Tramway de Charleville-Mézières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ancien réseau
Tramway de Charleville-Mézières
image illustrative de l’article Tramway de Charleville-Mézières

Situation Charleville, Mézières, Mohon
Type Tramway
Entrée en service 1899
Fin de service 1914
Longueur du réseau 8,3 km
Lignes 3
Écartement des rails Métrique
Propriétaire Département des Ardennes

Le réseau de tramway de Charleville-Mézières est un ancien réseau de transport urbain desservant la ville de Charleville-Mézières, dans le département de Ardennes de fin 1899 au début de la Première Guerre mondiale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le réseau fut mis en service le 3 décembre 1899, mais le décret déclarant d'utilité publique ce réseau, confié à la Compagnie générale de traction[1] date du 6 janvier 1900[2]. L'exploitation civile cessa en août 1914, lors de l'invasion d'août 1914.

L'armée allemande utilisa les tronçons encore utilisables pendant le conflit, sous le nom de tramway du grand quartier général, en référence au quartier général du Kronprinz (prince héritier allemand), qui se trouvait à Charleville et à Mézières[3]. Le prix d'un trajet s'élevait alors à cinq pfennig[4].

Après l'armistice, le réseau, délabré, ne put reprendre son exploitation, d'autant que la ville de Mézières, qui avait subi d'importantes destructions, engageait la reconstruction de son centre et assurait le franchissement de la Meuse par des ponts provisoires[4].

Les conseils municipaux réfléchissaient à la reprise de l'exploitation par des autobus, et la société Auger, qui exploitait le Garage Moderne, obtint par arrêté du 3 mars 1922 l'autorisation d'exploiter un tel réseau, jusqu'au rétablissement des tramways[4].

En 1929, la Compagnie des tramways céda ses indemnités au titre des dommages de guerre aux chemins de fer départementaux des Ardennes, compagnie de chemin de fer secondaire qui exploita la ligne Mohon – Mézières (Charleville-Mézières) – Prix-lès-Mézières - Sury - This – Neuville-les-This Clavy - WarbyThin-le-MoutierSigny-l'AbbayeLalobbeLa Neuville-lès-Wasigny jusqu'en 1948. Le réseau de tramway fut déclassé en 1933, sans avoir repris son fonctionnement après la guerre[3].

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Le tramway (ligne 1) au Faubourg de Flandre

Le réseau était constitué de trois lignes :

  1. Gare de Charleville - Cimetière (Faubourg de Flandre)
  2. Gare de Charleville - Mézières (Faubourg de Pierre)
  3. Place du Moulinet (Charleville) - Passage à niveau de Mohon/Villers[3].

Exploitation[modifier | modifier le code]

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

En 1914, le réseau disposait de treize motrices et de trois remorques[3].

Principaux accidents[modifier | modifier le code]

Un grave accident, qui fit plusieurs victimes, eut lieu le 26 juin 1911, au passage à niveau de Charleville, où une locomotive haut-le-pied provenant d'Hirson percuta un tramway venant de Mézières. L'accident était dû à un mauvais respect des consignes par le garde-barrière, qui avait ouvert le passage à niveau sans mettre à l'arrêt les signaux ferroviaires qui le protégeaient[5]. Ce passage à niveau fut ensuite remplacé par un passage supérieur pour la voie ferrée, afin d'éviter le renouvellement de tels accidents[3].

Matériels et installations préservés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Compagnie générale de traction : extraits du rapport du Conseil d'administration à l'assemblée générale du 2 mai 1900 », Le Journal des transports : revue internationale des chemins de fer et de la navigation, vol. 23, no 20,‎ , p. 355-357 (lire en ligne)
  2. « Décret qui déclare d'utilité publique l'établissement, dans le département des Ardennes, d'un réseau de tramways entre Charleville, Mézières et Mohon (ainsi que la convention de concession et le cahier des charges) », Bulletin des lois de la République française, vol. 2182,‎ , p. 482-507 (lire en ligne)
  3. a, b, c, d et e Pascal Dumont et Olivier Geerinck, op. cit. en bibliographie
  4. a, b et c René Courant, op. cit. en bibliographie
  5. Le Petit Ardennais des 27 et 28 juin 1911, cité par « Images de Charleville vers 1900 à travers quelques cartes postales : L'accident au passage à niveau des Allées, 26 juin 1911. », sur http://www.cndp.fr (consulté le 11 décembre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Courant, Le temps des tramways, Menton, Éditions du Cabri, coll. « Encyclopédie des chemins de fer », , 192 p. (ISBN 2-903310-22-X), p. 38
  • Pascal Dumont et Olivier Geerinck, Sur les rails d'Ardennes et de Gaume, Breil-sur-Roya, Édition De Borée, coll. « Arts, Savoir-faire & Traditions », , 175 p. (ISBN 2-914603-14-2, présentation en ligne, lire en ligne), p. 166
  • [PDF] Gérald Dardart, « Histoire des transports urbains : Le tramway des « trois villes » », Carolo mag', no 150,‎ , p. 26-27 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]