Ligne de Saint-Roch à Frévent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Saint-Roch à Frévent
Image illustrative de l’article Ligne de Saint-Roch à Frévent
La gare de Bouquemaison.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Amiens, Canaples, Doullens, Frévent
Concessionnaires Frévent à Gamaches (1869 – 1883)
Banque franco-autrichienne-hongroise (1873 – 1874)
Nord (1874 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 305 000
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Fret
Schéma de la ligne

La ligne de Saint-Roch à Frévent est une ligne de chemin de fer non électrifiée à voie unique qui relie la gare de Saint-Roch (Somme) à celle de Frévent sur la ligne de Fives à Abbeville. Elle est déposée sur une partie de son parcours, entre Frévent et Doullens.

Elle constitue la ligne no 305 000[1] du réseau ferré national.

Historique[modifier | modifier le code]

La section de Canaples à Bouquemaison, partie d'un itinéraire « de la limite du Pas-de-Calais à Gamaches, par Doullens et Airaines », est déclarée d'utilité publique, au titre de l'intérêt local, par un décret impérial le 15 mai 1869. Ce même décret approuve la convention signée le 14 janvier 1869, entre le conseil général de la Somme et Messieurs Gautray, Abt et Gustave Delahante pour la concession de cette ligne[2].

La section de Frévent à Bouquemaison est déclarée d'utilité publique, au titre de l'intérêt local, par un décret le 8 octobre 1873. Ce même décret approuve la convention signée 23 novembre 1872, entre le conseil général du Pas-de-Calais et la Banque franco-autrichienne-hongroise pour la concession de cette ligne[3].

La section de Doullens à Bouquemaison est rachetée par la Compagnie des chemins de fer du Nord à la Compagnie du chemin de fer de Frévent à Gamaches, par une convention signée le 12 mai 1874. Cette convention est approuvée par un décret le 19 juin 1875[4]. La section de Frévent à Bouquemaison est rachetée par la Compagnie des chemins de fer du Nord à la Banque franco-autrichienne-hongroise, par une convention signée le 5 mars 1874. Cette convention est approuvée par un décret le 19 juin 1875[5].

La section de Canaples à Amiens est déclarée d'utilité publique, au titre de l'intérêt local, par un décret le 19 juin 1875. Ce même décret approuve les conventions signée le 12 novembre 1873, entre le conseil général du Pas-de-Calais et la Compagnie du chemin de fer de Frévent à Gamaches pour la concession de cette ligne, et le 12 mai 1874 entre la compagnie précité et la Compagnie des chemins de fer du Nord pour le transfert de la concession[6].

Dans le cadre de leur reclassement dans le réseau d'intérêt général, les sections de « Frévent à Bouquemaison », de « Bouquemaison à Doullens » et de « Canaples à Amiens » sont concédées à la Compagnie des chemins de fer du Nord selon les termes d'une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie, le 5 juin 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant qui reclasse ces sections dans le réseau d'intérêt général[7].

La Société nationale des chemins de fer français (SNCF) ferme la ligne aux voyageurs le 7 novembre 1938 (cependant, elle est temporairement rouverte durant la Seconde Guerre mondiale), mais reste néanmoins ouverte au service de fret[8].

La voie a été déposée, durant les années 1960 et 1970, sur une partie du parcours (de Frévent à Doullens)[9].

Le 4 juin 1991, des essais de traction d'une lourde rame de 26 wagons-trémie (chargés de ballast) par deux UM 3 — une en tête de train, une en queue — de BB 62400 ont lieu sur la section de Saint-Roch à Doullens, dont le profil en long est similaire à celui de la LGV Nord où cette composition de 2 200 tonnes allait circuler dans le cadre de la construction de cette dernière ligne[10].

Description[modifier | modifier le code]

Tracé et parcours[modifier | modifier le code]

La ligne se débranche de la ligne de Saint-Roch à Darnétal-Bifurcation en gare de Saint-Roch (Somme), qui est également située sur la ligne de Longueau à Boulogne-Ville. Elle rencontre la ligne de Canaples à Longroy - Gamaches en gare de Canaples, puis la ligne de Doullens à Arras en gare de Doullens. Elle se termine en gare de Frévent, sur la ligne de Fives à Abbeville[11].

Tout au long de son parcours, elle est marquée par de fortes déclivités (de l'ordre de 16 pour mille)[10].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Superstructure[modifier | modifier le code]

Exploitation[modifier | modifier le code]

La ligne subsiste de Saint-Roch à Doullens, où elle n'est exploitée en trafic fret que sur ses dix premiers kilomètres (notamment pour la desserte de l'« Espace Industriel Nord » d'Amiens)[8],[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fascicule Gares et lignes du nord, édité par le COPEF (Cercle Ouest Parisien d'Études Ferroviaires) en 1985.
  2. « N° 17033 - Décret impérial qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer d'intérêt local de la limite du Pas-de-Calais à Gamaches, par Doullens et Airaines : 15 mai 1869 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 28, no 1728,‎ , p. 29 - 46.
  3. « N° 3012 - Décret qui déclare d'utilité publique l'établissement, dans le département du Pas-de-Calais, des chemins de fer d'intérêt local d'Arras à la limite du département de la Somme, vers Doullens, et de Frévent à Bouquemaison : 8 octobre 1873 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 8, no 200,‎ , p. 701 - 719 (lire en ligne).
  4. « N° 4264 - Décret qui autorise la cession à la Compagnie du chemin de fer du Nord de la section du chemin de fer d'intérêt local de Bouquemaison sur Gamaches comprise entre l'extrémité de la station de Doullens et la limite du département du Pas-de-Calais : 19 juin 1875 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 10, no 259,‎ , p. 782 - 783 (lire en ligne).
  5. « N° 4265 - Décret qui autorise la cession à la Compagnie du chemin de fer du Nord des chemins de fer d'intérêt local d'Arras à la limite du département de la Somme et de Frévent à Bouquemaison : 19 juin 1875 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 10, no 259,‎ , p. 783 - 784 (lire en ligne).
  6. « N° 4502 - Décret qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer d'intérêt local de Canaples à Amiens : 19 juin 1875 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 11, no 269,‎ , p. 397 - 415 (lire en ligne).
  7. « N° 14214 - Loi qui approuve la convention passée le 5 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de du Nord : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 333 - 339 (lire en ligne).
  8. a et b « AMIENS - CANAPLES », sur le site de BLAISE PICHON, (consulté le 20 mars 2018) ; cette page est une archive.
  9. « DOULLENS - FREVENT (62) », sur le site de BLAISE PICHON, (consulté le 20 mars 2018) ; cette page est une archive.
  10. a et b Maurice Testu, « essais des 62400 sur un train de ballast Amiens - Doullens le 4 juin 1991 », sur youtube.com, (consulté le 18 août 2015).
  11. a et b Voir le schéma de la ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]