Monrovia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la ville de Californie, voir Monrovia (Californie).
Monrovia
Rue Broad, au centre-ville de Monrovia
Rue Broad, au centre-ville de Monrovia
Administration
Pays Drapeau du Libéria Liberia
Démographie
Population 1 021 762 hab. (2008)
Géographie
Coordonnées 6° 18′ 48″ N 10° 48′ 05″ O / 6.3133, -10.8014 ()6° 18′ 48″ Nord 10° 48′ 05″ Ouest / 6.3133, -10.8014 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Liberia

Voir sur la carte Liberia administrative
City locator 12.svg
Monrovia

Monrovia, capitale du Libéria, au bord de l'océan Atlantique, à l'embouchure du fleuve Saint-Paul, sur le cap Mesurado.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plan de Monrovia au XIXe siècle

Monrovia est fondée en 1822, sur l’île Providence, par la Société américaine de colonisation pour servir de refuge aux esclaves affranchis d'Amérique du Nord. Elle accueille également des populations libériennes de l’intérieur des terres[1]. Elle est appelée ainsi en l'honneur du président des États-Unis James Monroe, après que le fondateur presbytérien de l'association l'eut nommée Christopolis. Un grand nombre d'anciens esclaves s’y installent au XIXe siècle.

Le 10 avril 1918, un sous-marin de la marine impériale allemande pénétra dans le port de Monrovia, coula l'unique navire de la marine libérienne (un voilier), bombarda la ville dans le but de détruire les stations de radio et du télégraphe tuant plusieurs civils (quatre ?) puis quitta la place quand un bateau à vapeur britannique alerté par radio s'approcha[2].

Au début des années 1990, Monrovia est le théâtre de graves violences et de nombreux pillages lors la seconde guerre civile qui suit l'assassinat du président Samuel K. Doe. Face à l’insécurité du pays en guerre, les régions les plus dangereuses du pays sont désertées au profit de la capitale, dont la population s’est accrue de 300 000 habitants en dix ans et représente désormais près de 30 % de la population totale du pays[3].

Vue de Monrovia au XIXe siècle

Population[modifier | modifier le code]

La population de la ville dépasse le million selon le recensement de 2008[3]

Religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des archevêques de Monrovia.

Monrovia est le siège d'un archidiocèse catholique.

Géographie et économie[modifier | modifier le code]

Monrovia s’étend sur l’île Bushrod et sur le cap Mesurado.

C’est la plus grande ville, le principal port et centre commercial du pays. Elle joue un grand rôle dans l'économie du pays en assurant l’essentiel des exportations de minerai de fer. Elle produit principalement des biens manufacturés, notamment des produits agroalimentaires, du pétrole raffiné, des produits chimiques et pharmaceutiques ainsi que des matériaux de construction (cimenterie du groupe allemand HeidelbergCement).

Monrovia abrite l’université du Libéria (1862) et l’université Cuttington (1889), ainsi que le Capitole (1958) et les principaux monuments administratifs.

Naissance[modifier | modifier le code]

  • George Weah : ancien joueur de football et candidat à l'élection présidentielle de 2005.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Carte du Libéria ; Afrique de l'Ouest », sur World Digital Library,‎ 1830 (consulté le 2013-06-02)
  2. (en)« When U-Boat shelled Liberia's Capital », sur The New-York Times,‎ 14 juin 1918 (consulté le 18 mai 2013)
  3. a et b Gouvernement du Liberia, « 2008 national population and housing census »,‎ 2008 (consulté le 21 août 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Anthony Daniels, Monrovia mon amour : a visit to Liberia, John Murray, Londres, 1992, 206 p. (ISBN 0719550254)
  • (en) Merran Fraenkel, Tribe and class in Monrovia, Oxford University Press, Londres, 1964, 244 p.
  • (fr) Maurice-Hyacinthe Lelong, Monrovia : capitale pour rire, Baconnier, Alger, 1946, 354 p.
  • Ryszard Kapuscinski évoque cette ville dans son livre Ébène (1998).

Articles connexes[modifier | modifier le code]