Ligne de Wavrin à Armentières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Wavrin à Armentières
Pays Drapeau de la France France
Concessionnaires Nord (1883 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 293 000
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF

La ligne de Wavrin à Armentières est une ligne ferroviaire française non électrifiée à écartement standard et à voie unique reliant la gare de Wavrin à celle d'Armentières. Elle est déposée sur une partie de son parcours, et uniquement praticable d'Armentières jusqu'au nord de la LGV Nord.

Elle constitue la ligne no 293 000[1] du réseau ferré national.

Historique[modifier | modifier le code]

La loi du 17 juillet 1879 (dite plan Freycinet) portant classement de 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d’intérêt général retient en n° 1, une ligne « d'Armentières à Lens, par Don[2] ».

La ligne est déclarée d'utilité publique par une loi le 7 avril 1879[3]. Elle est cédée par l'État, comme partie de la ligne de « Lens à Armentières », à la Compagnie des chemins de fer du Nord selon les termes d'une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 5 juin 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[4].

Description de la ligne[modifier | modifier le code]

Tracé - Parcours[modifier | modifier le code]

La ligne prend naissance près de la gare de Wavrin à partir de la ligne de Fives à Abbeville et se termine en rejoignant la gare d'Armentières sur la ligne de Lille aux Fontinettes.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Superstructure[modifier | modifier le code]

Exploitation[modifier | modifier le code]

Seule la section de la gare d'Armentières jusqu'au nord de la LGV Nord, soit quatre kilomètres, est encore exploitable. Des entreprises y sont embranchées. Au-delà, sur huit kilomètres environ, la voie a été déposée[5]. Sa situation est comparable à celle de la ligne d'Haubourdin à Saint-André.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fascicule Gares et lignes du nord édité par le COPEF (Cercle Ouest Parisien d'Études Ferroviaires) en 1985.
  2. « N° 8168 - Loi qui classe 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d'intérêt général : 17 juillet 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 456,‎ , p. 6 - 12 (lire en ligne).
  3. « N° 7889 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement des chemins de fer de Lens à Don et à Armentières et de Valencienne au Cateau : 7 avril 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 18, no 437,‎ , p. 461 - 462 (lire en ligne).
  4. « N° 14214 - Loi qui approuve la convention passée, le 5 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer du Nord : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 333 - 339 (lire en ligne).
  5. Vues aériennes et distances de Google Earth

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]