Tramway de Perpignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tramway, place de Catalogne
Un tram dans l'avenue de la Gare.

Le Tramway de Perpignan a fonctionné dans la ville de Perpignan dans le département des Pyrénées-Orientales, entre 1900 et 1955. Ce tramway donne le nom du roman de Claude Simon, le Tramway.

La Compagnie Centrale de Tramways Électriques reçut le 23 juin 1902[1], la concession pour une durée de 60 ans, d'un réseau de tramway dans cette ville[2].

Cette société est fondée à Lyon, chez Maitre Lavirotte, le 17 décembre 1897. Son capital est de 3 millions de francs divisé en 10 000 actions de 300 francs[3]. Le siège social est à Paris.

Les lignes[modifier | modifier le code]

Tramway sur la ligne 3, avant la Première Guerre mondiale.
  • Perpignan - Canet-en-Roussillon , 13 km, ouverture le 7 mai 1900[4], fermeture 1er janvier 1954[5],
  • Gare – Place de la Loge, ouverture 1er février 1901, fermeture en octobre 1955
  • Saint-Martin (Octroi) – Notre Dame (Octroi) - Le Vernet, ouverture 2 avril 1901, fermeture le 21 septembre 1952,
  • Le Vernet - Rivesaltes ( prolongement de la précédente), ouverture le 7 août 1909, fermeture en 1935

Le dépôt se trouvait au Vernet.

Le décret déclarant d'utilité publique les travaux d'établissement, dans le département des Pyrénées-Orientales, d'un réseau de tramways à Perpignan et d'une ligne entre Perpignan et la plage de Canet, daté du 23 juin 1902, prévoit les tracés suivants[6] :

a) Ligne de Perpignan à la plage de Canet. — Cette ligne partira du poste d'octroi Notre-Dame, traversera la Basse, suivra le glacis et les fossés des fortifications pour emprunter ensuite jusqu'à la mer la voie publique désignée sous le nom de chemin de grande communication n°11, de Salses à Laroque (embranchement de Perpignan à la mer).

b) Réseau urbain. —
Ligne n°1 de la gare du Midi à l'Hôtel de Ville, en passant par l'avenue de la Gare, la place de la Banque, rue de la République, place Bardou Job, rue du 4-Septembre, pont métallique, quai Carnot, place Arago, rue Alsace-Lorraine, place Laborie, rue de la Barre et la rue des Marchands jusqu'à la place de la Loge. — De la place de la Loge à la place Arago, la voie sera doublée par la rue Louis Blanc, place du Cartillet et quai Carnot jusqu'à la place Arago.
Ligne n°2 de l'octroi Saint-Martin à l'octroi Notre-Dame. Cette ligne partira du poste d'octroi Saint-Martin, traversera la porte Saint-Martin, suivre les rues Grand-Saint-Martin, Mailly et porte d'Assaut jusqu'à la Basse ; elle traversera cette rivière en passant par le pont métallique et passera ensuite par le quai Vauban et la porte Magenta pour arriver devant le poste d'octroi Notre-Dame.
Ligne n°3 de l'octroi Notre-Dame à la Patte-d'Oie, en passant par la rue de la Têt, pont de pierre, pont Rouge, route nationale n°9 jusqu'à la bifurcation du chemin des Eaux-Vives, avenue du Vernet jusqu'au carrefour du Vernet. »

Un décret du 26 décembre 1907, déclare d'utilité publique le prolongement du tramway entre le Vernet et Rivesaltes[7] Un décret du 14 mai 1908, déclare d'utilité publique des modifications mineures de la ligne du tramway entre Perpignan et la plage de Canet[8]

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

  • motrices à essieux, livrées en 1900, N° 1 à 10[9]
  • motrices à essieux, livrées en 1900, N° 11 à 19[10]
  • motrices à bogies, livrées en 1920, N° 30 à 34[11]
  • remorques à essieux, N° 51 à 56, caisse longue ouvertes avec plates formes extrêmes et centrales[12]
  • remorques à essieux, N° 61 à 67, caisse courte vitrée avec plates formes extrêmes [13]
  • remorques à essieux, N° 71 à 7., caisse courte ouverte avec plates formes extrêmes
  • remorques à essieux, N° 81 à 8., caisse courte vitrée avec plates formes extrêmes
  • remorques à essieux, N° 91 à 94, caisse longue vitrée avec plates formes extrêmes fermées[14]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]