Saint-Cyr-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Cyr.
Saint-Cyr-sur-Loire
Eglise Sainte Julitte
Eglise Sainte Julitte
Blason de Saint-Cyr-sur-Loire
Blason
Saint-Cyr-sur-Loire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Saint-Cyr-sur-Loire (chef-lieu)
Intercommunalité Tours Plus
Maire
Mandat
Philippe Briand
2014-2020
Code postal 37540
Code commune 37214
Démographie
Gentilé Saint-Cyriens
Population
municipale
16 189 hab. (2011)
Densité 1 199 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 56″ N 0° 40′ 02″ E / 47.399015, 0.667328 ()47° 23′ 56″ Nord 0° 40′ 02″ Est / 47.399015, 0.667328 ()  
Altitude Min. 45 m – Max. 101 m
Superficie 13,50 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Cyr-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Cyr-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Cyr-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Cyr-sur-Loire
Liens
Site web www.saint-cyr-sur-loire.com

Saint-Cyr-sur-Loire est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre.

Saint-Cyr-sur-Loire fait partie de la Communauté d'agglomération Tours Plus de Tours qui regroupe 19 communes et près de 300 000 habitants.

Ses habitants sont appelés les Saint-Cyriens, Saint-Cyriennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située en plein cœur de la France, dans la région centre, Saint-Cyr-sur-Loire se trouve sur les hauteurs de Tours, et s'étend au nord de la Loire.


Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Cyr-sur-Loire

Les armes de Saint-Cyr-sur-Loire se blasonnent ainsi :

D'azur, à une ancre de marinier d'argent avec deux anneaux du même, l'un en chef et l'autre en pointe, chargée d'une gerbe de blé d'or liée d'argent à sa stangue et accostée de deux sarments de vigne tigés et feuillés d'or, fruités chacun de trois pièces d'argent à dextre et de gueules à senestre.

L'ancre rappelle les anciens mariniers naviguant jadis sur la Loire, la gerbe de blé les agriculteurs et les branches de vigne les viticulteurs.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune provient de saint Cyr, jeune martyr chrétien du IVe siècle. L'église paroissiale est d'ailleurs consacrée à sa mère sainte Julitte.

Article détaillé : Cyr de Tarse.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Belle-Côte[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1801 Claude Moreau    
1801 1810 François Chinon    
1810 1830 Douineau de Charentais    
1830 1843 François Jean-Baptiste Dupont    
1843 1853 Alexis Jeuffrain    
1853 1862 Charles Boutard    
1880 1882 Louis Porcherot    
1882 1884 François Brocherioux    
1945 1953 Louise Gaillard    
1953 1956 Georges Roy    
1956 1959 Lucien Richardeau    
1959 1965 Louis Blot    
1965 1984 Claude Griveau DVD  
1984 1989 Guy Raynaud DVD puis UDF  
1989 en cours Philippe Briand UMP Député de la 5e circonscription d'Indre-et-Loire depuis 1993, réélu le 18 juin 2012 en tant que député; réélu le 23 mars 2014 en tant que maire
Les données manquantes sont à compléter.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Perraudière abrite la mairie de Saint-Cyr (face à la Loire)
  • L'église Sainte-Julitte, face à la Loire, qui honore sainte Julitte, mère de saint Cyr. L'église du XIIe siècle ou XIIIe sièclee, qui menaçait de tomber en ruine a été reconstruite sur ordre de Louis XI. Elle a été restauré de 1868 à 1877.
  • La Perraudière, le parc municipal qui abrite aujourd'hui la mairie de la commune.
  • Château de Palluau.
  • La Moisanderie.
  • Stade de football rénové Guy-Drut (300 places).
  • Piscine municipale Ernest-Watel.
  • Château de Charentais, construit en 1858 par l'architecte Jean-Charles Jacquemin.
  • Centre équestre de la Grenadière crée en 1956.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Tombe de Roland Engerand.

Culture et éducation[modifier | modifier le code]

Depuis 2007, Saint-Cyr-sur-Loire bénéficie d'une salle de spectacle : L'Escale.

La ville possède aussi une petite bibliothèque, la bibliothèque George-Sand qui est séparée en deux salles, une salle adulte et une salle jeunesse. Elle compte, au total, environ 35 000 livres et 4 000 périodiques.

Saint-Cyr-sur-Loire héberge aussi quatre écoles primaires publiques et une privée, autant d'écoles maternelles, deux collèges, une école de musique ainsi que le centre de loisirs le Moulin Neuf dans la commune voisine de Mettray.

La ville a aussi eu un lycée japonais, le Lycée Konan, de 1991 à 2013[2].

Voir aussi : Les salles de spectacles dans l'agglomération de Tours

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 16 189 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 500 1 295 1 118 1 329 1 434 1 484 1 620 1 862 1 848
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 113 1 883 1 984 1 933 2 220 2 384 2 436 2 419 2 539
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 648 2 699 2 740 2 939 3 114 3 593 4 418 5 652 6 974
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
9 547 11 211 12 478 14 413 15 161 16 100 16 366 16 189 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Jumelages[modifier | modifier le code]

Partenariat

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Cass.
  2. Denis, Pascal. "Lycée Konan : la fin d'un " rêve "." (Archive) La Nouvelle République du Centre-Ouest. 25 octobre 2012. Consulté le 2 janvier 2014.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]