Tramway d'Aix-les-Bains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tramway d'Aix-les-Bains
Image illustrative de l’article Tramway d'Aix-les-Bains
Deux motrices rue de Genève

Situation Drapeau : France Aix-les-Bains et Grésy-sur-Aix (Savoie, Auvergne-Rhône-Alpes)
Type Tramway
Entrée en service 1896
Fin de service 1908
Lignes 4
Écartement des rails 1000mm
Propriétaire Ville d'Aix-les-Bains
Exploitant Compagnie des Tramways d´Aix-les-Bains

Le tramway d'Aix-les-Bains était un réseau de quatre lignes de tramways construites à voie métrique qui desservaient la ville savoyarde d'Aix-les-Bains de 1896 à 1908.

Il est donc un lointain ancêtre du service de transport en commun de la Communauté d'agglomération du Lac du Bourget, nommé Ondéa.

Histoire[modifier | modifier le code]

Par un décret du 11 mars 1895[1], Messieurs MM. Bastin et Grosset obtiennent la concession pour soixante-quinze ans d'un réseau de quatre lignes de tramway sur le territoire des communes d'Aix-les-Bains et de Grésy-sur-Aix, à traction à air comprimé, destiné au transport des voyageurs et de leurs bagages. Conformément à la réglementation, les bénéficiaires créent la Compagnie des tramways-d'Aix-les-Bains pour construire et exploiter le réseau[2].

Le réseau fut mis en service en avril 1897. Victime notamment d'une réglementation trop restrictive, qui interdisait par exemple au tramway de desservir la gare d'Aix-les-Bains-Le Revard afin de ne pas concurrencer les services de fiacres et d'une technologie peu efficace, sans possibilité de passer à la traction électrique, l'exploitation cessa fin 1908[C'est-à-dire ?][3].

La compagnie fit faillite en 1914, et le dépôt fut vendu en 1924 à la société anonyme de Publicité Boreau[4].

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Le carrefour des rues de Genève et du Casino, cœur du réseau

Le réseau était constitué de quatre lignes :

  • Place de Genève - Port-Puer (Le Grand Port)
  • Place de Genève - Grésy-Cascade
  • Place de Genève - Port-de-Cornin (Petit Port)
  • Place du Revard - Marlioz

Elles étaient à voie unique, et les croisements se faisaient à des évitements, le plus souvent mal placés et gênant l'exploitation[5].

À la jonction des rues de Genève et du Casino se trouvaient trois voies de garage, des plaques tournantes et des postes de chargement d'air comprimé[5]. Le dépôt était lui situé 63 avenue de Saint-Simon, sur un terrain acquis par la compagnie en 1896 auprès de la famille Bertier. Il comportait un bâtiment administratif et une grande halle abritant à la fois le dépôt pour les tramways et l'usine à air comprimé[4].

Exploitation[modifier | modifier le code]

Le matériel roulant du tramway était constitué de 10 voitures à air comprimé, système Mékarski[5], comparables à celles utilisées sur l'ancien tramway de Nantes, et quatre remorques[3].

Le service n'était assuré qu'à la belle saison, du 15 avril au 15 octobre, et le cahier des charges de la concession n'imposait qu'une desserte très faible : 3 aller-retour journaliers sur la ligne de Port-Puer, deux sur les lignes de Marlioz et de Grésy, et un seul sur la ligne de Port-de-Cornin[6].

Vestiges et matériels préservés[modifier | modifier le code]

Le dépôt, racheté par la Ville en 1950, servit jusqu'en 2005 d'ateliers municipaux, avant d'être vendu à un promoteur immobilier qui y réalise des immeubles de logements[4], [7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décret du 11 mars 1895 qui déclare d'utilité publique l'Etablissement sur le territoire des communes d' Aix-les-Bains et de Grésy-sur-Aix (Savoie) d'un réseau de Tramways destiné à desservir la ville d'Aix-les-Bains et sa banlieue (ainsi que la convention de concession et le cahier des charges) », Bulletin des lois de la République française, vol. 1701,‎ , p. 1426-1438 (lire en ligne)
  2. « Décret du 14 août 1898 qui approuve la substitution à MM. Bastin et Grosset de la société anonyme dite Compagnie des tramways d'Aix-les-Bains, comme rétrocessionnaire du réseau de Tramways sur le territoire des communes d'Aix-les-Bains et de Grésy-sur-Aix », Bulletin des lois de la République française, vol. 2015,‎ , p. 2452-2453 (lire en ligne)
  3. a et b AMTUIR, page cité en lien externe
  4. a b et c Inventaire général du patrimoine culturel, page citée en lien externe
  5. a b et c René Courant, op. cit. en bibliographie
  6. Article 14 du Cahier des charges
  7. « Le tramway en retard », Aix Hebdo,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Courant, Le temps des tramways, Menton, Éditions du Cabri, coll. « Encyclopédie des chemins de fer », , 192 p. (ISBN 2-903310-22-X), p. 7
  • François Fouger, Les tramways d'Aix-les-Bains, Arts et mémoire, no 9. Aix-les-Bains: Société d'Art et d'Histoire, décembre 1997, p. 19-26.
  • Léon Page, Promenons-nous dans les rues d'Aix, Aix-les-Bains : ville d'Aix, 1978. 284 p. ; 22 cm. (AC Aix-les-Bains : A2641), p. 239-240.