Traction hippomobile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La traction hippomobile, plus rarement appelée traction chevaline ou traction équestre, est l'utilisation de chevaux comme force de traction des véhicules. Un cheval, comme tout animal à quatre pattes, peut tirer sur de longues distances un objet lourd s'il glisse (un traineau sur la neige), s'il roule (wagon par exemple) et bien plus lourd encore s'il est flottant (péniche).

Histoire[modifier | modifier le code]

Chariot tirée par un cheval (vers 1455)

La traction animale est sans doute utilisée depuis la préhistoire, et pour de charges lourdes notamment depuis l'invention de la roue (qui peut être remplacée par un traineau dans la neige).

  • Durant l'Antiquité, l'attelage se faisait au moyen d'une sangle passant devant le cou de l'animal, mais le cheval était alors étranglé par l'effort ce qui limitait sa capacité de traction. Une importante évolution technique fut donc, à partir du Xe siècle, l'invention du collier d'attelage, qui, faisant porter le point d'effort sur les épaules, permettait un bien meilleur rendement. Cela constitua une véritable révolution dans les capacités de transport à l'époque.
  • Le chariot médiéval typique est une voiture à quatre roues, avec une couverture sur arceau pour le protéger de la pluie ou du soleil le cas échéant. La forme traditionnelle des roues et châssis a peu évolué depuis l'âge du bronze et il est très probable que le pivotement de l'essieu avant soit rudimentaire. Une suspension (sur les chaînes) est présente sur certaines illustrations et comptes rendus écrits du XIVe siècle puis largement utilisé au XVe siècle[1]. Les chariots ont été largement utilisés par l'aristocratie (dont pour transporter les femmes), et pourraient avoir parfois été minutieusement décorés puis dorés. Ces voitures étaient souvent à quatre roues et tirées par un attelage de 2 à 4 chevaux. Le Bois et le fer en sont les principaux matériaux ainsi que parfois le cuir brut.
  • Un autre progrès fut l'établissement des relais de poste, où les diligences pouvaient remplacer, à intervalles réguliers, leurs chevaux fatigués par des chevaux frais. Cela leur permit d'assurer une vitesse moyenne allant jusqu'à 120 kilomètres par jour. Ce mode de transport connut son apogée vers 1850, mais les Romains l'utilisaient déjà sur certaines voies romaines.
  • Les routes furent longtemps (voir l'histoire du pavage des routes) en terre, et peu utilisables l'hiver par temps pluvieux, le transport par la voie d'eau fut donc développé parallèlement quand il était possible, permettant de faire tirer une charge importante (péniche de 30 à 40 m parfois) par un même animal.

Avant la révolution industrielle la traction hippomobile a été largement utilisée, dans tous les domaines:

  • pour les activités militaires (et ils paieront un lourd tribu à la Première Guerre mondiale[2])
  • pour l'agriculture
  • pour les transports (transport de personnes, de marchandises, de matériel militaire, la traction de l'artillerie, etc).

Au début de la révolution industrielle, le cheval est encore très présent, par exemple pour les omnibus (transportant dizaine de passagers à environ 8 à 9 km/h[3]), la traction hippomobile sur rail et sur chemins de halage, ainsi que dans les transports publics urbains (parisiens notamment[4],[5]), puis très rapidement, l'invention du moteur et de l'automobile rend les solutions hippomobiles apparemment caduques.

De nos jours, ce mode de traction a fortement régressé dans les pays dits « développés » où son utilisation principale se cantonne aux loisirs, au tourisme, au sport et à certaines courses hippiques ou à la reproduction de moyens ancien de transport. Elle est cependant encore beaucoup utilisée dans le tiers monde, y compris en ville dont par exemple au Sénégal où l'on comptait encore environ 434 000 chevaux en 1993 (dont près de 80% dans le bassin arachidier)[6],[7].

Elle connait un regain d'intérêt dans certaines villes souhaitant se passer de véhicules motorisés pour le transport de personnes ou de biens.

Sélection et adaptations[modifier | modifier le code]

Les besoins de la traction hippomobile ont donné lieu au développement de races de « chevaux de traits » sélectionnées pour cette utilisation, avec des animaux utilisés en mer (pour collecte du goémon par exemple) ou sous terre (chevaux de mines).

Article détaillé : Cheval de trait.
La reine Élisabeth et le roi George VI du Royaume-Uni au Canada en 1939
La traction hippomobile a été parmi les plus utilisées en Agriculture
Un seul cheval tire des dizaines de tonnes sur l'eau, avec un effort modéré une fois la péniche lancée et en absence de vent contraire
La traction chevaline, là où ne prédominait pas la traction bovine, fut la principale méthode de traction jusqu'après la Seconde Guerre mondiale ; ci-dessus en 1946.

Origines[modifier | modifier le code]

Chars de combats dans l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Char (Antiquité).

Adaptations techniques[modifier | modifier le code]

Article connexe : attelage de tradition.
Article détaillé : Harnais (attelage).

Utilisation en agriculture[modifier | modifier le code]

L'utilisation des chevaux en agriculture s'est largement développée au XIXe siècle et pendant la première moitié du XXe siècle, qui ont vu le développement d'une mécanisation adaptée au cheval. Puis elle a presque complètement disparu dans les pays développés avec la motorisation (tracteurs, motoculteurs, machines automotrices…). Cela a permis d'augmenter de façon sensible la productivité de l'agriculture dans ces pays grâce à l'augmentation de puissance ainsi permise et, parallèlement, par la libération des surfaces consacrées à l'alimentation des chevaux (culture d'avoine notamment). La traction hippomobile est cependant toujours utilisée quoique marginalement pour certaines productions agricoles particulières : viticulture, maraîchage, débardage du bois.

Ce mode de traction reste vivace dans les pays du tiers monde où il est même souvent promu en raison des hausses de productivité qu'il permet par rapport au travail manuel de la terre.

Voir Traction animale

Dispositifs pouvant être tractés[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Julian Munby, ‘From Carriage to Coach: What Happened?’, in Robert Bork and Andrea Kann (eds) The art, science, and technology of medieval travel (Ashgate, 2008), pp.41–53.
  2. Bruneau R (2005) Les équidés dans la Grande Guerre. Bull. soc. fr. hist. méd. sci. vét, 4(1).
  3. Bretagnolle A (2005) Les villes dans l'espace-temps: vitesse des communications et structuration des territoires à l'échelle intra et interurbaine. Echelles et temporalités, 180-187.
  4. Bouchet, G. (1984). La traction hippomobile dans les transports publics parisiens (1855-1914). Revue historique, 125-134
  5. Ribeill G (1986) Quelques aspects de l'histoire des transports collectifs en région parisienne (1828-1942). Cahier/Groupe Réseaux, 2(4), 160-174.
  6. Ly, C., Fall, B., Camara, B., & Ndiaye, C. M. (1998). Le transport hippomobile urbain au Sénégal-situation et importance économique dans la ville de Thiès. Rev. Elév. Méd. Pays trop, 51(2), 165-172.
  7. Dehoux JP, Dieng A & Buldgen A (1996) Le cheval Mbayar dans la partie centrale du bassin arachidier Sénégalais. Animal Genetic Resources Information, 20, 35-54.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Faverot de Kerbrech, L’Art de conduire et d’atteler : autrefois, aujourd’hui, Paris, R. Chapelot et Cie, 1903
  • Joseph Jobé, Au temps des cochers, Lausanne, Edita-Lazarus, 1976
  • Jean-Louis Libourel, Voitures hippomobiles, Ed. du patrimoine, 2005
  • Vandenberghen J (1995) Les débuts de la traction hippomobile et électrique en Belgique. Soc. Nationale des Chemins de Fer Belges.

Articles connexes[modifier | modifier le code]