Compagnie générale de voies ferrées d'intérêt local

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CGL et VFIL.

Compagnie générale de voies ferrées d'intérêt local
logo de Compagnie générale de voies ferrées d'intérêt local
Une des gares exploitées par la CGVFIL, celle de Noailles, sur le Chemin de fer de Hermes à Beaumont

Création 22 juin 1919
Siège social Paris
Drapeau de France France
La ligne d'Anvin à Calais, à Lumbres

La Compagnie générale de voies ferrées d'intérêt local est le nom pris, lors de l'assemblée générale des actionnaires du 22 juin 1919, par l'ancienne compagnie d'Anvin à Calais, qui exploitait cette ligne de chemin de fer secondaire, dans le cadre de la réglementation des voies ferrées d'intérêt local.

Cette compagnie est souvent nommée par les initiales CGL, CGVFIL ou VFIL.

Lignes exploitées[modifier | modifier le code]

À compter du , elle exploita les lignes à voie métrique des compagnies :

Son siège était alors dans les locaux de la Compagnie des chemins de fer du Nord, à Paris.

En 1930, la Compagnie Générale des Voies Ferrées d'Intérêt Local prend le contrôle de quatre compagnies de chemin de fer d'intérêt local à voie normale du Pas-de-Calais :

Ultérieurement, elle exploita la ligne de la compagnie du chemin de fer d'Enghien à Montmorency, le Refoulons[3].

Le matériel roulant à voie normale de la CGL[modifier | modifier le code]

La CGL comprend rapidement après la Première Guerre mondiale qu'il est impossible de continuer à exploiter les chemins de fer comme avant 1914. Par conséquent, elle choisit de moderniser la traction des trains en achetant des autorails et des locotracteurs. Il s'agit de limiter les coûts. Parmi le matériel roulant à voie normale, on trouve :

  • Sept autorails de construction "maison" sur des châssis d'anciennes voitures. Ils sont motorisés par un moteur diesel de 120-130 chevaux. Munis d'une seule cabine de conduite, il est indispensable de les tourner à chaque terminus.
  • Un autorail Renault de type ZO a été acheté par la CGL en 1949 à la Compagnie du Nord-Est. Il n'a jamais circulé semble-t-il
  • Trois locotracteurs diesel sont construits après 1945 sur des châssis de locomotives à vapeur de type 030 Cail (datant de 1879)[2].

Au niveau des locomotives à vapeur, la CGL peut compter, en plus des machines acquises avant 1914, sur des locomotives plus récentes et plus puissantes :

Enfin, après la Libération, la CGL récupère trois 030T du War Department[4].

Au niveau du matériel remorqué, la CGL utilise sur les quatre lignes à voie normale qu'elle exploite à partir de 1930 le matériel d'origine des réseaux et des voitures de chemin de fer acquises en 1924 auprès de la Compagnie des chemins de fer du Nord. Ces voitures sont peu employées jusqu'en 1940, date à laquelle la pénurie d'essence oblige la CGL à remettre en service des locomotives à vapeur. Après la Deuxième Guerre mondiale, la CGL continue d'utiliser des voitures comme remorque d'autorail les jours d'affluence[5].

L'atelier de Lumbres[modifier | modifier le code]

Il ne reste plus grand-chose de la compagnie à Lumbres, si ce n'est ce pont de la ligne en direction de Calais, aujourd'hui transformée en piste cyclable...
La compagnie construisit des autorails et des locotracteurs, tels celui-ci, préservé par le Chemin de fer de la baie de Somme

La compagnie aménagera son atelier principal à Lumbres, au croisement de sa ligne historique à voie métrique d'Anvin à Calais et de la ligne à voie normale Boulogne - Saint-Omer, sur laquelle circule aujourd'hui le chemin de fer touristique de la vallée de l'Aa.

Cet atelier a construit de nombreux matériels pour les lignes exploitées par la compagnie, tel que les autorails 411 et 412, pour le chemin de fer de Hermes à Beaumont ou les locotracteurs 351 et 352, qui se trouvent aujourd'hui sur le chemin de fer de la baie de Somme, ainsi que les locotracteurs LT 10 à 12 des VFL, construits sur des châssis de 030 VFL, et deux locotracteurs de 300 Ch à deux moteurs Willeme, les LT 20 et 21, construits sur des châssis de 030 d'origine PO. le LT 11 est conservé à Sabres (Landes).

Évolutions[modifier | modifier le code]

La compagnie devient Compagnie Générale d'Entreprises Ferroviaires et Routières en 1954[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lettre adressée par la compagnie au Préfet de Seine-et-Oise du 30 juin 1919, reproduite dans le livre de Claude Wagner, Les petits trains et les tramways du Val-d'Oise - Du XIXe siècle aux années 2000, Ed. du Valhermeil, (ISBN 2-905684-57-7), p. 127
  2. a et b Aurélien Prévot, « La traction diesel sur le chemin de fer d’Achiet à Bapaume », Ferrovissime, no 31, octobre 2010, Auray, LR Presse, pages 38-45.
  3. Henri Domengie & José Banaudo, Les petits trains de jadis, vol. 4 : Nord de la France, éditions du Cabri, (ISBN 2-908816-29-6), p. 8-11
  4. Aurélien Prévot, « En traction vapeur, voie normale rime avec intérêt local dans le Pas-de-Calais », Ferrovissime, no 47, mars 2012, Auray, LR Presse, pages 37-39.
  5. Aurélien Prévot, « Les voitures utilisées par la CGL du Pas-de-Calais », Ferrovissime, no 32, novembre 2010, Auray, LR Presse, pages 12-15.
  6. « Compagnie Générale des VFIL », sur http://www.lrpresse.com (consulté le 22 mai 2010)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Claude Wagner, Les petits trains et les tramways du Val-d'Oise - Du XIXe siècle aux années 2000, Ed. du Valhermeil, (ISBN 2-905684-57-7), p. 127Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de cet article.
  • Henri Domengie & José Banaudo, Les petits trains de jadis, vol. 4 : Nord de la France, éditions du Cabri, (ISBN 2-908816-29-6), p. 8-11Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Aurélien Prévot, « La traction diesel sur le chemin de fer d’Achiet à Bapaume », Ferrovissime, no 31, octobre 2010, Auray, LR Presse, pages 38-45.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Aurélien Prévot, « Les voitures utilisées par la CGL du Pas-de-Calais », Ferrovissime, no 32, novembre 2010, Auray, LR Presse, pages 12-15.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Aurélien Prévot, « En traction vapeur, voie normale rime avec intérêt local dans le Pas-de-Calais », Ferrovissime, no 47, mars 2012, Auray, LR Presse, pages 37-39.Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]