pocé sur Cisse a un conseil municipal des jeunes qui a été établi en novembre 2011 sur une durée de deux ans. Son Maire Junior est Tony Angelard, entouré de 9 conseillers.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pocé-sur-Cisse

Les armes de Pocé-sur-Cisse se blasonnent ainsi :

D'argent aux deux tierces d'azur passées en sautoir, cantonnées, en chef, d'une grappe de raisin de gueules, aux flancs, de deux merlettes de sable et, en pointe, d'un cheval aussi de gueules[5].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977   Henri Maillet    
1983   Henri Maillet    
1989   Claude Courgeau S.I Directeur et Professeur élémentaire de l'école de Pocé sur Cisse
1995   Claude Courgeau S.I Directeur et Professeur élémentaire de l'école de Pocé sur Cisse
mars 2001   Claude Courgeau S.I Directeur et Professeur élémentaire de l'école de Pocé sur Cisse
mars 2008   Claude Courgeau S.I  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 638 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
515 500 575 652 752 835 813 1 048 1 122
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 199 1 366 1 403 1 238 1 264 1 073 1 075 988 1 001
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
889 889 879 858 841 790 856 806 897
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
918 1 070 1 153 1 222 1 493 1 580 1 524 1 530 1 580
2011 - - - - - - - -
1 638 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7])
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1960, deux multinationales se sont installées au sud de la commune, en limite de la ville d'Amboise. La première industrie par sa surface et son nombre de salariés sont les laboratoires pharmaceutiques Pfizer qui emploie plus de 500 personnes. Face à l'entreprise, se trouve NCR installé vers 1968, de dimension plus petite dont l'activité à Pocé-sur-Cisse est une imprimerie (tickets de caisses, imprimés divers, etc.).

À côté de la zone industrielle, au lieu-dit Villeret, s'est développé le centre commercial de "la Ramée", tout d'abord Intermarché, ensuite Bricomarché, la galerie marchande "rive droite" et enfin un Gémo.

De nombreux artisans de la commune se sont installés pour mieux se développer autour du poumon économique de la commune. Le bourg quant à lui est à 2 km de ces installations.

Au cœur du village : 1 boulangerie-pâtisserie, 1 pizzéria de renom, un bureau de tabac presse, 2 restaurants dont un hôtel (L'Auberge de la Ramberge), 2 salons de coiffure, 1 esthéticienne, 1 bureau de poste, 1 artisane brodeuse couturière, 1 fleuriste, 1 garagiste-station service concessionnaire Citroën et 1 pharmacie.

Santé[modifier | modifier le code]

Pocé possède un Cabinet médical de qualité composé de 8 généralistes ; 2 dentistes ; 1 orthophoniste à Villeret ; au bourg : 1 pharmacie, 2 kinésithérapeutes, 1 pédicure podologue, 1 diététicienne et 1 infirmière DE.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville comporte un groupe scolaire de 180-200 élèves répartis sur les 8 classes du niveau primaire, qui s'est développé depuis les années 1990 et situé face à la mairie. L'école est dotée depuis les années 1990 d'outils modernes et de pointes régulièrement renouvelés, une bibliothèque dont le fonds est régulièrement enrichi et renouvelé. Les enfants de Pocé vont en sixième au collège Choiseul d'Amboise à la cité scolaire du Clos des Gardes, où ils ont la possibilité d'apprendre l'anglais, l'allemand, l'italien et l'espagnol. Les lycées de secteur sont le lycée général et technologique Léonard-de-Vinci ( L ES S STG ST2S, anglais, allemand, italien, espagnol) et le lycée professionnel, de renom, Jean-Chaptal dans ce même quartier.

La commune jouit d'un bon équipement sportif, un stade (2 équipes de football et une de rugby), d'un gymnase (judo, basket, gym volontaire, etc), un terrain de bi-cross, 2 courts de tennis, pêche sportive. Et des sentiers de randonnées pédestres enchanteurs.

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Carnaval organisé par l'association des parents d'élèves.
  • Brocante vide grenier en mai organisée par le comité d'animation.
  • Marché exposition des Potiers en mai dans le Parc du château.
  • Dernier dimanche de juin, la fête de l'école dans le Parc du château, qui ravit petits et grands par la qualité de son animation et du spectacle offert par les élèves. La journée s'achève avec la remise des prix aux élèves et un dîner champêtre.
  • Le 13 juillet au soir le feu d'artifice dans le parc du château qui attire des milliers de personnes, il est précédé de la retraite aux flambeaux dans les rues du village emmené par la fanfare municipale de Nazelles-Négron (départ de la Mazère, limite des communes de Nazelles-Négron et de Pocé) et suivi du bal populaire place de la mairie.
  • Randonnées pédestres organisées par le comité d'animation et le club de randonnée les "taillepieds".
  • différentes autres animations au cours de l'année : bals des ménages ; loto ; expositions d'artisanat...

Jumelages[modifier | modifier le code]

Pocé-sur-Cisse est jumelé depuis 1998 (signatures du pacte de jumelage en 1999 à Grandate et en 2000 à Pocé dans le parc de la Chatellenie) avec la commune italienne de Grandate en Lombardie, dans la province de Côme, à 80 km au nord de Milan. Grandate est une petite cité de 3000 habitants à 7 km de la Suisse (Chiasso) et des rives du lac de Côme.

Depuis les années 1990, l'université G. Washington de Saint-Louis (Missouri) organise un séjour en France d'immersion linguistique des étudiants de français avec leurs professeurs pendant un mois (mai-juin).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église. Elle est dédiée à saint Adrien. De nombreuses traces de la fonderie sont encore présentes, comme en témoigne la statuaire (crucifix coulé d'un seul tenant Christ et Croix, chemin de croix en fonte, statue de saint Eloi, maître autel). Dans la petite chapelle mariale se trouve une statue de la Vierge à l'Enfant du XVe siècle. L'église a été restaurée et remaniée aux XVe et XXe siècles.
  • La Châtellenie (ou château de Pocé, qui abrita une ancienne fonderie) : le parc est ouvert à la promenade. On y découvre des essences rares de résineux et des statuts datant de l'époque de la fonderie. Le domaine est la propriété de la Fondation Bertrand pour l'enfance. À ce propos, au-dessus du coteau dans les bois se trouve le Village d'Enfants de la Fondation MVE. Le site est une propriété privée, seul le parc est accessible aux piétons. La rivière qui traverse le parc est la Ramberge ou Remberge, dont le courant actionnait la fonderie. Le château offre une façade en encorbellement. Il ne se visite pas ; il sert de lieu d'accueil pour des séminaires, stage, réunions de famille. Depuis une quinzaine d'années, l'université Washington de Saint-Louis (Missouri) organise un séjour en France d'immersion linguistique des étudiants de français avec leurs professeurs pendant un mois (mai-juin). Les jeunes américains sont accueillis dans les familles de Pocé notamment pour les repas dominicaux, ce qui permet depuis des années de tisser des liens très forts et riches.
  • Le château de Fourchette (propriété de Mick Jagger) est une gentilhommière du XVIIIe siècle. La propriété est peu visible de la route (D1). Il ne se visite évidemment pas.
  • Le château de la Roche est une propriété privée qui ne se visite pas, située sur la route d'Amboise, à droite, en sortant du bourg. Sa façade en briques est visible.
  • Le château de Bellecour est situé sur la route d'Amboise en sortant du bourg, à droite avant le rond-point. Visible depuis la route, il ne se visite pas.
  • Le château de Launay est à l'écart du bourg et ne se visite pas.
  • La Restrie est situé sur la route de Saint-Ouen-Les-Vignes, au lieu-dit de la Restrie, on remarquera aussi le pigeonnier qui peut occasionnellement se visiter lors des journées du patrimoine.
  • Le Mesnard (ancienne dépendance du château de Fourchette).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Mick Jagger possède depuis le début des années 1980 le Château de Fourchette près du bourg du village[8].
  • Robert Morin (1893-1925), écrivain régionaliste, habita dans les années 1920 le manoir de Ménard (ou Mesnard) qui jouxte le hameau de Fourchette. Il y écrivit son chef-d'œuvre Mélie buttelière, publié après sa mort en 1926.
  • Paulin Viry (1798-1843, industriel, a créé avec Jean-Jaques Ducel la fonderie de Pocé dans le site même du château en 1829.
  • Jean-Jacques Ducel (1801-1877, industriel, a créé avec son associé Paulin Viry, la fonderie de Pocé, après la mort de son associé a poursuivi le développement de l'entreprise en produisant des pièces de fonte décorative qui ont été achetées par un grand nombre de villes françaises et exportées dans le monde entier.
  • Paul Alphonse Viry (1832-1913), artiste peintre, né au château de Pocé, fils de Paulin Viry, a exposé au salon des Beaux-Arts des années 1860 jusqu'à la fin du XIXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires de la Société archéologique de Touraine, T14, Guilland-Verger, Tours, 1864 p. 180Lien Gallica
  2. En fait c'est la Ramberge qui traverse le bourg de Pocé-sur-Cisse, la Cisse coule dans la vallée, au sud du village.
  3. Pierre-Henry Billy, Origine des noms des villes et villages de France, Famot, Genève, 1981 p. 230
  4. Père Arsène Garnie, À l'école du passé - Contribution à l'histoire de Pocé-sur-Cisse, à compte d'auteur, 1989 p. 7
  5. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  8. Sir Mick Jagger seigneur de Fourchette

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis Jeanson, Sites et Monuments du Val de Loire T1, Tours, 1976 Site de Denis Jeanson
  • Père Arsène Garnie, À l'école du passé - Contribution à l'histoire de Pocé-sur-Cisse, à compte d'auteur, 1989.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]