Saint-Mathurin-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Mathurin (homonymie).
Saint-Mathurin-sur-Loire
Levée du Roi René
Levée du Roi René
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Canton Ponts-de-Cé
Intercommunalité C.C. de la Vallée-Loire-Authion
Maire
Mandat
Jean-Charles Prono
2014-2020
Code postal 49250
Code commune 49307
Démographie
Gentilé Saintmaturinois, Saintmaturinoise
Population
municipale
2 376 hab. (2011)
Densité 120 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 24′ 50″ N 0° 19′ 04″ O / 47.4138888889, -0.31777777777847° 24′ 50″ Nord 0° 19′ 04″ Ouest / 47.4138888889, -0.317777777778  
Altitude Min. 18 m – Max. 22 m
Superficie 19,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Mathurin-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Mathurin-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Mathurin-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Mathurin-sur-Loire

Saint-Mathurin-sur-Loire est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune angevine implantée sur la rive nord de la Loire[1], Saint-Mathurin-sur-Loire est située entre La Bohalle et La Ménitré, dans le Val de Loire, à 20 km à l'est d'Angers, sur l'axe Angers - Saumur. Elle fait partie du parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine. Elle comprend le lit mineur de la Loire, où s'écoule le fleuve, et le lit majeur, où l'on trouve le village et des exploitations agricoles. La Loire est la limite naturelle de la commune au Sud, avec possibilité de la traverser grâce à un pont (RD 55) permettant de rejoindre la commune limitrophe de Saint-Rémy-la-Varenne.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Une gare SNCF desservie par les TER Pays de la Loire se trouve au cœur du village.

Article détaillé : Gare de Saint-Mathurin.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dans la période récente la commune va changer de dénomination à plusieurs reprises : en 1890 elle se nomme Saint-Mathurin, pendant la Révolution elle devient Port-de-la-Vallée[2], en l'an II (1793) elle retrouve son nom de Saint-Mathurin et en 1974 elle devient Saint-Mathurin-sur-Loire[3],[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de la commune sont liées à l'anthropisation progressive de la vallée de l'Authion à partir de la fin du XIIe siècle[5]. La construction de la levée sur la Loire permet aux hommes d'exploiter de nouvelles terres fertiles. La toponymie telle que le lieu-dit "La Grange" témoigne de cette activité agricole.

La première mention d'une occupation humaine sur le territoire de la commune remonte à 1399[6]. Le seigneur du Verger crée "une pauvre chapelle ou aumosnerie" à Saint-Mathurin. Saint-Mathurin fait alors encore partie de la paroisse de Saint-Rémy-la-Varenne. Le 22 mars 1406, un décret épiscopal érige la chapelle en cure. La création de cette structure proche de la paroisse témoigne de l'importance de la population à cette période et marque une certaine émancipation par rapport au territoire de la rive sud.

En 1548, une nouvelle église est construite sur l'actuelle place de l'église[7].
Au XVIIIe siècle, la commune est marquée par le développement de la culture du chanvre. Saint-Mathurin est une interface importante. Ses cales et son port permettent de faire transiter le produit des récoltes sur la Loire. Sur la levée, l'interdiction de bâtir datée de 1668[8], marque l'architecture du XVIIIe siècle par de nombreux édifices bâtis en retrait de la digue. Cette interdiction est nuancée à partir de 1783[9] par un nouveau règlement qui autorise la construction sur la levée à condition que les fondations n'aient pas plus d'un pied ou dix-huit pouces de profondeur (entre 32 et 48 cm). Ce tournant de la réglementation marque une appropriation progressive de la levée par des édifices de la fin du XVIIIe et tout au long du XIXe siècle.

Au début du XIXe siècle la population et le territoire de la commune évoluent, on observe une augmentation sur les courbes de la population suite à l'intégration de la paroisse de Saint-Marsaulaie entre 1795 et 1800. La diminution en 1824 est due à la partition de la Ménitré.

Les années 1840 marquent un tournant dans l'histoire de la ville. Entre 1840 et 1846, une nouvelle église est construite par l'architecte Villers en retrait de la plus ancienne qui n'est détruite qu'en 1856[10]. 1846 est aussi l'année de l'inauguration d'un pont qui relie le commune à Saint-Rémy-la-Varenne et qui place désormais Saint-Mathurin comme un point de passage incontournable sur la route entre Angers et Saumur. Enfin, en 1849 l'inauguration de la gare scelle l'entrée de la ville dans la modernité avec le passage du chemin de fer qui est la cause du déclin de la marine sur Loire à partir de la seconde moitié du XIXe siècle touchant profondément la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2008 Jean-Marc Verchère    
mars 2008   Jean-Charles Prono[11]    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes de la Vallée-Loire-Authion[12], elle-même membre du syndicat mixte Pays Loire-Angers.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 376 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 692 2 950 3 067 3 258 2 702 2 758 2 763 2 788 2 931
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 925 2 860 2 718 2 560 2 509 2 366 2 260 2 184 2 070
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 991 2 007 2 028 1 764 1 752 1 738 1 692 1 755 1 764
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 779 1 758 1 705 1 927 1 995 2 228 2 323 2 340 2 374
2011 - - - - - - - -
2 376 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2004[14].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 50 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 15,5 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 21,2 %, plus de 60 ans = 20,6 %) ;
  • 50 % de femmes (0 à 14 ans = 18,4 %, 15 à 29 ans = 11,9 %, 30 à 44 ans = 21,8 %, 45 à 59 ans = 19,5 %, plus de 60 ans = 28,3 %).
Pyramide des âges à Saint-Mathurin-sur-Loire en 2008 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,1 
90  ans ou +
3,5 
6,0 
75 à 89 ans
10,7 
13,5 
60 à 74 ans
14,1 
21,2 
45 à 59 ans
19,5 
21,9 
30 à 44 ans
21,8 
15,5 
15 à 29 ans
11,9 
20,8 
0 à 14 ans
18,4 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[16].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Espace art contemporain de l'Association « À vous de voir » : des expositions de peintures, sculptures et photographies[17].

Fête : 2e dimanche de mai, 14 juillet.

Activités : baignades, poney-club, randonnées.

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 162 établissements présents sur la commune à fin 2010, 22 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 8 % du secteur de l'industrie, 12 % du secteur de la construction, 40 % de celui du commerce et des services et 18 % du secteur de l'administration et de la santé[18].

Ressources et productions : maïs semence, échalotes,asperges,mâches, millet, graines potagères, jeunes plants de pépinière.

Marché hebdomadaire, le mardi.

Hébergements : gîtes ruraux, chambres d'hôtes.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Généralités historiques

  • Aumônerie sur la levée au XIVe siècle.
  • Paroisse fondée au XVe siècle à l'abri de la levée.

Architecture civile

  • Maison dite "logis de l'Ecce Homo"* XVe/XVIe siècle (IMH).
    Des travaux importants sur le bâtiment ont montré qu'il s'agit d'un bâtiment du XIIe-XIIIe siècles, dépendant sans doute du prieuré de St Rémy la Varenne, en face, appartenant à des moines bénédictins de St Aubin. C'est l'un des restes d'un ensemble plus important nommé "Le bourg Jolly". Au XVe siècle le logis fut remanié, vraisemblablement par le roi René, qui y a laissé des traces. Un numéro des cahiers de la maison de la Loire en Anjou, est consacré au Logis de l'Ecce Homo.
  • Logis noble XVIIIe siècle de La Marsaulaye, cheminées XVIIe siècle (IMH).

Architecture sacrée

  • Église Saint-Mathurin XIXe siècle néo-grec (IMH) : crucifix de bois XVIIe siècle.
  • Chapelle XVe siècle (IMH) à La Marsaulaye : 2 statues* XVe/XVIIe siècle de bois et de pierre (volées en 1976).

Musée

  • La Maison de Loire en Anjou, acteur relais de la Mission Val de Loire UNESCO, lieu d'interprétation ; parcours de découverte.
une barque sur la Loire à St Mathurin/Loire en décembre 2009

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Rives de la Loire
  • Porte du Parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine.
  • Observatoire de la faune et de la flore sur les îles et sur les berges.

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'argent, à la nef de marinier voguant sur une terrasse ondée d'azur, au chef d'azur, à trois fleur de lys d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IGN, Géoportail Saint-Mathurin-sur-Loire (49), consulté le 8 juin 2014
  2. Yves Denéchère, Les noms révolutionnaires des communes de Maine-et-Loire, dans Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, Tome 106, numéro 2, 1999, p. 78 lire (consulté le 8 décembre 2011)
  3. Cassini Ehess, Notice communale de Saint-Mathurin-sur-Loire, consulté le 8 décembre 2011
  4. INSEE, Code Officiel Géographique, Modifications des communes de Maine-et-Loire, consultées le 24 juin 2012
  5. Roger Dion, Histoire des levées de la Loire, imp. Habauzit, Paris, 1961.
  6. Emmanuel Brouard, Saint-Mathurin-sur-Loire au XVIIIe siècle : un village de "bêcheurs" de la Vallée d'Anjou, mémoire de maîtrise, Université d'Angers, UFR lettres, langues et sciences humaines, 1999.
  7. Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, 3 tomes, Angers, 1874, 1876 et 1878.
  8. Article 12 du règlement de 1668 interdisant l'édification sur la levée.
  9. Réglement de 1783
  10. Archives municipales de Saint-Mathurin-sur-Loire M8-M11.
  11. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la Préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le 19 avril 2014).
  12. Insee, Composition de l'EPCI de la Vallée Loire-Authion (244900866), consulté le 14 août 2013
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  15. « Évolution et structure de la population à Saint-Mathurin-sur-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 septembre 2012)
  16. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 septembre 2012)
  17. Association A vous de voir
  18. Insee, Statistiques locales du territoire de de Saint-Mathurin-sur-Loire (49), consultées le 20 mai 2013