Effondrement du tunnel de Vierzy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Effondrement
du tunnel de Vierzy
Monument en souvenir des victimes de l'effondrement du tunnel au-dessus de son entrée sud-ouest.
Monument en souvenir des victimes de l'effondrement du tunnel au-dessus de son entrée sud-ouest.
Caractéristiques de l'accident
Date
Type Collision
Causes Effondrement de la voute du tunnel
Site Tunnel de Vierzy
Coordonnées 49° 17′ 57″ nord, 3° 17′ 38″ est
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareil EAD Caravelle
(X 4347, X 4385 et X 4562)
Compagnie SNCF
Lieu d'origine Paris
Lieu de destination Laon
Morts 108
Blessés 111

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Effondrementdu tunnel de Vierzy

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Effondrementdu tunnel de Vierzy

Géolocalisation sur la carte : Aisne

(Voir situation sur carte : Aisne)
Effondrementdu tunnel de Vierzy

L’effondrement du tunnel de Vierzy est un accident ferroviaire survenu le en France. Lors du passage de deux autorails, la voûte du tunnel de Vierzy (Aisne) s'est effondrée, coinçant les deux trains dans le tunnel[1]. Le bilan fut extrêmement lourd : 108 morts et 111 blessés, soit l'accident ferroviaire le plus meurtrier en France depuis 1933 et le troisième le plus meurtrier dans l'histoire ferroviaire française[2].

Origine de l'accident[modifier | modifier le code]

Le tunnel ferroviaire de Vierzy, qui souffrait de défauts dus aux matériaux médiocres utilisés lors de sa construction, et de dégâts provoqués par les deux guerres mondiales faisait l'objet de travaux importants de reprise de la voute en 1972.

Un début d'effondrement, lié aux travaux de réfection en cours, aurait causé le déraillement d'un premier autorail, lui-même causant un accident avec un deuxième train arrivant en sens inverse[3].

D'autres causes ont été avancées, notamment que l'effondrement aurait été provoqué par les vibrations dues au passage simultané des deux trains, mais cette information est démentie par le rapport d'enquête.

Lors de sa séance du , l'Assemblée nationale a évoqué cette affaire, à la suite d'une question d'un parlementaire de l'Aisne, M. André Rossi[4].

Selon la réponse de M. Yves Guéna, ministre des Transports : « Le vendredi 16 juin 1972, la voûte du tunnel de Vierzy s'effondra, entraînant un éboulis rocheux sur la voie Paris-Laon. Deux trains automoteurs, le 2841 de Paris à Laon et le 7844 de Laon à Paris, s'écrasèrent contre cet éboulis, le premier à 20 heures 55, le second une minute plus tard. Cette effroyable catastrophe causa la mort de 108 personnes tandis que 87 autres étaient blessées. (…)

Immédiatement, le ministre des transports de l'époque, Jean Chamant, constituait une commission d'enquête présidée par l'ingénieur général Rerolle. Cette commission avait la double mission de rechercher les causes de tous ordres qui avaient pu provoquer cette catastrophe et de faire toutes recommandations en vue d'éviter le renouvellement de tels accidents.

Le texte de ce rapport a été publié intégralement au Journal officiel du 11 avril 1973, édition des Documents administratifs. (…)

Au printemps de 1972, la SNCF décida de procéder à une réfection importante du tunnel et de remplacer le revêtement de briques, qui parfois s'effritait et tombait, par du béton projeté sur une épaisseur moyenne de sept centimètres. Les opérations étaient menées dans l'ordre suivant : démolition du revêtement de briques, curetage de la voûte, pose d'armatures et projection du béton.

Les travaux ont commencé par la démolition et la purge de la partie la plus dégradée, soit un anneau d'environ six mètres cinquante situé - il faut le noter - à cinq mètres de la limite sud de l'éboulis du 16 juin. Le chantier a été ensuite ouvert à une quarantaine de mètres plus au nord, en revenant vers la partie dégarnie. Le déroulement des opérations a fait que la bande de six mètres cinquante est restée en l'état pendant deux mois, sans d'ailleurs qu'aucun signe précurseur de désordre fût perçu.

La succession des phases du chantier où la démolition allait plus vite que les suivantes s'est traduite, le 16 juin 1972, par une longueur dégarnie et purgée légèrement supérieure à la partie effondrée. La commission d'enquête conclut que la cause dernière de la rupture de la voûte parait bien être le dégarnissage des briques sur une grande longueur. »

Suites[modifier | modifier le code]

Le plan Orsec fut déclenché par le préfet de l'Aisne[5].

La voûte du tunnel a été reconstruite et un autre tunnel de la ligne, construit selon les mêmes normes, a été aussi mis en voie unique pour éviter aux trains de se croiser[6].

Un monument a été érigé à Vierzy, au-dessus de l'entrée du tunnel, avec une haute stèle qui commémore la tragédie et une phrase de l'écrivain Romain Rolland « la fatalité, c'est l'excuse des âmes sans volonté »[5]. Sur cette stèle, du côté de la voie ferrée, et sur un autre monument près de l'église (désaffectée) Saint-Léger à Soissons, où tous les corps avaient été réunis, figurent les noms des 108 victimes de la catastrophe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir un exposé condensé de l'accident dans la notice descriptive du tunnel de Vierzy sur le site Inventaire des Tunnels Ferroviaires de France http://www.tunnels-ferroviaires.org/tu02/02799.1.pdf
  2. Après le déraillement de Saint-Michel de Maurienne en 1917 et la catastrophe ferroviaire de Lagny-Pomponne en 1933.
  3. Source : Les accidents de chemin de fer en France, lefigaro.fr du 15 octobre 2007, consulté le 13 septembre 2010.
  4. Journal officiel, Assemblée nationale, Débats parlementaires, du jeudi 3 mai 1973, page 970.
  5. a et b Le Courrier picard du - article : Il y a 40 ans, 108 tués dans la nuit noire - page 5
  6. Le Courrier picard, « Il y a 37 ans, le tunnel s'effondrait », (consulté le 23 juin 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]