Montsecret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montsecret
L'entrée ouest du bourg, par la D 911.
L'entrée ouest du bourg, par la D 911.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne (61)
Arrondissement Argentan
Canton Domfront
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Tinchebray
Maire délégué Maxime Guilmin
2014-2020
Code postal 61800
Code commune 61292
Démographie
Gentilé Montsecréens
Population 693 hab. (2013)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 51″ nord, 0° 40′ 34″ ouest
Altitude Min. 115 m – Max. 242 m
Superficie 10,64 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Montsecret-Clairefougère
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Montsecret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Montsecret

Montsecret est une ancienne commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 693 habitants[Note 1]. Elle est devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Montsecret-Clairefougère.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est en limite des bocages virois et flérien. Le bourg est à 5 km au nord-est de Tinchebray et à 11 km au nord-ouest de Flers.

La commune et son bourg sont traversés par la route départementale no 911 (ancienne route nationale 811) permettant au sud-ouest de retrouver Tinchebray et au nord-est Saint-Pierre-d'Entremont et Condé-sur-Noireau. La croisant au niveau du bourg, la D 265 relie ce dernier à Saint-Quentin-les-Chardonnets à l'ouest et à Flers au sud-est. La D 54, au nord, mène à Moncy et à Vassy et, au sud, à Frênes. Partant de la D 265 à l'ouest, la D 184 rejoint Clairefougère et Rully au nord-ouest. L'accès aux grands axes se fait ordinairement par la D 911.

Montsecret est dans le bassin de l'Orne, par son affluent le Noireau qui traverse le territoire du sud au nord-est. Plusieurs de ses affluents parcourent le territoire communal, dont la Diane — ou Guyanne — qui marque la limite au nord et au nord-est et conflue en rive gauche à l'est, le ruisseau de Vautigé qui conflue en rive gauche avant le bourg et trois ruisseaux de rive droite venant de la commune de Frênes voisine et drainant les eaux du sud-est de la commune : les ruisseaux de Corruelle, des Nussons et des Fontaines. La Jouvine conflue avec la Diane au nord-ouest.

Le point culminant (242 m) se situe à l'est, sur la pente du mont de Cerisy qui culmine à 246 m sur la commune voisine, Cerisy-Belle-Étoile. Le point le plus bas (115 m) est à proximité, 500 m plus au nord, et correspond à la sortie du Noireau du territoire. La commune est bocagère.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. La station météorologique la plus proche est Caen-Carpiquet, à 46 km, mais Alençon-Valframbert et Granville-Pointe du Roc sont à moins de 70 km[1]. Le Bocage flérien s'en différencie toutefois pour la pluviométrie annuelle qui, à Montsecret, avoisine les 1 000 mm[2].

Les lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire : Lingrie[Note 2], le Hamel, Trompe-Souris, l'Aubinière, la Gevraisière, la Motte aux Angués (au nord), Cahagne, le Pont Dienne, le Chemin, la Moisandière (à l'est), le Pont, les Rues, Lingrie[Note 2], les Sept Verges, Laufrairie, la Hérissonnière, la Torpinière, la Furaudière, la Mancelière, la Peinière, la Grûlière (au sud), la Mottette, le Bourg, la Blare, la Cornière, la Cingallière, le Rosel, la Prunerie (à l'ouest), le Bisson et Rousseville[3].

Communes limitrophes de Montsecret[4]
(comm. nouv. de Montsecret-Clairefougère)
Rully (comm. nouv. de Valdallière) (14, par un angle),
Bernières-le-Patry (comm. nouv. de Valdallière) (14)
Clairefougère
(comm. nouv. de Montsecret-Clairefougère)
Saint-Pierre-d'Entremont
Saint-Quentin-les-Chardonnets Montsecret[4]  (comm. nouv. de Montsecret-Clairefougère) Saint-Pierre-d'Entremont,
Cerisy-Belle-Étoile
Frênes
(comm. nouv. de Tinchebray-Bocage)
Frênes
(comm. nouv. de Tinchebray-Bocage)
Cerisy-Belle-Étoile

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme semble issu de l'ancien français mont segrei, « mont isolé, écarté »[5]. Sans écarter cette option, René Lepelley évoque également l'éventualité d'un anthroponyme germanique Sygiric lié à mont[6].

Le gentilé est Montsecréen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La paroisse de Montsecret appartenait avant 1789 à l'élection de Vire (généralité de Caen) et au diocèse de Bayeux. Il existait deux manoirs, l'un à l'Orsonnière qui aurait appartenu aux La Roque et possédait quelques murs défensifs, et le second à la Grullière qui possédait quelques inscriptions en vieux gothique. Une partie de la paroisse appartenait à l'origine aux religieux de l'abbaye de Cerisy-Belle-Étoile qui la donnèrent en fief à Guillaume Thoury de Roullours qui vendit les terres et seigneurie à Gilles du Rozel seigneur de Cagny. En 1581, elle appartenait au sieur de Beaumanoir de Chênedollé. Un autre fief, la Hérissonnière appartenait à la famille de la Roque entre 1539 et 1650 qui avait succédé à la famille d'Arry qui l'avait longtemps possédé.

Avant la Révolution, le bourg était composé de maisons construites sur le bord d'un antique chemin qui reliait Condé-sur-Noireau à Tinchebray. La route qui sert actuellement de rue principale n'existe que depuis 1828.

Un terrible accident causé par la distraction d'un employé de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest se produisit le à 7 heures du matin dans une courbe proche de la gare de Montsecret-Vassy entre un train de voyageurs, le 51 qui se dirigeait vers Granville, et un train de marchandises, le 280 roulant normalement sur la voie unique. Les chauffeurs et mécaniciens des deux trains furent tués ainsi que 5 voyageurs et 50 furent blessés plus ou moins gravement. Il fallut faire venir une compagnie de soldats pour assurer le service d'ordre, 10 000 spectateurs étant accourus de la région.

Au début du XXe siècle, Montsecret était siège d'un notariat, parcouru par deux lignes de chemin de fer (la ligne Paris - Granville et la ligne Montsecret-Vassy - Les Maures) desservies par une gare (Montsecret-Vassy) et deux haltes. Il y avait également cinq foires annuelles très fréquentées.

Le , Montsecret intègre avec Clairefougère la commune de Montsecret-Clairefougère[7] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes de Montsecret et Clairefougère deviennent des communes déléguées et Montsecret est le chef-lieu de la commune nouvelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1929 1953 Henri Victor Emile Jouyet    
1953 1965 Cyrille Joseph Pottier    
1965 1983 Gérard Guilmin    
1983 1989 André Aubine    
1989[8] avril 2014 Claude Salliot SE Cadre de poste
avril 2014[9] décembre 2014 Maxime Guilmin SE Professeur


Le conseil municipal était composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[10]. Ces conseillers intègrent au complet le conseil municipal de Montsecret-Clairefougère le jusqu'en 2020, Maxime Guilmin devient maire délégué de Montsecret et est élu maire de la commune nouvelle[11].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 693 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2008, 2013, 2018, etc. pour Montsecret[12]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 3]. Les enquêtes quinquennales ont lieu les années en 3 et en 8 (2008 pour la première en recensement rénové, 2013 pour la suivante[13]). Montsecret comptait environ 220 feux, 850 habitants en 1600 et a compté jusqu'à 1 476 habitants en 1866.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 207 1 112 1 204 1 227 1 238 1 185 1 212 1 239 1 267
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 251 1 217 1 476 1 117 1 096 1 020 1 013 902 845
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
757 724 716 642 646 612 607 527 473
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
458 462 388 425 453 501 578 693 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006 [15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vestiges préhistoriques et antiques[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2013.
  2. a et b Deux lieux-dits se nomment Lingrie sur le territoire : l'un au nord-ouest, l'autre au sud-est.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques selon le site Lion 1906
  2. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 3 décembre 2014) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  3. Montsecret sur Géoportail.
  4. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  5. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève, (lire en ligne), p. 1159
  6. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 181
  7. Arrêté du 23 décembre 2014 portant création de la commune nouvelle de Montsecret-Clairefougère.
  8. « Municipales : Claude Salliot ne se représentera pas », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 février 2016)
  9. « Maxime Guilmin, premier mandat de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 février 2016)
  10. « Montsecret (61800) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 22 avril 2014)
  11. « Un maire élu à Montsecret-Clairefougère », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 février 2016)
  12. Date du prochain recensement à Montsecret, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  13. « Enquête de recensement Insee - Département de l'Orne » (consulté le 18 octobre 2009)
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .