Concorde (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Concorde.

Concorde
Quai de la ligne 12 où est reconstitué le texte de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789.
Quai de la ligne 12 où est reconstitué le texte de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 1er, 8e
Coordonnées
géographiques
48° 51′ 58″ nord, 2° 19′ 21″ est

Géolocalisation sur la carte : 1er arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 1er arrondissement de Paris)
Concorde

Géolocalisation sur la carte : 8e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 8e arrondissement de Paris)
Concorde

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Concorde
Caractéristiques
Voies 6
Quais 6
Zone 1
Transit annuel 7 176 639 (2013)
Historique
Mise en service 13 août 1900 (1)
5 novembre 1910 (12)
12 mars 1914 (8)
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 1002
Ligne(s) (1)(8)(12)
Correspondances
Bus (BUS) RATP 24 42 45 52 72 73

84 94 OpenTour

Noctilien (N) N11 NOCTILIEN.png N24 NOCTILIEN.png
(1)
(8)
(12)

Concorde est une station des lignes 1, 8 et 12 du métro de Paris, située à la limite des 1er et 8e arrondissements de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

La station est implantée sous la partie nord de la place de la Concorde les quais étant établis

Histoire[modifier | modifier le code]

La station est ouverte le 13 août 1900[réf. nécessaire] par la Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris (dite CMP), soit un peu moins d'un mois après la mise en service le du premier tronçon de la ligne 1 entre Porte de Vincennes et Porte Maillot[1]. Jusqu'alors, les trains la traversaient sans y marquer l'arrêt.

Elle doit sa dénomination à son implantation sous la place de la Concorde, plus grande place de Paris, dont le nom aurait été choisi par le Directoire afin de marquer la réconciliation des Français après les excès de la Terreur.

La station est le théâtre du premier accident du métro, le 19 octobre 1900. Consécutivement à un défaut de captation du courant entre les frotteurs, installés sur la motrice, et le rail conducteur de courant, installé au sol, se produisent des courts-circuits suivis d’un incendie, occasionnant une collision avec le train suivant. Cet accident causa 38 blessés dont quatre graves (trois voyageurs et un mécanicien)[2].

Le , la station de la ligne A de la Société du chemin de fer électrique souterrain Nord-Sud de Paris (dite Nord-Sud) est ouverte avec l'inauguration de son premier tronçon entre Porte de Versailles et Notre-Dame-de-Lorette[3].

Celle de la ligne 8 de la CMP est ouverte à son tour le 12 mars 1914, soit huit mois après la mise en service de son premier tronçon entre Opéra et Beaugrenelle (aujourd'hui Charles Michels), prolongé entre temps depuis cette dernière jusqu'à Porte d'Auteuil[4]. Les rames la traversaient alors sans en assurer la desserte.

Le , la ligne A devient la ligne 12 à la suite de l'absorption de la société du Nord-Sud le par sa compagnie concurrente : la CMP[5].

Entre 1976 et 1979, les points d'arrêt des lignes 1 et 8 sont les premières stations à couverture métallique du réseau à être intégralement rénovées en style décoratif « Andreu-Motte », mettant en valeur le tablier par l'application de couleurs faisant exception à la charte d'aménagement définie par son concepteur. En 1991, les quais de la ligne 12 sont quant à eux entièrement rénovés par l'adoption d'un aménagement culturel spécifique sur le thème de la Déclaration des droits de l'homme.

La station de la ligne 8 a comporté jusqu'en 1997 une troisième voie en impasse le long du quai en direction de Créteil, dont l'entrée se situait à l'extrémité nord. Elle a été supprimée à l'occasion de la création de bureaux décidée par la RATP à son emplacement.

Dans le cadre des travaux d'automatisation de la ligne 1, les quais de la station Concorde ont été rehaussés le week-end des 13 et 14 juin 2009[6] afin de recevoir des portes palières, lesquelles ont été installées en octobre 2010.

L'un des couloirs menant à la ligne 12 a très longtemps comporté, sur le côté, des portillons dotés de plaques émaillées similaires à celles que l'on trouvait dans les rames Sprague-Thomson de la compagnie Nord-Sud. Ils ont disparu à l'occasion de la rénovation des couloirs de la station dans le cadre du programme « Renouveau du métro » de la RATP. Cette modernisation, achevée le , a nécessité la fermeture temporaire des quais de la ligne 8 du jusqu'à la fin des travaux[7].

En 2012, 7 052 932 voyageurs sont entrés à cette station[8]. Elle a vu entrer 7 176 639 voyageurs en 2013 ce qui la place à la 37e position des stations de métro pour sa fréquentation[9].

Services aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La station possède six accès :

Quais[modifier | modifier le code]

Ligne 1[modifier | modifier le code]

Les quais de la ligne 1 sont de configuration standard : au nombre de deux, ils sont séparés par les voies situées au centre. Le plafond est un tablier métallique dont les poutres sont supportées par des piédroits verticaux. Les quais sont décorés en style « Andreu-Motte » et ont la particularité d'être la seule station de ce style à être traitée en rose (il s'agit toutefois d'un rose tyrien, proche du rouge). Cette couleur est appliquée sur les deux bandeaux d'éclairage et sur la structure métallique du tablier. Les banquettes sont dotées de grands carreaux plats blancs d'aspect vitrifié, comme les pieds-droits et les tympans. Les quais sont équipés de sièges du style « Motte » de couleur violette qui en ont supplanté d'autres de couleur rose parmi lesquels ils étaient auparavant disposés, ainsi que de portes palières. Le nom de la station est inscrit sur des plaques émaillées en police de caractères Parisine et les cadres publicitaires sont métalliques.

Ligne 8[modifier | modifier le code]

La station de la ligne 8, également à fleur de sol et en style « Motte », est aussi l'une des trois seules de ce style à exister en violet avec Palais Royal - Musée du Louvre sur la ligne 1 et Opéra sur la ligne 3. Appliquée sur le tablier métallique, le bandeau et la plupart des sièges, cette teinte fait partie du lexique des stations exceptionnelles de type Andreu-Motte, de même que le rose de la station de la ligne 1. Comme pour cette dernière, de grands carreaux plats recouvrent les tympans et les piédroits verticaux, mais ces derniers sont équipés d'écrans publicitaires à la place des traditionnelles affiches ; le quai en direction de Créteil est démuni de banquettes, les sièges étant fixés sur des supports individuels à même le mur qui le sépare d'un ensemble de bureaux aménagés à l'emplacement d'une ancienne voie de garage. Les voûtains du plafond, de dimensions plus réduites qu'à l'ordinaire, avaient la particularité d'être traités en jaune avant d'être repeints en blanc au début des années 2010.

Ligne 12[modifier | modifier le code]

La station de la ligne 12 fut en style « Nord-Sud » jusqu'en 1991 où elle fut décorée d'une œuvre en céramique de l'artiste Françoise Schein constituée de lettres bleues sur fond blanc reconstituant le texte de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789[10]. Les espaces sont supprimées du texte et la ponctuation est rassemblée à la fin de chaque article[11]. Le nom de la station est inscrit sur la faïence selon la même police de caractère que les multiples lettres et les cadres publicitaires sont également en faïence. La voûte semi-elliptique est recouverte par des traits horizontaux et verticaux de couleur bleu marine. Les quais sont recouverts d'un carrelage gris moucheté, équipés de bancs spécifiques et éclairés par deux bandeaux-tubes. D'autres stations de métro dans le monde ont été conçues sur le même thème par le même artiste comme Parvis de Saint-Gilles à Bruxelles, Parque à Lisbonne ou Westhafen à Berlinetc.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La station est desservie par les lignes 24, 42, 45, 52, 72, 73, 84 et 94 du réseau de bus RATP, par la ligne à vocation touristique OpenTour et, la nuit, par les lignes N11 et N24 du réseau de bus Noctilien.

À proximité[modifier | modifier le code]

La place de la Concorde est située sur la rive droite de la Seine en face de l'Assemblée nationale siégeant au palais Bourbon. La place est décorée de statues représentant les différentes villes de France chargées de défendre le pays, comme Lille, Strasbourg, Lyon, Marseille, Bordeaux, Nantes, Brest.

Autour ou près de la place de la Concorde se trouvent la Cour des comptes, l'ambassade des États-Unis, le début de l'avenue des Champs-Élysées et du cours la Reine. Au début du cours est installée la statue honorant Albert Ier, roi des Belges.

La place possède également une entrée du jardin des Tuileries, permettant un accès à la galerie nationale du Jeu de Paume et au musée de l'Orangerie.

Culture[modifier | modifier le code]

En 2008, une scène du film Eden à l'ouest de Costa-Gavras est tournée dans la station Concorde[réf. nécessaire].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 131.
  2. Claude Berton, Alexandre Ossadrow et Christiane Filloles-Allex, Fulgence Bienvenüe et la construction du métropolitain de Paris, Presses des Ponts et Chaussées, 2007.
  3. Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 294.
  4. Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 240.
  5. Jean Robert, Notre métro, Éditions Jean Robert, Paris, 1983, p. 124.
  6. [PDF]Archive wikiwix de l'ancienne page RATP « Station Concorde, l’accès à la ligne 1 est fermé du vendredi 12 juin à 22 h au dimanche 14 juin inclus », consultée le 7 décembre 2011.
  7. « Métro ligne 8 : la station Concorde en travaux », sur ratp.fr (consulté le 28 avril 2016).
  8. Entrants annuels provenant de l'extérieur de la station (voie publique, correspondances bus, réseau SNCF, etc.), sur le site data.ratp.fr (consulté le 19 décembre 2013).
  9. Trafic annuel entrant par station (2013), sur le site data.ratp.fr (consulté le 31 août 2014).
  10. Clive Lamming, Métro insolite [détail de l’édition] (ISBN 9782840961901), p. 161.
  11. On peut l'observer sur cette photo.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]