Province de Flandre-Orientale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flandre.
Flandre-Orientale
(nl) Oost-Vlaanderen
(de) Ostflandern
Blason de Flandre-Orientale
Héraldique
Drapeau de Flandre-Orientale
Drapeau
Localisation de la province en Belgique
Localisation de la province en Belgique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Chef-lieu Drapeau de la ville de Gand Gand
Arrondissements Alost
Audenarde
Eeklo
Gand
Saint-Nicolas
Termonde
Gouverneur André Denys
ISO 3166-2 BE-VOV
Code INS 40000
Démographie
Population 1 454 716 hab. (01/01/2012)
Densité 488 hab./km2
Géographie
Superficie 298 200 ha = 2 982 km2
Localisation
Les 65 communes de la province
Les 65 communes de la province
Liens
Site web oost-vlaanderen.be

La Flandre-Orientale (en néerlandais : Oost-Vlaanderen) est une province de Belgique située en Région flamande.

Elle est située au nord de la Belgique et est placée sous la tutelle de la Région flamande.

Son territoire correspond approximativement à celui de l'ancien département français de l'Escaut. Il représente la partie orientale de l'ancien comté de Flandre.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'Escaut aux environs de Ruien
  • Chef-lieu : Gand, qui est aussi la plus grande ville.
  • Un gouverneur
  • Six députés.
  • Fleuve : l'Escaut.
  • Rivières : la Lys, la Dendre, la Durme, la Zwalm.

Histoire[modifier | modifier le code]

La province de Flandre orientale correspond au département de l'Escaut, créé en 1795 par les Français dans la partie orientale du comté de Flandre.

En 1815, lors de la création du royaume des Pays-Bas, le département devint la province de Flandre orientale.

Le , les communes de Zwijndrecht et Burcht furent détachées de la province de Flandre orientale pour être intégrées à la province d'Anvers.

Allégorie de la province de Flandre-Orientale par Jef Lambeaux, Parc du Cinquantenaire, Bruxelles.

Nombre d'habitants[modifier | modifier le code]

Arrondissement 1er janvier 2017
Alost 286 741
Termonde 199 553
Eeklo 84 113
Gand 553 961
Audenarde 123 330
Saint-Nicolas 248 489
Province de Flandre Orientale 1 496 187

Les communes de Flandre orientale[modifier | modifier le code]

Note : les numéros indiqués correspondent à ceux indiqués sur la carte ci-contre.

Arrondissements administratifs[modifier | modifier le code]

LA Province de Flandre Orientale compte arrondissements administratifs : Alost, Termonde , Eeklo, Gand, Audenarde, et celui de Saint-Nicolas.

Arrondissements judiciaires[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er avril 2014, la Province de Flandre Oriendentale fait partie de l'arrondissement judiciaire[1], de Gand, ceux de Audenarde, Bruges, Courtrai, Furnes, Gand, Termonde et d'Ypres ayant été fusionnés en un seul arrondissement judiciaire.

Politique[modifier | modifier le code]

Gouverneurs[modifier | modifier le code]

Depuis l'indépendance de la Belgique :

Commandants militaires[modifier | modifier le code]

Sécurité et secours[modifier | modifier le code]

Police[modifier | modifier le code]

Pour les services de police, la province est divisée en 29 zones de police :

Pompiers[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne les pompiers, la province est divisée en six zones de secours :

La province de Flandre orientale est, avec la province de Liège, la province belge qui dispose du plus grand nombre de zones de secours (6), alors qu'en termes de superficie, elle fait partie des plus petites. Cette plus large division s'explique par les risques spécifiques très diversifiés et la densité de population importante.

Protection civile[modifier | modifier le code]

La province de Flandre Orientale n'abrite aucune caserne de la protection civile belge mais dépend, en fonction, de celle de Brasschaat, Jabbeke ou de Liedekerke.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Loi du 1er décembre 2013 portant réforme des arrondissements judiciaires et modifiant le Code judiciaire en vue de renforcer la mobilité des membres de l'ordre judiciaire (Moniteur belge du 10 décembre 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]