Tramway de Sedan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tramway de Sedan
image illustrative de l’article Tramway de Sedan
Tramways au terminus de la Place de Turenne

Situation Drapeau : France Sedan (Ardennes, Champagne-Ardenne)
Type Tramway
Entrée en service 1901
Fin de service 1914
Longueur du réseau 11
Écartement des rails métrique
Propriétaire Ville de Sedan
Exploitant Cie des tramways électriques de Sedan

Le tramway de Sedan a desservi cette ville française des Ardennes, ainsi que ses voisines, entre 1901 et 1917, date à laquelle les voies ont été démontées par l'occupant. Il n'a pas connu d'évolution forte durant cette période assez courte de fonctionnement mais a marqué les habitants de la ville. De nombreuses cartes postales ont été éditées sur ce thème.

Histoire[modifier | modifier le code]

Autre vue de la Place Turenne
Tramway de la ligne 4 devant la Synagogue...
... et l'École supérieure, avenue Philippoteaux
Tramway de la ligne 5 sur le viaduc de Torcy
Point central du réseau, place Turenne
Tramway sur le Pont de la Gare, sur la Meuse

Un service de transport en commun par omnibus existait à Sedan[1], mais se révélant insuffisant, des réflexions s'engagèrent à la fin du XIXe siècle sur la création d'un réseau de tramway pour desservir la ville ainsi que des communes voisines.

La concession est attribuée par la ville de Sedan à la Compagnie générale de traction [2] aux risques et périls du concessionnaire, chargé de construire le réseau et de l'exploiter. La concession est rétrocédée ensuite en 1904 à la Compagnie des tramways électriques de Sedan[3] dont le siège est à Paris[4], et qui est une filiale de la Compagnie générale de Traction, comme l'était également le tramway de Charleville-Mézières.

Le réseau est mis en service le 3 décembre 1899. 5000 personnes voyagent gratuitement ce jour là[5],[6].

Le service fonctionne jusqu'au début de la Première Guerre mondiale.

Sedan envahie, il est utilisé par l'armée allemande[7]. En 1917, celle-ci dépose cependant une partie des voies et des pylones afin de récupérer l'acier pour l'industrie d'armement[8].

À la libération de la ville, fin 1918, il est inutilisable et n'est pas reconstruit les années suivantes. Les dommages de guerre sont utilisés pour d'autres modes de transport. Même si ces premiers tramways ont marqué les esprits, ils ont laissé à l'usage un souvenir mitigé[6], dus peut être aux accidents mais aussi aux développements du parc automobile et des autobus qui ont séduit davantage les populations, et qui ont semblé plus modernes, pendant quelques décennies.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Le réseau, de 11 km, est électrifié et construit à voie unique et métrique[9]. Des évitements aménagés à certaines stations permettait le croisement des rames.

Il comprend les lignes suivantes (selon la toponymie de l'époque) :

  1. Place Turenne - La Gare, par la rue Gambetta, la place Crussy, la place d'Alsace-Lorraine, l'avenue Philippoteaux et la place de la Gare.
  2. Place Turenne - Gaulier (l'Espérance), par la place d'Harcourt, la rue Blanpain, la place Saint-Vincent-de-Paul, la rue du Général-Margueritte et le chemin de Floing
  3. Place Turenne - Balan, par la rue Gambetta (parcours commun avec la ligne n° 1), la rue Carnot, la place de la Halle, la rue du Ménil, la place Nassau, le faubourg du Ménil et le chemin de Balan jusqu'au chemin du Cimetière.
  4. Place Turenne - Fond de Givonne, par la rue Gambetta, la place Crussy et la place d'Alsace-Lorraine (parcours commun avec la ligne n° 1), l'avenue Philippoteaux, la place Nassau, la rue Nassau et ia route nationale n° 77 jusqu'au chemin d'Illy
  5. Place Turenne - Torcy, par le pont de la Meuse, la rue Thiers, le viaduc de Torcy et la route nationale n° 64 jusqu'au passage à niveau du chemin fer[10].

Ces lignes sont déclarées d'utilité publique par le décret de 1900.

Tramway, place Cursy, devant le Lycée

Exploitation[modifier | modifier le code]

Matériel roulant :

  • 11 motrices à 2 essieux et plates-formes ouvertes, avec accès dans l'angle. Pendant la durée de l'exploitation, les plates-formes ouvertes furent fermées pour améliorer le confort des voyageurs et du conducteur[8].
  • 3 remorques

Sur la photographie du point central du réseau, Place Turenne, on aperçoit trois motrices dans leur état initial, avant la fermeture des plates-formes.

Sur la même photographie, dans la rue située au centre, on discerne également la voie unique de la ligne, ainsi que l'évitement permettant le croisement des rames.

Motrice, place Nassau, dans son état initial

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Art. 8 de la convention de rétrocession annexée au décret du 3 octobre 1900
  2. « Décret du 3 octobre 1900, qui déclare d'utilité publique un réseau de Tramways sur le territoire des communes de Sedan, Balan et Floing (Ardennes) - avec la convention de rétrocession et le cahier des charges », Bulletin des lois de la République française, no 2238,‎ , p. 971-984 (lire en ligne)
  3. « Décret du 25 mai 1906, approuvant la substitution d'une Compagnie comme rétroconcessionnaire du réseau de tramways dans le département des Ardennes », Bulletin des lois de la République française, no 2759,‎ , p. 1808-1809 (lire en ligne)
  4. Photographie d'une action au porteur de la Compagnie des tramways électriques de Sedan
  5. * [PDF] Gérald Dardart, « Histoire des transports urbains : Le tramway des « trois villes » », Carolo mag', no 150,‎ , p. 26-27 (lire en ligne)
  6. a et b Pierre Congar, Jean Lecaillon et Jacques Rousseau, Sedan et le pays sedanais, vingt siècles d’histoire, Paris, Guénégaud, 1969 ; Marseille, Laffitte Reprints, 1978, p.531
  7. Pascal Dumont et Olivier Geerinck, Sur les rails d'Ardennes et de Gaume, Breil-sur-Roya, Édition De Borée, coll. « Arts, Savoir-faire & Traditions », , 175 p. (ISBN 2-914603-14-2, présentation en ligne, lire en ligne)
  8. a et b Histoire générale des transports, page citée en lien externe
  9. « Les Chemins de Fer Secondaires de France : 08 - Département des Ardennes. », FACS, (consulté le 24 janvier 2012)
  10. Article 2 du Cahier des charges annexé au décret de 1900

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]