Ligne de Dunkerque-Locale à Bray-Dunes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Dunkerque-Locale à Bray-Dunes
⇒ Voir la carte de la ligne. ⇐
Carte de la ligne
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Dunkerque, Rosendaël, Bray-Dunes
Historique
Mise en service 1870
Fermeture 1992 – 2002
Concessionnaires Cie Dunkerque à Furnes (1863 – 1879)
État (non concédée) (1879 – 1883)
Nord (1883 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (à partir de 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 300 000
Longueur 17 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Fret

La ligne de Dunkerque-Locale à Bray-Dunes est une ligne ferroviaire française qui relie la gare de Dunkerque, sur la ligne d'Arras à Dunkerque-Locale, à la frontière franco-belge, prolongée par la ligne 73. Avant que le trafic voyageurs ne cesse, la ligne permettait de relier Dunkerque à La Panne.

Elle constitue la ligne 300 000[1] du réseau ferré national.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 26 avril 1862, un décret impérial prescrit la mise en adjudication de la concession d'un chemin de fer de Dunkerque à la frontière belge vers Furnes[2].

Cette ligne a été concédée au sieur Petyt, banquier à Dunkerque par adjudication le 16 juin 1862. Cette adjudication est approuvée par décret impérial le 23 mai 1863[3],[4]. La concession a été rétrocédée à la Compagnie du chemin de fer de Dunkerque à Furnes[5] créée pour la circonstance.

Le raccordement au niveau de la frontière est défini par une convention internationale signée le 25 novembre 1869 entre l'Empire Français et le Royaume de Belgique. Cette convention est promulguée par un décret impérial le 12 janvier 1870[6].

La ligne a été ouverte à l'exploitation le 10 février 1870[7] après plusieurs prolongations du délai de réalisation. Il avait été établi une gare provisoire sur un terrain militaire de Dunkerque, à l'est du port, sans jonction avec le chemin de fer du Nord. C'est en 1874 que cette ligne fut raccordée au réseau du nord et que la gare provisoire fut abandonnée. La section comprise entre le nouveau raccordement et la gare provisoire a été déclassée le 22 octobre 1877[8].

En 1879, la compagnie concessionnaire en règlement judiciaire a été reprise par l'État (loi du 27 juillet 1880)[9]. La ligne est cédée par l'État à Compagnie des chemins de fer du Nord selon les termes d'une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 5 juin 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[10]. Elle a été transférée à la SNCF le 1er janvier 1938 dans le cadre de la nationalisation puis à RFF en 1997.

En 2014, une voie verte est créée à partir d'un passage à niveau situé à Dunkerque jusqu'à la gare de Leffrinckoucke.

Il est envisagé la reprise du trafic[11].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Tracé[modifier | modifier le code]

La ligne a son origine sur la ligne d'Arras à Dunkerque-Locale à la bifurcation de Furnes entre les gares de Dunkerque et de Coudekerque-Branche. Elle contourne par le sud une partie de Dunkerque avant de prendre un tracé droit, distant de moins d'un kilomètre des plages. La ligne traverse la gare de Rosendaël et celle de Leffrinckoucke, avant de longer les dunes où un embranchement dessert une usine métallurgique. La ligne poursuit vers l'est pour desservir la Halte de l'hôpital-maritime-de-Zuydcoote, Zuydcoote puis Bray-Dunes. Il y avait une correspondance vers la gare de Bray-Dunes-Plage, devenue l'office de tourisme de la ville, par la ligne à voie métrique du Chemin de fer de Hondschoote à Bray-Dunes[12]. La ligne franchit enfin la frontière avec la Belgique, où elle devient la ligne belge 73 d'Infrabel avant d'arriver en gare de La Panne.

Voie[modifier | modifier le code]

C'est une ligne à voie unique non électrifiée, son profil est bon : les déclivités ne dépassent pas 6 [11].

Gares et haltes[modifier | modifier le code]

Elles sont fermées et leurs bâtiments sont réaffectés ou à l'abandon.

Exploitation[modifier | modifier le code]

La ligne n'est plus exploitée et est à l'abandon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fascicule Gares et lignes du nord édité par le COPEF (Cercle Ouest Parisien d'Études Ferroviaires) en 1985.
  2. « N° 11391 - Décret impérial qui prescrit la mise en adjudication de la concession d'un chemin de fer de Dunkerque à la frontière belge, dans la direction de Furnes : 26 avril 1862 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 21, no 1127,‎ , p. 1194 - 1212.
  3. « N° 11390 - Décret impérial qui approuve l'adjudication de la concession du chemin de fer de Dunkerque à la frontière belge, dans la direction de Furnes : 23 mai 1863 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 21, no 1127,‎ , p. 1192 - 1194.
  4. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État / J. B. Duvergier, année 1863, page 561.
  5. Rapports et délibérations - Nord, Conseil général, année 1875/08, page 15.
  6. « N° 17435 - Décret impérial portant promulgation de la convention conclue, le 25 novembre 1869, entre la France et la Belgique, pour l'établissement de deux chemins de fer : 12 janvier 1870 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 35, no 1778,‎ , p. 61 - 65.
  7. Rapports et délibérations - Nord, Conseil général, année 1871, page 919.
  8. Rapports et délibérations - Nord, Conseil général, année 1877/12, page 40.
  9. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État / J. B. Duvergier, année 1880, page 382.
  10. « N° 14214 - Loi qui approuve la convention passée, le 5 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer du Nord : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 333 - 339 (lire en ligne).
  11. a et b Réseau ferré de France, Étude préliminaire de la desserte du port de Calais et d'une liaison vers la Belgique, liaison Dunkerque - Adinkerke, juillet 2012 (consulté le 21 mai 2014).
  12. « 59 Bray Dunes - Le train de Bray Dunes » (consulté le 2 août 2014).

Traduction[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François et Maguy Palau, « 13.4 Dunkerque-Frontière-belge : 10 février 1870 », dans Le rail en France : le Second Empire, tome 3 1864 - 1870, Palau, Paris 2004 (ISBN 2-950-9421-3-X), pp. 196-197
  • Réseau Ferré de France, Egis Rail, « Diagnostic technique de l’infrastructure existante », dans Étude préliminaire de la desserte du port de Calais et d’une liaison vers la Belgique, phase 1, tome 3, juillet 2012, pp. 28-52 (lire PDF)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :