Tramways de la Corrèze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tramways de la Corrèze
Image illustrative de l’article Tramways de la Corrèze
Le viaduc des Rochers Noirs

Situation Drapeau : France Corrèze (Limousin)
Type Chemin de fer secondaire à vapeur
Entrée en service 1912 - 1921
Fin de service 1932 - 1960
Longueur du réseau 177 km
Lignes 3
Écartement des rails voie métrique
Exploitant Compagnie des tramways de la Corrèze
Réseaux connexes PO-Corrèze

La compagnie des tramways de la Corrèze est le nom de la compagnie à laquelle a été concédée le réseau d'intérêt local à voie métrique du département de la Corrèze et exploité de 1912 à 1960. Cette compagnie est formée par MM. Etienne et Gilbert Planche. Son siège est à Lyon.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Ouvertures[modifier | modifier le code]

Pour mémoire, le réseau d'intérêt général à voie métrique du PO-Corrèze, reliant Tulle à Uzerche, Treignac et Argentat, a été ouvert en 1904.

Fermetures[modifier | modifier le code]

  •  : fermeture à tout trafic de :
    • la ligne isolée de la Rivière de Mansac à Juillac
    • la ligne isolée d'Aubazine à Turenne et Beaulieu-sur-Dordogne et de l'embranchement vers Beynat ;
  •  : fermeture à tout trafic de l'antenne Mortier-Gumond — Laroche Canillac
  •  : fermeture à tout trafic du tronçon Ussel — Neuvic-d'Ussel ;
  •  : fermeture à tout trafic du reste du réseau d'intérêt local.

(L'autre réseau corrézien, le réseau d'intérêt général à voie métrique du PO-Corrèze, a été fermé au trafic voyageurs le et au trafic marchandises le .)

Historique[modifier | modifier le code]

Les lignes des TC[modifier | modifier le code]

Les ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

  • Le viaduc de Lantourne, construit en 1947, sur une retenue d'eau.
    • longueur : 207 mètres
    • longueur des travées : 36 mètres (2) et 45 mètres (3)
    • hauteur : 33 mètres (lit de la rivière), 2,25 mètres, (hauteur maximale de la retenue d'eau)
    • hauteur des quatre piles : 20, 30, 24 et 12 mètres
  • Le Viaduc des Rochers Noirs, construit selon le système du commandant Albert Gisclard,
    • longueur : 170 mètres
    • longueur du tablier central : 140 mètres
    • hauteur : 92 mètres
    • hauteur des deux piles : 45 mètres
  • Tunnels de 123 et 45 mètres donnant accès au viaduc des Rochers Noirs

Le tronc commun avec le PO-Corrèze[modifier | modifier le code]

Il existait un tronc commun avec le PO-Corrèze permettant l'accès à Tulle. La ligne des tramways rejoignait celle du chemin de fer qu'elle longeait jusqu'à la gare de Saint-Bonnet-Avalouze. Après cette gare, c'est en empruntant la voie de chemin de fer que les tramways rejoignaient la gare de Tulle.

Prise d'eau[modifier | modifier le code]

  • Citerne de Lafage
  • Citerne du viaduc des Rochers Noirs

Les gares[modifier | modifier le code]

Parmi les gares des Tramways de la Corrèze, on distingue 3 catégories :

  • Les gares de 1re classe, constituées d'une halle à marchandises, d'un bâtiment en pierre, avec bureau, salle d'attente et WC, et d'un abri couvert ouvert sur les côtés.
  • Les gares de 2e classe, constituées d'une halle à marchandises, avec un bureau, et d'un abri couvert,
  • Les gares de 3e classe, constituées d'une halle à marchandises et d'un abri couvert, non fermé, avec un petit local pour les billets.

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Locomotives à vapeur[modifier | modifier le code]

Les locomotives étaient du type 030 tender ou 030t (trois essieux moteurs). Elles étaient construites à Lyon par les établissements Piguet.

  • N° 1 à 12, type 030, 18 tonnes, 1911
  • N° 13 à 18, type 030, 17 tonnes, 1912

Voitures voyageurs[modifier | modifier le code]

  • Voitures à bogies, A2C2 n° 21 à 27
  • Voitures à essieux, AC n° 1 à 6
  • Voitures à essieux, AC n° 41 à 56
  • Voitures à essieux, DA n° 81 à 89, mixtes 1re classe fourgon

Fourgons à bagages[modifier | modifier le code]

  • Fourgons à essieux, DP n° 101 à 109

Wagons de marchandises[modifier | modifier le code]

  • 40 wagons couverts : K 121 à 160 et K 1
  • 33 wagons tombereaux : I 221 à 244 et H 1 à 8
  • 39 wagons plats : H 351 à 389
  • 9 plats à traverse mobile : L 501 à 509

Matériel complémentaire[modifier | modifier le code]

  • Autorails De Dion ex PO-Corrèze
  • Autorails Billard ex CFD Dordogne et VFIL Anvin Calais, N° X1 et X2

Exploitation[modifier | modifier le code]

La coexistence dans le département de la Corrèze de ce réseau et du réseau d'intérêt général à voie métrique concédé au PO et appelé PO-Corrèze, avec en particulier un tronc commun et des gares communes, a entraîné l'exploitation commune de ces réseaux par le PO-Corrèze et les compagnies suivantes :

la Société d'Exploitation des Chemins de fer en Corrèze (SECC) avant 1932,
la Société des Transports Automobiles du PO (STAPO) entre 1932 et 1944,
la Société de Contrôle et d’Exploitation des Transports Auxiliaires (SCETA) entre 1944 et 1962,
la Société générale des chemins de fer Économiques (SE) à partir de 1962.

Matériel et installations préservés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Encyclopédie générale des transports — Chemins de fer, Valignat, Éditions de l’Ormet,
  • Jacques Maligne, Les Tramways de la Corrèze, Éditions La Régordane,
  • Gilbert Gannes, Le Transcorrézien, Éditions Denoël,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]