Ligne de La Madeleine à Comines-France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
La Madeleine à Comines-France
Image illustrative de l’article Ligne de La Madeleine à Comines-France
Un TER en gare terminus de Comines-France.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies La Madeleine, Marquette-lez-Lille, Wambrechies, Deûlémont, Comines
Historique
Mise en service 1876
Concessionnaires Nord-Est (1869 – 1890)
Nord (1890 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 296 000
Longueur 15,756 km
Vitesse de référence 40 km/h
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 11 
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER Hauts-de-France

La ligne de La Madeleine à Comines-France est une ligne ferroviaire française non électrifiée, à voie unique. Elle dessert les gares de La Madeleine (Nord), Marquette-lez-Lille, Wambrechies, Quesnoy-sur-Deûle, Deûlémont, Sainte-Marguerite et Comines, son terminus. La voie se poursuivait autrefois jusqu'à Comines (Belgique), sur le réseau de la SNCB.

Elle constitue la ligne no 296 000[1] du réseau ferré national.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette ligne, destinée à raccourcir la distance entre Tournai et Ypres et à desservir une zone peuplée, avait été concédée à titre éventuel à la Compagnie des chemins de fer du Nord en 1868.

La ligne « de Lille à Comines » est concédée à titre définitif par une convention signée le 22 mai 1869 entre le ministre des Travaux Publics et Messieurs Anatole de Melun, conte Charles Werner de Mérode, Louis Dupont, Florimond de Coussemaker, Isidore-David Portau, Benjamin Labarbe. Cette convention est approuvée à la même date par un décret impérial[2].

Toutefois, à la suite de difficultés financières, dès le 17 décembre 1875, la Compagnie des chemins de fer du Nord-Est signe un traité avec la Compagnie des chemins de fer du Nord pour l'exploitation jusqu'à l'échéance de la concession de l'ensemble des lignes dont elle est concessionnaire. Ce traité est approuvé par un décret le 20 mai 1876[3].

La ligne est ouverte à l'exploitation le 15 juin 1876.

Elle est rattachée au réseau de Compagnie des chemins de fer du Nord selon les termes d'une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 5 juin 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[4]. Toutefois, la Compagnie des chemins de fer du Nord n'en deviendra pleinement concessionnaire qu'à la suite d'un traité passé avec la Compagnie des chemins de fer du Nord-Est le 30 mars 1889 et approuvé par une loi le 7 février 1890[5].

Infrastructure[modifier | modifier le code]

La ligne est une voie unique exploitée sous un régime spécial; en effet, il ne peut y avoir qu'une circulation engagée à la fois, ceci étant défini par consigne [6]. Aucun croisement n'est possible.

Vitesse limite[modifier | modifier le code]

La vitesse limite de la ligne à partir de décembre 2017 pour tous les types de trains est de 40 km/h (du fait du mauvais entretien de la voie).

Exploitation[modifier | modifier le code]

La desserte proposée au service annuel 2018 est de qualité médiocre, puisqu'il n'existe que trois aller-retours par jour, qui plus est à des horaires peu attractifs ; en effet, il n'y a aucun départ de Lille après 17 h 50[7]. Une amélioration rapide semble peu probable, ne serait-ce que pour des raisons techniques, l'absence de point de croisement (hormis sur la section Lille – La Madeleine, puisque faisant partie de la double voie Lille – Calais) limitant très fortement la capacité de la ligne reliant Comines.

D'autre part, le matériel utilisé était souvent ancien (compositions BB 67400 + RIO) et peu confortable. En conséquence, la fréquentation de la ligne était alors très faible[réf. nécessaire], et ce d'autant plus que l'axe est desservi en parallèle par la ligne de bus Liane 90. En 2012, le matériel a été remplacé : la desserte est désormais effectuée en autorail grande capacité (AGC), ce qui a rendu le trajet plus confortable.

La réflexion concernant le futur de cette ligne (dont la vitesse limite est de 60 km/h en 2016[8]) porte sur une éventuelle cession à la Métropole européenne de Lille, afin d'engager des travaux de viabilisation (d'un coût estimé entre 30 et 50 millions d'euros, avec la participation financière de la région) et ainsi éviter sa fermeture, alors prévue vers 2019[9]. Pour des raisons de sécurité liées à son état, la vitesse limite de la ligne en exploitation commerciale est abaissée à 40 km/h en décembre 2017[7].

La ligne sera fermée le , après les dernières circulations qui seront effectuées à cette date. Sa réouverture, non encore datée, pourrait se faire sous la forme d'une ligne de tramway (mais se pose le problème de sa poursuite dans l'agglomération lilloise, en raison notamment de l'écartement standard de la voie qui n'est pas compatible avec la voie métrique de l'actuel réseau urbain) ou de bus à haut niveau de service (en remplaçant la voie ferrée par une voie routière réservée) ; dans tous les cas, elle serait exploitée par un concurrent de la SNCF[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fascicule Gares et lignes du nord, édité par le COPEF (Cercle Ouest Parisien d'Études Ferroviaires) en 1985.
  2. « N° 16993 - Décret impérial qui approuve une convention relative à la concession de plusieurs chemins de fer à exécuter dans les départements du Nord, du Pas-de-Calais et de l'Aisne : 22 mai 1869 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 33, no 1721,‎ , p. 908 - 929.
  3. « N° 5228 - Décret qui autorise la Compagnie des chemins de fer du Nord à exploiter les lignes concédées aux compagnies du Nord-Est, de Lille à Valenciennes et de Lille à Béthune : 20 mai 1876 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 12, no 303,‎ , p. 624 - 625 (lire en ligne).
  4. « N° 14214 - Loi qui approuve la convention passée, le 5 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer du Nord : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 333 - 339 (lire en ligne).
  5. « N° 21938 - Loi ayant pour objet l'incorporation définitive, dans le réseau de la Compagnie du Nord, des lignes concédées à la Compagnie du Nord-Est : 7 février 1890 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 40, no 1314,‎ , p. 465 - 469 (lire en ligne).
  6. Ligne La Madeleine - Comines (RT2032) Régime spécial d'exploitation EIC NPDC DC4 0401 (CR S4C)
  7. a et b Florent Steinling, « Comines: TER Lille – Comines, vitesse réduite… et temps de parcours allongé », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 29 avril 2019).
  8. Florent Steinling, « Comines: La ligne TER Comines – Lille menacée d’arrêt en 2019 si rien n’est fait d’ici là », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 29 avril 2019).
  9. Florent Steinling, « Comines: Le TER Lille – Comines repris dans le giron de la MEL? », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 29 avril 2019).
  10. Florent Steinling, « Comines: Quel avenir pour la ligne TER Lille – Comines après sa fermeture? », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 29 avril 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]