Tramway de Vichy à Cusset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tramway de Vichy à Cusset
Image illustrative de l’article Tramway de Vichy à Cusset
Cusset Tramway Mékarski devant le grand café du square

Situation Drapeau : France - Allier
Type Tramway
Entrée en service 1895
Fin de service 1927
Longueur du réseau 3903 m
Lignes 1
Écartement des rails métrique
Propriétaire Commune de Cusset
Exploitant SA du Tramway de Vichy à Cusset

Le tramway de Vichy à Cusset est un ancien tramway à air comprimé exploité entre les villes mitoyennes de Vichy et Cusset dans le département français de l'Allier. Ce tramway fonctionna du 15 décembre 1895 au 31 mars 1927 et était exploité par la Société anonyme du Tramway de Vichy à Cusset.

Il ne doit pas être confondu avec la ligne ferroviaire de Cusset à Lavoine-Laprugne de la société des Chemins de fer du Centre dont la section Vichy - Cusset fonctionna entre 1912 et 1949.

Historique[modifier | modifier le code]

Dans les années 1870 apparaît le besoin d'améliorer l'offre de transport en commun assurée alors par des omnibus pour relier Vichy et Cusset, sa commune limitrophe, et plusieurs projets de tramways à vapeur sont étudiés sans succès, compte tenu de l'opposition due à la pollution produite par ce type d'engin à l'époque. Le projet de tramway à air comprimé proposé par M. Lapeyre, ingénieur civil parisien, a plus de succès.

Il obtient le 26 avril 1894 la concession pour 50 ans d'une ligne de tramway reliant les deux villes, et transfére ses droits à la Société anonyme du Tramway de Vichy à Cusset[1] qu'il crée avec Hildevert-Pierre Hersent le 28 avril 1898[2]. La ligne est déclarée d'utilité publique le 12 janvier 1895[3]. Cette ligne est destinée au transport des voyageurs ainsi que de leurs bagages et à de la messagerie, c'est-à-dire le transport de petits colis[4].

Le service commercial débute le 15 décembre 1895[5].

Une électrification de la ligne est envisagée dès 1912 afin de permettre l'extension de la ligne et l'amélioration des fréquences[6].

Avec la baisse du trafic due à la Première Guerre mondiale, qui entraîne une baisse du trafic thermal et d'importantes difficultés d'approvisionnement en charbon (une seule des six motrices circule sur la ligne en 1917), puis avec la concurrence croissante de l'automobile (le trafic, qui était encore de 1 296 800 voyageurs en 1922, s'abaisse à 850 000 voyageurs en 1926), l'exploitation est de plus en plus difficile et le déficit croît.

Les concessionnaires demandent le 7 février 1925 la transformation de la ligne afin de l'exploiter en traction électrique ou par motrices à essence, ou son remplacement par des autobus. La ville de Vichy s'oppose à l'électrification, mais la voie nécessitant d'importants travaux de réfection et le matériel roulant étant obsolète, le concédant décide alors d'abandonner le tramway et les motrices Mékarski sont remplacées par des autobus fournis par De Dion[7].

Il semble que la société ait rejoint le groupe de la société générale des transports départementaux (SGTD), puisque Eugène Paris, administrateur délégué de la SGTD avait également cette qualité pour la société du Tramway en 1927 et lors du déclassement de la ligne en 1928[2].

La ligne est déclassée le 24 mars 1927[8],[9] ; elle est fermée au trafic voyageurs le 1er avril[5]. Le nouveau réseau de bus sera exploité, de 1927 à 1946, par la compagnie du tramway[6].

Infrastructure[modifier | modifier le code]

D'une longueur de 3 903 mètres, la ligne était à voie métrique et utilisait des rails de type Marsillon, une voie constituée de rails et contre-rails boulonnés entre eux, entre lesquels se place le boudin de la roue du tramway et posés sur des traverses de chêne et du ballast de l'Allier.

Elle débutait au cours Lafayette à Cusset, contournait par le nord le centre-ville en suivant le cours Lafayette, le cours Annet-Arloing, le cours de Tracy et la place du Centenaire de la République, puis la rue de la République, la route nationale 106 (du pont du Sichon à l'avenue de Lyon), sur laquelle elle entrait à Vichy, passait sous les voies de la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Darsac, desservait la gare de Vichy et poursuivait jusqu'à l’église Saint-Louis où se trouvait le terminus[5],[10].

Évitements[modifier | modifier le code]

La ligne étant à voie unique, trois évitements étaient aménagés cours Tracy, près de l'usine à gaz et à la gare de Vichy pour permettre le croisement des rames, plus un à chaque terminus.

Une boucle terminale était installée au début de l'exploitation au terminus de l'église Saint-Louis, remplacée ultérieurement par une plaque tournante. Une autre plaque tournante était installée au terminus de Cusset[10].

Dépôt[modifier | modifier le code]

Le dépôt pour les tramways était aménagé dans le premier tiers de la ligne, aux Darcins, près du confluent entre le Sichon et le Jolan, dans une ancienne papeterie dont il réutilisait les turbines au fil de l'eau du Sichon. La compagnie installa de plus deux machines à vapeur de 120 ch qui actionnent des compresseurs Thirion, afin de fournir l'air comprimé à 80 bars qui actionnait les automotrices Mékarski ; ces automotrices pouvaient recharger, en une vingtaine de minutes, leur réservoir au dépôt et au terminus de Cusset alimenté par une canalisation[10].

Le dépôt disposait de 5 voies et d'une plaque tournante permettant de retourner les automotrices.

Exploitation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Véhicule à air comprimé.

Le tramway de Vichy à Cusset a été le troisième (après Nantes et Paris)[11]. et l'un des onze réseaux français de tramways à fonctionner avec des véhicules à air comprimé, avec notamment le tramway de Nantes, les tramways parisiens de la Compagnie générale des omnibus, des chemins de fer nogentais ou de la compagnie des tramways nord de Paris, le tramway d'Aix-les-Bains, le tramway de La Rochelle et le tramway de Saint-Quentin.

Les départs avaient lieu toutes les 20 à 30 minutes de 5 heures du matin (plus tard 8 h 30) à 20 h 30 (minuit en saison) pour un trajet de 15 minutes[12].

Des cartes ouvrières sont créées par la compagnie avec un tarif réduit pour faciliter le déplacement des salariés entre les deux villes[13].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Vichy, avenue de la Gare en 1903, tramway et sa remorque

La traction est mécanique, mais sans fumées, ni vapeur : système Mékarski à air comprimé.

Le parc était constitué de :

  • six automotrices à air comprimé de 10 tonnes, transportant 40 voyageurs, disposant de réservoirs de 530 kg d'air comprimé ;
  • cinq remorques de 3 tonnes, de 32 places assises et 18 voyageurs debout
  • un fourgon à bagages, peu utilisé[7],[10].

Vestiges et matériels préservés[modifier | modifier le code]

Le site du dépôt, méconnaissable, reste utilisé par les services techniques de la ville de Cusset[10]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décret du 28 janvier 1903 substituant à M. Lapeyre la Société anonyme du tramway de Vichy-Cussel comme rétrocessionnaire de la ligne du tramway de Vichy - Cusset », Bulletin des lois de la République française, no 2454,‎ , p. 1738-1739 (lire en ligne).
  2. a et b Annuaire des Chemins de fer et des Tramways (ancien Marchal) : Édition des réseaux français, Paris, , 43e éd., 1334 p., p. 862
  3. « Décret du 12 janvier 1895, qui déclare d'utilité publique l’Établissement, dans le département de l'Allier d'une Ligne de Tramway entre Vichy et Cussel (avec le cahier des charges de la concession et la convention entre la ville de Cusset et M. Lapeyre) », Bulletin des lois de la République française, no 1689,‎ , p. 568-578 (lire en ligne).
  4. Article 1er du cahier des charges de la concession.
  5. a, b et c « Ligne Vichy-Cusset », Requêtes géographiques: section de ligne élémentaire, Massif Central Ferroviaire: Inventaire (consulté le 9 janvier 2015)
  6. a et b « III - Disparition en 1927 et remplacement par un service d'autobus », sur http://www.ville-cusset.com (consulté le 10 janvier 2015)
  7. a et b « Vichy - Cusset », Les transports et la carte postale, sur http://www.amtuir.org (consulté le 9 janvier 2015)
  8. « Tramway de Vichy à Cusset. — Projet de déclassement. — Avis à émettre par le Conseil général », Rapports et délibérations - Allier, Conseil général,‎ , p. 82, 535 (lire en ligne).
  9. « Décret du 7 avril 1928, portant déclassement du tramway de Vichy à Cusset, et approuvant », Journal officiel de la République française,‎ , p. 4279 (lire en ligne).
  10. a, b, c, d et e Marc André Dubout, « Baguenaude sur les lignes de chemin de fer Cusset — Vichy (Allier) », sur http://marc-andre-dubout.org, (consulté le 10 janvier 2015)
  11. Fabienne Texier, Vichy il y a 100 ans : en cartes postales anciennes, éditions Patrimoines médias,
  12. E. Mauve, art. cit. en bibliographie.
  13. « III - UN TRAMWAY VICHY-CUSSET en 1895 : POURQUOI ? », sur http://www.ville-cusset.com (consulté le 10 janvier 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • E. Mauve, « L'agglomération vichissoise : Essai de géographie urbaine », Revue de géographie alpine, vol. 24, no 4,‎ , p. 861-924 (lire en ligne).
  • André Jacquot, Les Tramways du département de l'Alliers – Revue de la FACS n° 126 – 1974-VI