Barsac (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Gironde
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Gironde.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barsac.
Barsac
La mairie (fév. 2010).
La mairie (fév. 2010).
Blason de Barsac
Blason
Barsac (Gironde)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes
Département Gironde
Arrondissement Langon
Canton Les Landes des Graves
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Podensac
Maire
Mandat
Dominique CAVAILLOLS
Élu maire à la suite de la démission du maire précédent 2016-2020
Code postal 33720
Code commune 33030
Démographie
Gentilé Barsacais
Population
municipale
2 089 hab. (2013)
Densité 144 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 36′ 37″ Nord 0° 18′ 47″ Ouest / 44.6102777778, -0.313055555556
Altitude Min. 3 m – Max. 21 m
Superficie 14,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Barsac

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Barsac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barsac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barsac
Liens
Site web www.barsac.fr

Barsac (Barçac en gascon) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

Ses habitants sont appelés les Barsacais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur la rive gauche de la Garonne et traversée par le Ciron, la commune se trouve à 27 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 8,5 km au nord-ouest de Langon, chef-lieu d'arrondissement et à 6 km au sud-est de Podensac, chef-lieu de canton[2].

Les communes limitrophes en sont Cérons au nord-ouest, Illats à l'ouest, Pujols-sur-Ciron au sud-ouest, Preignac au sud-est ; sur la rive droite de la Garonne, se trouvent Loupiac à l'est et Cadillac au nord sur environ un km.

Communes limitrophes de Barsac

Cérons
Cadillac
Rive droite                
Illats Barsac de la                        
Garonne         Loupiac
Pujols-sur-Ciron Preignac


La principale voie de communication routière est la route départementale D 1113, ancienne RN 113 (Bordeaux-Marseille), qui mène, vers le nord-est, à Cérons et Podensac et au-delà à Bordeaux et, vers le sud-ouest, à Preignac et au-delà à Langon. Deux routes départementales commencent à partir de cette D 1113 et mènent toutes deux vers le sud-ouest, la D 118 vers Illats et Landiras et la D 114 vers Pujols-sur-Ciron.
L'accès à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) le plus proche est le no 2 de Podensac, distant de 6 km vers l'ouest-sud-ouest.
L'accès no 1 de Bazas à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 22 km vers le sud.

La commune dispose d'une gare SNCF sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Trois objets de bronze, un poignard à quatre rivets et un autre à deux rivets ainsi qu'une pointe de lance, ont été recueillis entre 1952 et 1982, dans une carrière d’extraction d’argile à briques située en bordure de la rive droite du Ciron, dans une prairie au lieu-dit Tournet. Ils ne proviennent pas du même dépôt car leur patine est différente. Les deux poignards étaient probablement utilisés comme couteaux de poche. Ces trois objets témoignent des influences de la civilisation des Tumulus du Bronze moyen du sud-ouest de l’Allemagne[3].

Plusieurs découvertes archéologiques sont attribuables à l'antiquité gallo-romaine ou mérovingienne : la commune était en effet traversée par la voie romaine reliant Bordeaux (Burdigala) et Agen (Aginnum} [4].

Chef-lieu de la prévôté royale de Barsac, dont la juridiction s'étendait au Moyen Âge sur une grande partie de la « terre Gasque ».

Pour plus d'information sur l'état de la commune au XVIIIe siècle, voir l'ouvrage de Jacques Baurein[5].

À la Révolution, la paroisse de Saint-Vincent de Barsac forme la commune de Barsac[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Barsac se blasonnent ainsi : Écartelé de gueules et d'azur, au premier au château du lieu d'argent, le corps central couvert, ouvert et ajouré de sable, la tour dextre ronde, couverte et girouettée, ouverte et ajourée du même, la tour senestre carrée, ajourée aussi de sable, le tout surmonté d'une fleur de lys d'or et soutenu d'une mer du même, au deuxième et au troisième au chevron écimé parti d'or et d'argent, surmonté d'une feuille de vigne du même, accompagné de trois grappes de raisin aussi d'or, au quatrième au clocher carré d'argent, mouvant de la pointe, à quatre colonnes maçonnées de sable, essoré en dôme du même, sommé d'un clocheton aussi d'argent essoré en dôme aussi de sable sommé d'une croisette latine du même, le clocher ouvert de deux portes et ajouré d'un oculus d'or, le clocheton de deux fenêtres du même ; au besant d'or, brochant sur le tout, frappé d'une lettre V capitale soudée d'argent mouvant de la pointe.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Barsac a été récompensée par le label « Ville Internet @@ »[7].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 1985 René Minville DVD  
1985 mars 1989 Georges Danglade RPR  
mars 1989 juin 1995 Emmanuel Pouchepadass PS  
juin 1995 mars 2001 Françoise Mussotte Apparentée RPR  
mars 2001 décembre 2004 Liberto Paniagua Apparenté PCF  
décembre 2004 janvier 2016 Philippe Meynard[8] MoDem puis FED-UDI Conseiller régional d'Aquitaine depuis 2010
Président de la communauté de communes du canton de Podensac (2008-2014)
janvier 2016 en cours Dominique Cavaillols MoDem puis FED-UDI  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes du canton de Podensac.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 2 089 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 583 2 448 2 534 2 792 2 896 2 846 2 806 2 836 2 894
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 830 2 959 2 917 2 891 2 876 2 943 3 009 2 998 2 974
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 956 2 849 2 719 2 613 2 699 2 514 2 365 2 150 2 320
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
2 347 2 298 2 019 2 085 2 058 1 948 1 964 2 089 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : barsac, sauternes (vignoble de Sauternes), graves.

Maïsiculture en bord de Garonne.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Tony Frank né Christian Danglade, né à Barsac en août 1946, artiste de variétés avec son groupe de musiciens, a animé de nombreux galas dansants en France dans les années 1960 et 1970. Passionné par les arts du cirque et forains il collectionne tout ce qui se rapporte à ce thème qu'il expose dans divers lieux culturels, Photographe et chroniqueur dans des revues spécialisées, il œuvre à valoriser les arts du cirque par l'intermédiaire d'une association loi 1901 le « Centre d'Enseignement et de Valorisation des Arts du Cirque » (CEVAC). En 1981, il est président fondateur de l'École de Cirque de Bordeaux[15].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Wöllstein (Allemagne) depuis 1966[16]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de Barsac sur habitants.fr, consulté le 4 juillet 2011.
  2. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 33,3 km pour Bordeaux, 8,1 km pour Langon et 5,6 km pour Podensac. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 26 août 2011.
  3. Julia ROUSSOT-LARROQUE, « POIGNARDS ET POINTE DE LANCE EN BRONZE DE BARSAC (Gironde) », Bulletin de Société Préhistorique Française, tome 70, 1973, CRSM, n°13,‎ (consulté le 14 décembre 2015)
  4. Hubert Sion, La Gironde : Carte archéologique de la Gaule, Fondation de la Maison des Sciences de l'Homme, , 360 p. (ISBN 978-2-87754-028-5), p. 247
  5. Jacques Baurein, Variétés Bordeloises, t. 3, Bordeaux, , 2e éd. (1re éd. 1786) (lire en ligne), articles 5.XXIII et 5.XXIV, pages 154-164
  6. Historique des communes, p. 4, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 10 avril 2013.
  7. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 19 décembre 2009.
  8. Commune de Barsac sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 4 juillet 2011.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.
  11. « Classement de l'église Saint-Vincent », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 17 juillet 2010.
  12. « Classement des maîtres-autels et des retables », base Palissy, ministère français de la Culture, consulté le 17 juillet 2010.
  13. Voir l'image sur Commons
  14. Voir des photos de "La Tour de Rolland", sur le site de la Société Archéologique et Historique du Sauternais et Graves.
  15. Biographie de Tony Frank
  16. « Jumelage(s) de Barsac », sur l'atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures du Ministère des Affaires étrangères (consulté en 17 mùars 2013)