Ligne de Fives à Hirson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Fives à Hirson
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Lille, Orchies, Saint-Amand-les-Eaux, Valenciennes, Le Quesnoy, Aulnoye-Aymeries, Hirson
Historique
Mise en service 1869 – 1872
Électrification 1954 – 1958
Concessionnaires Nord (1862 – 1937)
Lille à Valenciennes (1864 – 1883)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 267 000
Longueur 123 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 25 kV – 50 Hz
Pente maximale 11,5 
Nombre de voies Double voie
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF et divers nouveaux entrants
Trafic TER et fret

La ligne de Fives à Hirson est une ligne ferroviaire française électrifiée à double voie, reliant la gare de Lille-Flandres à celle d'Hirson. Elle fait partie de la grande transversale qui relie Dunkerque à Bâle.

Elle constitue la ligne no 267 000[1] du réseau ferré national.

Historique[modifier | modifier le code]

Chronologie des ouvertures[modifier | modifier le code]

  • d'Aulnoye à Hirson, le 30 octobre 1869,
  • de Lille à Valenciennes, le 22 juin 1870,
  • de Valenciennes à Aulnoye le 1er septembre 1872.

Histoire[modifier | modifier le code]

De Valenciennes à Hirson[modifier | modifier le code]

La convention signée le 21 juin 1857 entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie des chemins de fer du Nord concède à titre éventuel une ligne « partant d'un point de la ligne de Saint-Quentin à Erquelines, à déterminer de Busigny à Landrecies et aboutissant » en un point à déterminer sur la ligne de Soissons à la frontière de Belgique. Cette convention est approuvée par un décret impérial le 26 juin 1857[2]. Cette ligne est déclarée d'utilité publique par un décret impérial le 6 juillet 1862, rendant ainsi la concession définitive[3]. Cette ligne se détache de la ligne de Saint-Quentin à Erquelines « près d'Achette, au-dessus de Landrecies » et se raccorde à la ligne de Soissons à la frontière de Belgique « à ou près Anor ».

La ligne « de Valenciennes à la ligne de Saint-Quentin à Erquelines, à ou près Achette » est concédée à titre définitif par une convention signée le 16 juin 1862 entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie des chemins de fer du Nord. Cette convention est approuvée par un décret impérial le 6 juillet suivant[4].

Par un décret impérial du 6 août 1865, le point de raccordement entre la ligne de Saint-Quentin à Erquelines et les lignes en direction de Valenciennes et Anor est déplacé d'Achette à Aulnoye[5].

De Lille à Valenciennes[modifier | modifier le code]

Le décret du 11 juillet 1864, concède un chemin de fer direct de Lille à Valenciennes à messieurs Guilbert-Etevez, Hamoir et Viette[6]. Les plans du tracé et des terrassements sont approuvés le 28 juin 1866[6].

Les 31 décembre 1875 et 2 février 1876, la Compagnie du chemin de fer de Lille à Valenciennes (groupe Phillipart) signe un traité avec la Compagnie des chemins de fer du Nord pour l'exploitation jusqu'à l'échéance de la concession de l'ensemble des lignes dont elle est concessionnaire. Ce traité est approuvé par un décret le 20 mai 1876[7].

La ligne est intégrée au réseau de Compagnie des chemins de fer du Nord selon les termes d'une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 5 juin 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[8].

Description de la ligne[modifier | modifier le code]

Tracé - Parcours[modifier | modifier le code]

La ligne de Fives à Hirson traverse 42 communes, dont Mondrepuis et Hirson dans le département de l'Aisne. 1 heure et 52 minutes sont nécessaires pour rallier Lille-Flandres à Hirson, avec des arrêts. Le tracé de la ligne est généralement plat.

La ligne comporte plusieurs raccordements utilisés, redirigeant vers d'autres lignes :

Sur le tronçon entre Lille et Valenciennes, la ligne emprunte le même itinéraire que l'autoroute A23. La forêt de Raismes-Wallers-Saint-Amand est traversée par la ligne, de même que la forêt de Mormal.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le profil est moyen avec des déclivitées maximum de 11,5mm/m. La présence de courbes de rayon assez faible limite la vitesse des trains à 120/140 km/h.

Vitesses limites[modifier | modifier le code]

Vitesses limites de la ligne en 2012 pour les trains V 160, les AGC et les autorails en sens impair (certaines catégories de trains, comme les trains de marchandises, possèdent des limites plus faibles)[9] :

De À Limite
Lille-Flandres Potence « Pont supérieur de Fives » 30
Potence « Pont supérieur de Fives » Lesquin BV 120
Lesquin BV Valenciennes BV 140
Valenciennes BV Bif. Berlaimont (PK 80,3) 130
Bif. Berlaimont (PK 80,3) PK 94,1 120
PK 94,1 PK 121,0 130
PK 121,0 Hirson BV 120

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Cette ligne est intégralement à double voie et est équipée du block automatique lumineux. Le contrôle de vitesse par balise (KVB) est partiellement installé, une liaison par GSM-R équipe l'ensemble de la ligne. Elle ne comporte pas de tunnel. Un seul ouvrage d'art d'importance est à signaler, le viaduc métallique de Fourmies dont le tablier a été remplacé en 1980.

Elle a été électrifiée parmi les premières en 25kV - 50Hz à la suite des essais satisfaisants réalisés par la SNCF sur la ligne alpine entre Aix-les-Bains et Annecy. Les dates de mises sous tension sont les suivantes :

  • De Valenciennes à Hirson et raccordement d'Aulnoye n°1, le 2 juillet 1954.
  • De (Lille-Délivrance - Raccordement de Ronchin) - Bif de Lesquin à Valenciennes, le 22 novembre 1955.
  • Le Raccordement de Beuvrages, le 8 janvier 1957.
  • De Lille-Flandres à la Bifurcation de Lesquin, le 22 juillet 1958.

Exploitation et trafic[modifier | modifier le code]

Cette ligne est un segment de la transversale Nord-Est, un axe majeur du réseau ferré national, qui relie Lille à Thionville. Elle a connu un trafic fret intense qui a considérablement diminué depuis la fin de l'extraction du charbon dans les mines du Nord et du Pas-de-Calais et le déclin de la sidérurgie lorraine. Toutefois, elle constitue un des axes principaux du TER Hauts-de-France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fascicule Gares et lignes du nord édité par le COPEF (Cercle Ouest Parisien d'Études Ferroviaires), en 1985.
  2. « N° 4818 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 21 juin 1857, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie du chemin de fer du Nord : 26 juin 1857 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie impériale, série XI, vol. 10, no 524,‎ , p. 411 - 441.
  3. « N° 10479 - Décret impérial qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer de la ligne de Saint-Quentin à Erquelines à la ligne de Soissons à la frontière de Belgique : 6 juillet 1862 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 20, no 1041,‎ , p. 289 - 290.
  4. « N° 10478 - Décret impérial qui, 1° déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer de Valenciennes à Achette, et d'un chemin de fer de Lille à la frontière belge, dans la direction de Tournai ; 2° approuve la convention passée avec la compagnie du Nord pour la concession de ces chemins de fer : 6 juillet 1862 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 20, no 1041,‎ , p. 286 - 288.
  5. « N° 13619 - Décret impérial relatif au chemin de fer de Valenciennes à la ligne de Saint-Quentin à Erquelines, et de cette dernière ligne à celle de Soissons à la frontière de Belgique : 6 août 1865 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 20, no 1331,‎ , p. 486 - 487.
  6. a et b Site gallica.bnf.fr « Ligne directe de Lille à Valenciennes », dans Rapports et délibérations - Nord, Conseil général , 1867 (R) p. 362 intégral (consulté le 28 décembre 2011).
  7. « N° 5228 - Décret qui autorise la Compagnie des chemins de fer du Nord à exploiter les lignes concédées aux Compagnies du Nord-Est, de Lille à Valenciennes et de Lille à Béthune : 20 mai 1876 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 12, no 303,‎ , p. 624 - 625 (lire en ligne).
  8. « N° 14214 - Loi qui approuve la convention passée, le 5 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la compagnie des chemins de fer du Nord : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 333 - 339 (lire en ligne).
  9. Renseignements techniques SNCF/RFF - RT 2702 Lille-Flandres - Valenciennes, version du 11 décembre 2011 et RT 2703 Valenciennes - Hirson, version du 17 juin 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]