Tramway de Versailles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Motrice en état d'origine à la gare des Chantiers.

Les Tramways de Versailles ou Tramways Versaillais sont un ancien réseau de tramway à voie normale qui desservit la ville de Versailles dans le département de la Seine-et-Oise (France) de 1876 à 1957.

Le réseau[modifier | modifier le code]

Affiche publicitaire du PO présentant Versailles et son tramway électrique.
Motrice circulant rue Royale, au début du XXe siècle.
Motrice de la ligne A, à Glatigny, vers 1910.
Le réseau en 1914.
Le réseau en 1950.

Les premières lignes, à traction hippomobile, firent l'objet d'une concession de 40 ans au bénéfice d'Émile et Léon Francq[1] et ouvrirent en 1876. Elles reliaient :

  • le square Duplessis à Grandchamp ;
  • la gare Rive-Droite au Sénat (Opéra du château) ;
  • la gare Rive-Gauche à la Chambre des Députés (Aile du Midi du château).

La première modernisation fut l'ouverture le 20 novembre 1889 d'une ligne de tramway à vapeur reliant Saint-Cyr-l'École à Versailles.

La deuxième modernisation vint en octobre 1895, lors de la reprise du réseau par la Société Versaillaise de Tramways électriques (SVTE) qui électrifia le réseau et commanda 29 motrices électriques aux ateliers Postel-Vinay[2].

Le réseau passa de trois à six lignes et desservait :

En 1907, la ligne C est prolongée de la gare des Chantiers jusqu'à Porchefontaine et la ligne D jusqu'à l'octroi du boulevard de la République.

En 1937, le 15 juin, la ligne G qui dessert Saint-Cyr-l'École est supprimée et remplacée par un autobus. La ligne B est réduite à une courte section entre Clagny et l'avenue de Saint-Cloud.

Le réseau semble condamné. La Seconde Guerre mondiale éclate le 3 septembre 1939 et le tramway devient le seul moyen de transport. La ligne B est remise en service le 1er juillet 1942, avec repose des rails sur l'avenue de Saint-Cloud, jusqu'au rond-point de Montreuil.

Deux sections sont abandonnées le 3 septembre 1939, Clagny - square Jean-Houdon sur la ligne B et boulevard de la Reine - Trianon sur la ligne E. Cette dernière section sera remise en service en 1947, le 1er mai.

Pendant les années 1950, le réseau est formé des lignes A, B, C et E. Le réseau ferme le 3 mars 1957, à la suite des choix politiques de l'époque. Ce jour-là, est organisée une grande cérémonie regroupant 200 000 habitants, présidée par le maire de Versailles en présence de Maurice Chevalier, pour le baptême des autobus de remplacement.

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Motrice Postel-Vinay square Jean Houdon.
Motrices Postel-Vinay nos 15 et 19 devant le marché.

Le matériel comprenait :

  • 29 motrices électriques Postel-Vinay (1896)[4] nos 1 à 29 ; les motrices, peintes en jaune et blanc avec les plates-formes d'extrémité ouvertes, étaient conduites par un wattman tandis qu'un receveur se chargeait des tickets, de la perche et des aiguillages ; elles furent modernisées après la Première Guerre mondiale avec la fermeture des plates-formes et le remplacement des moteurs par un plus puissant ;
  • 2 motrices Carde à impériale (1908) ), nos 51 à 52 ;
  • 4 motrices grande capacité (1927), nos 53 à 56, capables de recevoir 55 passagers assis ;
  • 1 motrice Satramo moderne (1930), no 57 ;
  • 4 remorques à essieux, ouvertes, construites en 1923, classées A à D ;
  • 5 remorques à bogies, fermées, construites en 1923, classées A à E (anciennes voitures du tramway Versailles - Saint-Cyr) ;
  • 1 remorque à essieux, fermée, construite en 1923, classée F (ancienne voiture du tramway Versailles - Saint-Cyr).

Matériel transformé[modifier | modifier le code]

Le matériel transformé comprenait :

  • 9 motrices Postel-Vinay (transformation en 1922), renumérotées 1 à 9 ;
  • 11 motrices Postel-Vinay (transformation en 1933), renumérotées 10 à 20 ;
  • 4 remorques à essieux ouvertes, construites en 1923, classées A à D ;
  • 2 remorques à bogies fermées, construites en 1923, classées E à F (reconstruction d'anciennes voitures du tramway Versailles - Saint-Cyr).

Les tramways furent repeints dans les années 1940 en livrée bleu (sous la ceinture de caisse) et gris clair (au-dessus).

Préservation[modifier | modifier le code]

Un tramway préservé par l'AMTUIR.

Le matériel préservé comprend :

  • une motrice Postel-Vinay (transformation en 1922), no 1, préservée par l'AMTUIR ;
  • une motrice Postel-Vinay (transformation en 1933), no 19, préservée par la Société Versaillaise de Transports Urbains.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décret du 20 mai 1876 qui approuve le traité entre la ville de Versailles et les sieurs Francq, pour l'établissement et l'exploitation d'un réseau de voies ferrées à traction de chevaux dans ladite ville », Annales des ponts et chaussées, vol. VII, no 149,‎ 1877, p. 484-492 (lire en ligne)
  2. Jean Lambert-Dansette, Histoire de l'entreprise et des chefs d'entreprise en France : L'entreprise entre deux siècles (1880-1914), t. 5, Paris, éditions l'Harmattan,‎ 2009, 634 p. (ISBN 978-2-296-09302-7, lire en ligne), p. 337
  3. Lettre G utilisée après 1924
  4. 9 d'entre elles sont transformées en 1922 et renumérotées 1 à 9.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Robert, Histoire des transports dans les villes de France.
  • Claude Wagner, Les petits trains et les tramways des Yvelines et de l'Ouest parisien du XIXe siècle aux années 2000, Valhermeil, Saint-Ouen-l'Aumône, 1997.
  • Michel Sorbier, René Brugier, Sylvain Zalkind, Les transports à Versailles, numéro spécial n° 144, revue Chemins de fer régionaux et urbains, FACS-UNECTO, 1977.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]