Langeais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Langeais (homonymie).
Langeais
La rue Gambetta et le château
La rue Gambetta et le château
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Langeais (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Touraine Nord-Ouest
Maire
Mandat
Pierre-Alain Roiron
2008-2014
Code postal 37130
Code commune 37123
Démographie
Gentilé Langeaisiens
Population
municipale
4 059 hab. (2011)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 36″ N 0° 24′ 25″ E / 47.3266666667, 0.406944444 ()47° 19′ 36″ Nord 0° 24′ 25″ Est / 47.3266666667, 0.406944444 ()  
Altitude Min. 36 m – Max. 109 m
Superficie 60,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Langeais

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Langeais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Langeais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Langeais

Langeais est une commune française du département d'Indre-et-Loire, dans la région Centre. Sa devise est Alae gaviae vicus.

Géographie[modifier | modifier le code]

Pont suspendu sur la Loire

La ville, située sur la rive nord de la Loire, est célèbre pour son château du XVe siècle. La ville est traversée par la Roumer et le Breuil, affluents de la Loire.

La ville, encadrée par le coteau au nord et la Loire au sud, est desservie par la ligne de chemin de fer Tours - Saint-Nazaire et la route nationale 152 reliant Tours à Angers. Le contournement autoroutier de la ville au sein de l'autoroute A 85 (Angers-Tours) fit l'objet de vives polémiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Aux environs de l’an mil, la Touraine est convoitée par deux seigneurs : le comte d'Anjou, Foulques Nerra, et le comte de Blois, Eudes Ier.

À la fin du Xe siècle, Foulques Nerra conquiert la place de Langeais, non loin de Tours. Un château est alors fondé sur le promontoire, afin de défendre les limites orientales de l'Anjou. Il ne reste de cet ensemble que les vestiges du « donjon ».

Langeais connaît ensuite une histoire mouvementée, tour à tour occupée par les comtes de Blois et d'Anjou. En 1044, Langeais passe, avec toute la Touraine, entre les mains des Plantagenêt, puis dans celle des rois d’Angleterre, leurs héritiers.

C’est en 1206 que Langeais entre dans le domaine royal français, par suite des victoires de Philippe Auguste sur Jean sans Terre. À partir de cette période, le fief de Langeais est concédé à divers grands seigneurs proches du pouvoir royal.

C'est au château de Langeais que fut célébré, le 6 décembre 1491, le mariage d'Anne de Bretagne et du roi de France Charles VIII, premier pas du rattachement du duché de Bretagne au royaume de France.

Langeais est chef-lieu de district de 1790 à 1795.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le , un train, parti de Rennes, de plus de 900 prisonniers (militaires américains, déportés français et soldats allemands mutins), camouflé en convoi militaire, fut l'objet d'un mitraillage par l'aviation anglaise (P-38 Lightning) en gare de Langeais. Plus de 90 prisonniers parviennent à s'échapper. L'attaque fera 23 morts[1] (dont quinze soldats américains ou anglais, quatre prisonniers français, un habitant de Langeais et quatre Allemands) et 70 blessés.

Itinéraire des deux derniers convois de déportés
Wagon souvenir de Langeais
Extrait de l'itinéraire du convoi
Plaque commémorative à l'entrée de la mairie

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Langeais

Les armes de Langeais se blasonnent ainsi :

D'or à une mouette d'argent volant et plongeant en bande, tenant dans son bec un poisson du même, au chef de sable chargé de trois tours crénelées aussi d'argent couvertes et girouettées de gueules, ouvertes et maçonnées aussi de sable[2].

* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (argent sur or).

Il est important de remarquer qu'historiquement, le blasonnement était : « D'or, à trois melons de sinople 2 et 1 ».

Administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie de Langeais.

La commune de Langeais a été créée à la Révolution, comme la plupart des autres communes françaises[3]. Son premier maire a été Louis-René Falloux, dont une rue de la ville (rue Falloux) porte le nom.

En 2010, la commune de Langeais a été récompensée par le label « Ville Internet @@ »[4].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 René Motard    
mars 2008 en cours Pierre-Alain Roiron PS Conseiller régional
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 059 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 216 2 205 2 239 2 499 2 840 3 057 3 138 3 565 3 307
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 234 3 381 3 604 3 450 3 463 3 517 3 446 3 365 3 309
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 371 3 550 3 467 3 441 3 450 3 455 3 400 3 511 3 652
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
3 849 3 907 3 902 4 142 3 960 3 865 3 848 3 861 4 029
2011 - - - - - - - -
4 059 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[5])
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Langeais, XVe siècle, et son parc sont classés monument historique[6]
  • La ville de Langeais possède un pont suspendu dont la construction remonte à 1846. Il fut restauré et inauguré en 1937 par Maurice Viollette. Détruit par le génie militaire français, le , pour retarder l'avancée allemande, il ne fut rouvert à la circulation qu'en 1950.
  • L'église Saint-Jean-Baptiste, construite aux XIe et XIIe siècles ; son clocher-porche, les absides et la sacristie sont classés ; la nef remonte au XVe siècle et le transept date du XIXe siècle[7]
  • L'ancienne église Saint-Laurent des XIe et XIIe siècles est classée[8]
  • Proches du château, trois maisons du XVIe siècle, parmi lesquelles la maison de Rabelais, sont inscrites au titre des monuments historiques[9],[10],[11].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Le pont suspendu de Langeais a été réalisé entre 1846 et 1849 suivant les plans de l'architecte Phidias Vestier. Il a dû être reconstruit en 1861, 1874, 1937 et 1950.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]