Tramway de Limoges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ancien réseau
Tramway de Limoges
Image illustrative de l’article Tramway de Limoges

Situation Drapeau : France Limoges et sa banlieue
Type Tramway électrique
Entrée en service 1897
Fin de service 1951
Longueur du réseau 20 km
Lignes 6
Écartement des rails métrique
Exploitant Compagnie des Tramways Électriques de Limoges (CTEL)
Vitesse maximale 20 km/h
Réseaux connexes Chemins de fer Départementaux de la Haute-Vienne

La Compagnie des Tramways Électriques de Limoges (CTEL), a exploité un réseau de tramway desservant la ville de Limoges du 6 juin 1897 au 2 mars 1951 et remplacé à partir du 13 juillet 1943 par des trolleybus. Les tramways cesseront définitivement de circuler dans les rues de Limoges le 2 mars 1951.

Histoire[modifier | modifier le code]

Naissance et développement du réseau[modifier | modifier le code]

Les premiers projets de système de transport verront le jour en 1883. L'objectif est de résoudre le problème des dessertes publiques de la capitale Limousine. À la fin de XIXe siècle, Limoges est une ville en plein essor industriel comptant près de 75 000 habitants.

C'est en 1894 que la municipalité limougeaude décide d'opter pour la création de cinq lignes de tramways électriques formant un réseau d'une longueur totale de 12,6 km.

Compagnie des Tramways Électriques de Limoges[modifier | modifier le code]

Tramway au Carrefour Tourny
Vue du même carrefour, mais dans le sens opposé. Noter l'évitement sur la voie unique du cliché, à droite du cliché
Motrice no 13, place Denis Dussoubs
Tramway électrique, derrière les Jardins de l'Hôtel-de-Ville

Cette compagnie est formée le 5 janvier 1897 par Ennemond Faye et Alexandre Grammont[1] qui ont reçu la concession d'un réseau de tramway le 17 février 1897[2]. Elle se substitue à ces derniers. Le siège de la compagnie est à Lyon.

Le 9 mars suivant[3] le réseau est déclaré d'utilité publique.

Les travaux de construction sont rapidement menés. La nouvelle Compagnie des Tramways Électriques de Limoges (CTEL), inaugure les lignes aux dates suivantes:

  • le 6 juin 1897, les lignes 2 et 5,
  • le 22 juin, la ligne 3, la ligne 1,
  • le 7 juillet, la ligne 1,
  • le 1er septembre, la ligne 4,

En 1898, la C.T.E.L. transporte 4 millions de voyageurs. Le réseau est équipé de motrices électriques Grammont.

En 1902, des extensions sont réalisées:

  • la ligne 1, entre le Pont Neuf et la Route de Lyon
  • la ligne 4, entre la Place Jourdan et le Faubourg des Casseaux,

En 1903, le réseau atteint la longueur de 17,8 km.

En 1927, le réseau est usé. Les tramways sont alors révisés, les voies remises en état, les fréquences aménagées et certaines lignes prolongées.

En 1928 avec l'ouverture de 2 nouveaux tronçons[4] sur les lignes 4 (de la Route de Poitiers à l'Avenue Labussière) et 5 (de l'École Normale d'Institutrices à l'Ancienne Route d'Aixe), le réseau atteint son expansion maximum, avec 20 kilomètres de voies et 6 lignes :

  • Ligne 1 : Place Sadi-CarnotRoute de Lyon ;
  • Ligne 2 : Place Sadi-CarnotOctroi de l'avenue Baudin ;
  • Ligne 3 : Place Sadi-CarnotCimetière de Louyat ;
  • Ligne 4 : Avenue LabussièreFaubourg des Casseaux ;
  • Ligne 5 : Gare des BénédictinsAncienne Route d'Aixe ;
  • Ligne 6 : Route d'AmbazacFaubourg d'Angoulême.

Compagnie des Tramways Électriques de la Haute Vienne[modifier | modifier le code]

MM. Laroudie et Rougerie reçoivent le 29 septembre 1899[5] la concession d'un tramway entre Limoges (Clos Moreau) et Aixe-sur-Vienne (route de Bordeaux). Ils se désistent et la ligne est affermée avec son matériel par décret du 29 août 1906 à la compagnie CTEL. La ligne ouvre le 20 janvier 1908. En 1911, elle est attribuée à la compagnie des Chemins de fer Départementaux de la Haute-Vienne (CDHV) et intégrée à la ligne 1 de son réseau, le 1er janvier 1912.

Chemins de fer Départementaux de la Haute-Vienne[modifier | modifier le code]

Entre 1908 et 1949 les lignes des Chemins de fer Départementaux de la Haute-Vienne (CDHV), complétaient le réseau urbain par un ensemble de 345 km de longueur.

Les tramways de la compagnie des CDHV permettaient ainsi une desserte cadencée de la banlieue de Limoges. Un tramway partait toutes les 20 minutes du Champ de foire à Limoges pour relier Aixe-sur-Vienne, entre 5 heures du matin et 21h00 le soir. Ce réseau disparait en 1949.

Il subsiste un tronçon, dans le village martyr d'Oradour-sur-Glane, resté en l'état après le massacre du 10 juin 1944.

Évolution du réseau de tramways à Limoges[modifier | modifier le code]

En , après avoir visité le réseau des trolleybus de Liège en Belgique, la Municipalité de l'époque, conduite par Léon Betoulle, est convaincue que la meilleure solution pour les transports en commun est ce mode de transport. Elle opte alors pour un nouveau contrat avec la Compagnie des tramways qui prévoit la transformation du réseau urbain en trolleybus. Cette modernisation décidée avant la Seconde Guerre mondiale est retardée par le conflit… mais pas abandonnée[6].

Le réseau actuel de trolleybus reprend la numérotation des anciennes lignes de tramways. Seule la ligne 3 est transformée par fusion avec la [[Ligne 2 du trolleybus de Limoges|2]] de la STCL.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

On distingue clairement sur cette carte postale de la Place Denis Dussoubs l'implantation des voies qui s'y croisent

Exploitation[modifier | modifier le code]

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Motrice en 1940
  • no 1 à 25 : motrices à 2 essieux construites par Grammont, livrées en 1897
    • Longueur : 7,50 m
    • Largeur : 2 m
    • Masse à vide : 8,3 t
    • Capacité de transport : 40 personnes
  • no 26 à 28 : motrices à 2 essieux construites par Grammont, livrées en 1903
  • no 29 : motrice à 2 essieux construites par Grammont, livrée en 1897, équipée d'une citerne pour arroser les rues
  • no 30 à 35 : motrices à 2 essieux construites par Soulé en 1907, acquise en 1912, livrées à l'origine à la Compagnie du tramway Limoges - Aixe sur Vienne
    • Longueur : 8,10 m
    • Largeur : 2 m
    • Masse à vide : 9,5 t
    • Puissance: 2 X 45 cv, moteurs TH7
    • Capacité de transport : 48 personnes
  • 21 remorques à 2 essieux à plates-formes ouvertes

Matériels et installations préservés[modifier | modifier le code]

Aucun véhicule n'est préservé

L'avenir du tramway[modifier | modifier le code]

Lors des élections municipales de 2008, la liste MoDem de Jean-Jacques Bélézy proposa un retour dans la capitale limousine du tramway. Mais la réélection d'Alain Rodet qui s'était opposé à ce projet semble reporter l'idée d'un retour de ce mode de transport à plusieurs années, et même le rendre plus qu'hypothétique, tant l'idée d'un tramway reste marginale.

La campagne des élections municipales de 2014 n'a pas vu le tramway être évoqué. L'hypothèse a néanmoins été réitérée par une association citoyenne limougeaude, entre autres propositions pour les transports urbains[7].

Un projet de tram-train employant les voies de l'étoile ferroviaire de Limoges est régulièrement remis à l'ordre du jour. Dans sa version la plus récente, et dans l'optique d'une parfaite complémentarité avec les autres modes de transport territoriaux, il envisage un réseau final d'environ 400 km de voies permettant de desservir à la fois l'agglomération et l'ensemble des communes dans un rayon d'une soixantaine de kilomètres autour de Limoges, soit un bassin de population de 435 000 personnes.

Projet ambitieux mais accessible du fait de la pré-existence du réseau, il permettrait par la création d'une vingtaine de stations, d'offrir une toute nouvelle strate de transport urbain complémentaire du réseau TCL[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Courant, Le Temps des tramways,1982, éditions du Cabri (ISBN 290331022X)
  • Michel Sorbier, la compagnie des tramways électriques de Limoges, revue Chemins de fer secondaires, 1966-IV FACS

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]