Liste des principaux accidents ferroviaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Pont métallique ferroviaire sur la Birse près de Münchenstein en Suisse construit en 1875 par Gustave Eiffel. Le 14 juin 1891, ce pont cède sous le poids d'un train. Cet événement, actuellement la plus grande catastrophe ferroviaire en Suisse, fit 71 morts et 170 blessés.

Cette liste chronologique des principaux accidents ferroviaires dans le monde recense les principaux accidents ferroviaires, de par leur notoriété, leur retentissement international et/ou nombre de victimes.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

1840[modifier | modifier le code]

Catastrophe ferroviaire de Meudon

1850[modifier | modifier le code]

  • 1er novembre 1855États-Unis. Avec plus de 600 voyageurs à bord, le train mis en service pour l'ouverture de la ligne du Pacific Railroad devait franchir un pont sur la Gasconade, rivière locale, près de Saint Louis (Missouri). Le pont s'effondra au passage du train, précipitant dans la rivière la locomotive et 12 des 13 voitures qu'elle remorquait: plus de 30 morts, des centaines de blessés[2],[3].

1860[modifier | modifier le code]

Accident de Staplehurst.

1870[modifier | modifier le code]

Le pont sur le Tay, après la catastrophe

1880[modifier | modifier le code]

1890[modifier | modifier le code]

Accident ferroviaire de la gare Montparnasse (1895)

XXe siècle[modifier | modifier le code]

1900[modifier | modifier le code]

  • . Incendie dans une rame du métro de Paris à la station Concorde. Cet incendie provoque un accident avec la rame suivante ; 38 blessés dont quatre graves (trois voyageurs et un mécanicien)[réf. nécessaire].
  • [11]11 novembre 1900 - France - Choisy le Roi. Tamponnement du train N°9, Paris Austerlitz-Nantes à l'arrière du train omnibus N°215 qui manœuvrait pour dégager la voie principale. Il y eu 8 morts et 16 blessés, dont 5 grièvement.
  • France. Incendie dans une rame du métro de Paris, dû à un court-circuit dans la motrice. Les passagers de la rame suivante, sortis de celle-ci, cèdent à la panique à la suite de l'invasion de la station Couronnes par les fumées de l'incendie et décèdent par écrasement et étouffement au niveau de la seule issue. À la suite de cet accident, les stations du métro seront construites avec au minimum deux issues sur chaque quai (la station Couronnes n'en est toujours pas équipée) : 83 morts.

1910[modifier | modifier le code]

  • France. Un train « de plaisir » rempli de vacanciers en provenance de Bordeaux déraille à Saujon (Charente-Inférieure), faisant 38 morts et quatre-vingts blessés, dont des enfants, notamment des pensionnaires d'une institution de filles de Barsac, venues passer quelques jours de vacances sur la côte[12].
  • - France. Dans l'après-midi, le train express venant de Cherbourg et se dirigeant vers Paris déraille à 200 m en aval de la gare de Bernay. L'accident provoque au total neuf morts et quarante-sept blessés[13].
  • France. Sur la ligne de tramway de Grasse à Cagnes, à la suite d'un déraillement dans une courbe consécutif à un emballement, une motrice heurte violemment le parapet du viaduc des Vignes, l'autre motrice et deux voitures qui forment le reste du convoi s'écrasent dans un ravin, une vingtaine de mètres en contrebas. Le bilan est de dix-sept morts et quarante blessés, dont des nombreux chasseurs alpins de la 57ème Brigade[14].
  • France. En gare de Melun, collision d'un train d'express et d'un train postal, quarante morts, cinquante blessés[15].
  • France. Un tramway d'Angoulême a un problème de freins dans une descente, déraille, franchit un parapet et s'écrase dix mètres en contrebas des remparts. Le bilan est de onze morts — dont le conducteur qui décède deux jours après — et vingt-six blessés[16].
  • Royaume-Uni. Accident ferroviaire de Quintinshill : un train de transport militaire entre en collision avec un train de voyageurs à l'arrêt en gare. Les voitures du train militaire qui sont couchées sur les voies sont ensuite heurtées par un autre train de voyageurs qui traversait la gare à vive allure. Le bilan est de 227 morts et 246 blessés.
  • France. Catastrophe ferroviaire de Saint-Michel-de-Maurienne : à Saint-Michel-de-Maurienne, déraillement d’un train de soldats revenant du Front italien. Pour des raisons encore mal éclaircies, seuls quelques voitures sont correctement reliées au système de freinage. La ligne de la Maurienne présentant une forte rampe, la locomotive ne peut correctement freiner à l’approche d’une zone de vitesse réduite et déraille au lieu-dit La Saussaz[17],[18]. Le bilan officiel est de 425 morts[19], mais plusieurs estimations indiquent 675 morts environ, compte tenu des décès des suites de blessures et brûlures dans les quinze jours suivant le déraillement[20].

1920[modifier | modifier le code]

Catastrophe d'Achères du 3 juillet 1926
  • - Catastrophe entre Miélan et Villecomtal-sur-Arros (dans le sud de la France), en pleine nuit, vers 4 heures 30, un train chargé de pèlerins de Lourdes recule dans une pente et vient se fracasser sur le train suivant, heureusement à l'arrêt, 33 morts et 32 blessés. L'accident est imputé à la défaillance des freins et son lourd bilan à la fragilité des voitures en bois.
  •  : À la bifurcation entre Poissy et Achères (Yvelines) (près de la capitale française), l'express du Havre à Paris déraille sur l'aiguillage, 18 morts et 67 blessés. Les causes sont déclarées accidentelles (météorologiques), bien que l'aiguillage incriminé était en travaux.
  • Noisy-le-Sec : un fourgon postal déraille en raison d'une vitesse excessive ; le bilan est de quatre morts et 17 blessés[21].

1930[modifier | modifier le code]

  • , Turenne (Algérie, ligne Oran-Oujda) : par suite de l'effondrement d'un talus miné par les pluies, un train transportant environ 500 légionnaires de Sidi-bel-Abbès envoyés en renfort au Maroc s'écrase dans un ravin de 85 mètres. Bilan : 55 morts, 283 blessés[22].
  • - France. Catastrophe ferroviaire de Saint-Élier : entre Conches-en-Ouche et La Bonneville-sur-Iton, le train Cherbourg-Paris no 354 déraille à 8 h 50 sur le pont de Saint-Élier (250 m en aval du hameau de la Basse Croisille) à la sortie d'une courbe, du fait d'une mauvaise inscription en courbe des essieux moteur du type de machine. La locomotive 241.022 et les cinq premières voitures tombent les unes sur les autres dans la rivière Le Rouloir. 36 morts sont comptés, dont le professeur Pierre Villey, ainsi que de nombreux blessés[réf. nécessaire].
  • - France. Entre Lagny-sur-Marne et Pomponne (20 km à l'est de Paris), à 19 h 52 par temps de gel et par brouillard très dense, un train rapide no 25-bis, ayant quitté Paris à 19 h 31 avec 1 h 19 de retard, remorqué par une Mountain Est 241.017 à destination de Strasbourg percute, au km 25,000, l'arrière du train no 55 ayant quitté Paris à 19 h 22 avec 1 h 33 de retard pour Nancy, et qui vient juste de redémarrer. Ce train supplémentaire, remorqué par la 241-038, programmé pour faire face à l'affluence de la veille des fêtes de Noël, était équipé d'anciens wagons en bois. Les cinq dernières voitures sont pulvérisées par la locomotive du rapide Paris-Strasbourg lancée à plus de 110 km/h. L'accident fait 204 morts et 120 blessés. La signalisation était du type block-système mécanique, c'est-à-dire que les signaux étaient des panneaux de tôle manœuvrés par les trains eux-mêmes, et avec des feux lumineux produits par des lampes à pétrole. La couleur indiquant l'avertissement (annonce d'un arrêt) était, avant l'adoption de la signalisation Verlant, verte. Il est vraisemblable que, du fait de l'obscurité, du brouillard, de la faible luminosité des lampes à pétrole et de la couleur verte moins perceptible à l'œil, le mécanicien de la loco rattrapante n'ait rien vu de la position fermée des signaux d'avertissement.

1940[modifier | modifier le code]

Une partie des victimes de la catastrophe ferroviaire de Balvano (1944)
  • 3 janvier 1944 : trois trains entrent en collision dans un tunnel à proximité de la localité de Torre del Bierzo, dans la comarque d'El Bierzo (province de León, Espagne), causant la mort, selon un bilan officiel, de 78 personnes ou, plus probablement, entre 200 et 300, tandis que certaines estimations évaluent le bilan réel entre 500 et 800 morts[23].
  • 3 mars 1944 : catastrophe ferroviaire de Balvano (Italie), un train à vapeur est bloqué dans un tunnel, environ 500 personnes sont asphyxiées au monoxyde de carbone. C'est le plus grave accident ferroviaire survenu en Italie[24] et l'un des plus graves et mystérieuse de l'histoire.[25]
  • 24 juin 1945 Maroc à Ouarzigha, près de Meknès, en fin d'après-midi, un train mixte de voyageurs et de wagons citernes d'essence, est obligé de stopper dans une pente assez importante. Un enfant s'est électrocuté en voulant dénicher des oiseaux. Le conducteur du train a voulu dégager l'obstacle, mais les freins ont cédé et le convoi est reparti en arrière, prenant de plus en plus de vitesse dérailla, s'embrasa immédiatement. L'incendie dura 3 jours. Il y a eu 228 victimes, toutes militaires rentrant de la seconde guerre mondiale[réf. nécessaire].
  • 16 août 1945 - France - Civens (Loire), un car est pris en écharpe par un train de marchandises, 15 morts, 6 blessés (titre de 'La Dépêche' 17/08/1945). L'accident a eu lieu très tôt, le matin, les barrières étant fermées. Il serait dû à la négligence de la garde barrière qui aurait ouvert le passage à niveau sous l'insistance du chauffeur de car. Lors du procès, celle-ci affirma que le signal d'approche du train n'a pas fonctionné, d'après l’enquête de gendarmerie, aucun dysfonctionnement n'a pu être révélé.
  • 28 septembre 1946 : l’autorail XDC 2009, assurant le trajet Veynes – Briançon, fait une collision frontale (nez à nez) avec le train MV 9724 Briançon – Veynes, tracté par une locomotive à vapeur 242 DT. Le mécanicien de l’autorail avait interprété un signal de manœuvre pour un signal de départ et était parti prématurément de Veynes sans attendre l’arrivée du train en sens inverse 9 morts, 12 blessés graves, 20 blessés légers.
  • 26 octobre 1949 - France. : En gare SNCF de Barbentane-Rognonas (France, 13), le mercredi, à 9h51, l’autorail-express no 436, assurant la liaison Cerbère à Avignon, composé d’une motrice tractant deux voitures de 3e classe et une voiture de 2e classe, vient s’encastrer à près de 70 km/h dans le hangar de la petite vitesse situé juste après le bâtiment voyageurs, à cause d’une rupture d’essieu. Ce terrible accident a fait 12 morts et plus de 50 blessés[réf. nécessaire].

1950[modifier | modifier le code]

1960[modifier | modifier le code]

  • Pays-Bas. Accident d'Harmelen (commune de Woerden) : 91 morts et 54 blessés dont 34 très graves. C’est le plus important accident ferroviaire survenu aux Pays-Bas à ce jour ; il a conduit à l'accélération du développement et de l'installation de l'ATB[réf. nécessaire].
  • Japon. Collision de trois trains à Tokyo : 163 morts[réf. nécessaire].
  • France. Le lundi 23 juillet 1962 à 15 h 10, l’Express 53 Paris-Marseille qui roule à près de 140 km/h déraille vers Velars-sur-Ouche. Le train transporte six cents voyageurs, dont beaucoup partent en vacances dans le Midi. L’une des voitures est projetée dans le vide du haut du viaduc enjambant la combe de Fins. Le chef de train donne l’alerte. Le plan ORSEC est déclenché entraînant une mobilisation massive et efficace des secours, en provenance de Dijon principalement. L’émotion est considérable. La cause de l’accident, peut-être une déformation des rails sous l’effet de la chaleur, n’a pas été formellement établie. Cette catastrophe ferroviaire, la plus importante de la décennie, a fait trente-neuf morts et quarante-sept blessés graves[réf. nécessaire].
  • France. Le 5 octobre 1962 à 20 h 32, le Trans-Europe-Express Cisalpin Milan-Paris déraille à Saint-Rémy, à proximité de Montbard, à la suite d’une collision avec un wagon-citerne d’un autre train. Un incident mécanique a, dans un premier temps, provoqué le déraillement du wagon que le Cisalpin, venant en sens inverse, a accroché. On relève des décombres douze morts et onze blessés[réf. nécessaire].
  • Argentine. Accident ferroviaire d'Altamirano de 1964 : 34 morts et 70 blessés[27].
  • Angleterre. Accident ferroviaire de Hither Green : 49 morts, 78 blessés.[réf. nécessaire].
  • Australie. Catastrophe ferroviaire de Violet Town : collision frontale sur une ligne à voie unique[réf. nécessaire].

1970[modifier | modifier le code]

1980[modifier | modifier le code]

  • - Irlande. Accident ferroviaire de Buttevant : déraillement d'un train de voyageurs en gare de Buttevant après franchissement sans autorisation d'une aiguille mal orientée vers une voie de garage. Le bilan de l'accident est de 18 morts et 70 blessés.
  • Inde. Catastrophe ferroviaire au Bihar : un train est précipité dans une rivière, provoquant des centaines de morts (300 à 800).
  • - France : en gare SNCF de Barbentane-Rognonas, à 1h27, le train no 5058, assurant la liaison Nice-Paris, composé d’une locomotive électrique avec une douzaine de voitures-couchettes de 1re et 2e classes, vient se coucher à près de 160 km/h sur l’espace libre situé juste après l’ancien passage à niveau. Cet accident est dû à une rupture d’essieu. On déplorera 5 morts, des jeunes Canadiens d’Ottawa qui rentraient de vacances, et plus d’une douzaine de blessés[réf. nécessaire].
  • - France (Flaujac) : le 3 août 1985 à 15 heures 48 a eu lieu un accident ferroviaire entre l’autorail 7924 qui venait d'Assier et le corail 6153 qui venait de Gramat sur la ligne de Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac. Les deux trains, circulant sur une voie unique, se sont heurtés de front. Le bilan est de 35 morts et 120 blessés. Cet accident illustre le risque lié au non-respect des procédures et de la réglementation applicable aux croisements de trains par des chefs de gares[35].
  • - France. Argenton-sur-Creuse : déraillement puis collision avec un train postal : 43 morts et 37 blessés[réf. nécessaire].
  • - Portugal (Moimenta-Alcafache) à 18h37 : collision frontale sur une voie unique entre le train no 315, plus connu sous le nom de "Sud Express" venant de Porto et à destination de Paris-Gare d'Austerlitz et du train régional no 1324 venant de Guarda et à destination de Coimbra : 49 morts et 64 disparus, dus en grande partie à l'incendie des trains après la collision. Les deux trains à propulsion diesel circulaient chacun aux alentours de 100 km/h, la violence du choc a détruit les locomotives ainsi que certains wagons et a provoqué un incendie, du au carburant présent dans les locomotives. Cet accident est dû à des fautes humaines : mauvaise communication entre les gares et mauvaise coordination. Le train régional aurait du rester à la gare de Mangualde, ce qui était prévue dans la procédure normale, en attendant le passage du Sud Express qui circulait ce jour-là, avec un retard de 18 minutes environ[réf. nécessaire].
  • - Canada (Alberta) : Collision ferroviaire de Hinton (en). Un train de voyageurs allant vers l'Est (près d'Edmonton) est entré en collision frontale, à la vitesse cumulée de plus de 200 km/h, avec un train de marchandises de 118 wagons qui n'avait pas respecté un signal d'arrêt sur une bretelle d'évitement destinée au croisement des trains sur cette voie unique. Le conducteur du second train était endormi ou évanoui avec la pédale sécuritaire d'endormissement bloquée. Il y a 23 morts et 71 blessés[36],[37].
  • - Angleterre. Incendie de King's Cross : un incendie se déclare dans un escalier mécanique en bois de la gare de King's Cross St.Pancras du métro de Londres: 31 morts[réf. nécessaire].
  • - France. Accident ferroviaire de la gare de Lyon : un train de banlieue percute un autre train à l'arrêt dans le souterrain de la gare de Lyon: 56 morts et 57 blessés[38].
  • - France. Accident gare de l'Est: un train arrive en gare avec une vitesse trop importante. Il percute le heurtoir. 1 mort, 73 blessés[39]
  • - Japon : une rame percute à environ 40 km/h une rame à l'arrêt à la gare de Higashi-Nakano à Tokyo. La collision fait 2 morts et plus de 100 blessés[40].
  • - Russie. Catastrophe ferroviaire d'Oufa : l’explosion d’un gazoduc alors que deux trains circulaient dans le voisinage fait des centaines de morts (400 à 1000).

1990[modifier | modifier le code]

Accident ferroviaire d'Eschede, le 3 juin 1998, pire accident à grande vitesse
  • - France - Accident ferroviaire de Melun - Le train couchettes Paris-Nice percute un train de marchandise en provenance de Corbeil, faisant 16 morts et 55 blessés[41].
  • – Big Bayou Canot, près de Mobile, Alabama, États-Unis. Une des barges poussées par un remorqueur heurte la poutrelle du tablier d'un pont de chemin de fer enjambant ce bayou où pourtant la navigation était interdite. Le choc provoque une déformation d'un mètre de la voie tandis que 8 minutes plus tard arrive le rapide Amtrak's Sunset en provenance de la côte ouest qui déraille sur le pont avant que ses 3 locomotives et la plupart de ses wagons ne plongent dans le bayou dans l'explosion des réservoirs de fioul (dont on venait de refaire le plein) qui enflamme le convoi au ras des eaux. 47 personnes (sur les 200 passagers) sont tuées dans cet accident le plus grave qu'ait connu la compagnie Amtrak[réf. nécessaire].
  • Cameroun. Catastrophe de Nsam-Efoulam. Nsam, une banlieue de Yaoundé, la capitale du Cameroun : des wagons-citernes de la Société camerounaise de dépôts pétroliers (SCDP) se renversent accidentellement sur les rails. Les populations riveraines affluent pour "récupérer" le précieux liquide, mais un incendie se déclare sur les lieux. Bilan officiel 235 morts[réf. nécessaire].
  • Allemagne - accident ferroviaire d'Eschede, un train à grande vitesse ICE déraille et heurte une pile de pont. Bilan 101 morts. C'est le premier et le pire accident d'un train à grande vitesse[42].
  • - Inde. Dans l'État du Penjab, une collision entre deux trains de voyageurs: au moins 209 morts et 250 blessés[réf. nécessaire].
  • - Inde. Catastrophe ferroviaire de Gaisal (Bengale occidental). Collision de deux trains express sur une voie unique : plus de 400 morts[réf. nécessaire].
  • - Grande-Bretagne. Catastrophe ferroviaire de Ladbroke Grove, dite aussi de Paddington, à 3,2 km à l’ouest de la gare londonienne de Paddington : à cause de la mauvaise visibilité d’un signal d’arrêt, le train quittant Londres s’engage sur un tronçon de voie bidirectionnelle et entre en collision frontale avec le train rapide venant de l’ouest à la vitesse cumulée de plus de 200 km/h. Le choc est si brutal qu’il provoque l’explosion des réservoirs de gazole des locomotives, aggravant les effets de l’accident. Il y a 31 morts et 520 blessés. À la suite de cette catastrophe, de nouvelles mesures de sécurité seront mises en place dans les chemins de fer britanniques[réf. nécessaire].

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

2000[modifier | modifier le code]

L'accident ferroviaire du 26 décembre 2004 au Sri Lanka (séisme), serait celui ayant fait le plus de morts de l'histoire, avec environ 2 000 victimes
  • Autriche. Accident du funiculaire de Kaprun : incendie dans un tunnel du funiculaire de Kaprun, aggravé par le fait que les portes soient verrouillées, et que les nombreux skieurs présents soient vêtus de combinaisons en matières synthétiques, hautement inflammables. 155 morts.
  • - Belgique. Collision frontale dans la province du Brabant wallon à Pécrot entre deux trains de voyageurs dont un vide, qui a fait huit morts et douze blessés. Selon le jugement, l'accident est dû à une série de dysfonctionnements, dus à des erreurs humaines des agents et au manque de prévoyance de la société nationale des chemins de fer belges.
  • Égypte. Catastrophe ferroviaire d’El Ayatt. Un train surchargé au double de sa capacité prend feu : 373 morts.
  • Tanzanie. Catastrophe ferroviaire d’Igandu. Un train de voyageurs surchargé dérivant en arrière heurte un train de marchandises: près de 300 morts.
  • 27 janvier 2003 - France. Face à face dans le tunnel de la Biona. Un TER français et un train italien se sont percutés à 11h10 dans ce tunnel ferroviaire situé sur la commune de Tende (Alpes-Maritimes). 2 morts et 4 blessés graves et plusieurs blessés légers.
  • Corée du Sud. Incendie du métro de Daegu. Un malade mental déclenche un incendie qui embrase deux rames de métro: environ 200 morts.
  • Iran. Catastrophe de Neishabour. Déraillement d’un train de marchandises, suivi d'un incendie. Cinq heures après des marchandises inflammables explosent (7 wagons de soufre, 6 de pétrole, 7 d'engrais et 10 de laine de coton), tuant les sauveteurs et détruisant des maisons voisines : environ 300 morts, dont plusieurs officiels. News BBC
  • Corée du Nord. Catastrophe de Ryongchon. Explosion d’un train de marchandises : plus de 160 morts et plus de 1000 blessés.
  • - Accident ferroviaire de 2004 au Sri Lanka : Catastrophe ferroviaire causée par le séisme et tsunami de 2004 dans l'océan Indien. Elle serait l'accident ferroviaire ayant fait le plus de morts de l'histoire, avec environ 2 000 victimes.
Collision frontale à Zofftgen
Article détaillé : Accident ferroviaire de Zoufftgen.

2010[modifier | modifier le code]

Les rescapés de Szczekociny (4 mars 2012)
Article détaillé : Accident ferroviaire de Wenzhou.
  • - Saint-Médard-sur-Ille, France : collision entre un TER (rame B 82604) et un camion sur un passage à niveau de la ligne entre Rennes et Saint-Malo, qui fait trois morts et 48 blessés dont six graves. Il y avait déjà eu un accident en 2007 au même passage à niveau entre un poids-lourd et un train de voyageurs provoquant une quarantaine de blessés.
Incendie à Lac-Mégantic
Accident à grande vitesse de Saint-Jacques-de-Compostelle (2013)
Article détaillé : Déraillement d'Annot.
  • - Lescar et Denguin (Pyrénées-Atlantiques), un TER roulant à 128 km/h rattrape en sortie d'une courbe un TGV circulant en marche à vue à 30 km/h, et malgré le freinage d'urgence actionné par le mécanicien du TER, le heurte à 95 km/h[48]. Parmi les 80 passagers du TER et les 175 passagers du TGV, on déplore 40 blessés, dont quatre blessés graves. Le conducteur du TER fait partie des blessés légers. Le , la SNCF a publié le rapport d'enquête (Direction des audits de sécurité de la SNCF) sur l'accident ferroviaire de Denguin. Ce rapport met hors de cause le mécanicien conduisant le TER, mais incrimine un défaut d'isolement dans les fils électriques de la signalisation, dû à des rongeurs, dont le nid a été retrouvé à proximité de la guérite de cantonnement[49]. C'est le premier accident de rattrapage (deux trains de voyageurs qui se rattrapent) en France depuis 1992, le premier affectant un TGV, et le premier sur une ligne équipée du système de sécurité BAPR.
  • - Tunis, Tunisie, Un accident cause la mort de 19 personnes et en blesse 89 autres. Le drame est dû à une collision entre un train et un camion. L'accident serait dû à un défaut de signalisation au passage à niveau[50].
  • - Près de Strasbourg, Bas-Rhin, Alsace, déraillement d'un TGV d’essai sur la nouvelle ligne à grande vitesse au nord de Strasbourg dont le bilan est de dix morts, douze blessés graves et 17 blessés légers.
Article détaillé : Accident ferroviaire d'Eckwersheim.
  • - Trois morts et une quarantaine de blessés dans un accident en Belgique entre un train de voyageurs, qui effectuait le trajet Mouscron-Liers, et un train de marchandises sur la ligne reliant Namur à Liège. L’hypothèse de dommages liés à la foudre sur l’infrastructure ferroviaire étant notamment évoquée.[53].
  • - Vingt-deux morts dans une collision frontale entre deux trains en Italie dans la région des Pouilles[54].
    Article détaillé : Accident ferroviaire d'Andria.
  • - En Galice en Espagne, le déraillement d'un train qui reliait Vigo à Valença au Portugal fait trois morts et des blessés[55].
  • - Accident ferroviaire d'Éséka (Cameroun), déraillement d'un train qui reliait Yaoundé à Douala (le Transcamerounais Intercity 152), qui fait 79 morts (estimation), et 551 blessés. Les causes pourraient être liées à un défaut de freinage. La rame avait été complétée par des voitures d'origine chinoise, mal entretenues et aux freins usés. La même ligne avait subi un déraillement dans la nuit du 21 au 22 octobre 2012 (quatre ans plus tôt jour pour jour) en pleine voie.
Article détaillé : Accident ferroviaire d'Éséka.
  • - Accident ferroviaire de Croydon près de Londres, la capitale britannique, un tramway se renverse, tuant sept de ses passagers et en blessant une cinquantaine. Le machiniste (conducteur) est arrêté car il n'aurait pas respecté la limitation de vitesse à l'approche d'une courbe dangereuse.
Article détaillé : Tramlink.
Article détaillé : Accident ferroviaire de Pukhrayan.
  • - Collision entre deux trains dans le nord de l'Iran (Province de Semnan). Un train à l'arrêt à cause d'une panne est percuté par l'arrière par un second convoi. Bilan : 44 morts et 103 blessés.
  • - En Bulgarie, un train de citernes de gaz déraille puis explose dans la petite localité de Hitrino, dans le nord-est du pays. L'explosion détruit la gare et une partie du village. Huit personnes sont tuées et plusieurs dizaines sont blessées. Une vitesse excessive serait à l'origine de l'accident.
  • - Collision entre un train et un camion près du quartier du Sidi Fathallah à Djebel Jelloud, et qui a causé la mort de 5 personnes dont deux officiers de l'Forces armées tunisiennes, un agent la Brigade antiterrorisme (BAT), une femme et un nourrisson, ainsi que 52 blessés.[56]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jules Lan, Les chemins de fer français devant leurs juges naturels : traité de la jurisprudence des chemins de fer, Paris, Librairie internationale, , 320 p., « Catastrophe sur le chemin de fer du Nord : accident de Fampoux (8 juillet 1846) », p. 223-243.
  2. « Remembering the Gasconade Missouri 1855 Railroad Bridge Disaster », sur cprr.org (consulté le 27 juillet 2015)
  3. Tim O'Neil, « A Look Back • Disaster at bridge in 1855 derails St. Louis dream for a transcontinental railroad » (consulté le 27 juillet 2015)
  4. http://www.shbmsh.org/capsules.php?capsule=101 Société d'histoire de Belœil-Mont-Saint-Hilaire
  5. (en) http://www.charlesdickensinfo.com/life/staplehurst-railway-accident/
  6. (en) http://www.historyextra.com/article/victorians/charles-dickens-and-staplehurst-rail-disaster
  7. Tom Quinn, Railways' Strangest Journeys (en anglais), Édition 2008, Portico, (ISBN 978-1-86105-679-5), pages 126-129
  8. http://www.broadlandmemories.co.uk/blog/2014/09/the-thorpe-railway-disaster-1874/
  9. « Münchenstein » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  10. Cité par Jean-Jacques Lefrère et Jean-Paul Goujon, Mystifications au XIXe siècle : Paul Masson, un homme de lettres non recommandées, Paris, Du Lérot, (ISBN 978-2-35548-068-3, notice BnF no FRBNF42739039), p. 235.
  11. « PRA_JRX_19001113_001.pdf », sur http://www.bn-r.fr,‎
  12. Catastrophe ferroviaire de Saujon, site de la Société d'Histoire et d'Archéologie de la Saintonge Maritime
  13. Les actualités du 11 septembre 1910 (lendemain de l'accident) - L'express de Cherbourg déraille à Bernay – Nombreuses victimes, sur cpascans.canalblog.com. Consulté le 19 septembre 2012.
  14. http://www.sdis06.fr/img/pdf/1913_deraillement_du_tramway_grasse_cagnes.pdf
  15. Ludwig Stockert: Eisenbahnunfälle (Neue Folge) – Ein weiterer Beitrag zur Eisenbahnbetriebslehre. Berlin 1920, No. 102.
  16. http://www.sudouest.fr/2010/12/21/petit-tour-dans-l-histoire-du-tramway-en-ville-272774-813.php
  17. « 12 décembre 1917. Saint-Michel-de-Maurienne - Photo de la catastrophe (les croix blanches indiquent l'endroit)» [lire en ligne].
  18. « 12 décembre 1917. Saint-Michel-de-Maurienne - Les débris du train» [lire en ligne].
  19. « 12 décembre 1917. Saint-Michel-de-Maurienne - Stèle officielle à Saint-Michel-de-Maurienne» [lire en ligne].
  20. « 12 décembre 1917. Saint-Michel-de-Maurienne - article de JL.Chardans dans Historia no 311 / octobre 1972».
  21. sources : Le Figaro, L'Humanité du /08/1926
  22. Journal Le Figaro, 15 et 16 septembre 1932
  23. Fernando Fernández Sanz, (es), « Solo se identificó a dos vecinos de Astorga entre los cadáveres del accidente del Correo de Galicia en Torre en año 1944 », Astorga Virtual, consulté le 25 juillet 2013.
  24. (it) Balvano: il più grave incidente ferroviario fu nell’Italia spaccata, sur le site corriere.it, consulté le 8 septembre 2016
  25. (it) Treno 8017. Il più grave disastro ferroviario italiano, sur le site trenidicarta.it, consulté le 8 septembre 2016
  26. http://rail-en-vaucluse.blog4ever.com/la-catastrophe-de-bollene La catastrophe de Bollène.
  27. (es) « Numerosas víctimas produjo un choque de trenes en Altamiran », sur todotren.com.ar (consulté le 22 juillet 2015).
  28. Jean-François Troin, Rail et aménagement du territoire: des héritages aux nouveaux défis, Edisud, 1995 (ISBN 9782857448167), p. 190 (extrait)
  29. Site assemblee-nationale.fr : Christian Kert (député), Rapport sur les moyens nécessaires à mettre en œuvre pour améliorer la sécurité des tunnels routiers et ferroviaires français, Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, 1999, lire (voir introduction) (consulté le 13 juillet 2013).
  30. Journal de Genève du 27 mars 1974
  31. Article du Journal l'Express du 27 mars 1974
  32. Le 15 août 1974, il y a 40 ans, c'était la catastrophe ferroviaire de Luttre, avec 18 morts et une soixantaine de blessés, La Gazette, 15 août 2014
  33. Témoignage sur l'accident du Flandre Riviera à Noël 1975
  34. « 250 000 personnes déplacées par un train - Les Archives de Radio-Canada », sur archives.radio-canada.ca (consulté le 22 juillet 2015)
  35. Jean-Louis Nicolet, « Flaujac ou le non-respect d'une procédure » Le risque technologique majeur à l'épreuve du droit, volume 1, éditions L'Harmattan, 2012 (ISBN 9782336002712), pp. 233-259 (extraits)
  36. « Hinton Train Collision | Hinton, AB - Official Website », sur www.hinton.ca (consulté le 22 juillet 2015)
  37. « Prévenir les déraillements - Les Archives de Radio-Canada », sur archives.radio-canada.ca (consulté le 22 juillet 2015)
  38. « GARE DE LYON (Paris) 27 juin 1988 » - Le site de la FENVAC - [lire en ligne].
  39. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/gare-de-l-est-les-precedents_463871.html
  40. (en) Article du Japan Railway & Transport Review n°43
  41. La République de Seine et Marne - Site Internet - Par T.Martin le 25-07-2013[lire en ligne].
  42. (en) David E. Alexander, « Box 6.3 The Eschede train crash », dans Principles of Emergency Planning and Management, Oxford University Press, 2002 (ISBN 9780195218381), pp. 262-263 'Eschede&hl=fr&sa=X&ei=9a_jUZzINMSThgeFjYCwDQ&ved=0CEwQ6AEwBQ#v=onepage&q=Accident%20ferroviaire%20d'Eschede&f=false extrait (consulté le 15 juillet 2013).
  43. « Le conducteur du "Glacier Express" roulait trop vite », sur rts.ch (consulté le 23 mars 2016)
  44. Belgique - Accident d'un train de marchandises à Schellebelle: 1 mort et 17 blessés, sur le site rtbf.be, consulté le 14 août 2014
  45. http://lci.tf1.fr/monde/amerique/catastrophe-ferroviaire-au-quebec-50-morts-la-compagnie-responsable-8123577.html
  46. http://www.liberation.fr/societe/2013/07/12/un-train-deraille-dans-l-essonne-de-nombreuses-victimes-selon-la-prefecture_917901
  47. Site dhnet.be suisse : la catastrophe ferroviaire fait une victime et 26 blessés, lire (consulté le 30 juillet 2013).
  48. Accident de rattrapage TER/TGV de Lescar/Denguin, sur le site lexpress.fr, consulté le 19 juillet 2014
  49. [PDF]Rapport d'enquête - Rattrapage de Denguin, sur le site medias.sncf.com, consulté le 29 juillet 2014
  50. [PDF]Tunisie: 18 morts dans un accident de train, des négligences pointées du doigt, Le Parisien, consulté le 16 juin 2015
  51. « Accident de train en Allemagne : neufs morts et une centaine de blessés », sur Le Figaro,‎ (consulté le 15 juillet 2016).
  52. (de) « Der Fahrdienstleiter, das Handy und noch ein Toter », sur Bayerischer Rundfunk,‎ (consulté le 15 juillet 2016).
  53. http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/accident-de-trains-en-belgique-trois-morts-et-neuf-ia0b0n3552779
  54. « Italie : au moins 20 morts dans une collision frontale entre deux trains », sur 20minutes.fr,‎ (consulté le 12 juillet 2016).
  55. http://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/espagne-accident-de-train-meurtrier/ar-AAiGikH?li=BBoJIji&OCID=ansmsnnews11
  56. (en) « Accident de Djebel Jelloud: 5 morts et 52 blessés », sur Nessma,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]