Saint-Patrice (Indre-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Patrice.
Saint-Patrice
Château de Rochecotte.
Château de Rochecotte.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Langeais
Intercommunalité Communauté de communes Touraine Nord-Ouest
Maire
Mandat
François Augé
2014-2020
Code postal 37130
Code commune 37232
Démographie
Population
municipale
668 hab. (2011)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 14″ N 0° 18′ 27″ E / 47.2872222222, 0.3075 ()47° 17′ 14″ Nord 0° 18′ 27″ Est / 47.2872222222, 0.3075 ()  
Altitude Min. 32 m – Max. 114 m
Superficie 17,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Patrice

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Patrice

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Patrice

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Patrice

Saint-Patrice est une commune française du département d'Indre-et-Loire, dans la région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Patrice, est située à 40 kilomètres à l’ouest de Tours et à 10 kilomètres de Langeais sur la rive droite de la Loire.

Les deux tiers du territoire communal sont situés sur le plateau qui domine (point culminant 114 m) la rive nord de la Loire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est apparu pour la première fois dans les textes dès 920, dans un diplôme de Charles le Simple, sous la forme de Patricius : domaine de Patricius. Ce nom, d’origine gallo-romaine, a été ensuite christianisé grâce au patronage de saint Patrice. En 1032, l’église de Saint-Patrice fut donnée par le seigneur du lieu à l’abbaye de Noyers, ainsi qu’une certaine étendue de terre, à charge pour elle d’y « créer un bourg ».


Itinéraire des derniers convois de déportés.gif

Le 6 août 105 hommes et 15 femmes quittent la prison du Pré-Pigeon d'Angers. Ils sont conduits dans des camions à la gare d'Angers. Ce convoi est composé de wagons de marchandises et de quatre wagons à bestiaux pour les prisonniers. Les Américains sont à moins de 50 km d'Angers.(Angers sera libérée quelques jours plus tard, le 10 juillet). Le 7 août vers 15 heures, le convoi se trouve à l'arrêt en gare de Saint-Patrice quand il est mitraillé par l'aviation alliée. Au moins, quatre prisonniers réussissent à s'évader. Les autres sont conduits à la Ville-aux-Dames, près de Tours, rejoindre les prisonniers du convoi de Langeais. Les prisonniers arriveront le 15 août 1944 au fort Hatry de Belfort, et seront déportés dans divers camps de concentration(Natzweiler-Strutoff, Neuengamme et Ravensbrück pour les femmes)[1],[2],[3],[4].


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Patrice

Les armes de Saint-Patrice se blasonnent ainsi :

D'argent aux trois trèfles de sinople, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Pierre Bardet DVG  
mars 2008 en cours François Auge    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 668 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
924 1 057 1 044 1 046 1 128 1 216 1 184 1 241 1 205
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 189 1 186 1 185 1 233 1 210 1 193 1 179 1 132 1 179
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 062 977 896 772 793 700 698 742 688
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
635 593 589 560 593 639 675 681 668
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Rochecotte
  • Un ensemble de sentiers communaux situés dans la vallée, sur le coteau, dans la forêt, ont été balisés, sont entretenus et offrent aux promeneurs, marcheurs ou « vététistes », de belles possibilités de détente et de découverte. Un panneau en donnant le plan est situé place de l’Abbé Fleurat (face à l’église), un dépliant est à votre disposition à la mairie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Château de Rochecotte 

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anne Guehenno - L'Epreuve p 269. Annie Rospabé Guehenno deviendra l'épouse de l'écrivain académicien Jean Guehenno
  2. Héon-Cannone, Jeanne, Les hommes blessés à mort crient, Editions du Chalet, Paris, 1966
  3. Exécutez l'Air Commodore. Eddy Florentin et Claude Archambault- Flammarion.
  4. Georges Le Breton - Le refus du destin. 1939-12945. Edition SILOE 1994
  5. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]