Woerden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Woerden
Voerde
Blason de Woerden
Héraldique.
Drapeau de Woerden
Drapeau.
Woerden
Centre-ville de Woerden.
Administration
Pays Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Province Utrecht
Code postal 3440-3449
Indicatif téléphonique international +(31)
Démographie
Population 47 900 hab.
Densité 516 hab./km2
Géographie
Coordonnées 52° 05′ 00″ nord, 4° 53′ 00″ est
Superficie 9 289 ha = 92,89 km2
Localisation
Localisation de Woerden
Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas
Voir sur la carte topographique des Pays-Bas
City locator 14.svg
Woerden
Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas
Voir sur la carte administrative des Pays-Bas
City locator 14.svg
Woerden
Géolocalisation sur la carte : Utrecht
Voir sur la carte administrative d'Utrecht
City locator 14.svg
Woerden
Liens
Site web www.woerden.nl

Woerden, aussi appelé Voerde en français, est une commune et une ville des Pays-Bas, en province d'Utrecht, qui compte environ 50 000 habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Woerden remonte à l'époque romaine, lorsque le castellum Laurium a été fondé sur ce site vers 41 après JC, sur une hauteur naturelle.[1] Ce castellum était un campement le long de la frontière nord de l'Empire romain, formé par le Rhin, aujourd'hui le Vieux Rhin. Laurium a été utilisé jusqu'en 270 environ. Un certain nombre de navires romains ont été trouvés à Woerden, et une réplique est utilisée pour des croisières touristiques depuis 2009[2].

Entre 719 et 722, Boniface séjourne à Woerden pour prêcher.[3] Vers l'an 795, Woerden s'appelait Wyrda.[4][5]

Au Moyen-Age, Woerden commence à se fortifier à partir du XIIe siècle (avec château, remparts et douves). Vers 1160, Godefroid de Rhenen, l'évêque d'Utrecht, fit construire une fortification à la colonie de Worden (parfois nommée Worthene) sur le Vieux Rhin. Le renforcement avait pour but de contrecarrer l'expansionnisme du comte de Hollande. La ville possédait une église en bois, qui a brûlé en 1202.[6]

Les seigneurs de Woerden (nl) possédaient Woerden et ses environs durant la période 1165 - 1304. Les armoiries actuelles de Woerden, une zone jaune avec trois diamants noirs, ont été identifiées comme les armoiries d'Herman de Woerden de 1277.

L'eau de Woerden était gérée par le Groot Waterschap (nl). Ce dernier existait à partir de 1226 et rendait Woerden indépendant du Hoogheemraadschap van Rijnland. Cependant, la ville et ses environs dépendaient entièrement de la régie des eaux pour le drainage. En 1995, le Groot Waterschap a été ajouté au Hoogheemraadschap De Stichtse Rijnlanden.[7]

Au sud-ouest de la ville, un château a été fondé par le comte Florent V vers 1275. Une église en pierre a également été construite au XIIIe siècle, qui a été agrandie au cours des siècles suivants pour devenir l'actuelle Petruskerk.[6]

Woerden reçut les privilèges urbains du duc Albert Ier de Hainaut, le . La construction du château de Woerden a commencé en 1410 et celle de l'hôtel de ville en 1501. Les bâtiments monumentaux ultérieurs sont l'église luthérienne (1646), la Pastorie (1672), Petruskerk (1673), le moulin De Windhond (1755), l'Arsenal (1762), le Kruijthuis (1784), la Kazerne (1790), le Monastère (1899), le château d'eau (1906) et l'église Saint Bonaventure (1892) qui domine de loin le paysage urbain de sa haute flèche.

Le prêtre Woerden Jan de Bakker a été le premier des Pays-Bas du Nord à être brûlé sur le bûcher en 1525 pour sa prédication qui s'écartait de la doctrine de l'Église catholique romaine.[8] Les conflits religieux à Woerden étaient initialement limités. Cependant, le duc catholique Erik de Brunswick, qui avait été nommé seigneur de Woerden par Philippe II, réprima brutalement en septembre 1566, les tentatives d'introduire le culte luthérien dans la Petruskerk. Le siège de Woerden a suivi en 1575-1576. Pendant ce siège, le miracle de Woerden (nl) a eu lieu, donnant à nouveau à manger à la population affamée. Woerden, qui se range du côté de la Révolte en 1572, est assiégée par les Espagnols : la ville tient bon et les Espagnols lèvent leur siège au bout d'un an.

Vers 1600, en plus des remparts, des murs et des douves, les défenses de la ville ont été renforcée par l'ajout d'un ravelin et de quatre bastions, qui ont été en grande partie construits aux angles du mur d'enceinte existant.[1]

La ville subit par deux fois le passage des troupes françaises. La première fois, ce fut lors de la Rampjaar de 1672 c'est-à-dire pendant la guerre de Hollande. Woerden faisait alors partie de l' Oude Hollandse Waterlinie (ou Ancienne ligne d'eau de défense). La bataille de Kruipin (nl) a eu lieu dans la nuit du 11 au au Fort Kruipin (nl). La ville est prise par le maréchal de Luxembourg. Les Français ont occupé la ville pendant un an, année au cours de laquelle ils ont mené un règne de terreur et au cours duquel de nombreux bâtiments ont été incendiés, dont la Petruskerk,[6] et les archives détruites.

Une carte de 1725 montre qu'un deuxième canal a été établi autour de la ville. Il y avait donc un terrain de défense vide entre les douves intérieures et extérieures.[1]

La deuxième fois que la ville souffrit du passage des forces françaises, ce fut en 1813, à la fin de la Période française, lorsque la population se rangea un peu trop tôt du côté du prince d'Orange, c'est-à-dire alors que les soldats français étaient encore dans la ville. Les Français ont riposté de manière horrible, en pillant massivement la ville le 24 novembre et en assassinant de nombreux civils. Dans ce massacre, connu sous le nom de Désastre de Woerden (nl), 28 civils ont été tués et 37 ont été blessés.[9]

Elle compte nombre d'édifices construits durant le siècle d'or néerlandais, de style néo-classique.

Géographie[modifier | modifier le code]

Woerden est située entre Utrecht et La Haye. La ville est traversée par la rivière du Vieux Rhin. Jusqu'au , date d'une correction de frontière provinciale, la commune était située en Hollande-Méridionale.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sint-Bonaventurakerk.
Clôcher de l'Opstandingskerk.