Tramways de l'Ouest du Dauphiné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tramways de l'Ouest du Dauphiné
image illustrative de l’article Tramways de l'Ouest du Dauphiné
Un train en gare de Saint-Georges-d'Espéranche, vers 1910.

Situation Isère, Rhône
Type Chemin de fer
Entrée en service 1897
Fin de service 1938
Écartement des rails métrique
Propriétaire Départements de l'Isère et du Rhône
Exploitant VFD
La gare de La Côte-Saint-André, au temps des TDI
Autorail Saurer ayant été en essayé sur le réseau TOD
Viaduc du Furan sur la ligne Roybon Saint Marcellin

Les Tramways de l'Ouest du Dauphiné formaient un réseau de tramway à voie métrique situé dans le nord-ouest du département de l'Isère.

À son apogée, la longueur du réseau atteint 153 km de voies. Il était intégré à la régie des Voies Ferrées du Dauphiné

Le réseau était en partie construit sur la route ou en accotement, les lignes avaient un profil difficile.

Il s'étendait de Saint-Jean-de-Bournay à la Côte-Saint-André et au Grand Lemps. La Compagnie des chemins de fer du Sud de la France mis en service une extension vers Lyon et Saint-Marcellin.

Le matériel roulant était composé de locomotives bicabines.

Chronologie historique[modifier | modifier le code]

  • 1897-1902 Tramway de l'Isère (TI)[1]
  • 1902-1913 Sud-France-Isère (SFI)
  • 1914-1920 Tramway départementaux de l'Isère (TDI)
  • 1921-1938 Tramways de l’Ouest du Dauphiné (TOD)

Lignes[modifier | modifier le code]

Lyon-Monplaisir - Heyrieux - Saint-Jean-de-Bournay - La Côte-Saint-André - Roybon - Saint-Marcellin (Isère)

  • Lyon - Heyrieux (23 novembre 1909 - 1er juillet 1937)
  • Heyrieux - Saint-Jean-de-Bournay (23 novembre 1909 - 1935/36)
  • Saint-Jean-de-Bournay - La Côte-Saint-André (17 décembre 1899 - 1936)
  • La Côte-Saint-André - La Côte-Saint-André — le Rival (8 avril 1900 - fin 1937)
  • La Côte-Saint-Andre – Le Rival - Viriville (8 avril 1900 - fin 1937)
  • Virville - Roybon (3 juin 1901 - 1936)
  • Roybon - Saint-Marcelin ( 6 avril 1908 - 1935)

La Côte-Saint-André - Le Grand-Lemps

  • La Côte-Saint-André - Grand-Lemps (18 juin 1899 - 1er août 1935)

Le Pont-de-Beauvoisin - Saint-Albin-de-Vaulserre - Saint-Bueil - Massieu - Chirens - Bonpertuis (26 km)

  • Pont-de-Beauvoisin - Bonpertuis (15 décembre 1909 - 1er juillet 1927)

La Tour-du-Pin - Saint-Clair-de-la-Tour - La Bâtie-Montgascon - Corbelin - Veyrins - Les Avenières (18 km)

  • La Tour-du-Pin - Les Avenières (décembre 1909 - 1er août 1935)

Ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

Viaduc du Furan
Viaduc du Furan
Article détaillé : Viaduc du Furan.

Ces lignes comportaient peu d'ouvrages d'art. Seule la ligne de Roybon à Saint-Marcellin comportait un tunnel à Dionay et un viaduc métallique sur le Furan à Saint-Antoine-l'Abbaye.

La voie était posée le plus souvent en accotement de la route, et sur la chaussée dans la traversée des communes. Elle était en site propre sur quelques tronçons pour éviter des déclivités trop fortes, comme à Saint-Georges-d'Espéranche et entre Roybon et Saint-Antoine.

Correspondance[modifier | modifier le code]

Les tramway de l'Ouest du Dauphiné étaient reliés à Lyon aux lignes de l'ancien tramway de Lyon (OTL) et à Saint-Jean-de-Bournay à la ligne CEN Vienne - Voiron - Charavines.

Exploitation[modifier | modifier le code]

La compagnie des Tramways de l'Isère exploite le réseau à son ouverture. Puis, en 1903 la compagnie des Chemins de fer du Sud de la France reprend l'exploitation jusqu'en 1914. L'exploitation est ensuite provisoirement assurée sous séquestre par le département sous le nom de « Tramways départementaux de l'Isère » [note 1]. Le réseau est repris en 1922 par la régie départementale des VFD, qui l'exploite sous le nom de Tramways de l'Ouest du Dauphiné.

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Le dépôt de la ligne La Tour-du-Pin - Les Avenières dans ce dernier bourg, du temps des TDI. On y voit la locomotive bicabine de 22 tonnes n°18 (future n°34 ?) Pinguely, et une des deux automotrices à vapeur Buffaud & Robatel/La Buire du réseau. À gauche du cliché, la gare du Chemin de fer de l'Est de Lyon
Locomotive n°13 en tête d'une rame marchandise en gare de Viriville.
Locomotive N°31 préservée au chemin de fer du Vivarais
Les locomotives

Toutes les machines ont été construites par la firme lyonnaise Pinguely.

Ces locomotives de type "030" tender avaient une particularité, celle de posséder deux cabines de conduite, une à l'arrière et l'autre à l'avant sur le tablier, devant la cheminée. La visibilité du mécanicien qui conduisait était ainsi améliorée.

locomotives constructeur n°construction année livrée au
"1-7" Pinguely 59 à 66 1897 Tramways de L'Isère
"8" Pinguely 92 1899 Tramways de L'Isère
"9-14" Pinguely 234 à 238 1908 Sud-France
"15-16" Pinguely 283 à 284 1908 Sud-France
"17-19" Pinguely 307 à 308 1910 Sud-France
"20-21" Pinguely 328 à 329 1915 TDI

En 1909, une série de 4 locomotives plus puissantes fut livrée au Sud France

locomotives constructeur n°construction année livrée au
"31-34" Pinguely 240 à 243 1909 Sud-France
Les voitures voyageurs[2]

Le parc de voitures voyageurs était constitué de 27 voitures à essieux construites par les chantiers de La Buire, 13 voitures à bogies, construites par Decauville et 11 voitures mixtes (2e classe + fourgon) à essieux :

27 voitures à essieux, construites par les chantiers de La Buire
13 voitures à bogies, construites par Decauville
11 voitures mixtes à essieux, fourgon et 2e classe
A1 - A2, 1re classe, chantiers de La Buire 1899
AB 1-AB 4, 1re/2e classe, Decauville 1910, à bogies
AB 5-AB 8, 1re/2e classe, ex tramway de Lyon, à bogies
AB 9, 1re/2e classe, Decauville 1910, à bogies
AB 10-13, 1re/2e classe, ex tramway de Lyon, à bogies
B 21-28, 2e classe, Decauville 1910, à bogies
B 31-50, 2e classe, chantiers de La Buire 1899
B 51, 2e classe, ex tramway de Lyon, à bogies
B 52-53, 2e classe, chantiers de La Buire 1899
B 54, 2e classe, ex tramway de Lyon, à bogies
B 55, 2e classe, chantiers de La Buire 1899
B 56-57, 2e classe, ex tramway de Lyon, à bogies
B 58-59, 2e classe, chantiers de La Buire 1899
BDP1, 2e classe/ fourgon / poste, chantiers de La Buire 1910
ADP 2, 1re classe/ fourgon / poste, Decauville, 1899
BDP 3-5, 2e classe/ fourgon / poste, chantiers de La Buire 1910
ADP 6, 1re classe/ fourgon / poste, Decauville, 1899
BDP 7-8, 2e classe/ fourgon / poste, chantiers de La Buire 1910
ADP 9-10,1re classe/ fourgon / poste, Decauville, 1899
ADP 11, 1re classe/ fourgon / poste, chantiers de La Buire 1910
Les fourgons à bagages, à 2 essieux 

DP 1 à 5, fourgons avec compartiment postal
Les wagons de marchandises[3] 

wagons couverts : J 101-156
wagons tombereaux : T 200-269
wagons plats: P 301-341

Matériel et installations préservées[modifier | modifier le code]

La locomotive n°31 est préservée par l'association SGVA.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. La régie des VFD n'existait pas encore. H.Domengie: les Petits trains du Sud Est de la France
Références
  1. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k215058r/f1158.image
  2. CFRU,Les Tramways de l'Ouest du dauphiné N°203
  3. Archives départementales de l'Isère, section 3 S 15/1-33 - 1887 - 1926

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Domengie, Les petits trains de jadis - Sud-Est de la France, Éd. du Cabri, Breil-sur-Roya, 1985 (ISBN 2-903310-34-3)
  • H Fournet, A Ranchal, le réseau des tramways de l'Ouest du Dauphiné in Chemins de fer régionaux et urbainsN°202-203 1987 IV, V

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]